GIUSTIZIA PENALE INTERNAZIONALE: DIVERSI PROGETTI CRITICI (2) ING. FR.

Banksy - Security fence 3

Photos: Art of Banksy/The Critical Approaches to International Criminal Law (2) – Following philosophy and history, sociology had to be convened to better understand contemporary practices underlying international criminal justice. In the third article, F. Mégrét uses Pierre Bourdieu’s grammar in order to propose a genealogy of the international criminal project. International criminal justice is seen as a “field” i.e. as a network or a configuration of objective relationships between positions

In Bourdieusian sociology, the concept of field covers a specific social space sufficiently autonomous from other fields. Diverse agents are struggling to acquire and use relevant capital within this field. The concept of field is a heuristic device and does not exist as such in reality. However, empirical observations do reveal strategies and theoretical boundaries. To begin with, Frédéric Mégret considers the conditions for the emergence of the field of international criminal justice. First, this particular field is steeped in the geopolitical context specific to the 1990s. Second, and more importantly, its emergence resulted from a long-term endeavour led by its initial advocates, who came from other fields – diplomatic, academia, military – and shared common objectives, mainly related to the fight against impunity. The success of this project is reflected in the creation of international criminal justice institutions. First temporary – the ad hoc tribunals – and then permanent – the International Criminal Court –, these institutions have led to the development of an autonomous legal field. Specifically dedicated to repressing mass crimes, the field of international criminal justice clearly differs from the fields it has taken roots in, namely those of criminal and international law. It thus differs from the field of national criminal law in leaving out the strict territorial logic. Moreover, international criminal justice oversteps international law’s initial logic, stating that States are the only legal subjects. Progressively, international criminal justice stood out while producing a highly specific way of “knowing” and of designating certain atrocities as “crimes” that is irreducible to other fields. The consolidation of this new field can be explained by its attractiveness. International or criminal lawyers desire to invest this new professional market where they can recycle their previously gained legitimacy. A genealogical analysis helps to identify the nature of the competition between the actors of the emergent field: (t)his emphasis on internal “turf battles” is important because it speaks against a certain tendency to see “international criminal justice” (…) as a movement speaking with one voice. Conflicts are many and unprecedented (namely, among others, between internationalists and criminalists, between academics and practitioners, between prosecutors and defence counsels, and more generally between lawyers and politicians). Yet,(f)or each of these rivalries one can detect over time the consolidation of relatively precarious hierarchies. Focusing on these internal struggles is useful to identify the different capitals that allow different actors to appear as legitimate. Rather than weakening it, these struggles strengthen the singularity of the field. This led to the emergence of an elite identifiable by its specific socialisation and increasingly defined professional trajectories. Finally, the field of international criminal justice retains the additional strengthening characteristics of any legal field (Bourdieu, 1986). It therefore claims to objectify or ‘de-sociologise’ any situation (de Lagasnerie, 2016). In other words, it simplifies geopolitical facts into a binary and operational language resting on an innocent-guilty dichotomy. As the author states, contra the original “heroic” style of Nuremberg jurisprudence, international criminal law has become one of the loci of positivist and technical passion. This study outlines the heuristic potential of the field theory in order to better understand international criminalisation processes. The next two contributions use international relations critical theories – Third World approaches and post-colonial studies – to contribute to the decoding of these same processes.

In the fourth contribution, W. Zoungrana first looks into the criticisms that expose the “Eurocentrism” of international law historiography and of international criminalisation processes. However, he believes that something is amiss. He describes Third World approaches as a decentralised and polycentric network of researchers and teachers interested in colonialism, perpetuation of domination, identity, and difference (our translation)Zoungrana shows how this approach was developed in the 1960s around the work of Taslim Olawale Elias and Georges Abi Saab, among others. The pioneers were not really interested in postcolonial criminal justice. For instance, Elias was ambivalent towards customary law. Abi Saab gave shaded support to universal jurisdiction that would allow any State to prosecute any mass criminal. A more radical analysis would come later with the second generation of Third World thinkers. This analysis rests in the work of Said (1980) but, more especially, Anthony Anghie and Bhupinder Chimni (2003). The absence of trials for colonial crimes were exposed by these authors who were however conscious of the potential political, economic or ethnic instrumental attitudes towards any justice initiative. Subsequently, some proponents of these approaches pleaded in favour of an extension of the international criminal justice mandate to collective and political liability. They also pleaded for a real – rather than postulated – universalisation of international criminal justice. Other proponents of the Third World approaches remained sceptical towards the ICC, which is still suspected to reproduce and perpetuate colonial and racist clichés of international law (our translation)These authors expose, on the one hand, the exceptionalism of the ICC – illustrated by the fact there are no prosecution against Western powers. On the other hand, they denunciated the false universalism of international criminal justice, which indeed rests on a Eurocentric narrative. Thus, Third World authors value local, negotiated, and collective solutions whether it conflicts with ICC activities or not. This contradiction is highlighted by Wilfried Zoungrana. He acknowledges the dilemma experienced by these authors. On the one hand, nihilism leads authors to reify critique and therefore to avoid any research on alternatives. On the other hand, compromise anxiety evokes the fear of not being able to do better than what we criticize. Nonetheless, Zougrana invites Third World and postcolonial thinkers to fully contribute to alternative reflections and practices to a penal response to mass atrocities.

A.C. Martineau seeks to deepen, clarify, and move beyond the critical premise that international criminal justice is a neo-colonial undertaking. Admittedly, the debate between the idealists – those who see the ICC as a universal jurisdiction – and the realists – those who think the ICC is a form of legal imperialism (our translation) – has recently weakened. As a result, pragmatic compromises or interim solutions (our translation) were favoured in order to improve the proper functioning of the Court. However, the colonial issue (…) does not disappear; it only shifts (our translation). The continual shifting of this issue resulted from historiographical controversies (our tranlslation): there is no scientific consensus on the colonial legacy and its contribution to international criminal law history. Therefore, the dominant narrative on colonial legacy, which is often portrayed as linear (Simpson, 2014), is in continuously need of retroactive coherence (Tallgren, 2014, xxviii). International criminal justice introduces itself as a progressive and objective story (our translation) in order to dodge the colonial issue. Anne-Charlotte Martineau nonetheless proposes to break with this historiography of denial. In this respect, she observes how Western criminal law was introduced in the colonies: early (…) criminal law is seen as a colonisation issue (our translation). In the beginning, the modalities set to introduce criminal law in the colonies relied on a pair of ideas: exclusion (through the implementation of a differentiated legal regime for indigenous criminals) / inclusion (through the will to civilise colonies and their criminal justice system). The need for colonial legal pluralism (Benton, 2002) quickly appeared essential. The need to associate Western law to local actors and practices was indeed common to the different (e.g. French or British) colonial experiences despite their singularities. The author claims that understanding the peculiar relationships between former colonies and any international criminal regulation would allow a better understanding of the relationships between African States and the ICC. Martineau then examines the possibility to develop a postcolonial reading of international criminal jurisprudence. The underlying assumption is thatinternational criminal justice imperialism lies in the construction of its relationships to the Other (our translation). The inclusion / exclusionmechanism once observed in colonial criminal law provides a backdrop for the way international criminal justice treats African cases. On the one hand, their office sits on an effort to westernise Africa through analysing conflicts according to an occidental legal perspective. On the other hand, international criminal tribunals still attempt to take into account some African realities. For example, Martineau relates how the Special Court for Sierra Leone considered the impact of beliefs in magic in its case law. In other words, Anne-Charlotte Martineau offers a challenge to international criminal justice: to show that colonial legacy may be problematized rather than kept out of sight by counterfactual historiography.

Banksy - Security fence 2

Après la philosophie et l’histoire, il revenait à la sociologie d’être convoquée à l’appui d’un décryptage des pratiques contemporaines animant la justice pénale internationale. Plus particulièrement, c’est la grammaire de Pierre Bourdieu qui ge à l’étude de F. Mégrét qui se propose de fournir une généalogie du projet de la justice pénale internationale appréhendée tel un champ, soit comme un réseau ou une configuration de relations objectives entre des positions (Bourdieu, Wacquant, 1992, 72). Dans la sociologie bourdieusienne, on le sait, le concept de champ recouvre un espace social particulier, suffisamment autonome par rapport aux autres champs, au sein duquel différents agents sont en lutte pour l’acquisition et l’imposition de capitaux pertinents à l’intérieur du champ étudié. Rappelons que ce concept métathéorique repose sur une construction, aucun champ n’existant en soi dans la réalité ; cependant, la mise en évidence de l’existence de ce champ repose sur des constats empiriques renvoyant, entre autres, à des délimitations toujours provisoires au sein desquelles s’observent des stratégies développées par ses membres et aux capitaux qu’ils jugent décisifs de mobiliser dans les luttes qui les opposent (Patte, 2006). Frédéric Mégret envisage d’abord les conditions d’émergence du champ, fruit d’un contexte géopolitique propre aux années 1990 et surtout d’un travail de longue haleine mené par plusieurs promoteurs initiaux, issus d’autres champs – diplomatiques, académiques, militaires – réunis autour d’objectifs communs, essentiellement celui de la lutte contre l’impunité. Le succès de cette entreprise, manifesté par la création d’institutions d’abord provisoires – les tribunaux ad hoc – puis pérennes – les services de Cour pénale internationale – a permis d’élaborer un champ juridique, autonome et spécifique à la répression des crimes de masse rompant avec l’appareil conceptuel des champs originels dont il était issu. Ainsi s’émancipe-t-il du champ du droit pénal domestique dont il abandonne la logique strictement territoriale et de celui du droit international dont il dépasse la logique initiale voulant que seuls les États soient des sujets juridiques. L’entreprise de démarcation par rapport aux autres champs s’est progressivement poursuivie en générant un savoir très sophistiqué et une façon idoine de qualifier certains événements de crimes, qui est irréductible aux autres champs. Le processus de consolidation de ce nouveau champ explique son attractivité aux yeux de juristes internationalistes ou pénalistes qui vont avoir tendance à l’investir à la manière d’un nouveau marché professionnel, et savoir habilement recycler une légitimité acquise antérieurement ailleurs. L’analyse généalogique permet de bien identifier la nature de la compétition entre acteurs du champ émergent :l’accent sur ces batailles internes est important, car il permet de rompre avec une certaine tendance consistant à envisager la justice pénale internationale(…) tel un mouvement parlant d’une seule voix. Les conflits y sont particulièrement nombreux et inédits (entre, notamment, des acteurs plus internationalistes et plus pénalistes, des académiques et des praticiens, des procureurs et des avocats de la défense et plus généralement entre juristes et politiques). Or, pour chacune de ces rivalités, l’on peut, après coup, y déceler la consolidation de hiérarchies relativement précaires. La focalisation sur les luttes internes à ce champ permet surtout d’identifier les différents capitaux qui permettent aux acteurs concernés d’y apparaître légitimes. Loin de le fragiliser, ces combats intestins en renforcent au contraire la singularité par rapport aux autres concurrents tenus à l’extérieur. Elle s’accentue à mesure qu’émerge une élite spécifique, identifiable par sa socialisation particulière ou par le suivi des trajectoires professionnelles de plus en plus balisées de ses membres. Enfin, ce champ demeure traversé par le juridique et le regard sur sa juridicité, de sorte qu’il présente toutes les caractéristiques additionnelles de la force de tout champ juridique (Bourdieu, 1986) : celle de prétendre objectiver toute situation donnée, de la « dé-sociologiser » (de Lagasnerie, 2016) en réduisant drastiquement la complexité de faits géopolitiques en un langage simple, binaire et opérationnel reposant sur une focalisation de l’innocence ou de la culpabilité des personnes traduites en justice. Contre le style « héroïque » de la jurisprudence de Nuremberg, la justice pénale internationale contemporaine est l’un des lieux de passion technique et positiviste, constate l’auteur. Cette étude permet de saisir le potentiel heuristique que présente une théorie comme celle des champs à une meilleure compréhension des processus internationaux de criminalisation. Les deux articles suivants partent de théories critiques spécifiques aux relations internationales, les approches tiers-mondistes et leur corrélat post-colonialiste, pour envisager leur contribution à un décryptage affiné de ces processus.

La contribution de W. Zoungrana revient tout d’abord sur la dénonciation du caractère eurocentré de l’historiographie du droit international et de la critique idoine des processus internationaux de criminalisation. À l’issue de son analyse, l’auteur reste cependant sur sa faim. Présentant l’approche tiers-mondiste comme un réseau décentralisé et polycentrique de chercheurs et enseignants intéressés par les questions du colonialisme, de la continuation multiforme des rapports de dominations, d’identité et de différence, il montre comment cette approche s’est développée à partir de travaux pionniers initiés dès les années 1960 autour notamment de Taslim Olawale Elias et de Georges Abi Saab. Or, ces pionniers auraient assez peu questionné les enjeux soulevés par la justice pénale postcoloniale comme en témoignent l’ambivalence du premier à l’égard du droit pénal coutumier ou, plus récemment, le soutien nuancé du second à la compétence universelle censée permettre à tout État de poursuivre tout criminel international de masse. C’est avec la seconde génération de penseurs tiers-mondistes, nourrie par le « tournant poststructuraliste » incarné par les travaux de Saïd (1980) et dont Anthony Anghie et Bhupinder Chimni (2003) sont devenus les chefs de file, qu’émerge une analyse nettement plus radicale. Amers face à l’absence de tout procès visant les crimes coloniaux et évidemment conscients du risque d’instrumentalisation politique, économique ou ethnique de toute entreprise de justice, certains tenants de cette approche ont cependant plaidé pour une extension du mandat de la justice pénale internationale aux responsabilités collectives et politiques d’une part et pour son universalisation réelle et non plus seulement postulée d’autre part. D’autres animateurs du courant tiers-mondiste contemporain sont restés nettement plus sceptiques face à une CPI toujours suspectée de reproduire et de perpétuer les clichés coloniaux et racistes du droit international. Dénonçant tant l’exceptionnalisme – illustré par l’absence de toute poursuite visant une puissance occidentale – que les faux universalismes– cette justice reposerait en effet sur un narratif eurocentré – de la CPI, ces auteurs valorisent plutôt les solutions locales, négociées, collectives, quitte à entrer en conflit avec l’activité de la CPI. Cette contradiction, Wilfried Zoungrana la met courageusement en débat plutôt que de l’éluder. Reconnaissant l’implicite d’une posture oscillant entre les deux pôles inconfortables du nihilisme porté par une sorte de réification de la critique se permettant de faire l’économie de toute recherche sur les alternatives et l’anxiété de la compromission reposant, quant à elle, sur la crainte d’une impossibilité de faire mieux que ce que l’on critique, il lance une invitation pressante à un enrôlement des penseurs tiers-mondistes pour contribuer pleinement aux réflexions et pratiques alternatives aux processus contemporains de pénalisation internationale.

La réflexion d’ A.C. Martineau se propose, quant à elle, d’approfondir, de clarifier et de dépasser l’antienne critique selon laquelle cette justice serait une entreprise néocoloniale. Certes, l’intensité du débat entre idéalistes, qui voient en la Cour pénale internationale une institution universelle, et réalistes, aux yeux desquels elle exercerait une forme d’impérialisme judiciaire, a récemment faibli à la faveur de compromis pragmatiques ou de solutions médianes visant à améliorer le fonctionnement concret de la Cour. Mais la question coloniale (…) ne disparaît pas ; elle ne fait que se déplacer. Le ressassement continu à son sujet proviendrait d’une difficulté récurrente liée aux controverses historiographiques qui animent encore largement la recherche historique et juridique sur la question coloniale, incapable de s’entendre sur le legs colonial et sa contribution à l’histoire du droit international pénal. Cette absence de consensus scientifique expliquerait que le narratif dominant de cette histoire, trop souvent présentée comme linéaire (Simpson, 2014), soit en quête d’une cohérence rétroactive (Tallgren, 2014, xxviii) et se présente selon une trame progressiste et objective qui permettrait d’esquiver le poids de la question coloniale. En vue de rompre avec cette historiographie du déni, Anne-Charlotte Martineau se propose de revenir sur les modalités par lesquelles le droit pénal occidental fut introduit dans les colonies : très tôt (…), le droit pénal s’est présenté comme un enjeu de la colonisation. Or, au départ de modalités qui toutes reposaient sur un couple exclusion (par l’application d’un régime juridique différencié à l’égard des criminels indigènes) / inclusion (par la volonté de civiliser les colonies et leur système de justice criminelle), serait apparu le besoin d’un pluralisme juridique colonial (Benton, 2002) associant un droit occidental à des acteurs et pratiques locaux, besoin commun aux expériences coloniales, par exemple françaises ou britanniques, en dépit de leurs singularités. L’auteure fait le pari qu’en poursuivant une analyse visant à élucider le rapport très particulier qu’entretiennent les anciennes colonies avec toute régulation pénale, on pourrait mieux comprendre la situation actuelle et le jeu ambivalent noué entre les États africains et la CPI. Elle examine ensuite la possibilité de développer unelecture postcoloniale de la jurisprudence pénale internationale en défrichant l’hypothèse selon laquelle ce serait dans la construction du rapport à l’altérité que se logerait l’impérialisme spécifique de la justice pénale internationale. Le constat d’un mécanisme d’inclusion exclusion jadis observé dans le droit pénal colonial paraît se retrouver en filigrane dans le traitement que réserve la justice pénale internationale aux cas africains dont elle s’empare. Alors que leur office reposerait sur une tentative d’occidentaliser l’Afrique en analysant les conflits qui s’y déroulent sous l’angle de catégories et de procédures juridiques occidentales, les juridictions pénales internationales n’en demeureraient pas moins soucieuses de ménager, dans leurs raisonnements, un traitement spécifique aux réalités présentées comme typiquement africaines, prenant, par exemple, en compte l’impact des croyances en la magie dans la jurisprudence du tribunal spécial pour la Sierra Leone. Autrement dit, et tel est le défi lancé par l’auteure à la justice pénale internationale, celle-ci doit se montrer à même de problématiser un héritage colonial bien encombrant plutôt que de chercher à le refouler sous le paravent d’une historiographie contre factuelle.

Banksy - security fence 1

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s