Why prison education?

culture-en-prison

Adaptive processes of prisoners in various correctional centers 3 – Behaviors and attitudes might explain the reasons that help prisoners avoid a certain number of acts of violence.
« What’s disarming is the fact of being calm. Because in general, what they’re after is just to brawl, so that people will be afraid. Well, not being afraid, saying to them « you want to fight? Okay ». But, to be smiling, to disarm the other guy (…)to stand tall, both physically and figuratively-that’s what’s important. That means to not…to not back down ». (a 54 year-old first time offender, imprisoned for a vice offense, sentenced to 8 years).

The social skills that allow for the improvement of their relationships with other prisoners seem to also encourage good relationships with staff. These  prisoners generally rationalize the relationship to guards in foreseeing difficulties encountered by staff and this, according to organizational constraints. Their behaviors in relation to the guards are marked by an attitude of tolerance and cooperation These prisoners make a clear distinction between the individual and professional responsibilities of the staff. « It’s true, I guess, that being a guard is not that simple because you have colleagues, because you have the pressure of the union, I know it has an important role and we also know that there are sometimes routines in the institution and it’s not always easy to change, it’s more the culture of the place » (a 49 year old first time offender, incarcerated for a vice offense, sentenced to 15 years). This relationship with the guards is therefore marked by a willingness to improve the conditions of life through a positive collaboration with the formal rules of the administration.

Finally, we have produced a last category, consisting of those who experience serious difficulties in adapting to other prisoners. The members of this group are the most vulnerable prisoners. Hence, their position in the milieu is characterized by a strong acceptance of carceral norms that are related to the production of formal rules.  In terms of their relationships with prisoners, they consider themselves most often to be victims, describing themselves as weak or fragile, submitting with resignation to various daily verbal assaults, and sometimes physical ones. « I have been accosted by… and… « fat man » tells me « we know why you’re here, you better go go to your cell »… then they put me, like that… « that can be a problem for you ». I had arrived on the morning at 9h00, 9h15, I was gone. Then I understood that prison was not what I had imagined, it was not very friendly » (first time offender, 55 years old, incarcerated for a vice crime, sentenced to a 15 years prison term). These prisoners, distinguished by both their physical vulnerability and psychological fragility, are also the targets of other prisoners, based on the types of offenses for which they have been incarcerated. Thus, these prisoners who have committed sexual assaults experience strong stigmatization by the other prisoners and in order to survive, they choose to withdraw to their cells. The behavior of these prisoners signals above all their passivity and is expressed by a greater degree of social withdrawal. In relation to carceral authority, they displayed, in their discourse, a greater wish to have contact with the guards, especially to secure better protection for themselves. Yet, in spite of the apparent confidence they seemed to express about the guards, they expressed a mistrust of the various pressures exercised by this same authority. « A guard, to be considered as tough, he’ll say : « here, this one is inside for that ». This way, he’ll look good, he doesn’t have any problems (…) When I arrived in my cell : « Ah ! Here is the hound, says the guard. The guard was pleased to say loudly : ah! Here is the hound » (first time offender, 55 years old, incarcerated for a vice crime, sentenced to a 15 years prison term). This violence thus leads these prisoners to isolate themselves, finding themselves caught between a stigmatization created as much by the prisoners as by the penitentiary staff. From this typology, which allows us to synthesize the large quantity of information gained in our interviews, we can now advance a certain number of hypotheses concerning the sociological determinants that might explain the processes of integration relative to the different carceral sub-cultures. Our analysis has effectively allowed us to reveal three main explanatory variables. Thus, it seems that the type of detention, the category of offense, and the carceral experience are the most important factors to consider.

The different carceral environments, such as the maison d’arret (MA), the centre de détention (CD) or the maison centrale (MC), are very distinct milieus from the point of view of the population received, the security level or the proposed activities. These strong disparities, which do not necessarily structurally modify the configurations of the group inside the milieus, nevertheless seem to affect certain tendencies which seem to reinforce values and opinions, thus adding to the degree of coercion. Indeed, our results show, that, for each of the milieus, there seems to be an important difference in the life story told. The prisoners have claimed that they have suffered or have made others suffer more physical violence, insults or suicide attempts in the MA and also report having experienced more riots or serious violence in the MC. As well, we have found that the type 1 and 2 prisoners have demonstrated a greater resistance to the values of the staff, a greater reinforcement of their anticarceral values, with an increased participation in trafficking, consumption of psychocative substances or in violence. « One also has to go to the high security prisons, like Moulins, like St-Maur, like Clairvaux. There, you have stuff to get busy with. There, it is not the same thing. Just a prisoner who talks to a guard is seen as bad. One doesn’t talk … everybody puts up a fence. There is a guard and there is a prisoner. There is practically no dialog. I am talking about maison centrale. Because here, there are dialogs» (recidivist, 48 years old, incarcerated for manslaughter, sentenced to a 20 year prison term). However, the type 3 and 4 prisoners, for their part, indicated a greater victimization, claimed more insults or physical violence, like this prisoner who spoke to us of the actual conditions of his detention in relation to those he experienced at a maison centrale. « It’s true that it brings a certain peace, a peace of mind and of living, you know (…) The situation is really different at the centrale. I’m not out looking for people I will pass by. We’re more laid back than that, you know » (a 56 year old first offender, imprisoned for a vice offence, sentenced to 18 years). In the CDs, it seems that the polarization among sub-groups, expressed particularly through violence, is less present. Our interviews seem to show that the less strict rules in the CD, the respect for numerus clausus (capped number), or the fact that the institution houses prisoners showing better chances for reintegration, might improve the quality of interpersonal relationships both among the prisoners and between the prisoners and the prison staff. It therefore seems that the modes of management in different carceral contexts or the selection of intake populations have direct implications for the quality of the mode of carceral integration. We have noticed that the adaptation of prisoners also depends on the causes of incarceration.   Thus, the prisoners who committed sexual offenses showed greater difficulties in adapting, experiencing a strong stigmatization and suffering more insults or physical violence. We have seen that these prisoners experienced a strong rejection by the rest of the population. Inversely, the other prisoners were paradoxically able to see themselves valued for their crimes. « Well, when someone would ask me why I was there… I was very naive at the beginning, the first months, I said : « Ya ! I’m here for car theft and hash ». And after 6 months normally I should have been out. And the guy who I said that to, 8-9 months afterwards, he told me : But you’re still not out ? You, you are a hound. ». And then I isolated in… I would have been better of saying that I killed somebody, at least, I would have been left alone, you know. It’s more valued for them to be there for having killed somebody then not to have killed and have committed rape. » (first time offender, 28 years old, incarcerated for vice crime, sentenced to an 18 year prison term). A form of hierarchy is established based on the offense, which determined the role and place of the prisoner in the milieu. Consequently, for the prisoners, this reinforces social distortions in a system where the objective is on the contrary, to modify them. We have also noticed that the number of incarcerations, the period of incarceration or more importantly, the familiarity with the milieu, might explain the process of adaptation. We have noticed the disparities among the reactions, when the prisoner was incarcerated for the first time or when he was re-experiencing this situation. Thus, the prisoners were able to perceive this event as routine, even going as far as to describe the milieu as a form of social valorization. However the prisoners who were discovering the milieu for the first time, recounted having experienced strong difficulties at the beginning of their incarcerations. But in time these same prisoners accomodated themselves  to the situation by learning the new rules of living and above all, by the acceptance of this new social condition. « Yeah ! we see those who come for the first time and the experienced ones, it is not the same at all (…) Well, the guy that comes for the first time doesn’t know anything… he tries to blend into the walls. Whereas the experienced ones knows all the plugs, the ropes, he knows everything. He is on his turf. He is at home. He knows how to manage. » (first time offender, 55 years old, incarcerated for a vice offence, imprisoned for a 15 years term).
We note also, that the more culturally close the prisoner is to this milieu (through family knowledge), experience of multiple incarcerations, an experience of juvenile incarceration), the more his integration is facilitated. A contrario, the more that prison represents a sociocultural milieu distanced from the milieu of origin, the more difficult will be the carceral adaptation. The lifestyle outside of prison, such as belonging to (or having belonged to) groups of youths that have been criminalized, can promote this carceral integration. The carceral experience is also closely related to the age of the prisoners. Indeed, most of the prisoners in our sample indicated to us that the most violent ones or those most actively involved in trafficking were the youngest prisoners. They suggest that they had often tried to join peer groups of the same age, admitting their participation in abuses related to a collection of behaviors associated with the values of criminal carceral sub-cultures. From another point of view, we have noted that the prisoners, in getting older, displayed greatly reduced deviant responses. « In my case, it happened to me very young. Therefore, you adapt quickly (…) Young, we were in a group, there was no social class, no origins. We were much more in solidarity than now. » (a recidivist, 40 years old, incarcerated for hold-up and murder, incarcerated for life). These older prisoners thus expressed less of a desire to belong to a group, preferring to stay detached and evoke the past or feel nostalgia for their own cultural origins. However, this reality is reactualized continuously with the new generations of prisoners who, in their own way, participate in keeping alive this orally-transmitted culture.

These results show that the prisoners are split between different types of rules, oscillating between formal official rules and informal unofficial ones, that lead the prisoner in the game of negotiation split among suspicion, defiance or confidence and which characterizes institutional modes of adaptation already observed in the work of Goffman (1961). In this context, in order for them to be integrated, they must establish complex strategies, notably in the choice of values, opinions or attitudes to be adopted. Thus, the manner in which it is faced, resisted, or submitted to, allowed us to understand a dynamic that is contained between two fundamental axiological elements-cooperation and non-acceptance. The crossing of these two axes thus allowed us to describe the adaptation of the prisoner on the basis of standards of reference from which we have been able to design our four ideal types (Merton, 1997). These results are similar to some descriptions already derived from several carceral typologies. We find the same components for a certain number of identity or sub-cultural position. Within these positions we have found different types of prisoners that showed their acceptance of certain values or opinions. We have thus found that the prisoners are distinguishable in terms of the values conveyed to prisoners or members of staff, noticing a particular attachment or rejection in relation to different groups of prisoners. We have isolated three groups of prisoners that are similar to the description already made in the works Irwin and Cressey (1962).  Some referred to this sub-culture that supported the values or the criminal attitudes. This group expressed the most anticonformist discourse where anything that symbolized authority was almost categorically rejected. They thus claimed to belong to a group that coalesced around a code of specific behavior, based on the reinforcement of informal rules. Among these prisoners, we were able to observe a category of prisoners that were differentiated by the degree of anti-social attitude and violence expressed in relation to other prisoners or members of the penitentiary staff. On the other hand, from our interviews there emerged prisoners who, although having sometimes spent time in this population with criminal values, nevertheless indicated in their discourse an absence of the use, for themselves, of this type of value or behavior that could have been linked to. Nevertheless, they claimed to have spent more time in the criminal than non-criminal subcultures. Thus , they made up a separate sub-culture, referring to prisoners that were developing in this milieu of utilitarian values. Lastly, another group appeared within our sample, being marked by a strong rejection and stigmatization by prisoners and certain members of penitentiary staff. These prisoners are characterized by a conformist discourse in sync with the expectations of the authorities. This group could be sub-divided into two types of prisoners: a first group that might have enough social skills to guarantee an acceptable social adaptation ; and a second group is defined by its apparent deficiencies in skills related to interpersonal relations and social integration. These results have thus allowed us to isolate common traits observable in a certain number of prisoners, which exist in spite of their incarceration in different detention centres. This research method thus offers a better method for generalizing results. We have been able to demonstrate that prisoners’ experiences of incarceration are very relative, and that therefore, the concepts that are generally used, such as the process of prisonization, do not really allow a clarification of why and how prisoners integrate into the milieu. Indeed, in limiting the analyses to one type of milieu, the same type of prisoner, or even by choosing to include only young prisoners, as was the case in Wheeler (1961), it might have resulted in a theoretical reductionism in the comprehension of the modes of carceral integration, leading to faulty interpretations. By enlarging the source of data to a heterogeneous population, and that, from different milieus, we aim to obtain results that offer a better explanatory model. Our results thus allow us to relativize this idea of a clemmerian universalism defended in many studies. Indeed, with this typology, we note that not all prisoners submit to this same process of prisonization, but that they submit at another level to a phenomenon that we also labelled as the process of atomization, which describes a social dynamic of isolation. Ultimately, we can identify different places or roles according to a gradual positionning of prisoners, going from a strong solidarity to a certain isolation among prisoners, as has already been demonstrated by Cooley (Cooley, 1992). By including in our method variables that are relative to both the prisoners and the environment, we have also been able to observe a certain number of factors that explain these modes of social adjustment. Indeed, the type of detention can encourage certain tendencies in the personal relations among prisoners. Administrative control and the modes of management that differ from one milieu to another according to the managerial techniques, the programs of treatment or the specifics of personnel training, lead to modifications in the conditions of detention. Some research has already shown that the insufficiency of the means put in place in certain milieus encourages certain adaptive processes. Thus, it seems that one disorganized and/or coercive mode of management orients the mode of prisoners’ adaptation more towards prisonization. While the more the milieu becomes organized and/or non-coercive, the more the prisoners will display forms of adaptation that are individualistic or atomized. However, this mode of socialization is not determined only by the context of administrative control. It seems that this type of offense, or more precisely the composition of the carceral population, is also a fact to consider. Some prisoners seem to have more difficulty than others living in a carceral milieu. Indeed, a hierarchy develops based on the degree of positive or negative discrimination in relation to offenses which encourages a process of assimilation to a complete lexical and behavioral register. From this fact we notice, not so much a mode of adaptation relative to a type of organization, but rather a mode that differs according to certain socio-legal specificities of the prisoners. Thus, the adaptation will be made in a more prisonized mode in the case of prisoners incarcerated for an offense or crime that is respected, while the prisoner incarcerated for something that is not respected will rather have to integrate into the milieu in an atomization mode. The age of the prisoner was also defined as an important variable in explaining the process of integration (Gallagher, 2001; Garofalo and Clark, 1985; Gendreau et al., 1997; Hanson et al., 1983). Thus, the younger the prisoner, the more he will integrate in a prisonization mode while the older prisoner will tend to integrate in an atomization mode. These facts are also supported by different studies on the importance of the prisoner’s knowledge in the explanation of the process of socialization. The better the prisoner’s understanding of the milieu, the more he will integrate in a prisonization mode. The prisoner who has a poor understanding of his milieu will tend to develop an atomization mode of integration. This research nevertheless remains limited to defining the determinants that truly assign the place and role of the prisoner in the milieu. Indeed, the analysis of causal factors related to socio-demographic factors and certain social dynamics are limited by the absence of a deeper study of the dynamic of psychological processes at play in the attribution of these carceral roles. Indeed, we can question the place of individual responsibility as it relates to these configurations of positionning. That is, whether the place of the prisoner in the milieu comes from either a stable mode of personality traits or from the actual influence of the milieu. In other words, it would be necessary to determine whether the phenomena of prisonization or atomization result from configurations of groups constructed in a given carceral time and space that act as catalysers which fix the roles relating to entry into the carceral milieu or whether it consists of factors that precipitate each individuality in a position that is adapted and coherent with the history of the subject. Thus, the analysis of the personality seems to be an important fact to measure, in order to understand the true reasons which determine the modes of adaptation to the milieu. It therefore seems necessary to investigate the adaptive patterns observable in other spheres of the prisoner’s life and to thus approach more precisely the life of the individual before his incarceration.

Prisoner Holding Cigarette Between Bars

«Ce qui est désarmant, c’est le fait d’être calme. Parce qu’en général, ce qu’ils veulent c’est justement se bastonner, que les gens aient peur. Bon le fait de ne pas avoir peur, de lui dire : « tu veux te bastonner ? Ok. » Mais d’être souriant, de désarmer le complice (…) le fait d’être debout… et que ce soit au physique comme au figuré. C’est que c’est important. C’est-à-dire ne pas… ne pas plier.» (détenu primaire de 54 ans, incarcéré pour affaire de mœurs qui purge une peine de 8 ans de prison). »

Les habilités sociales qui permettent d’améliorer leur rapport interpersonnel avec les autres détenus semblent également favoriser un bon rapport avec les membres du personnel. Ces détenus rationalisent généralement le rapport aux surveillants en entrevoyant les difficultés rencontrées par les membres du personnel et cela, dépendamment des contraintes organisationnelles. Leurs comportements à l’égard des surveillants sont compris dans une attitude de tolérance et de coopération. Ces détenus opèrent une distinction claire entre les responsabilités individuelles et professionnelles du personnel pénitentiaire.

« C’est vrai que j’imagine qu’être surveillant, c’est pas aussi simple parce qu’il y a aussi des collègues, parce qu’il y a aussi le poids syndical, je sais que ça joue beaucoup et puis on sait aussi qu’il y a parfois des habitudes dans l’établissement, et c’est pas toujours évident de bousculer, c’est plutôt la culture du milieu.» (24, détenu primaire de 49 ans, incarcéré pour affaire de mœurs qui purge une peine de 15 ans de prison).

Ce rapport avec les surveillants est donc marqué par une volonté d’aller dans le sens d’une amélioration des conditions de vie, par une collaboration positive aux règles formelles de l’administration.

Enfin, nous avons dégagé une dernière catégorie vivant de grandes difficultés d’adaptation à l’égard des autres détenus. Elle constituait ainsi le groupe de détenus le plus vulnérable. Aussi, leur position dans le milieu se caractérisait par une forte acceptation des normes carcérales se rapportant à la production des règles formelles. Par rapport aux détenus, ils se considéraient le plus souvent comme des victimes, se décrivant comme faibles ou fragiles, subissant avec résignation les diverses agressions verbales quotidiennes, et parfois les agressions physiques.

« J’ai été accosté… puis… « le gros » qui me dit « on sait pourquoi t’es là, il vaudrait mieux que tu rentres en cellule »… donc ils m’ont mis comme ça… « ça peut mal se passer pour toi ». J’étais arrivé le matin à 9h00, 9h15, je suis reparti. Là j’ai compris que la prison c’était pas du tout ce que j’imaginais, c’était pas tellement amical. » (détenu primaire de 55 ans, incarcéré pour affaire de mœurs qui purge une peine de 15 ans de prison).

Ces détenus qui se distinguent à la fois de par leur vulnérabilité physique ou leur fragilité psychologique, sont également la cible des autres détenus selon le type de délit pour lequel ils sont incarcérés. Ainsi, ces détenus généralement auteurs d’agressions sexuelles vivent une forte stigmatisation de la part des autres détenus, où pour se préserver, ils choisissent de se retirer en cellule. Le comportement de ces détenus dénote surtout leur passivité et est exprimé par un plus grand retrait social. Vis-à-vis de l’autorité carcérale, ils présentaient dans leur discours une plus grande volonté de chercher une proximité avec les surveillants, notamment pour leur garantir une meilleure protection. Pourtant, malgré l’apparente relation de confiance qu’ils semblaient exprimer à l’égard des surveillants, ils nous faisaient part d’une méfiance relative à diverses pressions exercées par cette même autorité.

« Un surveillant, pour être bien vu par un dur, il va dire : «tiens celui-là est pour ça». Comme ça il va bien passer, lui n’a pas de problème (…) Quand je suis arrivé dans ma cellule : « Ah! Voilà le pointu », qu’y dit le surveillant. Le surveillant a eu le plaisir de dire fort : ah voilà le pointu.» (06, détenu primaire de 55 ans, incarcéré pour affaire de mœurs qui purge une peine de 15 ans de prison). »

Cette violence conduit donc ces détenus à s’isoler, se retrouvant pris entre une stigmatisation produite autant par les détenus que par le personnel pénitentiaire.

À partir de cette typologie qui nous a permis de synthétiser les nombreuses informations recueillies dans nos entretiens, nous pouvons désormais avancer un certain nombre d’hypothèses concernant les déterminants sociologiques qui pourraient expliquer le mode de processus d’intégration à l’égard des différentes sous-cultures carcérales. Notre analyse nous a en effet permis de dégager trois grandes variables explicatives. Ainsi, il semble que le type de détention, la catégorie de délit, et l’expérience carcérale soient les facteurs les plus importants à considérer. Les différents environnements carcéraux tels que la maison d’arrêt (MA), le centre de détention (CD) ou la maison centrale (MC), sont des milieux très distincts du point de vue de la population accueillie, au niveau sécuritaire ou des activités proposées. Ces fortes disparités, qui ne modifient pas nécessairement structurellement les configurations de groupe à l’intérieur des milieux, semblent néanmoins agir sur certaines tendances où peuvent se renforcer les valeurs et opinions, augmentant ainsi le degré de coercition. En effet, d’après nos résultats, il semble exister une différence importante dans les récits de vie évoqués pour chacun des milieux. Les détenus disaient ainsi avoir subi ou avoir fait subir plus de violences physiques, d’insultes ou de tentatives de suicides en MA et racontaient avoir vécu plus d’émeutes ou d’expériences de violences graves en MC. Aussi, nous avons constaté que les détenus de type 1 et 2 avaient montré une plus grande résistance aux valeurs du personnel, un plus grand renforcement de leurs valeurs anticarcérales, avec une participation plus accrue aux trafics, à la consommation de substances psychoactives ou aux violences.

« Il faut aller dans des centrales de haute sécurité comme Moulins, comme St-Maur, comme Clairvaux. Là, vous avez de quoi remplir vos papiers. Là, c’est pas la même chose. Déjà un détenu qui parle à un gardien c’est mal perçu. Il parle pas au… chacun a mis une barrière. Y’a gardien et y’a détenu. Y’a pratiquement pas de dialogue. Je parle en centrale. Parce qu’ici y’a quand même des dialogues. » (détenu récidiviste de 48 ans, incarcéré pour homicide, purgeant actuellement une peine de 20 ans de prison).

Cependant, les détenus indiquaient quant à eux subir une plus forte victimisation, évoquant plus d’insultes ou de violences physiques, comme ce détenu qui nous parle de ses conditions de détention actuelles par rapport à celles qu’il vivait en MC :

« C’est vrai que ça apporte une certaine tranquillité, tranquillité d’esprit et de vie quoi (…) La situation est tellement différente à la centrale. Je suis pas en train de guetter qui je vais croiser. On est plus détendu quoi. » (détenu primaire de 56 ans, incarcéré pour affaire de mœurs, purge actuellement une peine de 18 ans de prison).

Dans les CD, il semble donc que la polarisation entre sous-groupes, exprimée notamment par la violence, soit moins présente. Nos entrevues font apparaître que les règles moins strictes en CD, le respect du numerus clausus ou le fait d’accueillir des détenus présentant de meilleures perspectives de réinsertion, pourraient favoriser la qualité des rapports interpersonnels à la fois entre les détenus, mais également entre les détenus et les membres du personnel pénitentiaire. Il semble donc que les modes de gestion des différents contextes carcéraux ou la sélection des populations accueillies aient des implications directes sur la qualité du mode d’intégration carcérale. Nous avons constaté que l’adaptation des détenus dépendait également des causes de l’incarcération. Ainsi, les détenus auteurs d’agressions sexuelles exprimaient plus de difficultés à s’adapter, vivant une forte stigmatisation et subissant plus d’insultes ou de violences physiques. Nous avons observé que ces détenus vivaient un fort rejet de la part du reste de la population. À l’inverse, les autres détenus pouvaient se retrouver paradoxalement valorisés pour leurs crimes.

« Moi, quand on me demandait pourquoi j’étais là je disais… très naïf que j’étais au départ, les premiers mois, j’ai dit : « Ouais! Je suis là pour vol de voiture, et vente de « bédo ». » Et au bout de 6 mois normalement j’aurais dû sortir. Et le mec à qui j’ai dit ça, 8-9 mois après, il me dit : « Mais t’es toujours pas sorti ? Toi t’es un pointeur. » Et donc je me suis enfermé dans… j’aurais mieux fait de dire que j’étais là pour meurtre, au moins j’aurais été tranquille, tu vois. C’est plus louable pour eux d’être là pour avoir tué quelqu’un que de ne pas l’avoir fait et d’avoir commis un viol. » (15, Détenu primaire de 28 ans, incarcéré pour affaire de mœurs qui purge une peine de 18 ans de prison). Il s’instaure ainsi une forme de hiérarchisation à partir du délit qui vient déterminer le rôle et la place du détenu dans le milieu. Conséquemment, cela vient renforcer chez les détenus des distorsions sociales dans un système où l’objectif est pourtant au contraire de les modifier.  Nous avons constaté également que le nombre d’incarcérations, le temps d’incarcération ou plus largement la connaissance du milieu, pouvaient agir comme facteur explicatif du processus d’adaptation. Nous avons remarqué des disparités dans les réactions, lorsque d’une part le détenu était incarcéré pour la première fois ou alors qu’il revivait cette situation. Ainsi, des détenus pouvaient percevoir cet événement comme une routine, allant même jusqu’à se représenter le milieu comme une forme de valorisation sociale. Cependant, pour les détenus qui découvraient le milieu pour la première fois, ils évoquaient avoir vécu de fortes difficultés au début de l’incarcération. Mais avec le temps, ces mêmes détenus s’accommodaient de la situation par un apprentissage des nouvelles règles de vie et surtout par l’acceptation de cette nouvelle condition sociale.

« Ouais ! on voit ceux qui viennent pour la première fois et les anciens, c’est pas du tout pareil (…) Ben celui qui arrive pour la première fois il connaît rien… il rase les murs. Tandis que le multirécidiviste il connaît tous les filons, les ficelles, il sait tout. Il arrive en terrain conquis, il est chez lui. Il sait comment s’y prendre. » (Détenu primaire de 55 ans, incarcéré pour affaire de mœurs qui purge une peine de 15 ans de prison).

Nous pouvons également constater que plus le détenu est culturellement proche de ce milieu (connaissance par la famille, le fait d’avoir vécu plusieurs incarcérations ou d’avoir été incarcéré dans des centres pour jeunes délinquants), plus son insertion semble facilitée. A contrario, plus la prison représente un milieu socioculturel éloigné du milieu d’origine, plus l’adaptation carcérale devient difficile. Le style de vie à l’extérieur, comme celui d’appartenir (ou d’avoir appartenu) à des groupes de jeunes régulièrement criminalisés, peut venir favoriser cette intégration carcérale. L’expérience carcérale est également très reliée à l’âge des détenus. En effet, la plupart des détenus de notre échantillon nous faisaient remarquer que les détenus les plus violents ou ceux qui participaient le plus activement aux trafics étaient les détenus les plus jeunes. Ils laissaient entendre qu’ils cherchaient à adhérer à des groupes de pairs souvent du même âge, revendiquant leur participation à l’exaction d’un ensemble de conduites associées à des valeurs de sous-cultures carcérales criminelles. D’un autre point de vue, nous avons constaté que les détenus, en vieillissant, réduisaient beaucoup plus les réponses déviantes.

« Moi ça m’est arrivé très jeune. Donc tu t’adaptes rapidement (…) Jeune, on faisait groupe, on était en groupe, y’avait pas de classes sociales, y’avait pas d’origine. On était beaucoup plus solidaire que maintenant. » (22, détenu récidiviste de 40 ans incarcéré pour vol à main armée et meurtre, purgeant une peine à perpétuité).

Ces détenus plus âgés revendiquent donc moins vouloir appartenir à un groupe, préférant s’en détacher et évoquer le passé ou la nostalgie de leur propre référence culturelle. Cependant, cette réalité est réactualisée en permanence avec les nouvelles générations de détenus qui participent à leur façon à faire revivre cette culture qui se transmet oralement. Ces résultats nous permettent de montrer que les détenus sont partagés entre différents types de règlements, oscillant ainsi entre des règles formelles officielles et des règles informelles officieuses, qui conduisent le détenu dans des jeux de négociation partagés entre la méfiance, la défiance ou la confiance et qui caractérisent les modes adaptatifs institutionnels déjà observés dans les travaux de Goffman (1961). Dans ce contexte, pour s’intégrer, ils doivent établir des stratégies complexes, notamment dans le choix des valeurs, opinions ou attitudes à adopter. Ainsi, la manière d’y faire face, d’y résister ou de s’y soumettre a permis d’appréhender une dynamique comprise entre deux grandes figures axiologiques que sont la coopération et la défection. Le croisement de ces deux axes nous a ainsi permis de caractériser l’adaptation du détenu sur la base de normes de références à partir desquelles nous avons pu désigner nos quatre idéaux-types (Merton, 1997). Ces résultats rejoignent certaines descriptions déjà faites à partir de nombreuses typologies carcérales. Nous retrouvons les mêmes composantes pour un certain nombre de positionnements identitaires ou d’appartenance sous-culturelle. À l’intérieur de ces positionnements nous avons retrouvé différents types de détenus qui reflétaient leur adhésion à certaines valeurs ou opinions. Nous avons ainsi trouvé que les détenus se distinguaient en fonction des valeurs véhiculées en rapport aux détenus ou aux membres du personnel, faisant remarquer un attachement ou un rejet particulier à l’égard de différents groupes de détenus. Nous avons localisé trois groupes de détenus pouvant s’apparenter à la description déjà faite dans les travaux de Irwin et Cressey (1962). Certains faisaient référence à cette sous-culture qui soutient des valeurs ou des attitudes criminelles. Ce groupe exprimait le plus généralement un discours anticonformiste où tout ce qui symbolisait l’autorité était presque catégoriquement rejeté. Ils revendiquaient ainsi l’appartenance à un groupe se rassemblant autour d’un code de conduite spécifique, orienté sur le renforcement des règles informelles. Parmi ces détenus, nous avons pu observer une catégorie de détenus qui se différenciait par le niveau d’antisocialité et de violence exprimé à l’égard des autres détenus ou des membres du personnel pénitentiaire. Par ailleurs, de nos entrevues émergent des détenus qui, bien qu’évoquant parfois avoir fréquenté cette population aux valeurs criminelles, indiquaient néanmoins une absence dans le discours de l’emploi, pour eux-mêmes, de ce type de valeurs ou du comportement qui auraient pu s’y rattacher. Ils indiquaient néanmoins fréquenter plus les sous-cultures criminelles que les sous-cultures non criminelles. Ainsi, ils composaient une sous-culture à part, faisant référence à des détenus qui développaient dans le milieu des valeurs utilitaires. Enfin, un autre groupe est apparu dans notre échantillon, faisant remarquer un fort rejet et une stigmatisation de la part des détenus et de certains membres du personnel pénitentiaire. Ces détenus se caractérisaient par un discours conformiste en adéquation avec les attentes de l’autorité. Ce groupe pouvait se subdiviser en deux types de détenus. D’une part, un premier type qui offrait des compétences sociales suffisantes pour leur garantir une adaptation sociale acceptable. Et un second groupe s’est dégagé par son apparente déficience dans les habilités sociales pour gérer les relations interpersonnelles et s’intégrer. Ces résultats nous ont donc permis de localiser des traits communs observables chez un certain nombre de détenus, et cela, malgré leur incarcération dans des centres de détention différents. Cette méthode de recherche offre ainsi une meilleure généralisation des résultats. Nous avons ainsi pu démontrer que les détenus vivent l’incarcération de façon très relative, et que donc, les concepts généralement utilisés, tels que le processus de prisonniérisation, ne permettent pas véritablement de clarifier pourquoi et comment les détenus s’intègrent au milieu. En effet, en limitant les analyses à partir d’un seul type de milieu, un même type de détenus ou encore en ne choisissant d’inclure que des jeunes détenus, comme ce fut le cas dans l’étude de Wheeler (1961), cela a pu favoriser un réductionnisme théorique dans la compréhension des modes d’intégration carcérale et amener à de mauvaises interprétations. En élargissant la source des données sur une population hétérogène, et cela, à partir de milieux différents, nous pensons avoir obtenu des résultats qui offraient un meilleur modèle explicatif. Nos résultats nous permettent ainsi de relativiser cette idée d’un universalisme clemmerien défendu dans de nombreuses recherches. En effet, avec cette typologie, nous constatons que tous les détenus ne subissent pas ce même processus de prisonniérisation, mais qu’ils subissent à un autre niveau, un phénomène que nous pourrions aussi appeler le processus d’atomisation qui décrit une dynamique sociale d’isolement. En définitive, nous pouvons identifier différentes places ou rôles en fonction d’un positionnement graduel des détenus, pouvant aller d’une forte solidarité à un certain isolement entre détenus, tout comme l’avait déjà démontré Cooley (Cooley, 1992). En incluant dans notre méthode des variables caractérisant à la fois des données relatives à l’environnement et aux détenus nous avons également pu observer un certain nombre de facteurs explicatifs de ces modes d’ajustements sociaux. En effet, le type de détention peut favoriser certaines tendances dans le rapport interpersonnel entre détenus. Le contrôle administratif et les modes de gestion qui diffèrent d’un milieu à l’autre peuvent, selon les techniques managériales, les programmes de traitements ou les spécificités de formation du personnel, conduire à modifier les conditions de détention. Certaines recherches ont déjà démontré que l’insuffisance des moyens mis en place dans certains milieux favorisait certains modes de processus adaptatifs. Ainsi, il semble qu’un mode de gestion désorganisé et/ou coercitif oriente le mode d’adaptation des détenus bien plus vers une prisonniérisation. Alors que plus le milieu sera organisé et/ou non coercitif, plus les détenus vont montrer des formes adaptatives plus individualistes ou atomisées. Cependant, ce mode de socialisation n’est pas uniquement déterminé par le contexte de contrôle administratif. Il semble que le type de délit, ou plus exactement la composition de la population carcérale, soit également une donnée à considérer (Gendreau et al., 1997; Schwaebe, 2005). Certains détenus vivent semble-t-il plus difficilement que d’autres le passage en milieu carcéral. En effet, une hiérarchie s’instaure autour du degré de discrimination positive ou négative par rapport aux délits, et favorise un processus d’assimilation à tout un registre lexical et comportemental. On constate à partir de cette donnée, non plus un mode d’adaptation relatif à un type d’organisation, mais un mode différent selon certaines spécificités sociojuridiques des détenus. Ainsi, l’adaptation se fera sur un mode plus prisonniérisé pour les détenus incarcérés pour un délit ou un crime valorisé, alors que le détenu incarcéré pour un délit ou un crime dévalorisé va plutôt s’intégrer au milieu sous un mode atomisé. L’âge du détenu a également été considéré comme une variable importante pour expliquer le processus d’intégration. Ainsi, plus le détenu est jeune, plus il s’intégrera sur un mode prisonniérisé alors que le détenu plus âgé s’intégrera plutôt sur un mode atomisé. Ces données sont par ailleurs soutenues par différentes recherches sur l’importance des connaissances du détenu dans l’explication du processus de socialisation . Plus le détenu aura une bonne connaissance du milieu, plus il s’intégrera sur un mode prisonniérisé. Le détenu ayant une faible connaissance du milieu aura lui, tendance à développer un mode d’intégration atomisé. Cette recherche reste néanmoins limitée pour statuer de l’origine des déterminants qui assignent véritablement la place et le rôle du détenu dans le milieu. En effet, l’analyse des liens de causalité soutenue par des facteurs socio-démographiques et certaines dynamiques sociales sont limitées en raison de l’absence d’une étude plus approfondie sur le poids de la dynamique des processus psychologiques en jeu dans l’attribution de ces rôles carcéraux. Nous pouvons en effet nous interroger sur la part de responsabilité individuelle sur ces positions d’aménagement. À savoir si la place du détenu dans le milieu relève soit d’un mode stable de traits de personnalité, soit d’une influence véritable du milieu. Autrement dit, il s’agirait de déterminer si les phénomènes deprisonniérisation ou d’atomisation résultent soit de configurations de groupes construites dans un temps et un espace carcéral donnés qui agissent comme catalyseurs fixant les rôles dès l’entrée en milieu carcéral ou bien s’il s’agit de facteurs précipitant chaque individualité dans une position adaptée et en cohérence avec l’histoire du sujet. Ainsi, l’analyse de la personnalité semble être une donnée importante à mesurer, pour comprendre les véritables raisons qui déterminent les modes d’adaptation au milieu. Il paraît donc nécessaire de s’interroger sur la question des patterns adaptatifs observables dans les autres sphères de vie du détenu et donc d’aborder plus précisément le passé de l’individu antérieur à son incarcération.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s