GIUSTIZIA PENALE INTERNAZIONALE: DIVERSI PROGETTI CRITICI (3) ING. FR.

Julien Seth Malland

Artist Julien ‘Seth’ Malland

How does a field such as international criminal justice construct itself? How does international criminal law, a marginal discipline for most of international law’s history gather significant resources to the point of challenging some of international law’s basic tenets? How does international criminal justice sustain itself as a form of practice despite ongoing opposition from various powerful constituencies in the international arena? What specific practices sustain the emergence and construction of fields that cannot rely on strong state backing? P. Naftali anchored her contribution in another stream of critical sociology. It dwells at decoding mobilisations and roles played by law and jurists (Israël, Gaïti, 2003; Sarat, Scheingold, 2006), analysing the “frames” of mobilisation (Contamin, 2009; Snow, 2001) and norm entrepreneurs (Finnemore, Sikkink, 1998; Florini, 1996). Her work is in line with an agonistic perspective: Naftali is interested in deciphering activist struggles rather than celebrating its successes. Yet, this article relates the story of a success, the story of the “right to truth” in transitional and international justice discourses, texts and practices. But this success apparently relies on the ambivalence of the “right to truth”, a militant construction, which has the remarkable but suspect capacity to accommodate a plurality of causes. The first part of this article explores these heterogeneous mobilisations on the international scene and their crystallisation around the “right to truth” between 1976 and 2001. The Mothers of the Plaza de Mayo in Argentine first used this as a moral imperative, which later was recaptured by local and international organisations as the cornerstone of the fight against impunity. The challenge lies in the articulation of different conceptions of truth and law. In this respect, the author reviews the negotiations which led to the adoption of the International Convention for the Protection of All Persons fromEnforced Disappearance12 in December 2006. She underlines many stumbling blocks revealing many tensions between different conceptions of truth. For instance, should the victims’ identities be revealed rather than the ones of criminals? Should amnesty be forbidden or may it contribute to the establishment of truth? Should the implementation of the right to truth be limited to criminal prosecutions or may it be satisfied by non-judiciary mechanisms such as “truth and reconciliation” commissions? Patricia Naftali considers that the legal formalisation of a militant request – here the recognition of the right to truth – appears as a decisive goal for these entrepreneurs. However, the occulted tensions are likely to resurface as soon as the “right to truth” is put forward in favour of a new trial or a new “truth and reconciliation” commission.

In the seventh article, N. Bengellhab also focuses on transitional justice and  “truth and reconciliation” mechanism, but relies on another theoretical frame. Her contribution is in line with previous writings studying the processes underlying the construction of nations and their role in history and memory. Benghellab refers particularly to the work of Pierre Nora (1984; 1993) and Benedict Anderson (2006) along with other research more specific to transitional justice. Transitional justice is defined as a process operationalising legal, political, psychological, and moral solutions aiming to conciliate justice, apology, and truth principles for the purposes of national (re)construction (our translation). The author first takes a critical look at the medical and psychoanalytic metaphor widely used in transitional justice discourses. Transitional justice is thus apprehended as a therapeutic process for communities affected by mass crimes. She then analyses this kind of justice asa particularly efficient mechanism in allowing new elites to differentiate themselves from the old ones. This quest for differentiation is achieved through acquisition of symbolic capital to establish and reinforce their new political legitimacy (our translation). This article is based on several documented cases (for instance, of South Africa). These cases confirmed the uncertain nature of the subsequent scarring of the social fabric (our translation) as a goal for transitional justice. If this therapeutic ambition failed though, in which sense is transitional justice successful? According to Nour Benghellab, transitional justice successfully contributed to create the underlying discourse of a nation buildingmechanism. By selecting the more legitimate narratives and in proposing to decide between competing facts, transitional justice produces a myth, i.e. a lie we consider true (…) an important, a founding lie (Leavitt, 2005, 7, our translation). This mythological function results from the struggles to (re)build a Nation in line with the dominant international order and, thus, the (neo)liberal rule of law. The success of “truth and reconciliation” commissions lies in the capacity of new ruler elites to legitimate the nation-building process through a neoliberal ideology. This does not mean the baby should be thrown out with the bath water. Nour Benghellab rather argues that transitional justice should be considered as neither a primary nor a neutral mechanism to heal social fabric but as a complementary tool (our translation). Finally, J. Pieret explores feminism as a critical and activist movement. Feminism particularly invested the international criminal justice arena, and had great success in international criminalisation processes. First, Pieret demonstrates how feminists invested international criminal justice through its legal corpus. As an example, he underlines the spectacular but ambiguous recognition of gender in the ICC Statute. Next, he demonstrates how this movement contributed to implement the legal texts repressing the various form of violence against women. Finally, feminism impacted the very institutions of international criminal justice: international criminal justice appeared as a feminised justice, namely at the ICC. On the international scene, the feminist movement thus succeeded in altering the course of a patriarchal and androcentered justice. This assessment, however, contrasts with the more relative impact that the movement previously had on national criminal law. But as always, victory has a cost. Julien Pieret surveyed existing feminist literature on penalty. He compared, on the one hand, the analyses on systems of national criminal justice, and, on the other hand, the analyses on international criminal justice. Whilst the first thinkers on women and penalty (e.g. Smart, 1976, 1989) advised militants against using law in order to deconstruct legal rationality, the latter viewpoint did not seem to cross the domestic / international border. This article illustrates how the most efficient components of the feminist movement embrace a punitive agenda (our translation) in the framework of the implementation of international criminal justice. Three main indicators support this statement. First, there seems to be a widespread belief among feminist authors that traditional theories of punishments may apply at the international level. Second, these authors show reluctance to consider restorative alternatives (rather than criminal trials) in response to mass sexual violence. Third, they seem to disuse normative discourses on the possibility to (re)build a feminine international criminal order… In other words, this paper shows how, in the field of international criminal justice, mainstream international feminist thought is narrowing around a though on crimeperspective. In this respect, it contrasts with the growing interest of feminist literature for alternative paradigms to domestic criminal theory (a theory conceptualised… by and for men). Julien Pieret then provides explanations to these bifurcations of feminist thought. In so doing, this article is in line with Patricia Naftali’s analyses, in that it focuses as much on what the (feminist) cause does to (international criminal) law than on what law does to this cause (Israël, Gaïti, 2003, 19). Moreover, this article is also in line with Frédéric Mégret’s analyses in considering that capital is necessary to appear as legitimate within a field. The first causes of this side-tracking lie in the feminist movement. The author gives the examples of the exclusivity of legal framing of the cause, the expert position (our translation) adopted by several feminists rather than a more political position, and, finally, international criminal law professional perspectives tampering criticisms. The other causes of these bifurcations of feminist thought lay on specific institutionalisation modalities of international criminal justice: its feminisation, the fact that almost only males are prosecuted, and the fact that alternatives (i.e. “truth and reconciliation” commissions) were developed in parallel.

In conclusion, how does this new generation relate to the agendas of critical theories? In other words, how do they globally question the existing social order? How the chronological effects discussed above (international criminal justice subsequent to main critical theories) translate in the analyses gathered in this publication? Are we, to use the distinction advanced by Zoungrana, we governed by a nihilist attitude or by an anxiety of compromise? Can we not opt for committed enthusiasm? We outline, without complacency, a provisional assessment of the international criminal justice project and attempt to shape a more legitimate future. Armed with historical or sociological tools suggested by Michael Hennessy-Picard and Frédéric Mégret, we are looking, with Diane Bernard, for a new mobilising and credible basis for international criminal justice rather than (impossible) prevention and/or (deadly) repression. Along Wilfried Zoungrana and Anne-Charlotte Martineau, we address the colonial issue in order to clarify international criminal justice relationships with the global South. Patricia Naftali and Nour Benghellab make us stop concealing the ideological dimension and politisation of the establishment of “truth” and “national reconciliation” mechanisms. With Julien Pieret, we continue the assessment of the feminist movement ambiguous contribution to international criminal justice deployment. This scientific endeavour is a cumulative process. Beyond our differences, it is our hope that this special issue will feed the critical analyses of international criminal justice or, at least, offer some tools to elucidate the meaning of international modern penalty.

Artist Zheng Lu

Artist Julien ‘Seth’ Malland

La contribution de P. Naftali, ancrée dans un autre courant de la sociologie critique qui s’attache à décrypter les mobilisations et le rôle qu’y jouent le droit et les juristes (Israël, Gaïti, 2003 ; Sarat, Scheingold, 2006) en faisant la part belle aux analyses des cadres de la mobilisation (Contamin, 2009 ; Snow, 2001) ou à celle des entrepreneurs de normes (Finnemore, Sikkink, 1998 ; Florini, 1996), s’en démarque ou plus exactement s’inscrit dans la perspective agonistique de ce courant, plus attachée à décrypter les luttes militantes qu’à en célébrer les succès. Et pourtant, c’est bien l’histoire d’un ‘succès’ dont elle rend compte, celui du « droit à la vérité » dans les discours, les textes et les pratiques de la justice pénale internationale et transitionnelle. Mais ce succès apparent reposerait sur l’ambivalence du « droit à la vérité », une construction militante qui présenterait une aussi remarquable que suspecte capacité d’accommoder une pluralité de causes. La première partie de la démonstration est dédiée à l’exposé chronologique de ces mobilisations hétérogènes et à leur cristallisation sur l’utile malentendu autour du « droit à la vérité » au sein des multiples cénacles internationaux bien campés entre les années 1976 jusqu’aux années 2001, de la naissance de cet impératif moral dans la bouche de mères de personnes disparues lors de la junte argentine jusqu’à sa réappropriation par plusieurs organisations locales ou internationales qui en firent la pierre angulairede la lutte contre l’impunité. Le défi est alors d’articuler les différentes conceptions de la vérité et du droit qui lui ont été accolées. L’auteure s’attache à mettre à plat les négociations ayant présidé au texte finalement adopté en décembre 2006, négociations au sein desquelles sont pointées plusieurs pierres d’achoppement comme autant de révélateurs des tensions distinguant les différentes conceptions ayant présidé à son élaboration. Par exemple, s’agit-il d’abord de connaître l’identité des victimes ou plutôt de révéler celle des criminels ? L’amnistie doit-elle être interdite ou, à l’inverse, peut-elle contribuer à faire émerger une vérité ? La mise en œuvre du droit finalement consacré par la Convention de 2006 doit-elle prendre la forme exclusive des procédures de poursuite des auteurs ou peut-elle se satisfaire du cadre non judiciaire offert par les commissions dites « de réconciliation et vérité » ? Aux yeux de l’auteure, la formalisation juridique d’une revendication militante apparaît comme un objectif décisif pour ces entrepreneurs même si, paradoxalement, le résultat se paie au prix d’une occultation provisoire des tensions subsistantes, lesquelles referont surface dès qu’il s’agira de relancer ce nouveau droit à la faveur d’un nouveau procès ou de la tenue d’une nouvelle « commission de réconciliation et de vérité ».

N. Bengellhab entre son propos dans l’espace de la justice transitionnelle et des mécanismes de type « commissions de réconciliation et de vérité », en mobilisant un cadre théorique différent. Il s’agit cette fois de s’inscrire dans le sillage de travaux étudiant les processus de construction des nations et le rôle qu’y jouent l’histoire et la mémoire. Pierre Nora (1984 ; 1993) ou Benedict Anderson (2006) sont deux figures particulièrement convoquées aux côtés de recherches plus spécifiquement consacrées à la justice transitionnelle. Partant de la définition autorisée de la justice transitionnelle, selon laquelle elle recouvrerait un processus d’opérationnalisation des solutions juridiques, politiques, psychologiques et morales visant à concilier les principes de justice, de pardon et de vérité aux fins de (re)construction nationale, l’auteure pose d’abord un regard très critique sur la métaphore médicale et psychanalytique très en vogue dans les discours portés par la justice transitionnelle qui l’envisagent comme processus thérapeutique des communautés touchées par les crimes de masse. Elle analyse ensuite cette justice comme un dispositif particulièrement efficace pour les nouvelles élites désireuses de se démarquer des anciennes par l’acquisition d’un capital symbolique leur permettant de mieux asseoir et de renforcer leur nouvelle légitimité politique. Sa démonstration est menée à partir de plusieurs cas historiquement documentés, par exemple celui de l’Afrique du Sud, qui tendraient à confirmer le caractère bien incertain de l’objectif généralement avancé de cicatrisation ultérieure du tissus social. Si cette ambition thérapeutique a largement failli, à quoi aurait réussi alors la justice transitionnelle ? Plutôt à produire, d’après l’auteure, le ciment nécessaire à un processus de refondation ou, plus précisément, à fonder le discours sous-jacent d’un dispositif de nation building. En sélectionnant les récits les plus légitimes et en se proposant de trancher les controverses factuelles, la justice transitionnelle se ferait productrice d’un mythe, d’unmensonge que l’on prend pour vrai (…) un mensonge donc important, fondateur(Leavitt, 2005, 7). Mais cette fonction mythologique serait le résultat d’une lutte visant à (re)construire une Nation compatible avec l’ordre international dominant reposant lui-même sur une certaine idée de l’État de droit (néo)-libéral. Et ce serait bien dans cette capacité, parmi les nouvelles élites dirigeantes, de légitimer ce processus en l’indexant à l’idéologie libérale que se situerait le succès rencontré par les « commissions de réconciliation et de vérité ». Pour autant, il serait téméraire de jeter le bébé avec l’eau du bain. Plus avisé serait, d’après l’auteure, de garder en tête cet aspect fondamental, quoi que sous-jacent, de la justice transitionnelle et de ne pas la traiter comme un mécanisme premier ni neutre de réparation du tissu social, mais seulement comme un outil complémentaire à d’autres dispositifs et intentions.

J. Pieret explore enfin le courant critique et la galaxie militante ayant indubitablement le plus pesé sur les processus internationaux de criminalisation des crimes de masse, le féminisme, en exposant les succès rencontrés par un mouvement ayant particulièrement investi l’arène de la justice pénale internationale. À travers, tout d’abord, le corpus juridique lui-même comme en témoigne, entre autres, l’aussi spectaculaire qu’ambiguë reconnaissance de la notion de gender dans le Statut de la Cour pénale internationale. Mais également, à travers la mise en œuvre de ces textes par la vigilance continue de ce mouvement en faveur d’une répression effective des violences faites aux femmes. À travers les institutions enfin : la justice pénale internationale apparaît comme une justice très largement féminisée, notamment au siège de la CPI. Sur la scène internationale, le mouvement féministe aurait donc réussi à infléchir le cours d’une justice patriarcale et androcentrée, et ce constat contraste avec l’impact beaucoup plus relatif de ce mouvement sur la scène pénale domestique. Mais comme toute victoire, celle acquise depuis une vingtaine d’années dans les arènes de la justice pénale internationale a un prix. En interrogeant la littérature produite sur la pénalité et se revendiquant d’une perspective féministe, l’auteur compare les analyses visant les systèmes nationaux d’administration de la justice pénale d’un côté, et consacrées à l’étude de la justice pénale internationale de l’autre. À l’issue de cette comparaison doctrinale, tout s’est passé comme si s’était arrêtée, à la frontière entre l’interne et l’international, la perspective tracée par des féministes pionnières (comme Smart, 1976, 1989) qui déconseillaient aux militantes de faire du droit leur arme pour, plus radicalement, procéder à la déconstruction de la rationalité juridique. L’article illustre l’adhésion d’une partie du mouvement féministe, la plus efficace, à un agenda punitif dans le cadre de la mise en œuvre de la justice pénale internationale à l’aide de plusieurs indicateurs : la conviction chez nombre d’auteures féministes que les théories traditionnelles de la peine, dissuasion et rétribution, peuvent fonctionner à l’international, leur répugnance à l’égard d’alternatives restauratrices aux procès pénaux dans le cadre de violences sexuelles de masse et le délaissement de recherches théoriques sur la possibilité de reconstruire un ordre international pénal féminin… Il montre comment ce rétrécissement de la pensée féministe internationale, autour d’une perspective plutôt tough on crime, a pu contraster avec le foisonnement observé, dans la littérature féministe domestique, de paradigmes alternatifs à la théorie pénale traditionnelle (conçue… par et pour les hommes). Il explique ensuite les motifs de cette évolution. Rejoignant, les analyses de Patricia Naftali (l’étude s’intéresse tant à ce que la causeféministe fait au droit international pénal qu’en retour, [à] ce que ce droit fait à cette cause (Israël, Gaïti, 2003, 19)), et de Frédéric Mégret (au sein d’un champ, il faut disposer de capitaux pour apparaître légitimes), il émet plusieurs explications à ces bifurcations de la pensée féministe. Les premières sont intrinsèques au mouvement féministe lui-même, ce qu’il montre en recoupant par exemple l’exclusivité du cadrage juridique de la cause, le positionnement d’expertes adopté par plusieurs féministes au détriment d’une posture plus politique et, enfin, les perspectives de carrière offertes par la justice pénale internationale commandant une modération dans les critiques. Les autres résident plutôt dans des caractéristiques propres aux modalités d’institutionnalisation de la justice pénale internationale elles-mêmes : sa féminisation, son ciblage quasi exclusif sur des criminels masculins et le fait qu’elle se soit accompagnée, dès le départ, d’alternatives sous la forme de « commissions de réconciliation et de vérité ».

Pour revenir à la définition liminaire des théories critiques selon laquelle ces approches remettent en question l’ordre social existant de façon globale, il faut affronter la question de savoir comment cette nouvelle génération se situe face à ce type d’agenda. Comment se traduit, dans les résultats produits ici, ce double effet chronologique qui vise autant l’objet (la justice pénale internationale postérieure aux principales théories critiques) que les analyses présentes, toutes alimentées par des théories critiques sur une justice étudiée en temps réel ? Pour reprendre les termes d’un débat posé par Wilfried Zoungrana, serions-nous animé-e-s par une posture nihiliste ou par l’angoisse de la compromission ? En réalité, nous préférons l’enthousiasme de l’engagement, car nous avons fait le deuil du grand soir, préférant nous concentrer sur l’ici et maintenant, tenter de tracer, sans complaisance, un bilan provisoire du projet porté par la justice pénale internationale tout en lui dessinant, en creux, un avenir plus légitime. Armés des outils historiques ou sociologiques suggérés par Michael Hennessy-Picard et Frédéric Mégret, nous cherchons, avec Diane Bernard, un nouveau fondement à cette justice, plus mobilisateur et crédible que le simple objectif d’une impossible prévention et/ou d’une rétribution mortifère ; avec Wilfried Zoungrana et Anne-Charlotte Martineau, nous creusons la question coloniale pour la dépasser ou tout au moins pour clarifier les rapports de cette justice avec les pays du Sud ; avec Patricia Naftali et Nour Benghellab, nous admettons ne plus devoir occulter la dimension idéologique et l’inéluctable politisation de débats autour des dispositifs visant l’établissement d’une « vérité » ou une « réconciliation nationale » ; avec Julien Pieret, nous plaidons pour continuer à évaluer la contribution ambiguë du mouvement féministe au déploiement de la justice pénale internationale. La démarche scientifique étant un processus heureusement cumulatif, par-delà nos différences, nous formulons tous l’espoir que les analyses de ce dossier servent de balises susceptibles d’alimenter le champ scientifique dans la direction étudiée ou, à tout le moins, d’offrir une nouvelle boîte à outils permettant de poursuivre le travail d’élucidation du sens de la pénalité contemporaine, fut-elle conçue et mise en œuvre à l’échelle internationale.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s