Structures of feudal powers in Southern Tuscany 11th century

Montalcino - toscana

In Italian historiography the coseigneurie (a seigneury or lordship shared between two or more co-holders), despite its historical importance, has been little studied. Seigneuries existed from the time of the «Feudal Revolution”, and they become more common and complex during the 12th and 13th centuries. In order to improve our understanding of this phenomenon and its evolution in the high Middle Ages, we need to study its distribution, the mechanisms through which seigneurial powers were shared and administered, as well as the changeable meaning of there term ‘seigneury’ itself.

Seigneuries or lordships shared between more co-holders were not a focus of attention in Italian historiography, except as for the distinction between the ‘trivial territorial seigneury’ and the ‘land area and its values’, a theme that met most criteria consideration in early debates. This is the reason why the seigneuries issues have been approached according to two different research directions: on the one hand, considering the kinship structures and the transfer of land and heritage from one generation to another – particularly the study of domestic consortia; on the other hand, in regard of the crisis of the ‘trivial territorial seigneury’, through its fragmentation’s analysis (and eventually its new configuration) emerged in the aftermath of the acquisition of shares. The attention will also focus this fragmentation’s decline down to the status of ‘land area’ emerged in the aftermath of its power loss in favor of urban or rural communes. First, certain characteristics of feudal Tuscan life must be here emphasized. In an overall review which remains the starting point of the subject, Chris Wickham highlighted certain specificities of the Tuscan seigneury, in the first instance the delay in face of Frankish Europe: the seigneurial power is recorded only as from 1040 and spread among aristocracy at the end of this 11th century. The maximum dissemination of the phenomenon dates back to the 12th century whereas throughout the 13th century – chiefly because of the territorial expansion of townships – the seigneury was severely constrained as to become marginal during the 14th century. However, as early as the 12th century, the presence and the impact of the rural seigneury were not uniform. C. Wickham identified three different geographical spaces: one space without any seigneury at all, around Pisa and Lucca; a space with few seigneuries, central and northern Tuscany; and finally a space with many seigneuries in southern Tuscany and Apennine regions where the seigneury (and particularly the ‘territorial seigneury) formed the basis of the local powers. We will focus our attention on the spaces with many seigneuries and particularly southern Tuscany inland during the period from 1100 to 1250, that marks the passage from rudimentary forms of governance and ad hoc of seigneurial powers co-administration (and its regulation) onto more sophisticated and structured forms of coseigneuries and the functioning regulation. Considering property law, the emergence of coseigneuries forms derived from Lombard inheritance practices, characterized by the equal division of the patrimonial entity among brothers; the frequency of pious donations to ecclesiastical institutions; the existence of a dynamic market of land and the monetarist approach to the economy. Nevertheless, the rural coseigneuriy had a political dimension and thus was also supported in dealing with the competition between various subjects for the control of a specific area or of men for the distribution of seigneurial powers which creates a hierarchy of political powers on a local scale. All these structural factors show the emergence of coseigneuries from the first statements of seigneurial powers, even if the incidence of the phenomenon varies in time and space. Simple forms of seigneuries are to be found in a famous complaint dated from around 1080, with the first relevant testimonies of seigneurial powers in Tuscany. In a letter to the king Henri IV, a monk from San Salvatore al Monte Amiata complains about the wrongdoings of Ranieri II an Ugo and their father Ildebrando V. In doing this, he sketches a colorful scene of how Aldobrandeschi imposed the seigneury, since half a century, on monastic estates. The letter shows that the monk, even if admitting the shared responsibility of all brothers, precisely identified all brothers areas of action: different spaces of the monastic heritage were attacked, bullied and weakened by different brothers. It is thus easy to understand the division on geographical basis of the domains and of the seigneurial powers of the family. The latter were not yet quantitatively and spatially established. The powers were still closely associated to the Count and his military personnel, not so much linked to a specific territory and therefore impossible to manage according to the defined and codified terms and forms of the property law. This explains the reason why the lands were divided in vague spatial areas instead of resorting to more structured of coseigneury as known for the period thereafter. Division of powers agreements between great lays and churches as well as patterns of distribution of those powers among lower rank aristocrats appear in other parts of Tuscany. Clear examples of this are found in Guidi’s common properties in Pistoia lands and Cadolingi Counts lands; a well-documented case in the heritage division acts at the time of the extinction of the family. However, at the last quarter of the 11th century and the first of the 12th century, even for the most powerful families and the most consolidated seigneuries, seigneurial powers are described according to a generic description and divisions (when well stated) took the form of simple arrangements, generally in two halves shares, one third or one quarter. The entitled parties co-management (often holders of more seigneuries) or at the most, a division in two parts seems to be the standard whereas concrete arrangements for the seigneuries co-management remain unclear.

From the middle of the 12th century, the co-management of seigneuries becomes more complicated. This phenomenon covers different aspects and the modifications must be seen in relation to structural innovations of Tuscan society, and particularly its feudal system that need to be here recalled. Originally, there are some changes prior to 1150: first and foremost, the control and stabilization of feudal powers in each district through the evolution of customary standard; their territorialisation, in other words the setting of powers in specific areas (curie and districtus) and on precise groups of people. Furthermore, the creation of feudal powers heritage converted those powers into rights that as any other movable or immovable assets belonged to the heritage on individual or family basis. Another aspect was the decisive role of the ‘writing down’ and institutionalization process of the social and power relationships. Such a transformation had two consequences: on the one hand the quantitative and qualitative increasing number of written sources; on the other hand, the evolution onto a more precise definition of relationships within the seigneury. The formation of urban territories (comitatinanza in Italian historiography) originated from the experiences of Guidi and Aldobrandeschi princely families and the bishop of Luni began in the second half of the 12th century.

Montalcino 1

La coseigneurie (c’est-à-dire les formes de seigneurie partagées entre deux ou plusieurs titulaires différents) est un thème peu étudié par l’historiographie italienne, mais qui mérite une attention particulière. Des formes de coseigneurie furent présentes dès la « Révolution féodale », se répandant et se complexifiant toujours plus au cours des xiie etxiiie siècles. Évaluer la diffusion du phénomène dans le temps, comprendre les mécanismes par lesquels les pouvoirs seigneuriaux ont été partagés et gérés, réfléchir enfin sur la signification changeante de la coseigneurie constituent d’importants thèmes de recherche qui peuvent nous aider à progresser dans la compréhension de la seigneurie et de son développement, aux siècles centraux du Moyen Âge. 

La présence de « formes de seigneurie partagée entre des titulaires différents » (c’est ainsi que je définirais la coseigneurie) n’a pas bénéficié jusqu’ici d’une attention particulière de la part de l’historiographie italienne, sinon en ce qu’elle reflétait la distinction entre « seigneurie territoriale banale » et « seigneurie foncière », thème sur lequel la réflexion s’est longtemps polarisée. C’est la raison pour laquelle les expériences de coseigneurie ont été abordées selon deux directions spécifiques de recherche : d’une part, les réflexions sur les structures familiales et sur les formes de transfert des patrimoines d’une génération à l’autre – notamment l’étude des consortia familiaux ; d’autre part, les enquêtes sur la crise de la « seigneurie territoriale banale », soit par le biais de l’analyse de sa fragmentation (et éventuellement de sa recomposition) à la suite de l’acquisition de parts, soit par celui de l’étude de sa régression au statut de « seigneurie foncière », à la suite de sa fragmentation interne et de sa perte de puissance au profit des communes urbaines ou rurales. Il est nécessaire de commencer par rappeler certaines caractéristiques de l’expérience seigneuriale toscane. Dans une synthèse qui reste le point de départ obligé sur le sujet, Chris Wickham a mis en évidence certaines spécificités de la seigneurie toscane et, en premier lieu, le retard vis-à-vis du reste de l’Europe franque : les pouvoirs seigneuriaux n’y sont attestés qu’à partir de 1040 environ et ne se diffusent dans la moyenne aristocratie qu’à la fin du siècle. La diffusion maximale du phénomène date du xiie siècle, tandis qu’au cours du xiiie siècle, principalement en raison de l’expansion territoriale des communes citadines, la seigneurie fut fortement limitée, au point de devenir marginale durant le xive siècle. Dès le xiie siècle toutefois, la présence et l’impact de la seigneurie rurale ne furent pas homogènes. C. Wickham a identifié trois espaces géographiques différents : un espace de « seigneurie inexistante », autour de Pise et Lucques ; un espace de « seigneurie faible », correspondant à la Toscane centrale et septentrionale ; et, enfin, un espace de « seigneurie forte », comprenant la Toscane méridionale et les zones des Apennins où la seigneurie (et en particulier la « seigneurie territoriale ») constitua la structure de base des pouvoirs locaux. Notre attention se concentrera – en partie pour des motifs de compétences personnelles – sur les espaces de seigneurie forte, et en particulier sur la Toscane méridionale de l’intérieur, au cours de la période allant de 1100 à 1250 environ, l’âge d’or de la seigneurie toscane et le moment le plus significatif pour ce qui est des expériences de division des pouvoirs. Ce choix chronologique devra ensuite être précisé, du fait de la transformation structurelle que les formes de coseigneuries connurent autour de 1150, époque qui marque le passage de formes rudimentaires et ad hoc de cogestion (et de réglementation de la cogestion) des pouvoirs seigneuriaux à des formes toujours plus complexes et structurées de coseigneurie et de réglementation de son fonctionnement. D’un point de vue patrimonial, l’apparition de formes de coseigneurie dérivait des pratiques successorales lombardes caractérisées par la division paritaire de l’entité patrimoniale entre les frères ; de la fréquence des donations pieuses (souvent seulement partielles) aux établissements ecclésiastiques ; de l’existence d’un marché de la terre dynamique ; de la monétarisation de l’économie. Néanmoins, la seigneurie rurale eut aussi une dimension politique et, de ce point de vue, la coseigneurie fut favorisée par l’habitude de résoudre la concurrence entre sujets différents pour le contrôle d’une aire donnée ou d’hommes donnés soit en divisant en parts (« coseigneurie horizontale »), soit en répartissant les pouvoirs seigneuriaux entre divers titulaires potentiellement concurrents, ce qui créait une hiérarchie des pouvoirs politiques à l’échelle locale (« coseigneurie verticale »). Tous ces facteurs étaient structurels et c’est la raison pour laquelle des exemples de coseigneurie ont pu émerger dès les premières attestations des pouvoirs seigneuriaux, même si l’incidence du phénomène varia dans le temps et dans l’espace. Il existe des formes simples et ad hoc de coseigneurie, par exemple dans une fameuse plainte datée de 1080 environ, qui représente l’un des premiers témoignages – et l’un des plus significatifs – du développement seigneurial en Toscane. Dans une lettre adressée au roi Henri IV, un moine de San Salvatore al Monte Amiata se plaint des méfaits de Ranieri II et Ugo (ainsi que celles de leur père Ildebrando V). Ce faisant, il brosse un tableau très coloré de la façon dont les comtes Aldobrandeschi avaient imposé leur seigneurie, depuis désormais un demi-siècle, sur les terres monastiques. La structure de la lettre montre que le moine, tout en admettant la responsabilité partagée de tous les frères, identifiait précisément les aires d’action des uns et des autres : différents espaces du patrimoine monastique étaient attaqués, tyrannisés et mis à mal par des frères différents. Il devait donc exister une division sur des bases géographiques des domaines et des pouvoirs seigneuriaux de la famille. Ces derniers (selon cette source et à cette époque) n’étaient toutefois pas encore quantitativement et spatialement établis. Les pouvoirs seigneuriaux étaient encore ad hoc, fortement liés à la personne du comte et à sa suite militaire, peu territorialisés et, donc, impossibles à gérer en des termes et dans les formes codifiées pour les patrimoines fonciers. Ceci explique le choix de les diviser en aires spatiales d’action assez vagues, plutôt que de recourir à des formes plus structurées de coseigneurie, du type de celles que nous connaissons pour la période ultérieure. Des accords de divisions des pouvoirs seigneuriaux entre grands laïcs et églises et des formes précoces de répartition de ces pouvoirs avec des aristocrates de rang inférieur apparaissent également dans d’autres espaces toscans. On en trouve des exemples clairs dans les patrimoines des comtes Guidi, dans le pays de Pistoia ou dans ceux des comtes Cadolingi, un cas particulièrement bien documenté par les actes de division de leur héritage au moment de l’extinction de la famille. Dans le dernier quart du xie et le premier du xiie siècle, toutefois, même dans le cas des familles les plus puissantes et des seigneuries les plus consolidées, les pouvoirs seigneuriaux ne sont décrits que génériquement et les divisions (quand elles sont précisées dans le détail) prenaient des formes simples, en général en parts de la moitié, du tiers ou du quart. La cogestion de la part des titulaires (souvent possesseurs de plusieurs seigneuries) ou, au plus, la division en deux semblent la norme, tandis que les modalités concrètes de l’exercice de la coseigneurie nous restent obscures.

À partir du milieu du xiie siècle, les expériences de coseigneurie deviennent nettement plus complexes. Le phénomène revêt divers aspects et les changements doivent être mis en relation avec certaines nouveautés structurelles de la société toscane et, en particulier, du monde seigneurial, qu’il nous faut rappeler brièvement. À l’origine, on trouve certaines transformations antérieures à 1150 : en premier lieu, la régularisation et la stabilisation des pouvoirs seigneuriaux dans chacune des localités, par leur évolution coutumière ; ensuite leur territorialisation, c’est-à-dire la fixation de ces pouvoirs dans des espaces précis (curie et districtus) et sur des groupes humains spécifiques. En outre, la patrimonialisation des pouvoirs seigneuriaux les avait transformés en droits qui, comme tout bien meuble ou immeuble, appartenaient pleinement aux patrimoines individuels et familiaux. L’autre phénomène fut le rôle décisif du processus de « mise par écrit » et d’institutionnalisation des rapports sociaux et de pouvoir. Une telle transformation eut une double conséquence : d’une part, la croissance quantitative et qualitative des sources écrites  ; d’autre part, l’évolution vers une plus grande précision et une définition plus fine des rapports internes à la seigneurie. La formation des territoires citadins (la comitatinanza de l’historiographie italienne) que les expériences princières des Guidi, Aldobrandeschi et de l’évêque de Luni débutèrent dans la seconde moitié du xiie siècle.

Montalcino

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s