Human rights culture in prison management

atelier-d-ecriture_article_high2-596x332

Adaptive processes of prisoners in various correctional centers 2 – The analysis of interviews was firstly based on the principle of an emergent categorization, revealing the particularities of the prisoners according to: the degree of alienation from the institution (cooperation/non-acceptance); the type of behaviors adopted with regard to others, whether they are passive (isolated in the cell, avoiding certain areas) or active (contraband, rackets, intense phyical training); or the type of carceral experience in other institutions (maison d’arrêt/maison centrale/centre de détention).

From this data, we have noticed a certain number of common values or traits, signifying a delimitation among certain types of prisoners. We have noted different modes in the process of integration, characterized by the intensity or the forms of communication towards other prisoners or prison personnel. This qualitative appreciation has thus allowed us to reveal four ideal types which confer different and specific identity roles upon prisoners. From our interviews, we have identified a first type of prisoner, characterized notably by a strong will to integrate into groups of peers with similar values. Those values were based, on the one hand, on the rejection of prison authority and its principal representatives and, on the other, the strong stigmatization of prisoners condemned for sexual assaults, more precisely, vulnerable inmates. Hence, this double component would appear in the discourse through a rationalization of the rapport to prison marked by a predatory perspective. « Some people are wolves, some people are sheep. In life, it’s better to be a wolf than a sheep because in the end, the sheep is always eaten ». (03, multirecidivist prisoner, 28 years old, in prison for drug trafficking, sentenced to 59 months in prison). This type of discourse, that represents the prison milieu as being made, on the one hand, of prey, and on the other, of predators, is also marked by an attempt to legitimize one’s dominant position in prison. Hence, they declare the importance of being part of the strongest where the law of the jungle prevails. This form of natural legitimization is also revealed in a discourse where the violence that they report is banalized, where it is normal to carry out justice yourself. « In a vice case following a crime and all that, pedophiles, those people, we don’t like them. And each time they are beaten, it goes without saying. We, the hounds, we don’t accept that. In my case, we think about our children, our godchildren (…) there is a guy, who recidivated and got a certain sentence, he got as much as a car thief. The car thief, he can’t take it. After that, it is justice among us, you know ». (recidivist prisoner, 41 years old, in prison for drug trafficking, sentenced to 4 years in prison). These prisoners reject their peers incarcerated for sexual assaults and refuse any degree of affiliation with them It flows from the reinforcement of a sub-cultural consensus that is based on the rejection of pedophiles or of any prisoner that had committed violent or abusive acts against a weak or physically vulnerable person. Thus, it is apparent in the discourse and the action that this other process for the legitimization of violence is part of a specific category for prisoners, revealing a strong protectionism, based upon a certain moral integrity while minimizing the prisoners’ own offenses. The relationship that this category of prisoner maintains with carceral authority also reveals a particular trait that distinguishes him from other prisoners. He thus describes having difficulty in adapting to the rules of carceral authority. The discourse was, as a matter of fact, marked by insults, provocations, claims or impediments to the rules of organization, reflecting a strong antagonism towards the guards. Nevertheless, behind this refusal to submit to authority, we have observed shared or protected spaces that were negotiated most often in a spirit of suspicion. « Well, there are guards who will be nice, well, who will be on your side, and others who will be against you, you know. And, there are guards who are neutral, you know. In the end, it all depends on the guard, whether or not you pissed him off. It’s always the same, there’s always a reaction. Well, the guard, you can piss him off, he will fuck you…if some day he has something against you,  and then you have some problems with some guys, he won’t be there to protect you. He won’t cover you, you know. They will say, well, go for it. This guy pissed me off, so the guard won’t intervene. It’s enough just to bump into some bad ones, well, you fucked me over, and there’s nothing you can do about it, you know. (…) Well, it happens sometimes. Then, you have to keep your mouth shut, you can’t go complain to the office, because…It’s not where you want to complain, the office, you complain and all, it can still get worse, you know ». (41 year old recidivist prisoner, imprisoned for drug trafficking, doing a four year sentence).
This type of prisoner thus adopts diverse strategies and codes of behavior that express a sharing of common values where violence in relation to guards is banalized. For these prisoners, the symbol of authority is therefore almost always represented as a repressive tool and rarely as a tool of protection.

Another type of prisoner has emerged from our interviews. Like the first, these prisoners appear to belong to groups adhering to common values, where they reject authority in general, and stigmatize prisoners in particular. However, this group offered an interpretation of the milieu in a mode that is generally more elaborated and apparently more tolerant of other systems of values. Thus they seem to better respect the different forms of authority, whether on the side of the prisoners or on the side of the guards. They were able to find in them both a source of protection and a means of answering certain needs. « Adapting to a milieu, above all, to a prison milieu, is to suffer as little as possible. Suffering as little as possible, that means getting as little psychological and physical punishment as possible, as little aggression as possible from other prisoners and the administration, and very quickly you submit to a code of behaviour (…) that means that you are a robber, you must behave as a robber ». (a 37 year old recidivist prisoner, imprisoned for drug trafficking, doing a 6 year sentence). Also, these most calculating of prisoners evaluate the risks and benefits where they can remove the connections that they maintain either with the prison staff or with the prisoners and thus become affiliated with groups more to guaranty their security and avoid existing violence. In relation to carceral authority, they show fewer altercations or disciplinary reports, but nevertheless mention having in the past been able to participate in riots or experience conflicts but in the context where the use of force could be justified as a function of age, location, and circumstances. But in general, these prisoners accept the rules and submit to them quite easily. « Because we are prisoners, we are always wrong (…) it’s not because of having adapted to this, it is superficially accepted because in our hearts we don’t accept it. Ultimately, I prefer to walk away and not have trouble ». (a 53 year old recidivist, imprisoned for drug trafficking, sentenced to a term of 8.5 years). But this type of prisoner often experiences delicate situations where he must look good as much with the prisoners as with the prison staff, something which can come into conflict with one of the informal rules conveyed by the milieu which is not discussed with the guards. This group thus encourages a stronger partnership with the prisoners and a rejection of authority that is more from strategic choice than from conviction.

A third type of prisoner emerged from our interviews, based on the distinction related to a stigmatized group that is generally incarcerated for sexual offences. These prisoners are also set apart from the two preceding groups, their discourse showing values that are less « macho ». But, although stigmatized by different groups of prisoners, they nevertheless succeed in acquiring a certain respect that shelters them from physical violence as well as racket-related harassment. Probably because they render certain services, such as writing letters or sometimes offering legal advice and might also occupy positions of responsibility, it seems that they succeed in influencing the carceral population enough to provide themselves with a relative security. « I’ve met colleagues who were victims of the aggression of others, of mass condemnation. Yes, yes, I’ve met them. I can’t say why, but I’ve not had that problem. But, it is a way of being (…) Well, sometimes, there were some arguments, but after, it’s best not to pursue things. But I never had problems » (a 49 year old first-time prisoner, sentenced to a 15 year term for a vice offence). But above all, this way of being is linked to social skills that especially allow them to deter or better anticipate an imminent danger or to suppress the possible escalation of violence.

culture-en-prison

L’analyse des entretiens a tout d’abord reposé sur le principe de la catégorisation émergente, révélant les particularités des détenus selon : le degré d’aliénation à l’institution (coopération/défection) ; le type de comportements adoptés à l’égard d’autrui, qu’ils soient passifs (isolement en cellule, évitement de certaines zones) ou actifs (trafic, racket, entraînement physique intensif); ou le type de vécu carcéral dans les autres institutions (maison d’arrêt/maison centrale/centre de détention). À partir de ces données, nous avons vu apparaître un certain nombre de valeurs ou de traits communs, marquant une délimitation entre certains types de détenus. Nous avons ainsi constaté différents modes de processus d’intégration, caractérisés par l’intensité ou la forme de communication engagée vis-à-vis des autres détenus ou du personnel pénitentiaire. Cette appréciation qualitative nous a ainsi permis de dégager quatre idéaux-types conférant aux détenus différents rôles identitaires spécifiques. De nos entrevues, nous avons dégagé un premier type de détenus qui présentaient des valeurs caractérisées notamment par une volonté forte de s’intégrer à des groupes de pairs aux valeurs identiques. Ces valeurs reposaient d’une part sur le rejet de l’autorité carcérale et de ses principaux représentants, et d’autre part, sur la forte stigmatisation des détenus auteurs d’agressions sexuelles ou plus précisément des détenus vulnérables. Aussi, cette double composante se révélait dans le discours par une rationalisation du rapport au milieu orientée exclusivement autour du registre de prédation.

«Y’a des gens qui font partie des loups, y’a des gens qui font partie des brebis. Mais dans la vie vaut mieux faire partie des loups que des brebis, parce que la brebis se fait manger toujours à la fin. » (détenu multirécidiviste de 28 ans, incarcéré pour trafic de stupéfiants, purgeant une peine de 59 mois de prison).

Cette forme discursive qui représente l’univers carcéral entre d’un côté des proies et de l’autre des prédateurs est également empreinte d’une tentative de légitimation de sa position dominante dans le milieu. Ils évoquent ainsi l’importance de faire partie des plus forts dans un environnement où c’est la loi de la jungle qui prédomine. Ce mode de légitimation naturelle est également apparent dans un discours où la violence dont ils font état a un caractère banalisé, où il est normal de faire justice soi-même.

«Dans une affaire de mœurs suivant les délits tout ça, les pédophiles, ces gens-là, on les aime pas. Et à chaque fois ils prennent des coups quoi, c’est d’office quoi (…) Nous les pointeurs, on n’admet pas ça. Moi je vois, on pense à nos enfants à nos filleules (…) y’a un mec, en récidive légale il a pris une certaine peine, il a pris autant qu’un voleur de voiture. L’autre voleur de voiture, tout ça il admet pas. Après y’a la justice entre nous quoi. » (détenu récidiviste de 41 ans, incarcéré pour trafic de stupéfiants purgeant une peine de 4 ans de prison).

Ces détenus expriment ainsi un rejet des détenus incarcérés pour des agressions sexuelles et refusent toute affiliation de près ou de loin à ce type de détenus. Il en découle le renforcement d’un consensus sous-culturel se basant sur le rejet des pédophiles ou de tout détenu ayant posé des gestes violents ou abusifs sur des personnes faibles ou vulnérables physiquement. Ainsi, dans cet autre processus de légitimation de la violence, ils indiquent dans le discours et dans l’acte, faire partie d’une catégorie spécifique de détenus, révélant un fort protectionnisme d’une certaine intégrité morale tout en minimisant leurs propres actes délictuels. Le rapport que cette catégorie de détenu entretient avec l’autorité carcérale révèle également un trait particulier le distinguant des autres détenus. Il indique ainsi avoir plus de difficultés à s’adapter aux règles de l’autorité carcérale. Le discours était par ailleurs empreint d’insultes, de provocations, de revendications ou d’entraves aux règles d’organisation, indiquant un fort antagonisme à l’égard des surveillants. Néanmoins, derrière ce refus de se soumettre à l’autorité, nous avons observé des espaces partagés ou protégés qui se négociaient le plus souvent dans le registre de la méfiance.

«Ben y’a des surveillants qui vont compatir enfin qui vont être avec vous et d’autres qui vont être contre vous quoi. Pis des surveillants qui sont neutres quoi. Après, tout dépend des surveillants, si vous l’avez fait chier ou pas. Toujours pareil, y’a toujours un retour. Ben le surveillant vous pouvez le faire chier, mais lui il va vous faire chier… si un jour il a une dent contre vous pis que vous avez des problèmes avec des gars, il va pas être là pour vous couvrir. Il va pas vous protéger quoi. Les mecs ils vont dire bon ben, tiens vas–y, il m’a fait chier, il va laisser faire quoi. Il suffit que vous tombiez sur des mauvais, ben vous en prenez plein la gueule et vous pouvez rien faire quoi (…) Ben ça arrive des fois. Pis faut fermer sa gueule, faut pas aller se plaindre au bureau parce que…C’est pas là où vous allez vous plaindre au bureau, vous portez plainte et tout, ça peut être encore pire quoi.» (détenu récidiviste de 41 ans, incarcéré pour trafic de stupéfiants, purgeant une peine de 4 ans de prison).

Ce type de détenus adopte donc diverses stratégies et codes de conduite exprimant un partage de valeurs communes où la violence à l’égard des surveillants est banalisée. Pour ces détenus, le symbole de l’autorité est dès lors presque toujours représenté comme outil répressif et rarement comme outil de protection.

Un autre type de détenus est apparu à travers nos entretiens. Tout comme le premier, ces détenus indiquaient appartenir à des groupes adhérant à des valeurs communes, où ils rejettent l’autorité en général et stigmatisent des détenus en particulier. Cependant, ce groupe offrait une lecture du milieu sur un mode généralement plus élaboré et semblait mieux tolérer les autres systèmes de valeurs. Ainsi, ils semblaient respecter davantage les différentes formes autoritaires, que ce soit du côté des détenus ou du côté des surveillants. Ils pouvaient trouver chez eux à la fois une source de protection et un moyen de répondre à certains besoins.

« L’adaptation à un milieu, surtout par rapport au milieu carcéral, c’est souffrir le moins possible. Souffrir le moins possible, c’est recevoir le moins de coups physiques et psychologiques, le moins d’agressions par rapport aux détenus, par rapport à l’administration et très vite vous vous pliez à un code de conduite, un code comportemental (…) c’est-à-dire que vous êtes un braqueur, vous devez vous comporter comme un braqueur.» (détenu récidiviste de 37 ans, incarcéré pour trafic de stupéfiants, purgeant une peine de 6 ans de prison).

Aussi, ces détenus plus calculateurs évaluaient les bénéfices ou les risques qu’ils pouvaient retirer des liens qu’ils entretiennent soit avec les membres du personnel, soit avec les détenus et disent ainsi s’affilier aux groupes plus pour garantir leur sécurité et éviter les violences existantes. Vis-à-vis de l’autorité carcérale, ils font remarquer peu d’altercations ou de rapports disciplinaires, mais évoquent néanmoins avoir pu par le passé participer à des émeutes ou avoir parfois vécu des conflits mais dans un contexte où l’usage de la force pouvait se justifier en fonction de l’âge, du lieu et des circonstances. Mais dans l’ensemble, ces détenus acceptent les règles et s’y soumettent assez facilement.

«Le fait qu’on soit détenu, on a toujours tort (…) c’est pas de l’adaptation, c’est accepté extérieurement, parce qu’intérieurement, on n’accepte pas. À la limite moi je préfère tourner les talons et pas avoir d’histoire.» (36, détenu récidiviste de 53 ans, incarcéré pour trafic de stupéfiants, purgeant une peine de 8,5 ans).  

Mais ce type de détenus vit souvent des situations délicates où il doit faire bonne figure autant avec les détenus qu’avec les membres du personnel pénitentiaire, ce qui peut aller en contradiction avec une des règles informelles véhiculées dans le milieu qui est de ne pas discuter avec les surveillants. Ce groupe favorise ainsi un partenariat plus marqué avec les détenus et un rejet de l’autorité dans un choix plus stratégique que par conviction.

Un troisième type de détenus ressort de nos entrevues, reposant sur une distinction en lien à un groupe stigmatisé qui est généralement incarcéré pour des délits à caractère sexuel. Ces détenus se détachent également des deux groupes précédents, montrant dans leur discours des valeurs moins « machistes ». Mais, bien que stigmatisés par différents groupes de détenus, ils réussissent néanmoins à acquérir un certain respect, qui suffit à les mettre à l’abri des violences physiques ou du racket. Probablement parce qu’ils rendent certains services comme l’écriture du courrier ou parfois en offrant des conseils juridiques, et qu’ils occupent des postes à responsabilité, il semble qu’ils réussissent à s’imposer suffisamment auprès de l’ensemble de la population carcérale pour se garantir une relative tranquillité.

« J’ai rencontré des collègues qui subissaient l’agression des autres, la vindicte populaire. Oui, oui j’en ai rencontrés. Mais je sais pas pourquoi, moi j’ai pas eu ce souci-là. Mais c’est aussi une façon d’être (…) Bon de temps en temps y’avait quelques piques, mais après il faut pas trop suivre quoi. Mais j’ai jamais eu de soucis. » (détenu primaire de 49 ans, incarcéré pour affaire de mœurs, qui purge une peine de 15 ans de prison).

Mais cette façon d’être révèle surtout des habilités sociales qui leur permettent notamment d’écarter ou de mieux anticiper un danger imminent ou de repousser l’escalade possible des violences.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s