Absence of norms among sport fans and violent behavior. 2

racism sport

Several explanations may be offered. Firstly, the question of the supporters’ age, mentioned above, combines with the will to act and decide independently, at the turning point between adolescence and adulthood. Age influences the desire for independence in groups which are often created with no help whatsoever from any football club. This aspiration to be autonomous and successful on one’s own with no outside help is in fact particularly strong in groups whose members are very young or come from underprivileged neighborhoods or problem areas.

In our first encounter in Marseilles, for instance, RZ, one of the leaders of the South Winners, a group whose members are primarily youths from northern Marseilles and the Panier neighborhood, both problem areas, proudly showed us the group’s meeting place and the work they had done on it, stressing the fact that it was achieved through collective work, with no help from the club, by members who are often rejected by society and were capable of doing things on their own, things other people thought them incapable of achieving. He also stressed the fact that the same is not true of the Ultras, who collaborate with the club and often receive subsidies. The opposition between “young” and “old” fans is very clear-cut when we look at membership in the various national organizations whose creation was instigated by the football federations. The CCS in Marseilles, the Violets in Toulouse, belong to the FAS (Fédération autonome des supporters), but their members are much older, on the average, than the “norm” – 48% of “Violet” fans are over 40 – and the Violets even refuse to accept any young fans since their unfortunate, tragic experience in 1991. Whereas over 61% of football fans are under 25, the same is only true of 28% of basketball fans. Membership in a federation is a deliberate decision in which age, often tied to greater social integration and more respect for social norms, is primordial. According to Galland (1997), for youths, differentiation from and opposition to the previous generation take place within the spaces where adolescents find freedom and independence, and “as they grow older, young people gradually adopt adult roles and statuses” (Galland, 1998, 28). Adolescence may thus be viewed in Parsons’ perspective (1955, 1963) as an uncertain period of life, a sort of in-between time conducive to anomie as well as to the construction of an identity, prized by oneself and by others, however outrageous it may be, as in hooligan violence. As Michel (leader of the Yankees group in Marseilles) puts it: “it’s a question of age too. It’s true that as you get older, OK, you think . . . there are things you did when you were 20, and now at 30, I think, I never should have done that. You have more distance, more restraint, too, it’s a question of maturity. At 30 or 40 things don’t seem as serious as when you’re younger.” We must be careful not to assimilate “youth” with violent behavior, however, in the case of fans. That would be tantamount to naturalizing and sociologizing violence, or at the least, to reactivating the myth of the “dangerous classes” in another form, viewing youth as a homogeneous social class characterized as violent on the whole.

The constantly increasing distance between football players and supporters, observed by Wahl (1990) and other workers, is also evidenced in the lack of relations between the managers of the players’ clubs and the fan clubs. Broussard points out that “the widening gap between fans and the rest of a club necessarily accentuates feelings of isolation in the most extremist individuals. The fact that they are ignored or disdained by the leaders of their own club corroborates their beliefs, and they end up convinced of being the only ones who really love the team and defend it in adversity.” (1990, 210-211). Individuals with a shared object and a shared focus lead independent existences, with each person proclaiming the validity, relevance, interest and primacy of his actions. Two worlds clash: those who possess decisional and financial power, representing the established order and the bourgeoisie and the others, often of working class origin, who proclaim their passion for Football and the importance of their activity and unconditional support for the team, in contrast to a merely commercial approach. Clubs actually have two presidents: the owner of the capital and a “shadow president” (Broussard, op. cit.). This constantly widening distance between supporters and official football (players and managers) may be viewed as an additional factor in the development of violence. Clarcke (1978), Veugelers (1981) and Taylor (1982) perceive “the middle-class turn in football” as gradually dissipating the congenial atmosphere surrounding playing in the old days, and the growing distance between the different actors in this sport as the reason for some hooliganism, viewed as a “conservative fight” to preserve football within its own social space and original values. Like ordinary social violence, hooliganism may thus be seen as a danger signal, sent out to the community as a whole, but also as a sign of social dysfunctioning, according to Coser (1956, 1967). The heads of French basketball clubs such as the Pau-Orthez club maintain genuine relations with their supporters clubs. L’Elan Béarnais, for instance, aims at helping, favoring and even financing the activities of its supporters, but also at controlling them so as to avoid incidents and prevent fans from getting out of hand. In football, the same relations may be found in Toulouse’s Violets, who represent the category of supporters who rarely or never take part in clashes. They entertain very close ties with the club, although the Toulouse Football Club does not help its supporter groups financially or materially. These various relations, which may be termed contractual, both in the moral and the literal, written sense, do seem instrumental in moderating the behavior of supporters. Some safety wardens note that things go better when they themselves “manage” the travels of their supporters. Relations between the clubs and their extremists, susceptible of preventing some incidents and modifying the belligerency of some fans, are actually often non-existent in football, both because of the age of the fans and because of lack of recognition by the club officials, as Broussard suggests (op. cit., 210): “many presidents, but also most of the officials of these respectable supporter associations represent no-one but themselves, and actually do not view these youths as legitimate spokespeople.”. But there is also the supporters’ own lack of constancy, partly due to the fact that no real contractual relationship is established. A makeshift course is steered, in an attempt both to protect the “commercial activity” and to prevent incidents of all sorts, rather than a concerted policy consisting of viewing supporters as authentic partners interested in developing the clubs: “I think that in one way or another, the dice are loaded, inasmuch as the goal to be reached is not called “safety”, but there are so many commercial implications that they rub them [the fans] up the right way. I am not at all sure, however, that if we balanced out what these kids contribute with their songs and chants and their activity, and what they cost us in terms of problems of all sorts, I’m not sure we really come out on the winning side. It’s much more a question, for our managers, of warding off the jeering, the booing and the hostile jibes, rather than any real will to establish contractual relations.” (A safety warden for the Bordeaux Girondins). The object of football is changing, and it is most probably no longer simply a sport, or even a sporting event in which spectators may really participate and be concerned with its future. It is something else today, much more than a simple praxis. The gulf is widening between clubs, players and the public, which is increasingly being asked to pay, sit down and shut up, and some managers are mistakenly forgetting, it seems, “by dint of focusing on the money brought in by advertising and by television broadcasts of matches, by dint of giving priority to their own personal promotion . . . that after all, football belongs to those ‘ticket-paying bastards’.” (Broussard, op. cit., 211).

fascism eu

Plusieurs explications peuvent être avancées. Tout d’abord, la question de l’âge des supporters, évoquée précédemment, qui se conjugue avec une volonté d’autonomie d’action et de décision, au sortir de l’adolescence et au passage dans la vie adulte. Cet âge influe sur le désir d’indépendance de groupes qui se sont souvent constitués en dehors de toute aide des clubs de football. Ce désir d’indépendance et de réussir seuls en dehors de toute aide extérieure est d’ailleurs exacerbé très fortement lorsque les groupes sont composés d’éléments très jeunes ou rassemblent des personnes issus de quartiers défavorisés et de zones sensibles. Ainsi, lors de notre première rencontre à Marseille, RZ, un des leaders des South Winners, groupe composé essentiellement de jeunes issus des quartiers nord de Marseille et du Panier, nous a t-il fièrement montré le local du groupe et les aménagements effectués, insistant sur le fait qu’il était le fruit d’un travail communautaire, en dehors de toute aide du club, par les adhérents souvent exclus socialement dans la société et qui ont su réaliser de manière indépendante des choses dont personne ne les croyait capables, en insistant également sur le fait que ce n’est pas comme les Ultras qui eux collaborent avec le club et touchent fréquemment des subsides. Cette opposition entre « jeunes » et « vieux » supporters est très nette lorsque l’on observe l’adhésion aux différentes organisations nationales suscitées par les fédérations. Le CCS marseillais, les Violets toulousains font partie de la FAS (Fédération autonome des supporters) mais, la moyenne d’âge de leurs supporters est nettement plus élevée que la « normale » – 48 % des supporters « Violets » ont en effet plus de 40 ans – les Violets refusant même d’accepter les jeunes supporters depuis leur malheureuse et tragique expérience de 1991. Si au Football plus de 61 % des supporters ont moins de 25 ans, ils ne sont que 28 % de cette classe d’âge là au Basket-Ball. L’adhésion aux fédérations est un choix délibéré où la classe d’âge, souvent associée à une intégration et un respect plus important des normes sociales, joue un rôle primordial. Pour Galland (1997), les jeunes se distinguent et s’opposent à la génération précédente dans les espaces de liberté et d’autonomie dont disposent les adolescents et, « en prenant de l’âge, les jeunes adoptent progressivement les rôles et les statuts adultes » (Galland, 1998, 28). L’adolescence peut ainsi être considérée à l’instar des travaux de Parsons (1955, 1963) comme une période biographique incertaine, sorte d’entre-deux, propice à l’anomie, mais aussi à la construction d’une identité valorisante et valorisée, fût-elle parfois monstrueuse, à travers l’expression de la violence hooligan. Ainsi pour Michel (Leader du groupe des Yankees à Marseille) : « il y a une question d’âge aussi. C’est vrai qu’avec le recul, bon on se dit… il y a des choses que l’on a fait à 20 ans et maintenant à 30, je me dis mais, jamais tu aurais dû. On a davantage de recul, plus de retenue aussi, c’est une question de maturité. Les choses à 30 ou 40 ans nous semblent moins grave que quand on est plus jeune ». Il faut cependant se garder de confondre chez les supporters, l’appartenance aux classes d’âge « jeunes » et les comportements violents. Cela reviendrait à naturaliser et sociologiser la violence ou tout au moins à réactiver sous une autre forme le mythe des « classes dangereuses », en considérant la jeunesse comme une classe sociale homogène et violente dans son ensemble.

La distanciation sans cesse croissante entre les joueurs et les supporters au Football observée par Wahl (1990) et d’autres chercheurs se retrouve également dans l’absence de relations entre les dirigeants de clubs et les clubs de supporters. Broussard remarque que « le fossé qui s’élargit entre les fans et le reste d’un club accentue toujours le sentiment d’isolement des plus extrémistes. Ainsi, ignorés ou méprisés par les cadres de leur propre club, ils s’en trouvent renforcés dans leur conviction, finissent par se persuader qu’ils sont les seuls à aimer l’équipe, à la défendre dans l’adversité » (1990, 210-211). Chacun vit à partir d’un objet et d’un lieu commun une existence indépendante en revendiquant le bien fondé, la pertinence, l’intérêt et la primauté de ses actions. Deux mondes s’affrontent : les possesseurs du pouvoir décisionnel et financier, représentants de l’ordre établi et de la classe bourgeoise et ceux souvent issus des classes populaires qui revendiquent la passion pour le Football et opposent l’aide qu’ils apportent à l’équipe par leurs animations et leur soutien inconditionnel à une simple logique commerciale. Les clubs possèdent en fait deux présidents : le détenteur du capital et un « un président parallèle » (Broussard, op. cit.). Cette distanciation sans cesse croissante entre les supporters et le football (joueurs, dirigeants) peut être considérée comme un facteur supplémentaire d’émergence des violences. Clarcke (1978), Veugelers (1981), Taylor (1982) verront dans « l’embourgeoisement du football », la disparition progressive de la chaleur qui entourait la pratique originelle et la distanciation entre les différents acteurs de ce sport la genèse d’une partie du hooliganisme qu’ils considèrent comme un  « combat de préservation » pour conserver le football dans son espace social et ses valeurs d’origines. Le hooliganisme, comme la violence sociale ordinaire, peut ainsi être considérée comme un signal de danger adressé à la communauté toute entière mais également le signe d’un dysfonctionnement social à l’instar des travaux de Coser (1956, 1967). A l’image du club de Pau-Orthez les dirigeants de clubs du Basket-Ball français entretiennent de réelles relations avec leurs clubs de supporters. Ainsi l’Elan Béarnais entend aider, favoriser, voire financer l’action de ses supporters mais, également les contrôler afin de prévenir tout incident ou débordement. Les mêmes relations existent au football avec les Violets toulousains, représentatifs chez les supporters de la catégorie qui ne participe pas ou peu aux affrontements. Il existe des liens très étroits avec le club, même si le Toulouse Football Club n’aide pas financièrement ou matériellement ses groupes de supporters. Ces différentes relations, que l’on peut qualifier de contractuelles, tant au sens moral qu’écrit, semblent pourtant être un élément modérateur du comportement des supporters. Certains délégués à la sécurité remarquent que tout se passe mieux lorsqu’ils « gèrent » eux mêmes les déplacements de leurs supporters. L’établissement de relations entre les clubs et les Ultras, susceptibles de modérer l’apparition des incidents et de modifier le comportement belliqueux de certains supporters, sont en fait bien souvent inexistantes au football du fait d’une part de l’âge des fans et du crédit que les dirigeants leur accordent comme le suggère Broussard (op. cit. 210) « de nombreux présidents, mais aussi la plupart des responsables de ces respectables associations de supporters qui ne représentent qu’eux mêmes, ne considèrent d’ailleurs pas ces jeunes comme des interlocuteurs valables » mais, également de l’inconstance des supporters en partie due au fait qu’aucune relation contractuelle véritable n’est instaurée. Il s’agit davantage d’une navigation à vue qui cherche tout à la fois à préserver « l’activité commerciale » et à se prémunir d’incidents divers que d’une politique de concertation qui consisterait à considérer les supporters comme d’authentiques interlocuteurs favorables au développement des clubs : « Je pense que quelque part les dés sont pipés dans la mesure où le but à atteindre n’a malheureusement pas l’étiquette sécurité mais il y a tellement d’implications commerciales qu’on les caresse dans le sens du poil. Pourtant je ne suis pas convaincu que si on met dans la balance que si on met dans la balance ce que nous apportent ces jeunes avec les chants et les animations et ce qu’ils nous coûtent en problèmes de tous ordres que nous soyons réellement bénéficiaires. Il s’agit bien davantage pour nos dirigeants de se prémunir des lazzis, des sifflets et des quolibets hostiles que d’une volonté d’établir des relations contractuelles » (Délégué à la sécurité des  girondins de Bordeaux).

Le Football change d’objet et n’est vraisemblablement plus seulement un sport, ni même un spectacle sportif où les spectateurs peuvent réellement participer à, et être concerné par, son devenir, il est aujourd’hui autre chose, dépassant la simple praxis, et voit s’accentuer la distanciation entre les clubs, les joueurs et le public à qui il est demandé de plus en plus souvent de payer, de s’asseoir et de se taire, certains dirigeants oubliant à tort peut être « à force de concentrer leur attention sur les revenus publicitaires et les droits de retransmissions télévisées, à force d’assurer en priorité leur propre promotion […] qu’après tout le Football appartient aussi à ces « cochons de payants » que sont les spectateurs » (Broussard, op. cit. 211).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s