Social significance of feudal system in Southern Tuscany: 13th century

SONY DSC

Suvereto

Social significance of feudal system in Southern Tuscany 13th century – Experiences and processes which led to complex shapes of seigneuries typical of the 13th century are well illustrated in the case of Tintinnano (nowadays Rocca d’Orcia) in the upper Orcia valley on the north eastern Amiata mountain slopes. Reconstruction of this castle and its lords history between the 12th and the 13th century would merit an important further investigation for both its objective interest and the quality of its sources absolutely unusual for southern Tuscany. This is explained by the decision of the municipality of Siena that, in the middle of the 13th century, chose to acquire all the rights to the castle: thus all deeds of sale of various parts of the castle, the fortification and the perimeter walls were well retained.

However, the acquisition did not terminate the exercise of the feudal powers in the seigneury for the reason that the municipality managed the acquired rights in accordance with the seigneurial procedures. The latter were first pledged then assigned as a whole seigneury to important Sienese families. All this (including the consequences of the various forms and of the functioning of the seigneury) is to be found in the archives of Siena that allows us a reconstruct in detail the castle history in the second half of the century. Let us now move on to the situation resulting from the sale to the municipality of Siena (1250-1262) : more than dozens documents, in the context of the conveyance of municipal lands and goods, state precisely the seigneurial rights of each co-holder of the Titinnano seigneury. As with other Maremma castles, it appears that this typical Tuscan seigneury appeared in many typological forms: the jurisdictional entitlements, the fortification, the keep or girone (in other words defined in Italian historiography as the territorial feudal powers) were equally divided; other rights (particularly the applicable charges on peasant families, on the land holdings and on the building belonging to, the seigneurial family) were, on the contrary, distributed in actual shares explained in the detailed lists of men, assets and rights that are to be found in some transfers of shares. The complex fragmentation of seigneurial rights, specific to many castles of the Maremma region in the middle of the 13th century was not overcome through the assertion of urban power, but instead through its removal. In 1274, in a serious debt crisis, the municipality of Sienna solved it in part by auctioning some castles of the region, among others the Tintinnano acquired by the Salimbeni. The clauses of the agreement reserving the municipality certain rights, recognized seigneurial rights to the Salimbeni family, granted of the totality of jurisdictional and tax laws. Furthermore the inhabitants of Tintinnano were exempt from taxation and urban justice. At the end of the century, this new exclusive jurisdiction of the seigneury was supported by the production by the Salimbeni of a much more restrictive franchising status with regard to the vassals than that of 1207. Through the acquisition of all the shares, through the abrupt reduction of the community autonomy and of the municipality intervention, the Salimbeni as result cancelled (at least momentarily) the earlier forms of ‘seigneury with co-holders’ and ‘vertical seigneury’, hence showing that the fragmentation of the seigneury was not an inescapable path.

In the middle of the 13th century, the presence of various ‘horizontal co-holders of seigneuries’ particularly where organized as consorterie encouraged the experimentation of community forms of governance provided with a new consular protection that are to be found in the production of new status. Such institutional models of urban matrix must guarantee a unitary and organic character of the government of the seigneuries, but most of all, in accordance with their original signification, must maintain peace and harmony among consortes. Such experiences of communities with subjects granted with political maturity, and able to extract important political concessions, led to the organization of a community of castles. These latter commune dominorum (or nobilium) andcommune populi possessing important institutional relation were determined by institutional evolution and more importantly by power relations on the ground. Some complex seigneuries patterns with co-holders led to this type of outcomes where the leading seigneury of a prince was superimposed upon the plurality of the other co-holders, not necessarily related to each other, (nor organised as consortium) as it was the case in Suvereto. The relation between domini (or milites or nobiles) and populares supplemented a leading seigneury that reserved important political, military, jurisdictional and fiscal rights. Furthermore the leading lord played an important role of arbiter and influence the outcome of recurrent problems between co-holders and populares . Also included in the group of nobiles the descendants of the local lords endowed with plenary powers on the seigneury, but also other lords under specific mandates (heritage, marriage, purchase) came into possession of small seigneury units. City dwellers, some aristocrats of various origins, the descendants of the milites castri with some peasant families as vassals also bought similar assessments and formed parts of the nobiles group. Former co-holders of the seigneury deprived of their specific jurisdictional powers and political autonomy mingled with milites castri and other families with higher powers with the ability to lead a chivalric life. More than a form of co-management of seigneurial rights and of important feudal powers, the seigneury became an instrument for the expansion of the political solidarity based on kinship to broader groups (with or without the former blood ties) that socially were defined as aristocrats. Holding seigneurial powers, alone or shared with others, thus became the basis of discrimination to separate nobiles from populares. The role of the seigneurial powers as marker of social status allows for an understanding of the movement of small seigneurial shares of minor political and economic importance.

The seigneury with co-holders was an important and widespread form of management and exercise of seigneurial powers that may be – according to its evolution over time – a relevant indicator and an important testimony to the seigneurial phenomenon in Tuscany significance in the Middle Ages.

suvereto 2Les expériences et les processus qui générèrent les formes complexes de coseigneurie caractéristiques du xiiie siècle sont illustrés de façon exemplaire par le cas Tintinnano (aujourd’hui Rocca d’Orcia) dans la haute vallée d’Orcia, sur les versants nord-est du Monte Amiata. La reconstruction de l’histoire de ce château et de ses seigneurs entre le xiie et le xiiie siècle exigerait une enquête à elle seule, tant en raison de son intérêt objectif que de la richesse et de la qualité de ses sources, absolument insolites en Toscane méridionale. Cette situation s’explique par la décision de la commune de Sienne, au milieu du xiiiesiècle, d’acquérir tous les droits sur le château : on conserve donc aussi bien les actes de vente des diverses parts du château que certains munimina. En réalité, l’acquisition ne mit pas fin localement à l’exercice de la seigneurie puisque la commune urbaine géra les droits acquis selon des modalités absolument seigneuriales, les cédant plus tard, d’abord en gage puis en pleine seigneurie, à d’importantes familles siennoises. Tout ceci (y compris les conséquences sur les formes et le fonctionnement de la coseigneurie) est documenté aux archives de Sienne, ce qui permet de reconstruire en détail l’histoire du château dans la seconde moitié du siècle. Passons maintenant à la situation mise en évidence par la vente à la commune de Sienne (1250-1262) : plus d’une dizaine de documents qui, à l’occasion de la cession à la commune urbaine, décrivent avec précision les droits seigneuriaux de chaque co-titulaire de la seigneurie sur Tintinnano. Comme pour d’autres châteaux de la Maremme, il en ressort que la « coseigneurie horizontale » s’exprimait en des formes typologiquement variées : les droits juridictionnels supérieurs, les fortifications et le donjon ou girone (c’est-à-dire les droits définis par l’historiographie italienne comme la « seigneurie territoriale de ban ») étaient divisés en parts idéales ; les autres droits (en particulier la juridiction et les prélèvements sur les familles paysannes, sur les biens fonciers et sur les édifices appartenant à la cour seigneuriale) étaient au contraire répartis en parts réelles, explicitées dans les listes détaillées d’hommes, de biens et de droits que l’on trouve dans certaines cessions. La fragmentation complexe des droits seigneuriaux, caractéristiques de nombreux châteaux de la Maremme en plein xiiie siècle, ne fut pas surmontée par l’affirmation du pouvoir urbain, mais plutôt par son retrait. En 1274, en raison de son grave endettement, la commune de Sienne mit aux enchères certains châteaux du contado, parmi lesquels Tintinnano, qui fut acquis par les Salimbeni pour 23000 livres. Les clauses de l’accord, tout en réservant à la commune certains droits éminents de souveraineté, reconnaissaient la pleine seigneurie des Salimbeni, qui obtenaient la totalité des droits juridictionnels et fiscaux. Les habitants de Tintinnano furent en outre exemptés de la fiscalité et de la justice urbaine. L’exclusivité de la juridiction de la nouvelle seigneurie est confirmée à la fin du siècle par la production par les Salimbeni d’un statut beaucoup plus restrictif vis-à-vis des sujets que la franchise de 1207. Les Salimbeni, grâce à l’acquisition de la totalité des parts et à la réduction brutale de l’autonomie de la communauté ainsi que de l’intervention urbaine, annulèrent de fait (momentanément au moins) les formes préalables de « coseigneurie horizontale » et de « coseigneurie verticale », démontrant par là même que la voie de la fragmentation de la seigneurie n’était pas inévitable. Au cœur du xiiie siècle, la présence de divers « coseigneurs horizontaux », en particulier là où ils étaient organisés en consorterie, encouragea l’expérimentation de formes de gouvernements communautaires dotés de conseils et de régimes de type consulaire ou podestataire, voir la production de statuts. De tels modèles institutionnels, de matrice urbaine, devaient garantir au gouvernement des seigneuries un caractère unitaire et organique mais surtout, en cohérence avec leur signification originaire, devaient maintenir la paix et l’harmonie entre les consortes. De telles expériences, surtout dans le cas de communautés de sujets dotés d’une certaine maturité politique, capables d’arracher d’importante concessions, débouchèrent sur l’organisation des communautés de châteaux en un commune dominorum (ou nobilium) et uncommune populi, dont les rapports institutionnels étaient déterminés par les évolutions institutionnelles et, plus encore, les rapports de force sur le terrain. C’est à ce type de résultat – voire à des résultats parfois encore plus articulés – qu’aboutirent certaines coseigneuries parmi les plus complexes, dans lesquelles la seigneurie éminente d’un prince se surimposait à une pluralité de « coseigneurs horizontaux », pas nécessairement apparentés entre eux (et organisés, ou non, en consortium), comme c’est le cas à Suvereto. À l’articulation entre domini (ou milites ou nobiles) et populares s’ajoutait alors une seigneurie éminente qui se réservait d’importants droits politiques, militaires, juridictionnels et fiscaux. Le seigneur éminent jouait également un important rôle d’arbitre dans les conflits récurrents entre co-seigneurs et populares, jusqu’à en influencer l’issue. Dans le groupe des nobiles confluèrent non seulement les descendants des seigneurs locaux dotés de la seigneurie plénière (mais réduits à n’en détenir que des parts ridicules), mais aussi les seigneurs des autres châteaux qui, à des titres divers (héritage, mariage, achat), étaient entrés en possession de petites parts de la seigneuries, les citadins qui avaient acheté ou obtenu d’une manière ou d’une autre des quotes-parts analogues, les petits aristocrates d’extraction variée insérés localement avec bénéfices ou donations par les seigneurs éminents, les descendants des milites castri dotés en bénéfice de quelques familles paysannes (et qui s’étaient élevés par la suite au niveau des « plus nobles » coseigneurs) et même des personnes d’origine modeste, affranchies et élevées grâce au service prêté au seigneur. Les anciens coseigneurs, privés des pouvoirs juridictionnels supérieurs et de l’autonomie politique qui les avaient caractérisés, se mêlaient aux milites castri et aux autres familles localement supérieures et en mesure de conduire un style de vie chevaleresque. Plus qu’une forme de cogestion de droits et une expression de la participation à une puissance de fait, la seigneurie devint un instrument d’élargissement de la solidarité politique de la parentèle immédiate à des groupes plus amples (dotés ou non de liens de sang anciens) qui, dans le même temps, se caractérisaient socialement comme aristocratiques. La détention, seul ou en commun avec d’autres, de pouvoirs seigneuriaux, même pour une part minime, devint ainsi un des facteurs discriminants de base pour séparer dans les campagnes les nobiles des populares. Le rôle des pouvoirs seigneuriaux comme marqueur du status permet de mieux comprendre la circulation de toutes petites parts de seigneuries, qui, en elles-mêmes et même entières, étaient peu importantes politiquement et économiquement.

La coseigneurie fut une forme de gestion et d’exercice des pouvoirs seigneuriaux répandue et importante, mais aussi elle peut constituer – du fait de ses évolutions au fil du temps – un indicateur significatif et un témoin privilégié de l’évolution des formes et des significations du phénomène seigneurial dans la société rurale toscane du Moyen Âge central.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s