Organizzazione internazionale per le migrazioni e il suo coinvolgimento nella promozione di una migliore ‘gestione delle frontiere’ (ingl. & fr.)

IOM 2

International Organization for Migration and its involvement in the promotion of better ‘border management’ – It is this point we wish to emphasise, Duvell’s account is important because he insists on the need to understand discourses of migration and border management contrary to their appeal to a self- evident common sense (eg who would disagree that complicated and risky things should b e managed) as emblematic of very particular modes of normalisation. This is not a term Duvell uses himself, but we think it is implicit in the way he interprets the IOM’s agenda for migration. As Duvell sees it, the IOM is not in the business of opposing all migration, a s certain nationalist and protectionist movements might be. Instead, it calls for migration to be regulated, shaped, and harnessed: “Such a strategy … aims to distinguish between the productive and the unproductive elements of migration movements and turn the former into a driving force of economic growth” (2003, page 5).

In this way Duvell enjoins us to see IOM as an agency oriented to the rationalisation of the migration policies of those countries that find themselves situated for the most part outside the blocs of the world’s richest states. Its main goal, as he sees it, is to align the migration policies of regions like West Africa and South America with the migration control norms and aspirations of the global North. In shaping the migration control strategies of these `third countries’ and regions, IOM concerns its elf with the difficult task of sorting mobile populations into streams of the useful and useless, admissible and returnable, employable and deportable. In this way IOM’s work could be understood as an element within projects to consolidate a global hierarchy of mobility and new arrangements of labour that correspond in broad outline with the image of flexible capitalism. While we agree with the broad thrust of Duvell’s analysis, our argument here is that it can be further sharpened in at least one direction. It can be honed, we argue, by connecting it to recent advance s in the theorisation of international neoliberalism. More specifically, we think that the analysis of the international government of borders can be fruitfully brought into a dialogue with a line of analysis first opened by Foucault’s (2007; 2008) lectures on the history of governmentality and neoliberalism and recently developed in the context of the government of states by Hindess (2002; 2005a; 20 05b) and others (eg Dean 2007).

At this point it might be useful to ask how the Foucauldian perspective on neoliberalism might differ from the account that is more commonly found within the tradition of critical and Marxist political economy. While it would be unhelpful to overstate their differences indeed, it would be more profitable to examine whether their insights might be combined more fruitfully it could certainly be said that the Foucauldian account concentrates largely on analysing neoliberalism as a new ethos of rule. Critical political economy has interpreted neoliberalism as a highly contradictory project to revitalise a certain model of unfettered market capitalism, coupled with a more or less coordinated programme aiming at the economic and cultural (re)empowerment of managerial, financial, and entrepreneurial elites and class fractions. By comparison, the Foucauldian perspective has sought to understand neoliberalism in terms of certain political arts, strategies, and technologies capable of remaking governance and subjectivity not just across the sectors of the state but across social, cultural, and economic life more broadly (Lemke, 2001; Rose, 1999).

The essence of this rationality is its search for mechanisms which elicit, produce and generalise choice-making subjectivities and enterprising modes of conduct and which embed such subjectivities within a host of calculative and administrative practices, including performance indicators, new forms of auditing and accounting, and other techniques for devolving and reshaping responsibilities across bureaucracies, firms, welfare offices, charities, and much else. In this reading there is much more to neo- liberalism than merely the negative move of deregulating social and economic sectors, the strategic use of the state to activate society, or the ideological celebration of the market.

The Foucauldian account of neoliberalism therefore sensitises us to the complex workings of power within and beyond the state. In the case of our analysis this is a point about the particular modes of power which transnational agencies of migration governance bring into play. We will briefly mention it here before returning to it at length in the following section. As Hindess notes, neoliberalism is often characterised as a disciplinary and coercive enterprise that weighs down upon subject peoples and states, imposing the logic of corporate capitalism upon them. Yet, to characterise it in such terms is somewhat misleading.

Hindess notes:

“Programmes of social reform seldom operate solely through coercive means like its older siblings neoliberalism prefers to work through the freely chosen actions of states and other agents, and it is promoted by a variety of state and non- state actors. It also relies on agencies which have no coercive powers of their own and which operate rather through persuasion and example, suggesting to activists, states and other agencies ways in which they might address their concerns and insisting, most particularly, on the role of civil society, the private sector, NGOs and international agencies” (2005b, page 1397).

If neoliberal rule has achieved a certain durability and hegemony domestically, it is because of its ability to connect with the profusion of mechanisms located at some distance from the state which foster and sometimes compel new modes of individual and collective responsibility. These range from the advent of an intricate (and now crisis-ridden) field of personal finance, to the burgeoning markets of self-help and self-analysis, and their accompanying industries of therapeutic expertise. In these and many other ways, neoliberalism has advanced not just through the great projects of globalisation and financialisation but through countless small, molecular, and only partially coordinated transformations in the management and self-management of everyday life. In a recent series of papers Hindess has extended certain of these Foucauldian insights to think about neoliberalism not just as a mode of governing domestic societies but as an art of international government (20 02; 2005a; 2005b). Central to this neoliberal art of international government is the fact of a fundamental reorientation of international authority in its relationship between the metropolitan powers and the countries and peoples who were formerly its imperial subjects. If domestically neoliberalism can be said to govern by constructing responsible individuals and enmeshing them in games of self-governance, international neoliberalism finds its correlate in a formally post-imperial world order, that is, one populated by legally independent states: “Far from promoting a deterritorialized apparatus of rule, as Hardt and Negri suggest, the emerging global order in fact relies upon the capacity of territorial states to govern their own population s. The promotion of democracy, good governance, and human rights by international development agencies and financial institutions is designed to further reinforce these capacities” (2005a, page 256).

Authors : R Andrijasevic, W Walters – translation into French by myself

IOM 1

Il s’agit ici du point sur lequel nous souhaitons insister, les analyses de Düvell sont importantes en ce qu’elles insistent sur la nécessité de comprendre les discours sur les migrations et la gestion des frontières – à rebours du discours commun faisant appel à un bon sens « évident » : peut-on s’opposer au fait que des choses compliquées et risquées soient prises en charge ? – comme emblématiques de modes de normalisation très particuliers. Düvell lui-même n’emploie pas explicitement ce terme de « normalisation », mais il nous semble qu’il le fait implicitement au travers de son interprétation du programme de l’OIM pour les migrations. Pour l’auteur, l’OIM n’a pas vocation à s’opposer à toutes les migrations, comme pourraient le faire certains mouvements nationalistes et protectionnistes. Au lieu de cela, l’agence promeut une migration régulée, modulée et bridée : « Une telle stratégie […] vise à distinguer les éléments productifs et improductifs des mouvements migratoires et à faire des premiers une force motrice de la croissance économique ». Düvell nous encourage ainsi à voir l’OIM comme une agence visant à la rationalisation des politiques migratoires des pays qui se trouvent pour la plupart en dehors des blocs d’États les plus riches du monde. Tel qu’il l’envisage, l’objectif principal de l’agence est d’aligner les politiques migratoires de régions comme l’Afrique de l’Ouest et l’Amérique du Sud aux normes de contrôles migratoires et aux aspirations du Nord. En orientant les stratégies de contrôle de l’immigration de ces « pays tiers », l’OIM s’attèle à la tâche difficile du tri des populations mobiles en flux d’utiles et d’inutiles, d’admissibles et de renvoyables, d’employables et d’expulsables. Ainsi, le travail de l’OIM pourrait se comprendre comme participant de projets ayant pour objectif la consolidation d’une hiérarchie globale des mobilités et une nouvelle organisation du travail conformes, dans les grandes lignes, à l’image du capitalisme flexible. Si nous approuvons la portée de l’analyse de Düvell, nous souhaitons l’affiner davantage dans au moins une direction : en la connectant aux récentes avancées de la théorisation du néolibéralisme international. Plus précisément, nous estimons qu’il peut être instructif d’entamer un dialogue entre l’étude du gouvernement international des frontières et certaines lignes d’analyses ouvertes par Foucault dans ses cours sur l’histoire de la gouvernementalité et du néolibéralisme et développées plus récemment dans le contexte du gouvernement des États par Hindess et d’autres. Il peut être utile à ce stade de se demander comment la perspective foucaldienne sur le néolibéralisme diffère de ce que l’on trouve plus communément dans la tradition de l’économie politique critique et marxiste. S’il serait inutile d’exagérer leurs différences – en effet, il serait sans doute plus bénéfique de voir comment mieux combiner leurs éclairages – on pourrait certainement dire que la perspective foucaldienne se concentre largement sur une analyse du néolibéralisme comme nouvel ethos de la règle. L’économie politique critique a interprété le néolibéralisme comme un projet fortement contradictoire visant à revitaliser un modèle de capitalisme de marché débridé, doublé d’un programme plus ou moins coordonné visant à la (re)prise de pouvoir économique et culturelle d’élites managériales, financières et entrepreneuriales, et de fractions de classe. En comparaison, la perspective foucaldienne cherche à comprendre le néolibéralisme par certains arts, stratégies et technologies politiques capables de refaire la gouvernance et la subjectivité au-delà des secteurs étatiques, dans la vie sociale, culturelle et économique. L’essence de cette rationalité est sa quête de mécanismes qui provoquent, produisent et généralisent des conduites entreprenantes et qui ancrent ce type de comportement dans un ensemble de pratiques calculatoires et administratives, y compris des indicateurs de performance, de nouvelles formes d’audit et de contrôle et d’autres techniques de transmission et de reformulation des responsabilités au sein des bureaucraties, des entreprises, d’agences du service public, d’associations caritatives, etc. Dans cette perspective, le néolibéralisme est bien plus qu’une tendance négative à la dérégulation des secteurs socio-économiques, l’utilisation stratégique de l’État pour activer la société, ou la célébration idéologique du marché. La lecture foucaldienne du néolibéralisme nous sensibilise alors à la manière complexe dont le pouvoir travaille au sein et au-delà de l’État. Dans notre cas, il s’agit d’évoquer rapidement (nous y reviendrons plus longuement par la suite) les modes particuliers de pouvoir que les agences transnationales pour les migrations mettent en jeu. Comme le souligne Hindess, le néolibéralisme se caractérise souvent par une entreprise disciplinaire et coercitive pesant sur les individus et les États sujets, par la logique d’un capitalisme d’entreprise qu’il leur impose. Mais il peut être trompeur de le caractériser en ces termes.

Hindess écrit : « Les programmes de réforme sociale opèrent rarement uniquement par des biais coercitifs […]. Comme ses aînés [le néolibéralisme] préfère agir par des actions librement choisies par les États et d’autres agents et il est promu par un ensemble d’acteurs étatiques et non étatiques. […] Il dépend également d’agences […] qui n’ont pas de pouvoirs coercitifs qui leurs sont propres et qui agissent plutôt par le biais de la persuasion et de l’exemple, suggérant aux activistes, aux États et aux autres agences les manières dont ils pourraient résoudre leurs problèmes et insistant tout particulièrement sur le rôle de la société civile, du secteur privé, des ONG et des agences internationales». Si la règle néolibérale est parvenue à durer et à s’imposer au niveau national, c’est parce qu’elle est capable de se connecter à la profusion de mécanismes localisés à une certaine distance de l’État, qui encouragent et forcent même parfois de nouveaux modes de responsabilité individuelle et collective, allant de l’apparition d’un champ complexe (et actuellement en pleine crise) de finances personnelles à celle de marchés foisonnants de développement personnel (self-help) et d’auto-analyse et des industries d’expertise thérapeutique qui y sont liées. Ainsi, le néolibéralisme n’a pas seulement progressé par le biais des grands projets de mondialisation et de financiarisation mais il a gagné du terrain au travers d’innombrables, de minuscules, de moléculaires transformations partiellement coordonnées, dans la gestion et l’autogestion du quotidien. Hindess a développé certaines perspectives foucaldiennes dans une série d’articles qui abordent la question du néolibéralisme non pas comme un mode de gouvernement des sociétés nationales mais comme un art de gouverner l’international. Au cœur de cet art néolibéral de gouvernement international se trouve la réorientation fondamentale de l’autorité internationale dans la relation entre les pouvoirs métropolitains et les pays et peuples qui en étaient officiellement les sujets. Si l’on peut dire du néolibéralisme sur le plan national qu’il gouverne en fabricant des individus responsables et en les piégeant dans des jeux de gouvernement de soi, le néolibéralisme international trouve son corollaire dans un ordre mondial post impérial, c’est-à-dire un monde peuplé d’États juridiquement indépendants : « Loin de promouvoir un appareil de la règle qui soit déterritorialisé, comme le suggèrent Hardt et Negri, l’ordre global émergent dépend en réalité de la capacité des États territoriaux à gouverner leur propre population. La promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance et des droits de l’Homme par les agences internationales de développement et les institutions financières est conçue pour renforcer davantage ces capacités ».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s