The impact of the experience of violence (as the perpetrator or as the victim) on the judgements regarding punishment

Manifestazione_di_CPI_a_Bolzano

Manifestazione di CPI a Bolzano – Neo-fascist gathering in Northern Italy

 

How might an experience of violence affect evaluations of situations involving aggression?  More particularly, how are those situations evaluated by prisoners and by non-prisoners who have been victims of violence? These questions on attitudes towards punishment are addressed in the two studies presented below. These attitudes derive from the larger domain of morality, which consists of separating good from evil, truth from falsehood, legitimate from illegitimate, legal from the illegal.

The first psychological research on moral judgement was in the area of psychological development and moral ontogenesis. The most comprehensive theories-those that provided the foundation for later research-were those of Piaget (1932) and Kohlberg (1976). Piaget (1932) presented scenarios to young children that varied according to intentionality and consequences of the act. This act was either intentional without consequences or accidental with consequences. The subjects’ task was to determine, after reading the two scenarios, which of the two perpetrators was the more evil. Relying on the verbal explanations of the subjects-children under 10 years of age-Piaget distinguished between two mutually-exclusive moral attitudes : one is called « morally objective, » where the children make their judgements based only on the consequences of the act (which Piaget refers to as “moral realism”), while the other is called “morally subjective,” since judgements are based only on the intention. Thus, the children produced uni-dimensional judgements, based on a single variable. For Piaget, these two attitudes, being mutually exclusive, forced the children to use only one element (Intention orConsequence) in judging the actor, thus preventing multidimensional judgement (Intention and Consequence). In addition, Piaget was able to show that the importance given to intention increases with age and symmetrically, that the weight given to consequence decreases. Continuing in the Piagettian line of research, Kohlberg (1976) defined moral judgement as a journey through cognitive structures of increasing complexity.  His preferred method for determining levels of development was the «moral dilemma ». It was the structure of the arguments used to resolve moral problems that interested Kohlberg.  He defined six stages, organized into three levels (pre-conventional, conventional, and post conventional) considered as structures that were global, invariant, hierarchical, and universal. The claim to universality can nevertheless be challenged to the extent that the subjects of these studies were mostly male.  Thus, Gilligan (1982) criticizes the models’ neglect of the moral experience specific to women. It is believed that the female moral outlook is characterized by an “ethic of solicitude” based on connections to other people. Following the developmentalist models, other approaches, such as the theories of socialization, developed and critiqued the constructivist orientation as having neglected the social processes governing the transmission of morality. According to the theory of social learning (Bandura 1977), the development of a moral sense depends less on the age of the subject than on exposure to adequate models. However, the theory of internalization (Hoffman, 1983) emphasizes the limits of this « observational learning », the acquisition of moral values being essentially related to the kinds of disciplinary interactions between parents and children. Hence, several studies have shown that a child’s level of moral development is related to the style of parental authority (Boyes & Allen, 1993). For Hogan (1973), the different psychological theories did not take into account the multidimensionality of moral judgement, which brought him to propose a model linking five distinct dimensions of personality and moral conduct: moral knowledge, socialization, empathy, autonomy and a component of moral judgement that is equivalent to a bi-polar dimension (personal ethical conscience versus an ethic of social responsibility). Finally, according to Forsyth (1980), it is possible to categorize individuals according to their « ethical ideology ». Thus, it is the differences among implicit moral philosophies that distinguish individuals. All of these studies show not only that many fields of psychology have studied moral judgement, but also that different methods have been applied. The first studies in the area of developmental psychology used qualitative methods based on interviews. Other experimental methods have subsequently examined moral judgement through quantitative analysis, based on scales of judgement. A significant number of studies have been conducted in this context, notably those using the Theory of Information Integration (Anderson, 1982).

This theory, developed by Norman Anderson at the end of the 1950s, has origins in the psychophysical and aims to highlight the laws of psycho-cognitive processing and the integration of information. The premise of this theory is based on the ability of individuals to integrate manifold information to produce a unitary response. According to Anderson, judgement consists of three steps : (1) « evaluation » : attributing a psychological value to physical stimuli, (2) « integration » : combining these values. (3)  “judgement”: producing an observable response on a linear response scale. Research conducted in the context of the Theory of Information Integration (TII) was at first concerned with the classic variables of Intention and Consequence. Léon (1980, 1984) and Surber (1977, 1982) demonstrated that children were capable, from a very young age, of integrating these concepts (Intention and Consequence) in their judgements of punishment. Subsequently, other variables were studied in order to understand the factors that influenced moral judgement. Later studies demonstrated the significant influence of variables such as the justifications for the act (Leon, 1982), the reward (Anderson & Hommers, 1985) as well as the age of the aggressor and the age of the victim (Przygodzki & Mullet, 1997). Leon (1982) then used not just the two usual variables-the intention and the consequences-but also information relating to the « reasoning » of the actor: he could truly regret his act, or simply admit his guilt, or be completely indifferent. The judgements of the subjects show that this third variable has a dampening effect on punishment. We find the same moderating effect on judgements with the variable « reparation », considered by Anderson and Hommers in 1985, following Berschied and Walster in 1967. This observable is important to the extent that even if not explicit, it is at least implicit in any moral judgement: we expect that someone responsible for an injury will make “reparation”, whether freely or by coercion. Przygodzki and Mullet (1997), wanted to analyze the integration of the ages of the aggressors and victims with the traditional elements of the « Intention and Consequence » framework. The results of this experiment show that the judgements regarding punishment vary in relation to these two factors of age.  More precisely, the adult aggressor is punished more severely than an aggressor that is younger or older. The severity also increases with the age of the victim: the older the victim, the more the aggressor is punished. In addition, the age of the victim interacts with the age of the person judging: with adults and older adults, it is when the victim is an adult or an older adult, respectively, that punishment is maximized. Children escape this phenomenon of identifying with the victim. In the context of this study, the authors have observed another phenomenon-that the subjects’ judgements became increasingly severe. Roberts and Edwards (1989) had already highlighted this phenomenon: the subjects, after having read a scenario describing a serious crime, saw the subsequent offenses in a more serious light, judged the guilty more negatively, and punished them more severely. Does this mean that the more we judge, the more harshly we judge? In order to answer this question, Przygodzki and Mullet (1999) created a small experiment, the results of which corroborate the following assertion: as the process of judging the punishment due an aggressor is repeated within a short time frame, the more severe those judgements tend to become. Other studies have highlighted the possible impact of ethnic origins or gender on judgements about punishment. Thus, Cortese (1989) conducted a study among American men and women with African, European, and Mexican backgrounds. The results obtained in this research, and in many subsequent studies, support the hypothesis of a universal structure in moral judgement, with no demonstrated differences based on gender or ethnic origin. The impact of the experience of violence (as the perpetrator or as the victim) on the judgements regarding punishment has also been the subject of experimental studies. A study by Przygodzki and Mullet (1993) compared a group of people sentenced to imprisonment with a control group. The subjects were exposed to two pieces of information-the intention of the perpetrator and the consequences of the perpetrator’s action-in order to determine the degree of punishment to impose upon the perpetrator. This research demonstrates that the prisoners, giving less importance to the intention, are more gentle in their judgements than the control group. The impact of the experience of violence (as the perpetrator or as the victim) on the judgements regarding punishment has also been the subject of experimental studies. A study by Przygodzki and Mullet (1993) compared a group of people sentenced to imprisonment with a control group. The subjects were exposed to two pieces of information-the intention of the perpetrator and the consequences of the perpetrator’s action-in order to determine the degree of punishment to impose upon the perpetrator. This research demonstrates that the prisoners, giving less importance to the intention, are more gentle in their judgements than the control group. Conversely, the subjects who had been victims of aggression generally judged the committed offenses more severely. This severity manifested by the victims echoed the blame attributed to victims by external observers. Thus, some studies, such as those of Lerner and Simmons (1966), show that we have the tendency to denigrate victims, especially if we are unable to help them as they are suffering. Suffering refers to the harm suffered by the victim, with physical harm clearly being considered more serious than material harm. Howe (1994) proposed a classification of various offenses according to their degree of dangerousness, the most dangerous being « pre-meditated murder » and the least dangerous being « disturbing the peace ». In his second experiment, he combined the gravity of the act with its frequency in order to study their effects on the judgements of dangerousness: a recidivist being judged more dangerous than a first-time offender, and particularly since the acts committed were of increasing severity.

turkish-fascists

En quoi le vécu de la violence a t-il une incidence sur l’appréciation de situations d’agression ? Plus précisément, comment ces situations sont évaluées, d’une part par des personnes incarcérées, d’autre part par des personnes victimes d’agression. Ces évaluations sont appréhendées dans les deux études présentées ci-après par le biais du jugement de punition. Ce type de jugement s’insère dans le domaine plus large du jugement moral qui consiste à distinguer le bien du mal, le vrai du faux, le légitime de l’illégitime et le légal de l’illégal (Vidal, 1998). Les premiers travaux en psychologie concernant le jugement moral se sont inscrits dans le champ de la psychologie développementale avec la question de l’ontogenèse morale. Les théories les plus complètes et qui sont à l’origine des recherches ultérieures reviennent à deux auteurs, à savoir Piaget (1932) et Kohlberg (1976).

Piaget (1932) présentait à de jeunes enfants des histoires contrastées selon l’intentionnalité et les conséquences de l’acte. Cet acte était soit intentionnel sans conséquence soit accidentel avec conséquences. La tâche des sujets consistait à déterminer, suite à la lecture de ces deux histoires, lequel des deux acteurs en question était le plus “méchant”. S’appuyant sur les justifications verbales des sujets, Piaget a discriminé pour les enfants de moins de 10 ans, deux attitudes morales distinctes s’excluant l’une de l’autre : l’une est dite “moralement objective” car les enfants effectuent leurs jugements uniquement sur la base des conséquences de l’acte (Piaget parle alors de « réalisme moral ») alors que l’autre est dite “moralement subjective” puisque seule l’intention est prise en considération pour juger. Ainsi, ces enfants émettaient des jugements unidimensionnels, c’est-à-dire s’appuyant sur une seule variable. En effet, ces deux attitudes étant exclusives, pour Piaget, les enfants ne pouvaient donc utiliser qu’une seule information (Intention ou Conséquence) pour juger l’acteur, ce qui écartait d’emblée toute possibilité de jugement multidimensionnel (Intention et Conséquence). Par ailleurs, Piaget a pu montrer que l’importance accordée à l’intention croît avec l’âge et symétriquement, le poids accordé aux conséquences décroît avec l’âge. Dans la continuité des travaux piagétiens, Kohlberg (1976) considérait le jugement moral comme un parcours à travers des structures cognitives de plus en plus complexes. Sa méthode privilégiée pour établir les niveaux de développement était le « dilemme moral ». C’était la structure de l’argumentaire moral associé à ces tâches de résolution de problèmes moraux qui intéressait Kohlberg. Il a ainsi construit six stades inscrits dans trois niveaux (pré-conventionnel, conventionnel, et post-conventionnel) considérés comme étant des structures globales, invariantes, hiérarchisées et universelles. Cette universalité peut néanmoins être remise en cause dans la mesure où les sujets de ces études étaient pour l’essentiel de sexe masculin. Ainsi Gilligan (1982) reproche à ces modèles la négligence de l’expérience morale spécifique aux femmes. Elle estime en effet que celle-ci se caractérise par une “éthique de sollicitude” basée sur la relation à autrui.

Suite aux modèles développementalistes, d’autres approches, comme les théories de la socialisation, se sont développées, reprochant à l’orientation constructiviste de négliger les processus de transmission sociale de la morale. Selon la théorie de l’apprentissage social (Bandura, 1977), les évolutions dans le domaine moral dépendent moins de l’âge des sujets que de l’exposition à des modèles adéquats. Cependant, la théorie de l’internalisation (Hoffman, 1983) souligne les limites de cet « apprentissage observationnel », l’acquisition des valeurs morales étant essentiellement liée au type d’interactions disciplinaires entre parents et enfants. Ainsi, plusieurs travaux ont montré que le niveau de développement moral d’un enfant est lié au style d’autorité des parents (Boyes & Allen, 1993). Pour Hogan (1973), les différentes théories en psychologie morale ne rendent pas compte de la multi-dimensionnalité du jugement moral, ce qui l’amène à proposer un modèle articulant cinq dimensions distinctes de la personnalité et de la conduite morale : la connaissance morale, la socialisation, l’empathie, l’autonomie et une composante du jugement moral qui correspond à une dimension bipolaire (éthique de conscience personnelle versus éthique de responsabilité sociale). Enfin, selon Forsyth (1980), il est possible de catégoriser les individus selon leur “idéologie éthique”. Ainsi, ce sont des différences de philosophies morales implicites qui distingueraient les individus. Tous ces travaux montrent non seulement que de nombreux champs de la psychologie ont étudié le jugement moral mais également que celui-ci a été exploré avec différentes méthodes. Les premières recherches dans le cadre de la psychologie du développement utilisaient la méthode qualitative par le biais d’entretiens. D’autres méthodes expérimentales ont par la suite examiné le jugement moral à travers une analyse quantitative, basée sur des échelles de jugement. Un nombre conséquent d’études a été mené dans ce cadre, notamment celles utilisant la Théorie de l’Intégration de l’Information (Anderson, 1981). Cette théorie, développée par Norman Anderson dès la fin des années 50, trouve son origine dans la psycho-physique et a pour objectif de mettre en évidence les lois psycho-cognitives du traitement et de l’intégration de l’information. Le postulat de cette théorie repose sur la possibilité des individus d’intégrer plusieurs informations pour produire une réponse unitaire. D’après Anderson, les étapes permettant de juger sont au nombre de trois : (1) « évaluation » : attribution d’une valeur psychologique aux stimuli physiques, (2) « intégration » : combinaison de ces valeurs et (3) « jugement » : production d’une réponse observable sur une échelle de réponse linéaire. Les recherches menées dans le cadre de la Théorie de l’Intégration de l’Information (IIT) se sont d’abord intéressées aux variables classiques d’intention et de conséquence.Léon (1980, 1984) et Surber (1977, 1982) ont montré que les enfants étaient capables, dès leur plus jeune âge, d’intégrer ces informations (Intention et conséquence) dans le jugement de punition.Przygodzki et Mullet (1997) avaient, quant à eux, l’objectif d’analyser l’intégration des informations d’âge de l’agresseur et de la victime, aux éléments traditionnels du schéma « Intention et Conséquence ». Les résultats de cette expérience montrent que les jugements de punition varient en fonction de ces deux facteurs d’âge. Plus précisément, l’agresseur adulte est puni plus sévèrement que l’agresseur plus jeune ou plus âgé. La sévérité augmente également avec l’âge de la victime : au plus elle est âgée, au plus l’agresseur est puni. Par ailleurs, l’âge de la victime interagit avec celui de la personne qui juge : chez les adultes et les personnes âgées, c’est lorsque la victime est respectivement un adulte ou une personne âgée que le degré de punition est maximal alors que les enfants échappent à ce phénomène d’identification avec la victime. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont pu observer un autre phénomène, à savoir l’augmentation de la sévérité des sujets au fur et à mesure de leurs jugements. Roberts et Edwards (1989) avaient déjà mis en évidence ce phénomène: des sujets, après avoir lu une histoire relatant un crime grave, voyaient les offenses ultérieures d’une manière plus sérieuse, jugeaient les coupables plus négativement et les punissaient plus sévèrement. Cela signifie-t-il que l’on devient plus sévère à force de juger ? C’est pour tenter de répondre à cette interrogation que Przygodzki et Mullet (1999) ont mis en place une petite expérience dont les résultats permettent de corroborer l’assertion suivante: plus les individus jugent de manière répétée, et dans un laps de temps relativement court, de la punition à attribuer à un agresseur, plus ils ont tendance à devenir sévères. D’autres études ont souligné l’impact possible de l’appartenance ethnique ou sexuelle sur les jugements de punition. Ainsi, Cortese (1989) a réalisé une étude auprès d’hommes et de femmes américains d’origine africaine, européenne et mexicaine. Les résultats obtenus dans cette recherche, et dans de nombreux travaux ultérieurs, soutiennent l’hypothèse d’une structure universelle dans le jugement moral, aucune différence concernant le sexe et l’origine ethnique n’ayant pu être démontrée. L’impact de l’expérience de la violence (en tant qu’auteur d’infraction ou en tant que victime) sur les jugements de punition a également fait l’objet de manipulations expérimentales. Une étude de Przygodzki et Mullet (1993) comparait un groupe constitué de personnes condamnées à une peine de prison ferme à un groupe contrôle. Les sujets disposaient de deux informations, l’intention de l’auteur et les conséquences de son acte, pour déterminer le degré de punition à infliger à l’auteur. Cette recherche montre que les détenus, accordant moins d’importance à l’intention, sont plus cléments dans leurs jugements que les sujets-contrôle. A l’inverse, des personnes ayant été victimes d’agressions jugent en général plus sévèrement les infractions commises (Cusson, 1998). Cette sévérité manifestée par les victimes fait écho au blâme attribué aux victimes par des observateurs extérieurs. Ainsi, certains travaux tels que ceux de Lerner et Simmons (1966) montrent que nous avons tendance à déprécier toute victime, tout particulièrement quand nous sommes dans l’incapacité de lui venir en aide alors qu’elle est en train de souffrir. La souffrance renvoie à la notion de préjudice subi par la victime, le préjudice physique étant bien évidemment considéré comme plus grave que le préjudice matériel. Howe (1994) a d’ailleurs proposé une classification des diverses infractions selon leur degré de dangerosité, celle étant perçue comme la plus dangereuse étant le « meurtre avec préméditation » et la moins dangereuse le “trouble à l’ordre public”. Dans sa deuxième expérience, il croise la gravité de l’acte avec la fréquence de l’acte pour étudier leurs effets sur les jugements de dangerosité: une personne récidiviste est jugée plus dangereuse qu’une personne primaire et ce d’autant plus que les actes qu’elle a commis sont de gravité croissante.

Caroline Desombre, Nathalie Przygodzki-Lionet, Annick Durand-Delvigne et SabineDebosscher, « Auteurs d’infractions et victimes d’agressions : Impact de la violence et du contexte professionnel sur le jugement de punition », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. II | 2005, mis en ligne le 06 juillet 2005, consulté le 11 avril 2016. URL : http://champpenal.revues.org/333 ; DOI : 10.4000/champpenal.333

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s