Giustizia penale internazionale: diversi progetti critici (1) ing. fr.

armes

The Critical Approaches to International Criminal Law (1) – Let’s use the lens of international criminal law to contribute to the debate about the alleged ‘democratic deficit’ in international legal normativity. The legitimacy of international law cannot be settled by resort to variations of the state consent theory, but must be continually reassessed as a political question. The most pressing issue for international law today is how to politicize the international legal sphere. This reverses the age-old question of how to get law from politics by suggesting that we can – and should – get politics out of law. Viewed in this light, the challenge becomes how to describe the shape of the new political relationship created between the bare individual and institutions of global governance.

Critical theories are those theories that globally put into question the existing order (Keucheyan, 2010, 8-9, our translation). Taken literally, this definition could encapsulate the international criminal justice project as well as its generalized and near-universal institutionalisation. This project culminated with the Rome Statute of the International Criminal Court (ICC) coming into force on July 1, 2002. What is more critical (in the sense of crucial) than to intend to prosecute and punish chiefs of State and high-ranking military officials who committed a crime defined by the Rome Statute? In doing so, international criminal justice challenges a social order that for too long resulted in impunity for large-scale criminals. Previously, political figures such as Augusto Pinochet, Slobodan Milosevic or Laurent Gbagbo traditionally would not face the risk of criminal indictment. Thus, the attempt (sometimes successful) to put them as well as others on trial looks like a proper way to shuffle the cards and potentially upset the dominant international order structure. This critical – if not revolutionary – ambition appears theoretically possible. However, it is necessary to recognize that the institutionalisation of international criminal justice has yet to concretely undermine the patterns of domination of our “world-system” (Wallerstein, 2006) and its inherent domination patterns. Because of this incapacity to serve as a break against power inequalities across the international community, international criminal justice is now in critical condition. Here, the word “critical” is to be understood in its ordinary sense. It relates to anything linked to a crisis or announcing struggles (Rey, 2013, 337). Following two decades of general enthusiasm (Bernard, Scalia, 2013), critiques of international criminal justice now multiply. The many goals set for – the intrinsically political (Koskenniemi, 2002 ; Mégret, 2001) – international penal institutions are now seem as overwhelming (Saada, 2011 ; Damaška, 2008). In the academic field, critical approaches are institutionalising, as evidenced by the creation of the Critical Approaches to International Criminal Law network in Liverpool in 2012. We can also note the diffusion of some edited collections summing up these approaches (Schwöbel, 2014). It is in the context of this work-in-progress – from which a research agenda is gradually emerging – that the papers in this issue have been collected/written.
Most researches on international criminal justice work with a set of assumptions that have yet to be put into question. Epistemologically or, more precisely, as a way to determine the relationship between an object of research and the discourses contributing to its construction, the international criminal project has a special relationship with critical theories developed in the 20th century which aimed at public and private institutions that preceded them. National criminal justice institutions were developed, for instance, before Marxist and feminist approaches emerged. These approaches were used to undermine the legitimacy of the criminal system, and, concurrently, to feed the search for alternatives. Similarly, the Third World approaches were constructed on the basis of an international legal order already in place. Their goal was to replace it by a new global architecture. Obviously, Marxism and feminism, among others, preceded the development of the law and institutions of international criminal justice. Those theories have already challenged the common sense carried by the criminal justice system and the international legal order. In our view, the fact that the international criminal project has emerged after the critical theories has serious consequences on the construction of the international criminal project. From its inception and through it evolution, the international criminal project had to face many existing critical discourses, already developed for pre-existing international and criminal institutions. This is also why the international criminal project is a critical project. Barely born, it must already justify its existence. Academics now need to decrypt strategies built by the actors of this project – judges, prosecutors, lawyers, leaders, diplomats and scholars – to counteract the accusations directed to them. There is now a solid literature on the institutionalisation of ICJ and the focus must rather shift on the analysis of their legitimacy mechanisms, their symbols and their justificatory discourses. Strategies built and implemented by international criminal actors to justify their position are in serious need of consideration: they are an integral part of international criminal justice as a research object. The papers have the generic ambition to address the genealogy of discourses and practices through which international criminal justice responds (or not) to discourses challenging its legitimacy. Finally, our goal is also to provide to French-speaking readers a stimulating layout of theories generally developed in the English-speaking literature. This special issue starts with the fundamentals: why do we punish? In this first article Diane Bernard attempts to justify a new credible and mobilising argument in favour of an international criminal justice project, differentiating herself from radical critical deconstruction. The author notes how the justificatory grounds on which sits any repressive legal system – retribution, prevention and reparation – find difficult application in the international legal system. Inspired by Durkheim, she looks into the socio-pedagogical function of the criminal trial. The criminal trial recalls and reinforces the values infringed by the offender. Bernard suggests that 
the hypothesis of the project of international criminal justice [is] less instrumental or strictly repressive than signifying (…) or symbolic (our translation). This symbolic function is closely linked to faith: to believe – or at least to pretend to believe – in an international community based on shared-values supported by international criminal justice. The response to mass crimes is thus clearly not secular. International criminal justice is rather a mean to reread (“relire”) the events it must deal with, and to link (“relier”) affected communities. The author reminds us that relire and relierare both accepted etymologies for “religious”. She is audaciously considering international criminal justice as a new religion rather than a mere secularised alternative. This new perspective would however be confronted with a number of obstacles, which should not preclude us to study the symbolic dimension of international criminal justice: the symbolic “function” needs to become an assumed “purpose” as are retribution, reparation and prevention (our translation). Diane Bernard explores theoretical, practical, and ethical consequences of this proposition. She suggests that international criminal justice could be developed on other grounds than those prescribed by the Rome Statute (e.g. environmental and economical threats). International criminal project could then be part of a global project with a greater mobilising effect than the sole project of punishing mass criminals. Following this first contribution on the functions of modern international criminal law, M. Hennessy-Picard focuses on the tumultuous fate reserved to pirates between the 16th and the 19th century. This historical overview persuasively demonstrates how international penalty was used from its outset as an instrument for territorial expansion as well as political and economic purposes. This study is anchored in historical materialism. Whilst pirates were initially vital to ensure primitive accumulation of capital by States, they were soon criminalised and prosecuted as they became an obstacle to international maritime trade deployment. In less than 300 years, pirates went from being key agents for the colonial expansion of European powers to pariahs on land and at sea. Thus, in a first instance (1500-1700), European powers (England, Spain, Portugal, France…) recruited many pirates in order to protect new commercial channels between mainland and the new colonies from enemy fleets. Until the second half of the 17th century, Hennessy-Picard explains that European piracy performed a regulatory function: it contributes to balance power and prevents one hegemonic power, Spain, to outperform others at sea (our translation).More importantly, pirates are legally recognised. In practice, letters of marque made them agents of the State. This maritime piracy period of glory was however momentary. On the one hand, in economic terms, while the new market developed with colonies stabilised, powerful companies that took charge no longer tolerated the wrongdoing committed by the pirates. On the other hand, colonial peace, signed in Utrecht in 1713, resulted in a pacification of the maritime corridors. The representations of piracy quickly changed: pirates are now considered criminals. They can be prosecuted and punished by newly constituted national repressive mechanisms. Hennessy-Picard however highlights that the interdiction to trade with pirates in the colonies created a perverse effect as it provided conditions conducive to piracy radicalisation (our translation)Thus began, paradoxically, a golden age-like period for maritime piracy. Unattached and without protection, pirates plunder and kill without discrimination. This is the moment where piracy became synonymous with anti-statism, where the pirate ideology is built as the antithesis of power centralisation (our translation)State repression against maritime piracy would only be organised more than 20 years later. Universal jurisdiction is introduced to allow each and every State to prosecute any pirate. The history of Atlantic piracy reminds us how monopolisation of violence by States is the product of organised criminal practices (our translation). More generally, these observations lead to an analogy with contemporary international criminal justice. Pirates’ contrasted destiny – as former allies turned into embarrassing elements to be dismissed through criminalisation – is somewhat reminiscent of some individuals who were formerly Western powers friends and are now presented as criminals. This persistent critique toward international criminal justice was once again upheld in the context of the opening of the trial against Laurent Gbgabo in The Hague in January 2016… Michael Hennessy-Picard’s contribution provides many keys to understand this critique.

armes

International sales of arms

D’après la littérature la plus générale sur le thème des théories critiques, sont critiques les théories qui remettent en question l’ordre social existant de façon globale (Keucheyan, 2010, 8-9). Prise au pied de la lettre, une telle définition pourrait très bien qualifier le projet poursuivi par la justice pénale internationale et son institutionnalisation généralisée et quasi universelle culminant avec l’entrée en vigueur du Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) le 1er juillet 2002. En effet, quoi de plus « critique », selon cette acception, que de prétendre poursuivre et punir les chefs d’État et les hauts gradés militaires qui se rendraient coupables de l’un des crimes définis par le Statut de la CPI. Ce faisant, il s’agit bien de participer à une remise en question de l’ordre social puisque cet ordre aurait, dit-on, trop longtemps organisé l’impunité de personnes ayant massivement porté atteinte à la vie d’autrui. Tenter de traduire en justice (et parfois y arriver) des personnalités d’envergure telles qu’Augusto Pinochet, Slobodan Milosevic ou Laurent Gbagbo, que l’on pensait durablement à l’abri de toute poursuite criminelle, constitue assurément un projet susceptible de redistribuer les cartes du jeu géopolitique et de modifier les structures de l’ordre international dominant. Bien entendu, si cette ambition critique, sinon révolutionnaire, demeure possible en théorie, force est cependant de constater que l’institutionnalisation de la justice pénale internationale semble, empiriquement, avoir très peu modifié quoi que ce soit au sein de notre « système-monde » (Wallerstein, 2006) et des logiques de domination sur lesquelles il repose. Cette incapacité à réellement peser sur la distribution inégale du pouvoir parmi les membres de la société internationale contribue à ce que le projet porté par la justice pénale internationale soit désormais dans un état critique. Le sens du terme critique est ici usuel : est qualifié de critique tout ce qui a rapport à une crise ou qui fait prévoir des suites fâcheuses ou très importantes (Rey, 2013, 337). Et en effet, après deux décennies d’enthousiasme quasi généralisé (Bernard, Scalia, 2013), les critiques adressées à la justice pénale internationale et à ses institutions tendent à se multiplier désormais tant celles-ci, à l’activité irrémédiablement politique (Koskenniemi, 2002 ; Mégret, 2001), semblent incapables d’atteindre les objectifs, trop nombreux, que leur a fixés la société internationale (Saada, 2011 ; Damaška, 2008). Dans le champ académique, les approches critiques s’institutionnalisent, pour preuve la création, à Liverpool, en 2012, du réseau Critical Approaches to International Criminal Law, et la diffusion des premiers ouvrages collectifs qui en proposent une synthèse (Schwöbel, 2014). C’est bien dans le sillage de ces travaux, dont se dégage progressivement un agenda pour la recherche (Mégret, 2014), que s’inscrivent les études rassemblées par ce nouveau dossier. Le point de départ de ces recherches repose sur un constat, à notre avis, sous-estimé dans la littérature critique relative à la justice pénale internationale. D’un point de vue épistémologique, plus précisément dans une perspective visant à déterminer la relation entre un objet de recherche et les discours qui contribuent à sa construction, la dimension récente du projet de la justice pénale internationale inscrit celle-ci dans un rapport particulier avec les théories critiques développées tout au long du vingtième siècle. En effet, ces théories ont visé des instances publiques ou privées largement préexistantes à leur émergence. Ainsi, et en prenant l’exemple des institutions pénales nationales, leur développement est, d’un point de vue chronologique, largement antérieur aux perspectives marxistes ou féministes qui ont visé à miner leur légitimité et, corrélativement, à alimenter la recherche d’alternatives. Dans le même ordre d’idées, les approches tiers-mondistes se sont construites à partir d’un ordre juridique international déjà posé et qu’il s’agissait de remplacer par une nouvelle architecture mondiale. Or, il est évident que tant le développement, sans précédent historique, des textes relevant du droit international pénal que surtout l’activité des institutions chargées de les appliquer sont postérieurs aux principales théories critiques ayant interrogé le sens commun charrié tant par le système d’administration de la justice pénale que par l’ordre juridique international. Cette relation chronologique entre objet et théorie est lourde de conséquences dans la construction même de l’objet de recherche que constitue le projet de justice pénale internationale. Ce projet, lorsqu’il s’est consolidé à la fin du vingtième siècle, a en quelque sorte dû, dès son origine et non seulement au cours de son évolution, faire face aux discours critiques originellement construits à partir de l’observation des relations de pouvoir traversant les institutions tant pénales qu’internationales. C’est aussi en ce sens que le projet de la justice pénale internationale est un projet critique : à peine né doit-il déjà se justifier. Pour la recherche scientifique, l’enjeu n’est dès lors plus seulement d’alimenter le creuset déjà abondant des théories critiques ; il consiste aussi et surtout à décrypter les stratégies élaborées par les acteurs de ce projet – juges, procureurs, avocats, gouvernants, diplomates, mais aussi académiques – en vue de contrer, en temps réel, les accusations qui leur sont adressées. Le matériau se décentre : ce n’est plus seulement la justice pénale internationale qui est étudiée en tant que telle, ce qui cristallise l’analyse désormais, ce sont bien plutôt les registres de légitimité qu’elle mobilise, les symboles qu’elle convoque et les discours justificateurs qu’elle diffuse. Il convient donc de prendre au sérieux les stratégies élaborées et mises en œuvre par les acteurs de ce projet en vue de justifier leur office et de les considérer comme indissociables de l’objet « justice pénale internationale ». Telle est précisément l’ambition générique poursuivie par les recherches rassemblées dans ce dossier : à travers plusieurs études originales, chacune développant une focale critique particulière, il contribue à baliser une généalogie des discours et pratiques par lesquels le projet de justice pénale internationale tend à répondre ou non aux discours qui visent à en détruire la légitimité. Enfin, notre objectif est aussi, en creux, de fournir un panorama théorique aussi stimulant que possible à un lectorat essentiellement francophone et parfois peu familier d’approches critiques beaucoup plus développées par la recherche anglo-saxonne.

La première étape de cette entreprise scientifique renvoie aux fondamentaux : pourquoi punir ? Dans son essai introductif, Diane Bernard tente, à rebrousse-poil d’une déconstruction critique radicale, d’identifier un argument crédible et mobilisateur en faveur du projet de la justice pénale internationale. Constatant les apories des justifications accolées à tout système juridique répressif, que sont la rétribution, la prévention et la réparation, lorsque celles-ci sont naïvement projetées dans le système pénal international, l’auteure repart du sillon durkheimien et envisage la fonction socio-pédagogique du procès pénal qui rappelle, et ce faisant renforce, les valeurs transgressées par le criminel. Pourrait être ainsi confirmée, écrit l’auteure, l’hypothèse d’un projet international pénal inscrit dans un registre moins instrumental ou strictement répressif que signifiant (…) ou symbolique. Or, cette fonction symbolique semble indissociable d’un enjeu posé en termes de foi : il s’agit de croire ou de faire comme si l’on croyait à l’existence d’une communauté internationale, fondée sur des valeurs communes que viserait à asseoir la justice pénale internationale. Loin de séculariser la réponse apportée aux crimes de masse, la justice pénale internationale serait alors un moyen de relire certains événements dont elle s’emparerait, puis de relier les communautés touchées par ces crimes. Car rappelle l’auteure, relire et relier sont deux des étymologies acceptées du terme religieux. Cette perspective audacieuse selon laquelle le droit pénal ne serait pas tant un substitut sécularisé qu’une nouvelle religion se heurte cependant à plusieurs obstacles que l’auteure ne manque pas d’exposer. Ces obstacles n’oblitèrent cependant pas la possibilité d’investir la dimension symbolique de la justice internationale pénale : il s’agit de faire de la « fonction » symbolique un « objectif » assumé, et non un impact collatéral des procès, adjoint aux finalités rétributives, réparatrices ou préventives. Sur la base d’une telle proposition, Diane Bernard en envisage à titre exploratoire les conséquences théoriques, pratiques et éthiques, susceptibles de permettre à la justice pénale internationale de se développer vers d’autres terrains que ceux prévus par le Statut de la CPI (songeons avec l’auteure aux menaces environnementales ou économiques) et, au final, de porter, aux côtés d’autres institutions – le pénal ne pouvant à lui seul « faire société » –, un projet global plus mobilisateur que la seule visée consistant à punir des criminels de masse. Après ce retour centré vers les fonctions du droit international pénal contemporain, un autre détour préliminaire est proposé par M. Hennessy-Picard : un retour sur le tumultueux destin rencontré par les pirates entre les XVIe et XIXe siècles. Cet éclairage historique apparaît en effet indispensable pour faire comprendre que, dès son origine, la pénalité internationale fit l’objet d’un usage instrumental à des fins d’expansion territoriale, politique ou économique. L’auteur ancre son étude dans le matérialisme historique : d’abord essentiels à l’accumulation primitive de capitaux par les États, les pirates seront des acteurs par la suite criminalisés et poursuivis dès l’instant où leur office sera considéré comme faisant obstacle au déploiement du commerce maritime international. En moins de trois siècles et à la faveur d’une évolution balisée à l’aide d’épisodes historiques significatifs, les pirates passent du statut d’agents-clefs de l’expansion coloniale des puissances européennes vers celui, moins enviable, de parias des mers et des terres. C’est ainsi que, dans un premier temps (1500-1700), les puissances européennes (Angleterre, Espagne, Portugal, France…) enrôlent nombre de pirates en vue de combattre les flottes ennemies en tâchant d’établir des circuits commerciaux entre les nouvelles colonies et les métropoles : jusqu’à la seconde moitié du XVIIe siècle, explique l’auteur, la piraterie européenne remplit une fonction régulatrice : elle participe à l’équilibrage des pouvoirs et empêche qu’une puissance hégémonique, en l’occurrence l’Espagne, ne déclasse les autres en mer. Mieux, les pirates voient leur statut juridiquement officialisé par la pratique des lettres de marque qui en font de véritables agents étatiques. Cette période faste pour la piraterie maritime sera cependant d’une courte durée. En effet, d’une part, sur le plan économique, le marché ouvert par la découverte des colonies se stabilise et est désormais pris en charge par de puissantes compagnies qui ne tolèrent plus les rapines éclatées et imprévisibles dont se rendent coupables les pirates ; d’autre part, la paix coloniale, signée à Utrecht en 1713, aboutit à une stabilisation pacifiée des couloirs maritimes entre les grandes puissances coloniales. La figure des pirates change rapidement : ils deviennent désormais des criminels et les appareils répressifs nationaux sont fondés à les poursuivre et les punir. Toutefoisprécise l’auteur, l’interdiction de commercer avec les pirates dans les colonies produisit un effet pervers, celui de réunir les conditions favorables à la radicalisation de la piraterie. Débute alors et paradoxalement comme une sorte d’« âge d’or » de la piraterie maritime : sans attache, sans protection, les pirates pillent et tuent sans discrimination et c’est précisément à ce moment-là que la piraterie devient synonyme d’antiétatisme, que l’idéologie pirate est construite en antithèse à la centralisation du pouvoir. Il faudra cependant moins d’une vingtaine d’années pour que la répression étatique de la piraterie maritime s’organise : le droit s’adapte et des compétences universelles sont prévues pour permettre à chaque État de poursuivre tout pirate. Alors oui, l’histoire de la piraterie atlantique rappelle à quel point la monopolisation de la violence par les États est le fruit d’une pratique criminelle organisée ; mais plus généralement, le destin contrasté des pirates, alliés d’autrefois devenus gênants et qu’il s’agit de mettre au ban en les pénalisant, n’est évidemment pas sans rappeler celui de ces personnes, autrefois amies des puissances occidentales, sur lesquelles il convient aujourd’hui de jeter l’opprobre en les présentant subitement comme criminelles. Or, cette critique persistante visant, aujourd’hui, la justice pénale internationale, s’est encore récemment faite entendre à l’occasion de l’ouverture, en janvier 2016, du procès de Laurent Gbagbo à La Haye… le texte de Michael Hennessy-Picard offre plusieurs clefs permettant de mieux la comprendre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s