Conflicts between penal and mediation logics

restorative justice 1

Mediation isn’t always a true alternative to the judicial model, and the participation of volunteers or non-judicial professionals doesn’t necessarily ensure a change of logic. In fact, an analytic approach shows there are two models for this practice, which may overlap and be conflicting, especially within non-profit organizations torn between the need to be productive, which reinforces their institutional dependency and the desire to respect the ethics of mediation and of the mediator’s position. The first model, which we will call a judicial model, is implemented on justice system premises and marked by judicial logics. Mediators are usually jurists with no serious, specific training in mediation. The parties, designated as offender and victims, are summoned, the criminal case record is used to orient the discussion, the mediator, investigator-like, tries to determine who is right and who is wrong, and an agreement is generally reached after a single meeting, since the mediator is directive and suggests solutions. The mediator’s directive approach is based on the application of a problem-solving logic aimed at settling the conflict and producing agreements, which accounts for the high percentage of agreements achieved. This leads some people to say that this should be called conciliation rather than mediation. There is another model, which differs with the judicial logic and is more respectful of the ethics of mediation. Mediators are mostly social workers or psychologists with varying degrees of training in mediation. Usually the parties are designated as offenders and victims by the public prosecutor’s office (a few experiments have succeeded in introducing the more neutral expressions of claimant and defendant) and invited to see the mediator, only what the people have to say (and not the penal dossier) is considered,emphasis is mostly placed on communication, several encounters are generally needed, the mediator is non-directive and helps the individuals to formulate their own proposals for settlement. The theoretical framework behind these practices is “transformative mediation” (Bush and Folger, 1994), which views the offence as a mere symptom of a deeper problem. Since the goal is to get to the roots of the conflict, the mediator is not so much concerned with reaching an agreement as with transforming as deeply as possible the way in which the individuals perceive the conflict and will behave in the future. The existence of these two models shows that the institutionalization of victim-offender mediation creates a cultural conflict within the criminal justice system, opposing supporters of two antagonistic conceptions of justice, one based on the highly juridical conception of conflict regulation, the other guided by a more flexible conception. This conflict, which has considerable repercussions on choices as to how to regulate domestic violence, is expressed on the cultural, ideological and economic registers. What is at stake in victim-offender mediation is not simply the improved efficiency of the judicial institution. The aim is to transform the justice system model, and thereby, the professional identities of all actors within it. The juxtaposition of judicial and mediation models brings out the tensions between them. The judicial model is based on the principle of vertical power, directed toward the production of legal truths, defends a collective conception of public order referring to a transcendental norm to settle conflicts. Conversely, the mediation model offers a space for democratic debate in which the goal is to unravel conflicts and restore the lost balance, for the sake of the individuals and the community, by producing subjective norms established by the persons themselves.

 

The question is what happens when these two logics meet. Does one prevail over the other? Does the judicial logic force the mediation logic to conform to legal and institutional rationales? Does the mediation logic succeed in turning authoritarian relations into contractual ones and in transforming the way State authority is enforced? Do the two logics interact, and how?The way in which mediation transforms professional practices and identities yields a partial answer to these questions. For instance, the judge’s role is increasingly limited to referring cases, thus producing a procedural framework. Judges make increasingly fewer decisions: they check the validity of the agreements reached by the parties and guarantee they will be enforced (Théry 1993). This trend, even more evident in civil law than in criminal law, makes judges more like guardians than like arbitrators (Garapon, 1996) and illustrates the gradual shift from imposed justice to negotiated justice. Lawyers too find their work habits challenged. According to the law they cannot be mediators and only play an optional role in the legal monitoring of the process. Indeed, mediation refuses the principle of representation by a lawyer, preferring personal commitment and direct, verbal expression. Furthermore, the replacement of conflict-based logic by consensus-based logic leads them to drop the dialectic principle of judiciary confrontation so as to adopt a more pedagogical, constructive attitude. This upheaval in practices and professional identities explains why lawyers viewed the arrival of mediators on the judicial scene unfavorably, since they were seen as threatening their traditional monopoly on the judicial regulation of conflicts. While many are still hostile to victim-offender mediation, a growing number are adjusting to the trend by participating in other types of mediation. Some lawyers, as well as academics, advance arguments that are less professionally interested and more ideological, denouncing the risk represented by mediation for public liberties, or warning of the alleged dangers of the denial and privatization of conflicts.

The claim that mediation threatens public liberties is often heard. It is said to illustrate a more general process of penalization of social life (Mary, 2004). Since it only deals with not very serious acts, it makes for the judicial treatment of situations that were previously regulated socially. Moreover, in many countries mediation completes the reinforcement of the power of public prosecutors, to the detriment of judges. Lastly, the judiciary ideology is so powerful that one doubts that the system can be humanized, and recourse to grass roots volunteers aggravates that risk, since they are more vulnerable to its influence than professionals, who are more organized and possess a shared culture and identity. The social discourse produced on the judiciary scene is generally reinterpreted so as to further the reproduction of the institutional logic. It is emptied of its substance and reconstructed to fit the functional needs of the repressive system (Teubner, 1989). Social actors who collaborate with the criminal justice system on the long term undergo a process of cultural colonization (Faget, 1992) leading them to unconsciously integrate the judiciary ideology (its binary logic, the legal grid of analysis of reality, assimilation of language and behavioral stereotypes and so on). Instead of being tools for the socialization of justice, they are artisans of a “judiciarization” of the social sphere. The actors’ dependency increases in proportion to the symbolic benefits they draw from their collaboration with the penal system. The risk of dependency is considerable if victim-offender mediation is the only way for volunteers to get social recognition or for professions to earn their living. The risk increases with the development of a managerial type of justice whose main concern is to handle as many cases as possible at the lowest possible cost. Other researchers, who do not elude these risks, believe that mediation introduces a new “communicational rationale” (Habermas, 1987) in the judicial system, which transforms its modes of action and signification (Bonafé, 1998). They are categorically opposed to the idea of a conspiracy against public liberties, because judicial strategies are not rational, but rather they are the outcome of a series of not really controlled restructuring processes. In this view, mediation is not an alternative to the justice system model but a complement, taking into consideration the emotional and human dimension which the system is unable to handle. A second criticism stresses the danger for human rights represented by the adaptability and flexibility in conflict regulation introduced by mediation. The lack of a legal framework and of legal guarantees is seen as inducing the implementation of a lower, lawless and judgeless form of justice. In particular, one alleged effect of handing penal conflicts over to mediators would be to bar access to the courts for the underprivileged, and to privatize the regulation of their conflicts. This risk is especially denounced by women’s rights movements who are opposed to mediation for family violence. They contend that mediation is a way of denying the seriousness of this social problem and of disqualifying women. The social combat against their domestic oppression must be fought on the public scene, represented by the justice system. Penal punishment of the guilty serves to clearly proclaim the social prohibition, whereas mediation, by trying to reach an agreement, dilutes responsibilities. Mediation is said to reinforce the unequal status of men and women by allowing men to escape punishment. These arguments introduce an important debate, of course, as to the types of conflicts susceptible of being handled by mediation. But this all depends on the legal framework defined for mediation. Mediation may be viewed as a derivative solution within the justice system, and it can then act at various stages in the penal proceedings, but prior to any decision. Or it may be seen as a solution integrated in sentencing, and it then becomes a probationary measure, guiding the judge’s decision. Or lastly, it may be organized after sentencing, acting as a complement to conviction. This combination of logics should satisfy all those who object to the orientation toward victim-offender mediation in cases such as domestic violence in which the rights of the weakest deserve to be asserted publicly. The declamation of rights has educational value. It proclaims the social prohibition loud and strong while setting up a process, more finely tuned than is usually the case in the judicial system, with redress for victims and the socialization of offenders.

The achievements of the justice system with respect to domestic violence often seem inadequate. The legal vision of the world is too narrow to enable it to deal with these cases as tactfully and in depth as it should. But the choice of mediation by default would not be very pertinent. For as shown by the criticism mentioned above, mediation is not applicable to all situations. It is not meant to solve the social problem constituted by domestic violence, and should be conceived as one element in an overall prevention and control scheme. It cannot replace either the need to proclaim the law, pedagogically, in the most emblematic cases, or the therapeutic responses required when violent behavior or a victim posture is of a pathological nature. It may be fully effective provided (the consensual character of the process is guaranteed, and when the parties are in full possession of their intellectual and psychological capacities, when the conflicts have not yet hardened, when recourse to violence is not structural but contextual—that is, a reaction to a situation felt to be intolerable—and last, when the mediators are unquestionably competent. We must be cautious, however: although relatively serious empirical observation attests to the potential of mediation, we still lack reliable elements of evaluation for measuring the middle and long-term effects in terms of conflict appeasement and the transformation of violent behavior.

iot4

 

La médiation n’est pas toujours un modèle réellement alternatif aux pratiques judiciaires et la participation de citoyens bénévoles ou de professions non juridiques n’est pas toujours le gage d’une rupture de logique. En effet une approche analytique montre l’existence de deux modèles pratiques qui peuvent se chevaucher et entrer en tension notamment dans le cas d’associations tiraillées entre des impératifs de rentabilité qui renforcent leur dépendance institutionnelle et le souci de respecter le cadre éthique de la médiation et de la posture du médiateur.
Le premier modèle que l’on qualifiera de judiciaire est mis en oeuvre dans les lieux de justice et marqué par les logiques judiciaires. La médiation est le plus souvent pratiquée par des juristes n’ayant pas reçu une formation spécifique approfondie à la médiation. On convoque les personnes en les qualifiant d’auteur et de victimes, on s’appuie sur le dossier pénal pour orienter la communication, on cherche à savoir dans une logique d’enquête qui a raison et qui a tort, une rencontre suffit généralement à conclure un accord car le médiateur est directif et propose des solutions. L’application d’une logique problem solving ciblée sur le règlement du conflit et la production d’accords justifie la directivité du médiateur et explique le pourcentage élevé d’accords obtenus. Ce qui fait dire à certains qu’il serait plus opportun de parler de conciliation que de médiation. Un second modèle s’écarte de cette logique judiciaire et respecte davantage les principes éthiques de la médiation. Les médiateurs sont majoritairement des travailleurs sociaux ou des psychologues ayant suivi une formation plus ou moins longue à la médiation. Les personnes sont le plus souvent qualifiées d’auteurs et de victimes par le parquet (de rares expériences sont parvenues à ce que les termes plus neutres de plaignant et de mis en cause soient retenue), et invitées à se présenter devant un médiateur, le dossier pénal n’est pas pris en compte mais seulement la parole des personnes, l’accent est porté essentiellement sur la communication, plusieurs rencontres sont généralement nécessaires, le médiateur est non-directif et aide les personnes à formuler elles-mêmes des propositions d’entente. Les pratiques se revendiquent du cadre théorique de la « médiation transformative » (Bush and Folger 1994) qui considère l’infraction comme un simple symptôme d’une problématique plus profonde. L’objectif étant de faire apparaître les racines du conflit, le souci du médiateur n’est pas tant d’aboutir à un accord que de transformer le plus profondément possible la façon dont les personnes perçoivent le conflit et dont elles se comporteront à l’avenir. L’existence de ces deux modèles montre que l’institutionnalisation de la médiation pénale crée un conflit culturel au sein du système pénal qui oppose les partisans de deux conceptions antagonistes de la justice, l’une basée sur une conception très juridique de la régulation des conflits, l’autre orientée vers une conception plus flexible. Ce conflit, qui a des répercussions considérables sur le choix du mode de régulation des violences conjugales, s’exprime de plusieurs façons, culturelle, idéologique et économique.

L’enjeu de la médiation pénale n’est pas seulement d’améliorer les performances de l’institution judiciaire. Elle propose une transformation du modèle de justice et ce faisant des identités professionnelles de tous les acteurs du système. La juxtaposition des logiques pénales et de médiation permet de mettre en lumière les tensions qui existent entre elles. Le modèle judiciaire est fondé sur un principe de pouvoir vertical, orienté vers la production de vérités judiciaires, défendant une conception collective de l’ordre public en faisant référence à une norme transcendantale pour trancher le conflit. A l’opposé le modèle de médiation propose un espace de débat démocratique, où l’objectif est de dénouer les conflits, de restaurer un équilibre perdu au nom des besoins des personnes et de la communauté, par la production de normes subjectives élaborées par les personnes elles-mêmes. La question est de savoir comment s’organise la rencontre de ces deux logiques. L’une de ces logiques l’emporte-elle sur l’autre ? La logique judiciaire soumet-elle la logique de médiation à des rationalités juridiques et institutionnelles ? La logique de médiation parvient-elle à contractualiser les rapports d’autorité et à transformer les modes d’exercice de la contrainte étatique ? Observe-t-on un métissage des logiques et de quelle façon s’organise-t-il ? La façon dont la médiation opère une transformation des pratiques et des identités professionnelles constitue un élément de réponse à ces questions. Ainsi la place du magistrat se limite de plus en plus à orienter les cas, à produire un cadre procédural. Il décide de moins en moins, contrôle la validité des accords produits par les personnes et leur assure une force exécutoire (Théry 1993). Cette évolution que l’on observe plus encore en droit civil qu’en droit pénal donne au juge une fonction de tuteur plus qu’une fonction d’arbitre (Garapon 1996) et illustre le passage progressif d’une justice imposée à une justice négociée. Les avocats également voient leur manière de travailler remise en question. La loi leur interdit d’être médiateur et ne leur accorde qu’un rôle facultatif de contrôle juridique du processus. La médiation réfute en effet le principe de représentation par avocat pour privilégier l’expression d’une parole directe, d’un engagement personnel. D’autre part la substitution d’une logique consensuelle à une logique conflictuelle les amène à renoncer au principe dialectique de l’affrontement judiciaire au profit d’une posture plus pédagogique et constructive. Ce bouleversement des pratiques et de l’identité professionnelle explique que les avocats aient vu d’un mauvais œil l’arrivée des médiateurs sur la scène judiciaire qu’ils considèrent comme menaçant leur monopole traditionnel sur la régulation judiciaire des conflits. Si beaucoup d’entre eux sont encore hostiles à la médiation pénale, un nombre croissant s’adapte cependant à l’évolution en s’investissant dans les autres types de médiation.

Certains avocats mais aussi des universitaires fournissent des arguments moins corporatistes et plus idéologiques pour dénoncer les risques que représente la médiation contre les libertés publiques ou pour prévenir des dangers que constitueraient la négation et la privatisation des conflits. Le risque que la médiation menace les libertés publiques est souvent évoqué. Elle serait l’illustration d’un processus plus général de pénalisation du social (Mary 2004). Ne concernant que des faits peu graves, elle permettrait en effet que soient traitées judiciairement des situations qui auparavant étaient régulées socialement. D’autre part la médiation dans beaucoup de pays consacre un renforcement des pouvoirs des procureurs au détriment de celui des juges. Enfin la puissance de l’idéologie judiciaire fait douter d’une humanisation du système et le recours à des volontaires issus de la communauté accroît ce risque car ils seraient plus vulnérables à son influence que les professionnels mieux organisés et détenteurs d’une culture et d’une identité commune. Le discours social produit sur la scène judiciaire est généralement réinterprété pour favoriser la reproduction de la logique institutionnelle. Il est vidé de sa substance et reconstruit d’après les nécessités fonctionnelles du système répressif (Teubner 1989). Les acteurs sociaux qui collaborent longtemps avec le système de justice pénale sont affectés par un processus de colonisation culturelle (Faget 1992), qui les conduit à une intégration inconsciente de l’idéologie judiciaire (logique du jugement binaire, grille d’analyse juridique de la réalité, incorporation de stéréotypes de langages et de comportements… ). Au lieu d’être les instruments d’une socialisation de la justice, ils sont les artisans d’une “judiciarisation” du social. La dépendance des acteurs augmente en proportion des bénéfices symboliques qu’ils retirent de leur collaboration avec le système pénal. Si la médiation pénale est le seul moyen pour les bénévoles d’acquérir une reconnaissance sociale ou pour les professionnels d’assurer leur rémunération, les risques de dépendance sont considérables. Ils augmentent avec le développement d’une justice managériale dont la préoccupation principale est de traiter le maximum de cas pour un coût minimum. Sans éluder ces risques, d’autres chercheurs pensent que la médiation introduit dans le système judiciaire une nouvelle rationalité communicationnelle (Habermas 1987) qui en transforme les modalités d’action et le sens (Bonafé 1998). Ils s’opposent catégoriquement à l’idée d’un complot contre les libertés publiques car les stratégies judiciaires ne sont pas rationnelles mais plutôt la conséquence de recompositions successives non réellement maîtrisées. Dans cette perspective la médiation ne constitue pas un modèle alternatif à la justice mais intervient en complément de la justice en prenant en compte la dimension affective et humaine qu’elle n’a pas les moyens de traiter. Une deuxième critique souligne le danger que représente pour le droit des personnes la souplesse et la flexibilité qu’apporte la médiation dans la régulation des conflits. L’absence de cadre et de garanties juridiques aurait pour conséquence la mise en œuvre d’une sous-justice sans droit et sans juge. La dévolution des conflits pénaux à des médiateurs aurait en particulier pour effet de fermer la porte des prétoires aux populations les plus défavorisées et de privatiser la régulation de leurs conflits. Ce risque est particulièrement dénoncé par les mouvements de défense des droits des femmes qui s’opposent au recours à la médiation en matière de violence familiale. Pour eux la médiation serait une façon de nier la gravité de ce problème social et de disqualifier les femmes. Le combat social contre leur oppression domestique doit se livrer sur la scène publique que représente la justice. La sanction pénale des coupables a pour fonction de proclamer clairement l’interdit social tandis que la médiation dilue les responsabilités par la recherche du consensus. La médiation renforcerait les inégalités de statut entre homme et femme en permettant aux hommes d’échapper à la répression. Ces arguments ouvrent naturellement un débat important sur la question de savoir quels types de conflits peuvent être traités en médiation. Mais tout dépend du cadre juridique que l’on fixe à la médiation. Soit on peut concevoir la médiation comme une solution dérivée à l’intérieur du système de justice. Elle peut alors intervenir à divers stades de la procédure pénale mais avant toute prise de décision. Soit on peut aussi envisager la médiation comme une solution intégrée dans le sentencing, elle constitue alors une mesure probatoire guidant la décision du magistrat. Soit enfin elle peut être organisée après la sentence et intervient alors en complément d’une condamnation. Ce métissage de logiques est de nature à satisfaire tous ceux qui contestent l’orientation vers la médiation pénale de contentieux, comme celui de la violence conjugale, dans lesquels les droits des plus faibles méritent d’être affirmés sur la scène publique. La proclamation des droits fait œuvre pédagogique, claironne l’interdit social, tandis qu’un processus de réparation des victimes ou de socialisation des auteurs est mis en place de manière plus fine que ne le fait habituellement le système judiciaire.

Les performances du système pénal en matière de violences conjugales apparaissent souvent inadéquates. La vision juridique du monde est trop étroite pour traiter ces cas avec le doigté et la profondeur requis. Mais il serait peu pertinent de choisir par défaut l’orientation vers la médiation. Car, et les critiques que nous avons évoquées le montrent, la médiation ne saurait être appliquée à toutes les situations. N’ayant pas vocation à résoudre le problème social que constituent les violences domestiques elle doit être conçue comme un des maillons d’une politique globale de prévention et de lutte. Elle ne saurait se substituer d’une part à la nécessité de dire pédagogiquement le droit pour les affaires les plus emblématiques, d’autre part aux réponses thérapeutiques qui sont nécessaires dès lors que les comportements violents ou victimaires s’inscrivent sur un registre pathologique. Son usage peut trouver sa pleine efficacité si le caractère consensuel de la démarche est garanti, si les personnes jouissent de la plénitude de leurs capacités intellectuelles ou psychiques, si les conflits sont encore peu cristallisés, lorsque le recours à la violence n’est pas structurel mais contextuel, de type réactif face à une situation vécue comme insupportable, enfin si la compétence des médiateurs est incontestable. Mais il faut rester prudent. Même si les potentialités de la médiation sont attestées par des observations empiriques relativement étayées, nous manquons encore d’éléments fiables d’évaluation pour en mesurer les effets à moyen et long terme en matière de pacification des conflits et de transformation des comportements violents.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s