Adaptive processes of prisoners in various correctional centers

pr 1

Two conditions are necessary to understand how an individual adapts socially to his environment. Firstly, it is important that the opinions and attitudes of the individual do not contradict those which confirm that he belongs to a given social milieu. Secondly, the opinions and attitudes of the milieu must not contradict the deeply held attitudes of the individual, thus questioning a value system that is part of his personality. Thus, social adaptation results from a reflexive dynamic of « trans-construction » in which the values of the individual and the milieu adjust themselves. In the carceral context, there is, nevertheless, a problem in the application of this definition. Indeed, the context of isolation and confinement, the uprooting from an original socio-cultural milieu and confrontation with one sometimes very different from his own, are changes that can cause a rupture from the daily habits developed on the outside. Every detainee can be  forced to live in close proximity to social groups that are antagonistic in terms of values, opinions or attitudes.

In the particular life context, we want to understand how the detainees socially integrate within the milieu, but we also want to isolate the different factors that can determine their trajectories. The rules of the carceral milieu define this type of organization as being a « total » institution (Sykes, 1958). The detainee lives within a space of constraint that is strictly defined, where his movements, what he eats, what he wears, what he buys, are completely controlled. He lives within a cell that most often will not have chosen by him, subject to a precise administrative or legal regulation that will dictate his actions, forcing him to adopt a specific code of behaviour. In the same way, he is forced to pursue only those work or leisure activities that are acceptable to or proposed by the institution. Also, in the carceral universe, the variegated aspects of normal living are compressed within a single setting. That means that the places of residence, work and leisure are all found in the same space-thus, the description of the institution as total.However, prison should not be understood only through the lens of political rectitude, but should be seen more in terms of networks of norms which are negotiated through a constant exchange among prisoners, prison personnel, as well as agencies on the outside. Thus, the prisoner must simultaneously negotiate a series of formal as well as informal rules, within the constant exchanges that are part of normalized, personalized, negotiated or conflictual interpersonal relationships. From these relational modes, several axes of research are used to describe the particular forms of carceral adaptation. Indeed, this polarity of adaptive modes (cooperation vs. non-acceptance) with regard to carceral rules (formal vs. informal) allows us to perceive different modes in the process of integration. In recent decades, the process of prisonization has probably been one of the most studied phenomena in the carceral milieu. This term, developed by Clemmer (1940), describes the change in prisoners’ values or attitudes, which, depending on the length of incarceration, orients towards an opposition to institutional rules, a distancing from prison’s personal values, and a re-inforcement of solidarity among prisoners (Lemire, 1990; Wheeler, 1961). Another process, defined as atomization, has also been observed, and it describes an opposite type of change, reinforced by an interindividual isolation, which therefore questions the concept of carceral culture and relativizes theClemmerian universalism, a phenomenon of prisonization (Cunha, 1995; Vacheret, 2002). However, according to the work of Cooley (2002), these two processes would be part of the same dynamic. Thus, he qualifies prison as a milieu that is partially unstable, where neither discord nor harmony predominate, thus supporting the notion of a cultural relativism. Several carceral typologies support this point of view. Indeed, in analyzing more precisely the various carceral roles, different typologies demonstrate that the analysis of this environment cannot be based on a system of homogeneous values, instead favoring the idiosyncratic relationship each prisoner develops with his milieu. Thus these classifications offer a better description of the roles that prisoners endorse as well as a better comprehension of the dynamics of adaptation that operate in this milieu. As already pointed out by Irwin (1970), carceral roles can be related to an array of values associated with different groups of prisoners. The culture of the prisoner should therefore be thought of as having a multiple character, being defined on the basis of the degree of adhesion or opposition by the prisoner to the different values existing in the milieu. Based on these classifications, it seems possible to identify various factors that explain the modes of integration. Another stream of research has specified these different causes. One after another, these studies have shown that the type of institution(Gendreau et al., 1997; Wright, K.N., 1991; Wright, K. N., 1993; Zamble and Porporino, 1988), the type of offense (Gendreau et al., 1997; Schwaebe, 2005), the age of the prisoner (Gallagher, 2001; Garofalo and Clark, 1985; Gendreau et al., 1997; Hanson et al., 1983) or the prisoner’s knowledge of the prison (Goodstein et al., 1984; MacKenzie and Goodstein, 1985; Zamble, 1992; Zamble and Porporino, 1988), had a strong effect on the nature of the carceral adjustment.

This study is based on the observation of a population of 30 prisoners encountered in three French correctional centres. The decision to study these three centres was made in order to ensure a better generalization of results. Hence, the evaluation of this particular type of detention suggests an interest in integrating within our analysis the totality of the carceral trajectory. This data has provided supplementary indications related to the modes of adaptation observable in « maisons d’arrets » (remand prisons that also house those sentenced to less than one year of detention) as well as « maisons centrales » (high-security prisons for dangerous offenders).

The composition of the sample was initially based on a selection of prisoners chosen according to the type of offense, the age of the prisoner and the length of incarceration. We wanted an equilibrium among these different variables in order to obtain a strong heterogeneity. In reality, it was difficult to impose this methodological rigor since it has been so difficult to meet with certain types of prisoners. It was especially difficult to meet prisoners who were strongly prisonized or atomized. We must also emphasize the involvement of prison personnel in the selection: they sometimes proposed lists of those prisoners they deemed appropriate, according to their own subjectivities. Hence, in order to avoid this bias, some interviews were conducted more or less fortuitously, in the living units, in corridors, etc. We have kept 30 interviews, forming a population with an average age of 40 years, 2/3 of the participants were doing their first prison term, and 1/3 were incarcerated for « délits » (less serious offenses) or sexual crimes. This qualitative research is mainly based on data collected from semi-directed interviews and a socio-demographic questionnaire The interviews were first and foremost oriented around questions designed to explore the subculture of the prisoner, his carceral trajectory, his perceptions with regard to the other prisoners as well as the prison personnel. We wanted to understand the salient stages of his incarceration, such as the different types of violence (verbal and physical) exercised, suffered, or witnessed. Also, we asked everyone to recount his carceral trajectory, from the first to the last incarceration. This interview protocol allowed us to simultaneously establish a typical profile of positions adopted within a « centre dedétention » (medium security prison) or during eventual incarcerations in a maison d’arrêt (remand prison) or in a maison centrale (high security prison). We also wanted to evaluate the different dimensions of certain sociodemographic characteristics (lengths of incarceration, type of offense, number of incarcerations, age, civil status, level of education, profession or trade before incarceration). From these interviews, we have produced three types of analysis, based firstly upon the principle of an emergent categorization that consisted of a thematic classification of verbatim accounts. This classification allowed us to then proceed to the typological analysis, consisting of a grouping of prisoners that indicates certain similarities in the discourses. Finally, we have produced a third analysis by crossing socio-demographic variables with the typology produced.One part of the results will present a typology based on a description of different carceral roles. A second part will present certain explanatory factors relating to these social positionnings.

Deux conditions sont nécessaires pour comprendre comment un individu s’adapte socialement à son milieu. Il importe d’une part que les opinions et les attitudes de l’individu ne soient pas en contradiction avec les opinions et les attitudes lui permettant de confirmer son appartenance à un milieu social donné, et il est nécessaire que les opinions et les attitudes véhiculées dans ce milieu ne viennent pas contredire les attitudes profondes de l’individu, remettant en cause un système de valeurs lié à sa personnalité (Boudon, 2002). L’adaptation sociale se réalise donc d’après une dynamique réflexive de « trans-construction » où vont s’ajuster les valeurs de l’individu et les valeurs du milieu (Taché, 2003). Dans le contexte carcéral, une difficulté réside néanmoins dans l’application de cette définition. En effet, le contexte d’isolement et de confinement, le déracinement ou la confrontation avec un milieu socioculturel parfois très différent du sien sont autant de modifications qui viennent rompre avec les habitudes quotidiennes de l’extérieur. Ainsi, tout détenu est contraint de vivre à proximité de groupes sociaux qui peuvent être respectivement antagonistes du point de vue des valeurs, des opinions ou des attitudes. Dans ce contexte particulier de vie, nous voulons comprendre comment les détenus s’intègrent socialement au milieu, mais aussi localiser les différents facteurs qui peuvent déterminer ces trajectoires.Les règles du milieu carcéral assignent généralement à ce mode d’organisation le rang d’institution « totale » (Sykes, 1958). Le détenu vit dans un espace de contrainte strictement défini où ses déplacements, ce qu’il mange, ce qu’il porte, ce qu’il achète sont entièrement contrôlés. Il vit dans une cellule déterminée qu’il n’a le plus souvent pas choisie, et il est assujetti à un règlement administratif ou juridique précis qui vient régenter son action, le soumettant à adopter un code de conduite spécifique. De la même façon, il est contraint dans ses choix à suivre uniquement les activités professionnelles ou les loisirs qui sont acceptés ou proposés par l’institution. L’univers carcéral se caractérise également par le décloisonnement des différentes sphères de vie en une seule. C’est-à-dire que les lieux de résidence, de travail et de loisir se retrouvent dans un même espace, d’où ce qualificatif d’institution totale. Cependant, la prison ne doit pas se comprendre uniquement dans ce registre de rectitude politique, mais s’entrevoir bien plus dans un contexte où les réseaux de normes se négocient selon un échange constant entre détenus, personnels pénitentiaires, et intervenants extérieurs. Le détenu doit donc composer à la fois avec une série de règles formelles, mais également avec un certain nombre de règles informelles, qui s’inscrivent dans des échanges constants reposant sur des rapports interpersonnels normalisés, personnalisés, négociés ou conflictuels (Chantraine, 2004b; Chauvenet, 1998; Cooley, 1992; Goffman, 1961; Rostaing, 1997; Sykes et Messinger, 1960; Vavikhine, 2004). À partir de ces modes relationnels, plusieurs axes de recherche sont envisageables pour décrire les formes particulières d’adaptation carcérale. En effet, cette polarité des modes adaptatifs (coopération vs défection) à l’égard des règles carcérales (formelles vsinformelles) permet d’entrevoir différents modes de processus d’intégration.

Le processus de prisonniérisation a probablement été l’un des phénomènes les plus étudiés ces dernières décennies dans le milieu carcéral. Ce terme développé par Clemmer (1940) décrit le changement de valeurs ou d’attitudes des détenus, qui s’orientent selon le temps d’incarcération vers une opposition aux règles institutionnelles, un éloignement des valeurs du ppr 2ersonnel pénitentiaire, et un renforcement de la solidarité entre détenus (Lemire, 1990; Wheeler, 1961). Un autre processus défini sous le terme d’atomisation, a également été observé, décrivant au contraire un type de changement renforcé par un isolement interindividuel, remettant ainsi en cause la notion même de culture carcérale et relativisant l’universalisme clemmerien du phénomène de prisonniérisation(Cunha, 1995; Vacheret, 2002). Cependant d’après les travaux de Cooley (2002), ces deux processus feraient partie d’une seule et même dynamique. Ainsi, il qualifie la prison de milieu partiellement instable, où ni la discorde ni l’harmonie ne règnent, soutenant ainsi un relativisme culturel. Plusieurs typologies carcérales vont dans le sens de ce point de vue (Bottoms, 1999; Chantraine, 2004b; MacKenzie et al., 1987; Maitland et Sluder, 1996; Schrag, 1954; Sinclair et Chapman, 1973; Zamble et Porporino, 1988). En effet, en analysant plus précisément les différents rôles carcéraux, différentes typologies démontrent que la lecture du milieu ne peut reposer sur un système de valeurs homogènes, préférant privilégier ce rapport idiosyncrasique qu’entretient chaque détenu avec son milieu. Ces classifications offrent donc une meilleure description des rôles que les détenus empruntent ainsi qu’une meilleure compréhension des dynamiques adaptatives qui s’opèrent dans le milieu. Comme l’avait déjà fait remarquer Irwin (1970), les rôles carcéraux peuvent se comprendre en rapport à un ensemble de valeurs associées aux différents groupes de détenus. La culture de détenu devrait donc se penser dans son caractère multiple, se définissant à partir du niveau d’adhésion ou d’opposition du détenu à l’égard des différentes valeurs existantes dans le milieu. À partir de ces classifications, il semble possible de localiser différents facteurs expliquant les modes d’intégration. Un autre courant de recherche a spécifié ces différentes causes. Ces études ont tour à tour constaté que le type d’institution (Gendreau et al., 1997; Wright, K.N., 1991; Wright, K. N., 1993; Zamble et Porporino, 1988), le type de délit (Gendreau et al., 1997; Schwaebe, 2005), l’âge du détenu (Gallagher, 2001; Garofalo et Clark, 1985; Gendreau et al., 1997; Hanson et al., 1983) ou les connaissances du détenu à l’égard de la prison (Goodstein et al., 1984; MacKenzie et Goodstein, 1985; Zamble, 1992; Zamble et Porporino, 1988), avaient une forte incidence sur le type d’ajustement carcéral.Dans cette recherche nous voulons élargir notre compréhension sur les processus de socialisation. Aussi, la construction d’une typologie sera un préalable indispensable pour identifier ensuite les facteurs (environnementversus individu) en cause dans les choix qui déterminent la place, le rôle et l’identité carcérale du détenu.

Cette étude se base sur l’observation d’une population d’une trentaine de détenus rencontrés dans trois centres de détention français. Le choix d’étudier ces trois centres avait comme objectif de favoriser une meilleure généralisation des résultats. Aussi, l’évaluation de ce type particulier de détention comportait l’intérêt d’intégrer dans nos analyses l’ensemble du parcours carcéral. Toutes ces données ont ainsi pu fournir des indications supplémentaires sur les modes adaptatifs observables en maison d’arrêt ou en maison centrale. La composition de l’échantillon a reposé au départ sur une sélection des détenus selon le type de délit, l’âge et le temps d’incarcération. Nous voulions ainsi une forme d’équilibre entre ces différentes variables afin d’obtenir une bonne hétérogénéité. En réalité, il a été difficile d’imposer cette rigueur méthodologique tant il était compliqué de rejoindre certains types de détenus. Il a été en effet difficile de rejoindre les détenus fortement prisonniérisés ouatomisés. D’autre part, il faut également souligner l’implication du personnel pénitentiaire dans le choix des détenus sélectionnés, en proposant parfois une liste de noms de détenus présentant des caractéristiques jugées bonnes, selon la propre subjectivité du personnel pénitentiaire. Aussi, pour déjouer ce biais, certaines entrevues ont également été réalisées à partir de rencontres plus ou moins fortuites sur les unités de vie, dans les couloirs, etc.  Finalement, nous avons retenu 30 entrevues, composant une population dont l’âge moyen était de 40 ans, vivant pour les 2/3 leur première détention, et incarcérées pour les 1/3 de délits ou de crimes à caractère sexuel.

Cette recherche qualitative repose principalement sur des données recueillies à partir d’entretiens semi-directifs et d’un questionnaire sociodémographique. Les entretiens étaient tout d’abord orientés autour de questions destinées à explorer la position sous-culturelle du détenu, son parcours carcéral, sa perception à l’égard des autres détenus ou du personnel pénitentiaire. Nous voulions également connaître les étapes marquantes de son incarcération, telles que les différentes violences (verbales et physiques) exercées, subies, ou observées en tant que témoin. Aussi, nous demandions à chacun de raconter son parcours carcéral, et cela, de la première à la dernière incarcération. Ce protocole d’entrevue permettait ainsi d’établir à la fois un profil type des positions adoptées à l’intérieur du centre de détention ou lors des incarcérations éventuelles en maison d’arrêt ou en maison centrale. Nous voulions également évaluer les différentes dimensions concernant certaines caractéristiques sociodémographiques (temps d’incarcération, type de délit, nombre d’incarcérations, âge, état civil, niveau d’études, profession avant l’incarcération). À partir des entrevues, nous avons réalisé trois types d’analyses, portant tout d’abord sur le principe de la catégorisation émergente qui consistait en une classification thématique des verbatims. Cette classification nous a permis ensuite de procéder à l’analyse typologique, consistant en un regroupement de détenus indiquant certaines similarités dans les discours. Enfin, nous avons réalisé une troisième analyse en croisant des variables socio-démographiques avec la typologie produite. Les résultats présenteront d’une part une typologie reposant sur une description de différents rôles carcéraux. Puis une seconde partie abordera une présentation de certains facteurs explicatifs de ces positionnements sociaux.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s