THE IMPACT OF THE EXPERIENCE OF VIOLENCE (AS THE PERPETRATOR OR AS THE VICTIM) ON THE JUDGEMENTS REGARDING PUNISHMENT 2

impact 1

This article aims to show how the experience of violence, either as a perpetrator or victim, influences the perception of situations that involve aggression. The two experiments presented here compare the moral judgements of prisoners with those of people who have experienced verbal or physical aggression. The results of our first experiment allow us to confirm the indulgent attitudes of prisoners and the severe ones of victims. The second experiment shows the impact of professional context on the evaluation of the punishment that might be imposed upon an aggressor. Employees in the French rail system are very harsh in their judgements, while the caregivers in a psychiatric hospital are very lenient. This difference between the two types of employees is probably due to how the situations of aggression are characterized as well as to the meaning given to the experience of victimization.

The first study has allowed us to verify that the experience of violence as a victim or as an aggressor creates differences in the judgements regarding punishment. We have therefore decided to continue our study in a second experiment, both to introduce new variables able to modulate judgements regarding punishment, and to conduct this research in relation to victims of aggression in another professional context. A person’s profession influences his or her interpretation of an aggressive act. For the employees of the SNCF (French Rail Service), violence is often incomprehensible and can cause trauma. This incomprehension can explain the severity of their judgements. When the aggressive acts intensify, do the victims become more indulgent? In order to answer this question, we have studied the punishment judgements of nursing staff from a psychiatric hospital. Since the acts of aggression are generally the result of changes in mental faculties, these caregivers show an excellent comprehension of the aggressive behaviors that victimize them. However, is this indulgence, linked as it is to an understanding of the transgressive act, able to resist the repeated victimizations? To provide an answer to this question, we compared the judgement of punishment of caregivers who had been attacked once with those who had been attacked several times. To follow our reasoning to its conclusion and treat the totality of the issue, it seemed pertinent to study two groups of prisoners, first-time offenders and recidivists. The objective here is to see whether the indulgence typical of the punishment judgements of prisoners is increased by the number of incarcerations. In order to promote the process of identification of the subjects to people presented in the scenarios, we have introduced, in addition to the classic variables of intention, consequence and the nature of the act, information concerning the eventual recidivism of the aggressor and information on the number of victimizations.

The study therefore shows that caregivers and prisoners do not prescribe different punishments. One of the criticisms that can be directed at this work concerns the limited number of subjects and in particular, the number of prisoners.  Since participation in the experiments was voluntary, we had to do the work with this limited number of candidates. It is important, however, to emphasize that the statistical analysis performed on these population samples allows for the control of this limitation. Furthermore, the heterogeneity of our subjects as well as the multiplicity of the variables manipulated in these studies, although possibly appearing to create bias, were the results of our research objectives and hypotheses and in the end allowed for interesting results. It is true that we could have ignored the gender of the subjects, since this variable has generally proven to be insignificant in the various studies relating to moral judgement. Because this variable proved to be statistically insignificant in our first research, we chose to ignore it in our second.

While the results of our first research allowed us to confirm both the leniency of prisoners and the severity of victims regarding punishment judgements, our second study modulated these first results by showing how important is the meaning attributed to victimization. Indeed, even if the professionals interviewed in the context of their work had suffered the same type of aggression (verbal and/or physical), some were very severe while the others were so tolerant that their judgements resembled those of prisoners. It seems essential to consider the source of the violence. The attacks aimed at the employees of the SNCF generally can come from any customer, which makes them unpredictable, gratuitous, and incomprehensible. The attacks on caregivers come from patients generally considered not responsible. Since violence is sometimes the only means of expression available to some patients, health professionals do their best to better understand these acts.  It is revealing that for the same type of victimization, there is a different phrasing used : contrary to the SNCF, the psychiatric caregivers do not speak of aggression but rather of a « violent interaction » (Rioton, Peltier & Guibert, 1998). Also, because this outburst of violence is not generally aimed at the caregivers per se, they therefore do not consider it to be « aggressive behavior ». This interpretation completely agrees with the position of most psychologists who, whatever their specialty, make a distinction between « violence » and « aggressiveness ».   Leyens (1979), for example, defines aggression as « a behavior made with the intention to hurt another person ». With regard to this motivational dimension, Bergeret (1992) describes aggressiveness as the actual « perversification of violence ». It seems clear, in terms of our results, that it is not the behavior in itself that is important but rather the representation that is made of it.  Faced with an event such as an attack, it is obvious that a quest for meaning is required: depending on the available information, there are causal explanations made allowing, or not, the attribution of meaning to such behavior.  The intention of the attacker, inferred by the victim, seems determinative to the extent that it has a direct influence on the understanding of the situation and the judgement made against the aggressor. Parallel to these interpretations relating to the personal characteristics of violent and aggressive individuals, it seems obvious to us that the social status and role of professionals interviewed in these studies influenced their understanding of these situations of aggression. The function of « caregiver » does not give rise to the same representations and social expectations as the function of « controller » and one can think that the helping orientation of the health-care professions creates an incompatibility with any judgement in favor of punishment. We may ask ourselves whether our results do not simply reflect the social norms that usually see care and punishment as being opposed to each other.We may question the strength and applicability of this position. Is the caregiver’s understanding of and leniency towards acts of violence, even after multiple victimizations, still intact where there has been a medical leave of absence resulting from the violence of a patient? Since the results of our second study have not shown a difference in judgement according to the number of victimizations suffered by the caregivers, it is logical to ask to where such indulgence might lead?  Would this not be desirable, even necessary for the caregivers? Is the understanding shown by the caregiver, even when regularly confronted by violence, also not a way of preserving a positive image of the job and so of oneself? Finally, does not this behavior constitute a sort of strategy, more or less conscious, in order to adapt to attacks, allowing « to better cope with them ».

Furthermore, does this permanent caregiver attitude of benevolence towards people displaying aggressiveness even help them? This again poses the complex question regarding the « treatment » of people who show both psychological problems and transgressive behaviors.  It seems that today the problem is translated onto the social and political levels by this question: must irresponsibility inevitably lead to impunity?

punishment 2

Dans la continuité des travaux antérieurs, nous avons décidé de mener une étude différentielle du jugement de punition auprès de personnes détenues et de personnes victimes d’agressions verbales et/ou physiques. Dans la mesure où nos recherches s’appuient sur la « méthodologie de la mesure fonctionnelle » d’Anderson, elles respectent les deux conditions expérimentales qui lui sont inhérentes, à savoir (1) la nécessité de soumettre au jugement des sujets des combinaisons de stimuli correspondant à l’ensemble des cellules d’un plan factoriel orthogonal et (2) l’usage d’échelles numériques. Nous avons confronté les résultats de nos deux recherches, réalisées dans deux contextes professionnels différents, afin de comprendre l’impact différentiel du vécu de violences sur les jugements.

La première étude nous a permis de vérifier que le vécu de la violence en tant que victime ou en tant qu’auteur d’infraction engendre des jugements de punition différentiels. Nous avons donc décidé de poursuivre nos investigations dans une deuxième expérience, d’une part en introduisant de nouvelles variables susceptibles de moduler le jugement de punition et d’autre part, en réalisant cette étude auprès de victimes d’agressions dans un autre contexte professionnel. En effet, l’activité professionnelle influence l’interprétation de l’acte agressif. Pour les agents de la SNCF, la violence est souvent incompréhensible et peut occasionner un vécu traumatique. Cette incompréhension peut expliquer la sévérité de leurs jugements. Lorsque l’acte agressif est rendu signifiant, les victimes manifestent-elles alors de l’indulgence ? Afin de répondre à cette question, nous avons étudié le jugement de punition du personnel soignant d’un hôpital psychiatrique. Les agressions étant généralement le fait d’altérations des facultés mentales, ces soignants disposent d’une compréhension plus importante des comportements agressifs qu’ils subissent. Toutefois, est-ce que cette indulgence, liée à la compréhension de l’acte transgressif, résiste à la multiplication des victimisations ? Pour apporter une réponse à cette interrogation, nous avons comparé le jugement de punition de soignants agressés une seule fois à celui de soignants agressés plusieurs fois. Pour aller jusqu’au bout de notre raisonnement et traiter l’ensemble de la question, il nous a semblé pertinent d’étudier deux groupes de détenus, à savoir des détenus primaires et récidivistes. L’objectif étant ici de voir si l’indulgence qui caractérise les jugements de punition des détenus est accentuée par le nombre d’incarcérations. Afin de favoriser le processus d’identification des sujets aux personnages présentés dans les histoires, nous avons introduit, en plus des variables classiques d’intention, de conséquence et de nature de l’acte, une information concernant la récidive éventuelle de l’agresseur et une information sur le nombre de victimisations.

La seconde étude montre donc que le personnel soignant et les personnes incarcérées ne présentent pas de jugements de punition différents. Une des critiques que l’on pourrait adresser à ce travail concerne le faible nombre de sujets par condition et ce particulièrement pour les personnes incarcérées. La participation aux expériences étant basée sur le volontariat, il nous a fallu accepter ce nombre limité de candidats. Il importe toutefois de souligner que l’analyse statistique réalisée à partir de ces échantillons de populations permet de contrôler cette caractéristique. Par ailleurs, l’hétérogénéité de nos participants ainsi que la multiplicité des variables manipulées dans ces études, alors même qu’elles peuvent paraître sources de biais, résultent de nos objectifs de recherche et de nos hypothèses et nous permettent finalement d’aboutir à des résultats intéressants. Il est vrai que nous aurions pu ne pas prendre en considération le sexe des sujets dans nos deux recherches, cette variable se révélant généralement non significative dans les divers travaux portant sur le jugement moral. La non-significativité de cette variable sur le jugement de punition, confirmée encore par les résultats de notre première recherche, nous a donc conduits à ne pas la traiter statistiquement dans la seconde.

Alors que les résultats de notre première recherche nous permettent de confirmer d’une part, l’indulgence des personnes incarcérées et d’autre part, la sévérité des victimes lors des jugements de punition, notre deuxième étude vient nuancer ces premiers résultats en mettant en évidence l’importance du sens attribué à la victimation. En effet, même si les professionnels interrogés dans le cadre de ces travaux ont subi le même type d’agressions (verbale et/ou physique), les uns se montrent très sévères tandis que les autres font preuve d’une tolérance telle que leurs jugements deviennent similaires à ceux des personnes détenues. La prise en compte de la personne à l’origine de l’agression semble essentielle. Les violences dont les agents de la SNCF sont la cible proviennent en général de n’importe quel usager, ce qui rend ces actes imprévisibles, gratuits et incompréhensibles. Les agressions du personnel soignant proviennent, quant à elles, de patients généralement considérés comme irresponsables. La violence étant parfois le seul moyen d’expression de certains malades, les professionnels de santé s’efforcent de mieux comprendre de tels actes. Il est d’ailleurs révélateur de noter que pour le même type de victimation, la qualification verbale qui en est donnée diffère: contrairement à la SNCF, les professionnels du milieu psychiatrique ne parlent pas d’agression mais “d’interaction violente” (Rioton, Peltier & Guibert, 1998). De plus, ce débordement de violence ne visant pas généralement les soignants de manière spécifique, ceux-ci ne considèrent donc pas avoir à faire à un « comportement agressif ». Cette interprétation rejoint tout à fait la position de la plupart des psychologues qui, quelle que soit leur spécialisation, font une distinction claire entre « violence » et « agressivité ». Leyens (1979), par exemple, définit l’agression comme “un comportement effectué avec l’intention de faire mal à autrui”. Eu égard à cette dimension motivationnelle, Bergeret (1992) qualifie l’agressivité de véritable “perversisation de la violence“. Il apparaît clairement, au regard de nos résultats, que ce n’est pas le comportement en soi qui importe mais bien la représentation que l’on s’en fait. Face à un événement tel qu’une agression, il est bien évident qu’une recherche de sens s’impose: ainsi, en fonction des informations disponibles, des explications causales seront avancées permettant, ou non, d’attribuer au comportement en question une signification. L’intention de l’auteur, inférée alors par la personne agressée, semble déterminante dans la mesure où cette inférence influe directement sur l’évaluation de la situation et le jugement porté à l’encontre de l’individu agresseur. Parallèlement à ces interprétations relevant des caractéristiques personnelles des individus agressifs et violents, il nous paraît évident que le statut social et le rôle social des professionnels interrogés lors de ces recherches ont eu une incidence sur leur appréciation des situations d’agression. La fonction de « soignant » ne suscite pas les mêmes représentations et attentes sociales que la fonction de « contrôleur » et l’on peut penser que la relation d’aide attachée aux professions de santé crée une sorte d’incompatibilité avec tout jugement de punition. Nous pouvons d’ailleurs nous demander si nos résultats ne constituent pas tout simplement le reflet de normes sociales mettant régulièrement en opposition le soin et la sanction. Nous pouvons aussi nous interroger quant à la force et la généralité de cette position. Plus précisément, la compréhension manifestée par les soignants et leur clémence à l’égard des actes de violence, alors même qu’ils ont été la plupart d’entre eux d’ores et déjà agressés plusieurs fois, sont-elles toujours intactes chez des personnes ayant fait par exemple l’objet d’un arrêt de travail suite à la violence d’un patient ? Les résultats de notre deuxième étude n’ayant pas mis en évidence de différence de jugement selon le nombre de victimations subies par les personnels soignants, il est effectivement logique de se demander jusqu’où peut aller cette indulgence. Celle-ci ne serait-elle pas finalement souhaitable, voire nécessaire, pour le personnel ? La compréhension dont fait preuve le personnel soignant, et ce même s’il est régulièrement confronté à la violence, n’est-elle pas en fait également un moyen de préserver une image positive de la fonction que l’on occupe et donc de soi-même ? Finalement, ce fonctionnement ne constitue t-il pas une sorte de stratégie, plus ou moins consciente, d’adaptation face aux agressions, permettant de « mieux les vivre » ? Par ailleurs, cette attitude de bienveillance permanente des soignants à l’égard des personnes se montrant agressives se révèle t-elle bénéfique pour celles-ci ? Se pose en fait ici encore la question complexe du « traitement » des individus présentant à la fois des troubles psychiques et des comportements transgressifs. Il semble que cette problématique se traduise aujourd’hui, au niveau social et politique,  par cette interrogation : l’irresponsabilité doit-elle assurer l’impunité ?

Caroline Desombre, Nathalie Przygodzki-Lionet, Annick Durand-Delvigne et SabineDebosscher, « Auteurs d’infractions et victimes d’agressions : Impact de la violence et du contexte professionnel sur le jugement de punition », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. II | 2005, mis en ligne le 06 juillet 2005, consulté le 12 avril 2016. URL : http://champpenal.revues.org/333 ; DOI : 10.4000/champpenal.333

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s