Absence of norms among sport fans and violent behavior.1

foot 2

The violence exhibited by crowds of sports fans around stadiums and sometimes even far from them, commonly known as hooliganism, is mostly committed by young people. Contrary to beliefs, this violent behavior does not correspond to the logic of social determinism. Its source is to be found in the “period of psychosocial latency”: these young hooligans have not yet assimilated the roles and status of self-controlled adults, nor have they donned them, and their behavior partakes of the logic of inter-group competition and the construction of identity. One of the main factors in the development of this juvenile violence is the context of social anomie in which these supporters act.

To speak of hooliganism in France is apparently quite a challenge in itself, for the question has been denied recognition, eluded and avoided to the point where the French football scene would seem to be the only one in Europe to be spared by a phenomenon that affects the sport throughout Europe. To look at French hooliganism one must often go beyond the social representations, prejudices and value judgments prevailing on the subject. In people’s imagination, hooligans are : English, young, poor or socially poorly integrated, delinquents in everyday life, “foreign” to the world of football and only go to the stadium to misbehave, constantly drunk, militantly, ideologically on the extreme right or belonging to small neo-nazi groups (Bodin, 2000, 2002, 2003). An archetypal portrait thus comes out, naturalizing and sociologizing the violence of crowds of sports fans, and turning hooligans into the “bidochons” of today’s stadiums, expressing populism in the Poujadist sense of the term – that is, the involvement of the most underprivileged in extremist excesses aimed at discriminating individuals according to their ethnic and cultural origins and calling for national preference in order to retrieve legitimacy and status within a society that tends to exclude them. These representations are usually derived from studies based on police statistics, done in English-speaking countries in the 1980s. They are actually false and truncated (Bodin, 1999a). The scene in French football stadiums is a far cry from these collective representations. First of all, we must accept the idea that hooliganism, essentially characterized by physical violence among supporters or with the police and the deterioration of personal property and of the facilities inside and outside of the grounds is not an English specialty. French hooliganism produces just as many clashes, just as frequent and as violent as in Great Britain, but these acts are simply less visible. The main reason for this is the efficiency of social control, which has exiled violence far from the stadiums (Bodin, 1999b, 2002). The recent suggestion made by Paris’ chief of police (préfet) (October 22, 2002) – which I was asked to comment on a national radio station (France Info) – , that the high-risk Paris-Saint-Germain (PSG) matches be played away from their home base, the Parc des Princes, is definite proof of the existence of this particular phenomenon. In addition to all the causes susceptible of explaining this belligerent behavior (social reasons, sports-related reasons, age, etc.), there are the definite ideological oppositions visible in many French stands. There are hooligans just about everywhere in France. Inspector General Rouibi (1989), for instance, thinks that Boulogne’s “red” PSG stand has become totally “hools”, following the PSG-Strasbourg encounter on January 16, 1993, and Marseille’s Olympiqueteam has France’s most violent group, the South Winners. A brief historical reminder is called for here. The introduction of the notion of hooliganism corresponds to a change of paradigm. The notion developed in Great Britain in the 1960s, marking the shift from ritualized, Dionysian violence applied to the logic of the game to premeditated, organized violence. The word itself, hooligan, was coined by a journalist who played on the name of a particularly violent Irish family of the Victorian era – the Hoolihans – to designate the violent behavior then observed. After the word-play, a printing error slipped in, replacing the h by a g, the two letters being side by side on the keyboard, and the term hooliganism was born. For the anecdote, only the French, Belgians and German still use the term, while English-speakers prefer to speak of thugs, a word that also designates a bloodthirsty Indian sect worshipping Kali, so this is a many-sided allusion, and a stigmatizing word in itself. Acts of hooliganism were studied, essentially in the English-speaking countries, the first to experience this kind of problem, successively in terms of modifications in the social space of the stadium (Ehrenberg, 1991; Sansot, 1990), of the growing autonomy of youth in the 1950-1960s, of the development of youth cultures or subcultures (roughs, skinheads, punks and so on), of the destructuring of the working class (Taylor, 1971; Clarcke, 1973) and as the outcome of the segmental bonding produced by the social functioning of the working class (Elias and Dunning, 1986), and last, the extension of the phenomenon to the rest of Europe by imitation, following the dramatic events at the Heysel stadium in 1985. Hooliganism is too often analyzed, then, like ordinary delinquency, exclusively in terms of social determinism: exclusion alone cannot account for delinquency and deviant behavior. It is only one risk factor among others. It is only “when social disadvantages accumulate – low family income, deteriorated housing and neighborhood, large family – that a significant statistical correlation is found between poverty and delinquency”.

The sociology of deviance showed, long ago, that anomie, the absence of norms (from the Greek a-nomos), or the disintegration or loss of meaning of the latter, may generate violent or delinquent behavior. The concept of anomie, which represented an attempt to put substance into “the vague notion of social disorderliness” (Boudon and Bourricaud, 1982) is in fact “a nest of concepts” (Boudon and Barricaud, op. cit.) as shown, for example, in the different uses made of it by Durkheim in two different books: The Division of Labour in Society(1893) and Suicide (1987). Merton (1965) introduced the notion of “social disorder”, with deviance viewed as the complete break with the customs and usual rules of social exchange, in some individuals. Certain individuals, rejected by other members of society although they pursue the same goals, end up developing deviant, oppositional conduct. Anomie is viewed, then, as an amplifying process reinforcing the inability to participate in action through licit means, and therefore leading some individuals to “rebellion” or “protest”. Irrespective of the position adopted, anomie basically expresses the idea of disturbed social relations between an individual or group of individuals and society at large. The numerous researchers (including Harrington, 1968; Clarcke, 1978; Elias and Dunning, 1986; Taylor, 1971; Zimmerman, 1987; Mignon, 1993, 1995) who have focused on hooliganism come from a number of different disciplines, but all stress two essential points. Firstly, hooligans are definitely fans, and not people with nothing to do with football. All belong to structured groups. To use the drug metaphor, we may say that although 100% of supporters will not become hooligans, 100% of hooligans are definitely authentic supporters. This is definitely, as Ehrenberg (1991) suggests, “the extreme abuse of supporterism”. “More accurately, what differentiates hooliganism from support in the traditional sense is the shift of action to the stands. While the match is being played on the field, it is paralleled by physical competition between two teams of fans. . . . Hooligans’ behavior is grounded in cultural and sporting traditions but goes beyond these by transforming them. Their violence is an attempt to shift the poles of visibility from the field to the stands.” (Ehrenberg, op. cit., 58) As early as 1968 Lord Harrington pointed out in his report that the hooligans arrested were authentic fans, young and knowledgeable. Their characteristics are still the same today (Bromberger, 1995, 1998; Mignon, op. cit.; Bodin, 2003): they are under 21, know all about football, their club, players and technique, and frequently sport the distinctive insignia of their particular group. That early study should, then, have put an end to a debate that is still waging in Great Britain as well as in France: hooliganism definitely involves authentic fans and not people with nothing to do with football and who go to the stadium just to make trouble. However, hooliganism only involves a limited number of fans (Dupuis, 1993a/b; Zimmerman, op. cit.; Clarcke, 1973): the hard core of the group is mostly composed of its leaders and those individuals who attend all of the championship matches, be they on the home grounds or elsewhere. This may represent from a dozen to 2 or 300 members, as is the case for the South Winners in Marseilles. The definition of the term ‘hard core’ is not comparable to the same term when used in studies of juvenile delinquency. The outcome is the same, however. It is clear that acts of hooliganism are committed by an “overactive nucleus” of individuals. According to a confidential internal intelligence (Renseignements Généraux) report dated December 17, 2001 entitled “Hooliganism, supporter violence”, the phenomenon is spreading. The number of incidents and of people injured grows from one season to the next. While this is mostly a Parisian phenomenon, it also affects fan clubs in Bordeaux, Lille, Lyons, Marseilles, Saint Etienne. . . But how, then, can we account for the fact that this violent behavior is essentially, if not to say exclusively, found in football, irrespective of the country, and even of the continent? There are certainly a few fights during basketball matches in Greece and Turkey, and at cricket meetings in India, but nonetheless, the violence remains sporadic there. Moreover, although there are organized clubs of basketball fans, there has never been the slightest incident at any match within the European Union. When observing the organization, the structure of clubs and the relations between clubs of players and of supporters in basketball and in football, one is immediately struck by the absence of relations between football players and their fan clubs, the latter being denied any recognition. Basketball and football fan clubs differ in their position with respect to institutionalization, officialization and recognition.

foot 1

Les violences des foules sportives qui se donnent à voir dans, à proximité ou même parfois loin des stades, communément dénommées hooliganisme, concernent essentiellement les publics juvéniles. A contrario des idées reçues ces violences ne répondent pas à la logique du déterminisme social. Elles prennent source à la « période de latence psychosociale », les jeunes hooligans n’ayant encore ni intégrés, ni rejoints les rôles et les statuts d’adultes empreints de retenue et s’inscrivent dans une logique de concurrence intergroupes et de construction identitaire. Un des facteurs principaux de l’émergence de ces violences juvéniles est le contexte d’anomie sociale dans lequel s’exerce l’activité de ces supporters. Parler de hooliganisme en France semble bien être une gageure en soi tant cette question est déniée, éludée, évitée au point que le football français semble être le seul en Europe à être épargné par un phénomène qui touche néanmoins ce sport dans l’Europe entière. Cela oblige bien souvent, à dépasser les représentations sociales, préjugés ou jugements de valeurs qui prévalent en la matière. Ainsi dans l’imaginaire collectif le hooligan est : anglais, jeune, pauvre ou mal inséré socialement, délinquant dans la vie quotidienne, « étranger » au monde du football, il viendrait au stade uniquement pour y commettre des méfaits, imbibé d’alcool, se revendiquant d’une idéologie d’extrême droite ou appartenant à des groupuscules néo-nazis (Bodin, 2000, 2002, 2003). Se dessine ainsi un portrait archétypique, qui naturalise et sociologise la violence des foules sportives faisant des hooligans les « bidochons » des stades des temps modernes ou s’exprimerait un populisme au sens poujadiste du terme, c’est à dire l’engagement des plus démunis dans des dérives extrémistes visant à la discrimination des individus selon leurs origines ethniques et culturelles et favorisant la préférence nationale dans le but de retrouver place et rang au sein d’un société qui les exclue. Ces représentations sont le plus souvent issues des études anglo-saxonnes des années 1980 reposant sur les statistiques policières. Elles sont de fait fausses et tronquées (Bodin, 1999a). Ce qui se donne à voir dans les stades de football en France est bien différent des représentations collectives. Il faut tout d’abord accepter l’idée que le hooliganisme, caractérisé essentiellement par les violences physiques entre supporters ou avec les forces de l’ordre et les dégradations de biens et de matériels à l’intérieur ou à l’extérieur des enceintes sportives, n’est pas le seul fait des anglo-saxons. Le hooliganisme français est identique en nombre d’affrontements, en fréquence et en dureté à ce que la Grande-Bretagne connaît. Les actes hooligans sont tout simplement moins visibles. La raison essentielle tient à l’efficience du contrôle social mis en place qui a conduit les violences à s’exercer loin des stades (Bodin, 1999b, 2002). La récente proposition du préfet de Paris (22/10/2002), à laquelle France Info m’a demandé de réagir, de faire jouer les matches à risques du PSG hors Parc des Princes, prouve bien l’existence de ce phénomène particulier. A toutes les causes explicatives de ces comportements agonistiques (raisons sociales, sportives, âge etc.) viennent s’ajouter des oppositions idéologiques remarquables dans bon nombre de tribunes françaises. Ainsi il existe un peu partout en France des hooligans. Ainsi pour le contrôleur Général Rouibi (1989) la tribune Boulogne « rouge » du PSG est même devenue « hools » dans sa totalité, à partir de la rencontre PSG-Strasbourg du samedi 16/01/93, l’Olympique de Marseille possède le groupe le plus violent de France : les South Winners.
Un bref rappel historique s’impose. C’est un changement de paradigme qui marque la genèse de la notion de hooliganisme. Celui est apparu en Grande-Bretagne dans les années 1960 et marque le passage d’une violence ritualisée et dionysiaque, relative à la logique du jeu à une violence exercée de manière préméditée et organisée. Le terme de hooligan est le résultat d’un jeu de mot de journaliste qui cherchant une dénomination aux comportements violents qui se donnaient à voir les affubla du nom d’une famille irlandaise particulièrement violente sous le règne de la reine Victoria : les hoolihan. Jeu de mot, coquille d’imprimerie le g et le h se jouxtant sur les claviers anglo-saxons comme sur les claviers Azerty le terme de hooligan était né. Pour l’anecdote seuls les français, les belges et les allemands l’utilisent encore, les anglo-saxons lui préférant le terme de 
thugs (voyou) qui est aussi le nom d’une secte sanguinaire et adoratrice de Kali en Inde, dénomination aux multiples sens et qui est en soi-même un stigmate. Les actes de hooliganisme seront tour à tour étudiés, essentiellement dans les pays-anglo-saxons, les premiers à connaître ce type de problèmes, sous l’angle des modifications de l’espace social du stade (Ehrenberg, 1991 ; Sansot, 1990), de l’autonomisation de la jeunesse dans les années 1950/1960, de l’émergence de cultures ou sous-cultures jeunes (rough, skinhead, punk etc.), de la déstructuration de la classe ouvrière (Taylor, 1971 ; Clarcke, 1973) ou comme le résultat du fonctionnement social de la classe ouvrière sous la forme du lien segmentaire (Elias & Dunning, 1986), enfin l’extension du phénomène à l’Europe entière par mimétisme suite aux dramatiques évènements du Heysel en 1985. Trop souvent le hooliganisme est ainsi analysé sous le seul angle du déterminisme social, rejoignant les analyses relatives à la délinquance ordinaire : l’exclusion ne peut expliquer seule la délinquance et les comportements déviants. Elle n’est qu’un facteur de risque parmi d’autres. Ce n’est que « lorsque les désavantages sociaux se cumulent – faible revenu familial, habitat et quartier délabrés, famille nombreuse – qu’il apparaît une corrélation statistique significative entre pauvreté et délinquance » (Filleule, 2001, 66).

La sociologie de la déviance a depuis longtemps montré qu’une situation d’anomie, d’absence de normes (du grec a-nomos) ou de délitement et de perte de sens de ces dernières, pouvait engendrer des comportements violents ou délinquants. Le concept d’anomie dont l’ambition était de préciser « la notion vague de dérèglement social » (Boudon & Bourricaud, 1982) est en fait « un nid de concepts » (Boudon & Bourricaud, op. cit.) comme le montre, entre autres, l’utilisation différente qu’en a pu faire Durkheim dans ses ouvrages De la division du travail (1893) et Le suicide (1897). Merton (1965) en introduisant la notion de « désorganisation sociale » considère la déviance comme marquant une rupture définitive de certains individus avec les habitudes et les règles habituelles de l’échange social. Etant écartés par les autres membres de la société alors qu’ils poursuivent les mêmes buts certains individus en arriveraient à développer des conduites déviantes et conflictuelles. L’anomie est considérée alors comme un processus amplificateur venant renforcer l’impossibilité de participer à une action par des moyens licites et conduisant de fait certains individus à la « rébellion » ou à la « contestation ». Quelle que soit la position adoptée l’anomie traduit fondamentalement l’idée d’un dérèglement dans les relations sociales entre un individu, ou un groupe d’individus, et la société. Les nombreux chercheurs (Harrington, 1968 ; Clarcke, 1978 ;   Elias et Dunning, 1986 ; Taylor (1971) ; Zimmerman(1987) ; Mignon, 1993, 1995, entre autres) qui se sont intéressés à la question du hooliganisme , malgré leur appartenance à des champs disciplinaires distincts, insistent sur deux points essentiels. Tout d’abord, le hooliganisme est bien le fait de supporters et non d’individus extérieurs au football. Les hooligans appartiennent tous à des groupes structurés. En reprenant la métaphore relative à la consommation de drogue on peut ainsi affirmer que si 100 % des supporters ne deviendront pas hooligans, 100 % des hooligans sont bien quant à eux d’authentiques supporters. Il est effectivement comme le suggère Ehrenberg (1991), la « dérive extrême du supportérisme ». « Plus précisément, ce qui distingue l’hooliganisme par rapport à la tradition du soutien, c’est le déplacement vers les gradins : tandis qu’un match se déroule sur le terrain, deux équipes de supporters entrent dans une compétition physique parallèle… Le comportement des hooligans s’appuie donc sur des traditions culturelles et sportives qu’ils dépassent en les transformant. Leurs violences cherchent à déplacer les pôles de la visibilité du terrain vers les gradins » (Ehrenberg, op. cit. 58). Dès 1968 Lord Harrington mettait en évidence dans son rapport le fait que les hooligans arrêtés étaient d’authentiques supporters, jeunes et érudits. Les caractéristiques n’ont pas changé aujourd’hui (Bromberger, 1995, 1998 ; Mignon, op. cit. ; Bodin, 2003) : âgés de moins de 21 ans, ils possèdent une profonde connaissance du football, de leur club, des joueurs, de la technique, et arborent fréquemment les insignes distinctifs de leurs groupes respectifs. Cette étude aurait dû alors trancher un débat qui perdure toujours aujourd’hui aussi bien en Grande-Bretagne qu’en France : le hooliganisme est bien le fait d’authentiques supporters et non d’éléments extérieurs au football qui viendraient commettre leurs méfaits dans le stade. Le hooliganisme est cependant le fait d’un nombre limité de supporters (Dupuis, 1993a/b ; Zimmerman, op. cit. ; Clarcke, 1973) : le noyau dur du groupe, composé essentiellement des leaders et des individus présents à tous les matches de championnat que ce soit à domicile ou en déplacement. Leur nombre varie entre une dizaine et 2 à 300 membres comme chez les South Winners marseillais. Le terme de noyau dur n’est pas comparable dans sa définition à celui utilisé dans les études sur la délinquance juvénile. Mais le résultat est identique. On peut effectivement constater que les actes hooligans sont le fait d’un « noyau suractif »  d’individus. Selon un rapport confidentiel des Renseignements Généraux en date du 17 décembre 2001, intitulé « hooliganisme, la violence supportériste » le phénomène tend à prendre de l’ampleur. Le nombre d’incidents et de blessés augmente chaque saison. Si ce phénomène est essentiellement parisien il concerne également les clubs de supporters de Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, St Etienne… Mais comment dès lors expliquer que ces actes de violences concernent essentiellement, pour ne pas dire exclusivement, le football et ce, quel que soit le pays ou le continent ? Il existe bien quelques affrontements lors des matchs de basket-ball en Grèce ou en Turquie et lors de rencontres de cricket en Inde mais ces manifestations de violences restent cependant sporadiques. Qui plus est, jamais, alors que les supporters y sont structurés en groupes comme au football, le basket-ball n’ a connu le moindre incident dans les pays de l’union européenne.

Une première observation s’impose d’emblée lorsque l’on observe l’organisation, la structuration et les relations entre clubs sportifs et clubs de supporters en basket-Ball et en football, le déni de reconnaissance et l’absence de relations devient évidente entre les clubs de football et leurs fans. Les clubs de supporters du basket-ball et du football se distinguent par l’engagement dans la voie de l’institutionnalisation, de l’officialisation et de la reconnaissance.

Dominique Bodin, Stéphane Héas et Luc Robène, « Hooliganisme : De la question de l’anomie sociale et du déterminisme », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. I | 2004, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 14 avril 2016. URL : http://champpenal.revues.org/25 ; DOI : 10.4000/champpenal.25

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s