IOM e la normalizzazione dei controlli alle frontiere (ing. & fr.)

IOM and the normalization of border controls  “The problem of borders as understood by the IOM is much closer to a discourse in which borders are regarded not as geo-military instruments within games of statecraft, or lines that express a particular division of the Earth amongst its peoples but instead as privileged mechanisms within the policing of global movements and fluid processes.” translated in French by myself.

Middle East - The Catalan Atlas produced in 1375 by the Majorcan cartographers Abraham and Jehuda Cresques

Middle-East, the Catalan Atlas produced in 1375 by the Majorcan cartographers Abraham and Jehuda Cresques

A great deal of the work of international agencies today is oriented not to the dismantling of state power but towards establishing the viability of certain forms of statehood, and cultivating a regulated form of state sovereignty, could certainly be read alongside other critical work about `conditional sovereignty’.

For example, in his work on development and humanitarian aid practices, Duffield (2001) shows how donor governments and multilateral agencies alike treat the sovereignty of weaker or contested states in the unstable zones of the world system (which he refers to as `borderlands’) as a conditional status. This conditional sovereignty is contingent upon the internationalisation of public policy, the achievement of social, economic, and political stability via public private contractual networks and the growing involvement of non-state actors. Metropolitan governments are reluctant to intervene directly in the internal affairs of third countries. Instead, the governing of these troubled zones takes place through sectorally specific interventions implemented by non-state and private organisations within the framework where security is redefined as a problem of development (Duffield, 2001). This line of analysis makes a great deal of sense when applied to the case of the IOM. With the IOM we are faced with a concerted attempt to generalise a particular model of statehood within the domain of migration politics. Embedded in IOM programmes are a whole set of norms and best practices concerning the appropriate organisation of borders; the imperative and best methods for identifying and distinguishing between the citizen and the non-citizen, and the resident and the illegal; the most effective ways of removing non-citizen and unwanted populations from a state’s territory; and much else besides. There may well be strong continuities between what Duvell calls `classical imperialism’, and the way in which the major states today use a combination of economic, political, financial, and even military inducements to win the active participation of countries like Libya, Morocco, and Mexico in their migration control strategies. Nevertheless, our point will be that the IOM’s mode of operation is distinctly neoliberal and, crucially, post-imperial in at least one important respect. If it becomes involved in the governance of borders in the global borderlands, this encounter takes the form of a regulated choice not an imposition. It is patterned as a situation in which IOM methods and norms are not imposed but `learnt’ in contexts such as seminars and field trips where the IOM’s expertise has been invited. Just as neoliberalism governs at the level of society through a game in which citizens will work upon themselves to become fitter, happier, and more competitive under the tutelage of relevant forms of expertise, then so will the IOM intervene in the international government of borders as a `partner’ and a `consultant’ assisting states who, for various reasons, express a will to get their own borders in order, as it were. Ultimately, our point is not to treat the imperial and the post-imperial as mutually exclusive concepts. Some choices made by governments in the global South are going to be more `voluntary’ than others. But it is important to note the extent to which international government today operates and is legitimated not by direct coercion but by its elicitation of the active involvement of the states of the Global South.

Extending the Foucauldian idea of government as a complexly layered and heterogeneous activity involving the ‘conduct of conduct’, Merlingen has argued persuasively that the work of international governmental organisations (IGOs) can be fruitfully understood as the ‘international conduct of the conduct of countries’. This captures nicely the way in which many IGOs engage in strategies of control which work not in a direct sense, imposing their will on those regions of the world designated as ‘developing countries’, but by shaping the discursive environment within which particular states pose the problem of how to govern specific issues and the means they might use to pursue governmental objectives.

Central to this activity of the international conduct of the conduct of countries is the labour which IGOs undertake to objectify reality into a terrain to be governed, how they discursively constitute phenomena as problems whose solution requires international interventions. As a first task, any attempt to understand the IOM’s role in the international government of borders and its agency in the normalisation of the conduct of border control would do well to ask this question: How is the IOM responsible for producing a specific discourse about borders, and how does this cast the border as a particular terrain of expert intervention? The point is that history reveals a great degree of variation in the way in which borders have been deemed problematic. So, to put it differently, how does the IOM pose the border as a problem? For the IOM the border is not a question of balancing the competing territorial claims of states and interests of the major powers, as it was for diplomats and states persons overseeing Europe’s ‘military-diplomatic’ technology of the 17th and 18th centuries (Foucault, 2007). Nor is the border a means for aligning the racially and ethnically coded map of population with the space of territory and sovereignty, as it was for many of the experts engaged in the kinds of discussions that framed the Paris Peace Conference of 1919.

The problem of borders as understood by the IOM is of a somewhat different order, for it is much closer to a discourse in which borders are regarded not as geo-military instruments within games of statecraft, or lines that express a particular division of the Earth amongst its peoples but instead as privileged mechanisms within the policing of global movements and fluid processes. The IOM operates on a discursive terrain where borders are not so much concerned with the containment of population and territory as they are with regulating the terms on which global processes will play themselves out in a world which, for all its apparent flux and fluidity, remains segmented juridically and politically into national spaces. This does not mean that themes of defending’ territory and society from migratory invasion’ do not continue to animate the political scene in which the IOM intervenes. Nor is it to overlook the persistence of practices whereby the border features prominently as a defensive wall or as an instrument of territorial acquisition. But it is to say that, however polemically potent the image of Fortress Europe’ or `Fortress America’ might be, it rather misses the point that the contemporary ordering of borders is much closer to a space of nodes and networks, of gateways, filters, and passage points, than it is to the old idea of borders as defensive lines. This is the overall context which defines the kind of problem’ of borders which the IOM speaks to. But the IOM does not simply reproduce a more general discursive and political economy of borders. Instead, we want to insist that it plays a constructive and constitutive role, making important interventions which actually shape and define the way in which states, through their national experts, policy makers, border guards, etc, understand the `problem’ of borders. Extracts from an article from Rutvica Andrijasevic et William Walters.

1520 World Map Petrus Apianus

1520- World Map, Pietrus Apianus

Une grande part du travail des agences internationales est aujourd’hui orientée non pas vers le démantèlement de la puissance étatique mais vers la pérennisation de certaines formes d’État et le maintien d’une forme régulée de souveraineté étatique, pourrait s’associer à d’autres lectures critiques sur la « souveraineté conditionnelle ». Par exemple, Duffield montre dans ses travaux sur les pratiques de l’aide au développement et de l’aide humanitaire comment les gouvernements pourvoyeurs de fonds, et de la même manière les agences multilatérales, traitent la souveraineté d’États plus faibles ou contestés dans les zones instables du système mondial (des zones qu’il appelle « zones liminales » – borderlands) comme un statut conditionnel. Cette souveraineté conditionnelle dépend de l’internationalisation des politiques publiques, de la stabilité sociale, économique et politique via des réseaux contractuels public-privé ainsi que de la participation croissante d’acteurs non étatiques. Les gouvernements métropolitains sont réfractaires aux interventions directes dans les affaires intérieures des États tiers. Au lieu de cela, le gouvernement de ces zones troubles se fait par le biais d’interventions sectorielles précises par des agences non étatiques et privées dans le cadre d’une redéfinition de la sécurité comme problème de développement. Une telle perspective fait sens quand on l’applique au cas de l’OIM, car nous sommes face à une tentative concertée de généralisation d’un modèle particulier d’État dans le domaine de la politique des migrations. Les programmes de l’OIM comportent un ensemble de normes et de bonnes pratiques concernant l’organisation appropriée des frontières, les méthodes impératives et les mieux adaptées permettant d’identifier et de distinguer le citoyen du non-citoyen et le résident du clandestin, les meilleurs moyens de faire partir du territoire national les non-citoyens et les populations indésirables, et bien d’autres aspects encore. Il est possible qu’il y ait de fortes continuités entre ce que Düvell appelle « l’impérialisme classique » et la manière dont les principaux États utilisent aujourd’hui une combinaison d’incitations économiques, politiques, financières et même militaires afin d’obtenir la participation active d’États comme la Libye, le Maroc et le Mexique dans leurs stratégies de contrôle migratoire. Nous montrerons toutefois que le mode opératoire de l’OIM est distinctement néolibéral – et essentiellement, post-impérial – d’au moins une façon significative. Si elle s’implique dans la gouvernance des frontières des zones frontalières du global, cette rencontre se fait sous la forme d’un choix régulé, pas d’une imposition. Cette situation est conçue pour que les méthodes et les normes de l’OIM ne soient pas imposées mais « apprises » par le biais de séminaires ou de missions de terrain d’experts. Tout comme le néolibéralisme gouverne au niveau sociétal par le biais d’un jeu qui voit les citoyens travailler pour devenir plus sains, plus heureux et plus compétitifs sous la tutelle de formes d’expertises adaptées, l’OIM intervient dans le gouvernement international des frontières en tant que « partenaire » et « consultant » qui assiste les États qui, pour des raisons diverses vont exprimer le souhait de voir leurs frontières « remises en ordre » en quelque sorte. Notre but n’est pas de traiter l’impérial et le post-impérial comme des concepts mutuellement exclusifs – certains « choix » faits par des gouvernements de pays du Sud seront plus « volontaires » que d’autres – mais il est important de noter dans quelle mesure le gouvernement international opère et se voit légitimé aujourd’hui non pas par une forme de coercition directe mais par des incitations à la participation auprès des États du Sud. Partant de l’idée foucaldienne de gouvernement comme un ensemble d’activités superposées et hétérogènes impliquant la « conduite des conduites », Merlingen démontre bien que le travail des Organisations gouvernementales internationales (OGI) peut se comprendre comme la « conduite internationale de la conduite des pays » (international conduct of the conduct of countries). Cela illustre bien la manière dont de nombreuses OGI participent à des stratégies de contrôle, non pas par une voie directe qui consisterait à imposer leur volonté dans ces régions du monde que l’on appelle « pays en développement », mais bien en façonnant l’environnement discursif au sein duquel des États posent le problème, la façon dont on doit répondre à des questions spécifiques, et les moyens à mobiliser pour atteindre les objectifs gouvernementaux. Au cœur de cette activité de la « conduite internationale de la conduite des États » se trouve ce travail visant à « objectiver la réalité en un terrain à gouverner, ou en d’autres termes, comment leurs discours font des phénomènes des problèmes dont la solution requiert des interventions internationales». D’emblée, toute tentative de comprendre le rôle de l’OIM dans le gouvernement international des frontières et son intervention dans la normalisation de la conduite du contrôle aux frontières devrait poser la question suivante : comment l’OIM peut-elle être responsable de la production d’un discours spécifique sur les frontières, et comment cela transforme-t-il les frontières en un terrain particulier d’intervention pour des experts ? L’histoire révèle de nombreuses variations dans la manière dont les frontières ont été considérées comme problématiques. Pour poser la question autrement, comment l’OIM pose-t-elle la frontière comme « problème » ? Celle-ci n’est pas, pour l’OIM, une question d’équilibre entre les velléités territoriales concurrentes des États et les intérêts des principales puissances, comme c’était le cas des diplomates et des hommes d’État supervisant la technologie militaro-diplomatique de l’Europe du xviie et xviiie siècles. La frontière n’est pas non plus un moyen d’aligner la carte raciale et ethnique des populations sur l’espace du territoire et de la souveraineté, comme ce fut le cas pour de nombreux experts impliqués dans le type de discussions qui ont fait la Conférence de la paix de Paris de 1919. Le problème des frontières tel qu’il est compris par l’OIM est d’un autre ordre car il est bien plus proche d’un discours dans lequel les frontières ne sont pas perçues comme des instruments géo-militaires pris dans les jeux de l’art de gouverner, ou des lignes qui exprimeraient une division particulière du globe entre ses peuples, mais bien comme des mécanismes privilégiés du contrôle policier des processus de mouvements et de fluides globaux. L’OIM agit sur un terrain discursif où les frontières ne concernent pas tant le confinement des populations et des territoires que la régulation des termes dans lesquels les processus globaux ont lieu dans un monde qui reste segmenté juridiquement et politiquement sous forme d’espaces nationaux en dépit de tous ses flux et fluidités apparents. Cela ne veut pas dire que des thèmes comme la « défense » du territoire et de la société contre « l’invasion » ne perdurent pas dans l’arène politique dans laquelle l’OIM intervient. Il n’est pas non plus question de négliger la persistance de certaines pratiques par lesquelles la frontière apparaît avant tout comme mur protecteur ou comme instrument d’acquisition territoriale. Il s’agit de souligner que quelle que soit la force polémique de l’image de la « forteresse Europe » ou de la « forteresse Amérique », celle-ci passe à côté du fait que l’ordonnancement contemporain des frontières est bien plus proche d’un espace de nœuds et de réseaux, de portes, de filtres, de points de passage que de celle de la vieille idée de frontières comme lignes défensives. Tel est le contexte général qui définit le type de « problème » de frontières auquel l’OIM répond. Mais l’OIM ne fait pas que reproduire une économie discursive et politique plus générale des frontières. Nous souhaitons montrer qu’elle joue un rôle constructif et constitutif, par ses interventions importantes qui façonnent et définissent la manière dont les États, par leurs experts nationaux, les dirigeants politiques, les gardes-frontière, etc., entendent le « problème » des frontières. Rutvica Andrijasevic et William Walters

 

 

 

Advertisements

One thought on “IOM e la normalizzazione dei controlli alle frontiere (ing. & fr.)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s