IoT- EDI (Electronic Data Interchange) and the development of electronic market platforms

fractal art  2

IoT- EDI (Electronic Data Interchange) and the development of electronic market platforms - The diversity of contributors to performance is useful not only to gain a better understanding of the dynamics of IoT development, but also has very direct consequences on the selection of economic players and the way in which equipment decisions are made. Indeed the factors mentioned above create a favourable environment for businesses although they are not an automatic factor in adoption. To understand the conditions that favour dissemination of the IoT, it must be remembered that the investment choices made by organizations originate from structured decision-making processes.  The profitability of applications must be examined through a differentiation between initial equipment costs (the stepping up of the level of infrastructure and equipment) and current operations. The economic improvement of production processes does not always suffice to justify an investment decision, for it depends on how the initial equipment (chips and readers) is managed and written off. These upstream investments (reconfiguration of processes and R&D) are all the more important in this context because the Internet of Objects encompasses a large diversity of technologies and implies the competent management of a large range of tools and components – from chips and sensors to middleware. In addition, company expenditure on the IoT is not limited to the acquisition of the technical system (chips, readers, middleware) and the installation of the relevant infrastructure : experience shows that where information and communication technologies are concerned the hidden costs of implementation must not be overlooked. These are often very high and – as equipment such as the ERP has shown – they may lead to initial investments being put into question. Indeed, beyond the simple matter of the technical equipment, both the selection of application settings and the acquisition of the organizational knowledge that enables better control of the associated flows can be long, difficult and costly. Each performance indicator and measurement corresponds therefore to specific economic solutions that generate profitability from the many investments necessary, for example in R&D, infrastructure, development of new applications, and the equipping of a sector with chips, readers and sensors. If we consider the opportunity of creating value for a given economic sector, the absence of a clearly identifiable return on investment in the short term is penalizing ; in this context, it is rather the operators and technology suppliers who will be urged to invest in order to ensure the expansion of the market and the realization of a critical mass of applications. However, when savings can be made in supply chain costs and by linking information systems and material resource management systems, intermediary firms (platforms or distributors) may be induced to invest. Indeed, these benefit directly from performance gains in logistics and the lowering of transaction costs ; at the same time, they can plan to bill associated services to partner firms or even to consumers. The main industrial companies can self-finance their investments if they can generate revenue and savings through innovative applications which lead to the optimization of logistics and maintenance, stock reduction, lowering of management control costs, etc. The creation of extra services with added value through the configuration of new offers also provides the possibility of considering payment by the consumer or the end user. These new offers may take different forms : first, they can result from the aggregation of niche markets, as in the case of applications for use with animals. These are based on one type of chip but produce very different applications depending, for example, on whether they target bovines, equines, dogs or cats. New offers could also be created for traditional markets by extending the range of services on offer. Fresh opportunities exist in vehicle marking and embedded electronics, instigating new added value services such as assistance (e-call), active driving aid, and also new forms of insurance (pay as you drive). Lastly, innovative offers can originate from the creation of new markets such as personal protection (surveillance of young children or of the elderly, security of goods and access, etc.). These new services currently being developed are not isolated, but can be found in all sectors. However, in all cases, the dissemination of the IoT can be challenged if each industrial participant is tempted to avoid investment costs by transferring expense to other stakeholders in the value chain. This threat is not purely theoretical. The recent example of EDI (Electronic Data Interchange) and the development of electronic market platforms show that major players in a sector are always attracted to using these innovations to reinforce their control over all production processes and associated players, whether these are subcontractors, suppliers or consumers.
 In such cases, depending on the business models adopted, there is considerable risk that SMEs either be excluded from the modernization and performance processes associated with the IoT or, on the other hand, that they be obliged to bear the mains costs, to the sole profit of the major players. This is a particularly sensitive point, for the success of IoT applications rests on their simultaneous dissemination in all sectors and among all partners involved – from manufacturers and decision-makers to distributors and users – whatever the area of application. When this is not the case, the integration of information throughout the process is impossible, and, for all the partners, the success and pertinence of the application are jeopardized. To promote the dissemination of the IoT in different sectors, it appears essential to ensure that investments are indeed funded at all levels of the industries involved : this may be carried out through industrial projects (with public funding, for example) or by encouraging the partners of a given sector to unite their resources (through a consortium, for instance). The role of public authorities may prove all the more important in that the above examples demonstrate that benefits from the IoT do not accrue to only certain players in the value chain. In many cases, dissemination throughout all sectors contributes to the overall improvement of social well being, and is not limited to bringing specific advantage to any particular player.This is true, quite naturally, in sectors that are traditionally part of the public sphere in Europe : health, education, culture and administration. Many proven examples of useful applications already exist : the monitoring of health expenses, the battle against the risk of counterfeiting, the improvement of the treatment of patients and of dependent members of society, improved access to public libraries, and increased security of administrative documents. Nonetheless gains for society may also arise from products and services provided by private enterprise. For instance, the widespread adoption of RFID chips in supermarket distribution will no doubt lead to major improvements in the waste disposal chain, whatever the profits made by distributors. These technologies will also be at the core of the development of “sustainable” and “intelligent” cities.   

fractal art   1

IdO: La variété des sources de performance n’est pas seulement utile pour mieux comprendre les dynamiques de développement de l’IdO, elle a aussi des conséquences très directes sur les choix des acteurs économiques et la manière dont s’effectuent les décisions d’équipement. Les facteurs que nous venons d’évoquer créent en effet un environnement incitatif favorable pour les firmes mais ne constituent pas ipso facto un facteur d’adoption. Pour comprendre les conditions de déploiement de l’IdO, il convient de garder à l’esprit que les choix d’investissement des organisations répondent à des processus de décision structurés et séquentiels. La rentabilité des applications doit notamment s’envisager en distinguant les équipements initiaux (la mise à niveau des infrastructures et des équipements) et les opérations courantes. L’amélioration économique des processus de production ne suffit pas toujours à justifier une décision d’investissement car elle dépend aussi de la manière dont les équipements de départ (puces et lecteurs) sont pris en charge et amortis. Ces investissements en amont (reconfiguration des processus et R&D) sont d’autant plus lourds que l’internet des objets recouvre un ensemble de technologies très diversifié et suppose de maîtriser un large portefeuille d’outils et de composants, allant des puces aux capteurs et aux middlewares. En outre, le coût de l’IdO pour une entreprise ne se résume pas simplement à l’acquisition de ce système technique (puces, lecteur,middleware) et à l’accompagnement de son installation. L’expérience montre qu’en matière de technologies de l’information et de la communication, il convient de ne pas oublier les coûts cachés des mises en œuvre. Ceux-ci s’avèrent souvent extrêmement élevés et – comme l’ont montré certains équipements tels que les ERP – conduisent parfois à remettre en cause les investissements initiaux. En effet, au-delà des équipements techniques, les paramétrages des applications et l’apprentissage de l’organisation pour maîtriser les flux associés peuvent être longs, difficiles et coûteux. Chaque facteur de performance et chaque mode de valorisation correspondent donc à des solutions économiques spécifiques pour rentabiliser les nombreux investissements à conduire  : R&D, infrastructure, développement de nouvelles applications, équipement d’un secteur ou d’une activité en puces, lecteurs et capteurs. Si l’on envisage l’opportunité de dégager des gains d’ensemble pour un secteur économique, l’absence de retour sur investissement clairement identifiable à court terme est pénalisante  ; dans ce cas, ce sont plutôt les opérateurs et les fournisseurs de technologie qui seront incités à prendre en charge les investissements nécessaires pour assurer l’amorçage du marché et atteindre une masse critique d’applications. À l’inverse, quand des économies sont réalisables au niveau des chaînes logistiques et dans l’articulation entre systèmes d’information et gestion des ressources matérielles, les industriels intermédiaires (plateformes ou distributeurs) peuvent être en première ligne. En effet, ils bénéficient alors directement des gains de performance logistique et de la baisse des coûts de transaction  ; ils peuvent envisager, dans le même temps, de facturer des services associés aux industriels partenaires, voire directement aux consommateurs. Ainsi, quand les applications apparaissent comme pouvant générer directement des économies, les acteurs industriels sont en mesure d’assurer leur autofinancement grâce aux gains de productivité dégagés et à un retour sur investissement favorable  : optimisation logistique et maintenance, réduction des stocks, réduction des coûts de contrôle de gestion… La création de nouveaux services à valeur ajoutée donne également la possibilité d’envisager un paiement par le consommateur ou l’usager final en reconfigurant de nouvelles offres. Ces dernières peuvent prendre plusieurs formes. Elles peuvent d’abord résulter de l’agrégation de marchés de niche  : c’est le cas des applications à destination des animaux qui s’appuient sur le même type de puces pour structurer des applications sensiblement différentes selon qu’il s’agit de bovins, d’équidés, de chiens ou de chats par exemple. Les nouvelles offres peuvent également s’articuler sur des marchés traditionnels, en élargissant la gamme des services proposés  : les possibilités ouvertes par le marquage des véhicules et l’électronique embarquée fournissent ainsi matière à de nouveaux services à valeur ajoutée, parfois regroupés sous le terme de «  voiture communicante  »  : ce sont des services d’assistance (e-call), de sécurité active pour la conduite, mais aussi des formes nouvelles d’assurance (pay as you drive). Enfin, les nouvelles offres s’appuient sur la création de marchés nouveaux comme ceux de la protection personnelle (surveillance des jeunes enfants ou des personnes âgées, sécurité des biens, sécurisation des accès…). Ces nouveaux services en phase de création ne sont pas isolés, on les retrouve dans tous les types d’activité. Dans tous les cas cependant, le déploiement de l’IdO peut se heurter à la tentation de chacun des acteurs industriels de s’abstraire des coûts d’investissement en reportant les charges sur d’autres acteurs de la chaîne de valeur. Cette menace n’est pas purement théorique. Les exemples récents de l’EDI ou le développement des plateformes de marché électroniques montrent que les acteurs dominants des filières sont toujours tentés de saisir de telles innovations pour renforcer leur contrôle sur l’ensemble des processus de production et sur les acteurs associés, qu’il s’agisse des sous-traitants, des fournisseurs ou des consommateurs. Dans de tels cas, selon les modèles économiques retenus, le risque n’est pas négligeable de voir les PME exclues des processus de modernisation et de performance associés à l’IdO ou, au contraire, obligées d’en supporter principalement le coût, au seul bénéfice des grands donneurs d’ordre. Ce point est particulièrement sensible car le succès des applications de l’IdO repose, quels que soient les domaines d’applications, sur leur déploiement en parallèle dans toutes les composantes de l’activité et chez tous les partenaires concernés  : des producteurs et des donneurs d’ordre jusqu’aux distributeurs ou aux usagers. Quand ce n’est pas le cas, l’intégration des informations tout au long du processus devient impossible, le succès et l’intérêt même de l’application pour l’ensemble de ces partenaires sont compromis. Pour promouvoir le déploiement de l’IdO dans les différents secteurs, il s’avère donc essentiel de s’assurer du financement effectif des investissements à tous les niveaux des filières intéressées  : cela peut être envisagé par le cadre d’actions industrielles (cautionnement public par exemple) ou en incitant les partenaires d’une filière donnée à mutualiser leurs engagements (dans un cadre de consortium par exemple).

Le rôle des pouvoirs publics peut s’avérer d’autant plus important que les exemples d’applications présentées plus haut nous montrent que les profits de l’IdO ne bénéficient pas seulement à certains acteurs de la chaîne de valeur. Dans nombre de cas, le déploiement sur l’ensemble des filières contribue à améliorer globalement le bien-être social, au-delà des avantages particuliers de tel ou tel acteur. C’est le cas, tout naturellement, dans les secteurs d’activités qui relèvent déjà traditionnellement, en Europe, de la sphère publique  : santé, éducation, culture ou administration. Les exemples abondent déjà d’applications à l’utilité incontestable  : suivi des dépenses de santé, lutte contre les risques de contrefaçon, amélioration du traitement des patients et personnes dépendantes, meilleure accessibilité des bibliothèques publiques, sécurisation des documents administratifs. Mais les gains pour la société peuvent aussi naître dans les produits et les services relevant, de plein droit, des activités privées. Dans la grande distribution alimentaire par exemple, il est important de noter que quels que soient les profits qu’en retireront les grands distributeurs, la généralisation des puces RFID sera, sans aucun doute, une source prépondérante d’amélioration de la chaîne de traitement des déchets. Ces technologies seront aussi à la base du développement des «  villes durables  » ainsi que des « villes intelligentes ».

fractal art  3

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s