Crimine come un oggetto sociale?

Zevs-Visual-Attack-YSL

Zevs-Visual Attack-YSL

Grammatica della criminalizzazione.1 Crimine ed altre diaboliche invenzioni.  Crime’ as a descriptive value? Grammar of criminalisation 1 – The complexity of abolitionist ends resides not only in the fact that prison, penal and carceral abolitionism cohabitates discursively, but that they are also at times either less or more than normative and programmatic discourses concerning the prisons, retribution and confinement. This is further illustrated in the variable set of historical abolitions that abolitionists regularly list. Among these achievements we find slavery, witch burning, the Roman Empire, the abolition of closed psychiatric institutions in Italy, the legalization of gay marriage, the fall of the Iron Curtain, the abolition of bortsals and of forced labour for alcoholic vagrants in Norway, and the 1972 abolition of Massachusetts’ youth reform schools.

This listing fastens contemporary abolitionism to struggles associated with major historical achievements of Western civilization. In this way, abolitionism is naturalized as a symptom of the general human urge to do away with and to struggle against those phenomena or institutions of a social, political or religious nature that at a given time are considered to be unjust, wrong or unfair. This is quite visible in Mathiesen’s (2008) suggestion that abolitionism is a stance, an attitude of saying ‘no’ to inhumane institutions. No wonder, then, that abolitionism pursues multiple ends. The complexity of abolitionist ends is grounded on an even greater diversity of logics, whose effects are to problematize a wide array of social realities, practices, discourses and institutions. They are typically mobilized to make the need for abolition a commonsensical project that could be taken-up more widely. Abolitionist logics sustain abolitionist ends in so far as they constitute, for a given observer, an effective provision of motives (i.e. unquestioned answer[s] to questions (Mills, 1939[1963]) concerning abolitionist goals). Yet, abolitionist logics do not necessarily encompass programs envisioned for social arrangements devoid of incarceration, punishment and the like. We can conceptualize abolitionist logics as idiomatic claims-making activities in the constructivist tradition of the study of social problems (see Carrier, 2013). The diverse abolitionist logics are discursive modalities or resources available to construct social problems, with the prison and the criminal legal systems (or the idea of ‘criminal justice’) representing the social problems par excellence for traditional forms of abolitionist thought. The communication of abolitionist logic within academic networks present diverse montages of cognitive and normative elements, that can be grasped and re-described through the following categories: the notion of ‘crime’ as a ‘devilish invention’; the malign neglect of the needs and interests of victims and communities; heteronomy; the impossible justification of punishment; the irrational pursuit of harmful failures; the prison industrial complex; and global carceralization.

Claims about the need to abolish the prison and/or the possibility to rely on institutionalized forms of retributive, afflictive sanctions are not a corollary of claims pertaining to the need to abandon the grammar of criminalization, by which we mean a particular mode of social control symbolically constituting ‘crime’ as a social object, necessarily excluding, at least temporarily, other ways of meaningful reduction of phenomenal complexity. It is indeed possible to construct incarceration and punishment within criminal legal systems as social problems without abandoning the culturally efficient form of normative communication that criminalization offers. As such, the critique of incarceration and punishment can lead to constructing the need for disentangling the constitution of the social object ‘crime’ from an imperative of incarceration or punishment, rather than to a critique of the grammar of criminalization in itself. Yet, the critique of the grammar of criminalization, most particularly Hulsman’s de-ontologization of ‘crime’, has federated many abolitionist discourses. Among the many problems observed in the constitution of social objects as ‘crimes’ is the violent and baseless amalgamation of practices or events that share no similarities whatsoever, notably in regard of their concrete impacts on the lives of those directly involved. It is in this sense that abolitionism might suggest that ‘crime’ is a myth, that it has no ontology, or that there are no ‘crimes’ but only acts, omissions or conditions that can be criminalized. Hulsman powerfully made the case that the notion of ‘crime’ has no descriptive value, that the cultural organization of criminal justice creates ‘fictitious individuals’ and a ‘fictitious’ interaction between them, and that one cannot work with the definitions of reality produced by criminal justice. In front of the shortcomings of the notion of ‘crime’, part of the means to abolish criminal legal systems rests on academic abolition, by which Hulsman means the elaboration of a new way to reconstruct the events; the development of a new language, independent of the grammar of criminalization, and respecting the dynamics of the development of events for those directly involved and their environment. In this way, academic abolition shall also make visible the diversity of strategies employed to negotiate with criminalizable events. As is well known, Hulsman’s strategy for academic abolition is to replace the notion of ‘crime’ with that of problem, and the focus on behavior with a focus on situation. The notion of problematic situations reveals that to begin at the level of a behavioral infraction is the fundamental error, implying the reliance on a catascopic view, privileging the perspective of the state and defining the problems in terms of the regulations (criminal legislation) and the organizational requirements of the system itself. By contrast, the notion of problematic situations stems from the adoption of an anascopic view, enabling us to observe how conflicts are defined as events which are in a negative way deviating from the order in which we see and feel our lives rooted. This perspective would increase the possibilities to reach by negotiation a common meaning of problematic situations. Problematic situations cannot be reified, and Hulsman has proposed to distinguish types of problematic situations depending on whether or not the problematic quality of the situation is consensual or debated among those directly involved, or if this quality is totally absent in their eyes and solely imposed on them externally. In keeping with the latter argument, perhaps Hulsman’s (1986) ideas could be taken further by referring to these conflicts as ‘problematized situations’. This shift would draw attention to the fact that phenomena become social problems when actors successfully define them as being problematic, and that any form of problematization necessarily exclude other possible ways of thinking about and responding to events. In any case, the Hulsmanian perspective is necessarily negating the possibility of any criminological pretention to build a scientific knowledge of problematic situations.

The critique of the notion of ‘crime’ is integral to many abolitionist discourses precisely because its social construction is seen as necessarily implying that the infliction of pain is the conditio sine qua non of justice. As the theory of modern penal rationality makes particularly legible, in the traditional framework of criminal law theory, talking about the attribution of guilt to a perpetrator for an act deemed unlawful is equivalent to speaking about the enforcement of a punishment. For Foucault, who has clearly inspired the concept of modern penal rationality, our contemporary notion of ‘criminal justice’ is largely indebted to a set of devilish inventions that took on concrete institutional forms in the High Middle Ages (roughly circa 1001-1300). Foucault’s discussion of these devilish inventions, notably the current legal construction of the meaning of ‘crime’, grasps many dimensions of the abolitionist critique. First, there is the progressive deprivation of the rights for individuals to deal themselves with conflicts legally coded as ‘criminal’ ones. That is, they have to submit themselves to an external power, which imposes itself as a legal power and as political power (Foucault, 1974). Second, there is the creation of a completely new personage, without precedents in roman law: the prosecutor (Foucault, 1974). It is through this devilish invention that sovereign power will first double, and then progressively double-cross, the concrete victim. Third, the very notion of infraction is invented and will come to replace the old notion of tort that, until then, had been embedded within the notion of ‘crime’: “An infraction is not a tort committed by an individual against another one, it is the offense or wound of an individual towards order, towards the State, towards the law, towards society, towards sovereignty, towards the sovereign. The infraction is one of the great invention of medieval thought (…) state power confiscates all the judiciary procedure, all the mechanism of inter-individual liquidation of disputes in the High Middle Ages (Foucault, 1974)

And finally, the last devilish invention observed by Foucault is the idea that not only the party wounded by the infraction is the State, but it is towards the State that its author now stands indebted. Thus appears, with the mechanism of fines, the grand mechanism of confiscations. These devilish inventions have been re-described as criminal law operating an expropriation (Christie, 1977) or a theft (Hulsman, 1984) of conflicts, and will enable abolitionists to claim that criminalization and penalization do not serve the interests nor meet the needs of people directly suffering from criminalized events. Summary and translation of an article from Nicolas Carrier et Justin Piché.

Justice holding a rifle

La complexité des finalités abolitionnistes réside non seulement dans le fait que l’abolitionnisme visant la prison, le pénal et le carcéral cohabitent discursivement, mais que ces trois formes sont aussi parfois plus étroites ou plus larges que des discours normatifs et programmatiques concernant les prisons, la rétribution et le confinement. Cela s’illustre encore davantage dans l’ensemble variable d’abolitions historiques que les abolitionnistes énumèrent de façon régulière. Parmi ces victoires, nous trouvons l’esclavage, l’immolation des sorcières, l’empire romain, l’abolition des institutions psychiatriques fermées en Italie, la légalisation du mariage homosexuel, la chute du Rideau de fer, l’abolition des prisons pour jeunes [borstals] et du travail forcé pour les vagabonds alcooliques en Norvège, et l’abolition des écoles de réforme pour mineurs au Massachussetts en 1972. Cette énumération relie l’abolitionnisme d’aujourd’hui aux luttes associées à des triomphes majeurs de la civilisation occidentale. De la sorte, l’abolitionnisme se trouve naturalisé comme le symptôme de la tendance générale chez l’humain d’en finir avec et de lutter contre ces phénomènes ou institutions de nature sociale, politique ou religieuse qui, à une certaine époque, sont considérés comme injustes, mauvais ou discriminatoires. Cela est très visible dans la suggestion de Mathiesen (2008) où l’abolitionnisme est une posture, une attitude de dire « non » aux institutions inhumaines. Difficile dans ce contexte de se surprendre que l’abolitionnisme poursuive des finalités multiples. La complexité des finalités abolitionnistes s’enracine dans une grande diversité de logiques dont les effets sont de problématiser une large gamme de réalités sociales, de pratiques, de discours et d’institutions. Ces logiques sont typiquement mobilisées afin de faire de l’abolitionnisme un projet de sens commun pouvant être adopté plus largement. Les logiques abolitionnistes supportent les finalités de l’abolitionnisme dans la mesure où elles constituent, pour un observateur donné, un approvisionnement efficace de motifs (i.e. des réponses non questionnées à des questions (Mills, 1963) concernant les objectifs abolitionnistes). Néanmoins, les logiques abolitionnistes n’incluent pas nécessairement des programmes imaginés d’arrangements sociaux dépourvus d’incarcération, de punition et de pratiques similaires. Il est possible de conceptualiser les logiques abolitionnistes comme des activités de réclamations idiomatiques [idiomatic claims-making activities] dans la tradition constructiviste de l’étude des problèmes sociaux (Carrier, 2013). Les différentes logiques abolitionnistes sont des modalités discursives ou des ressources disponibles pour construire des problèmes sociaux, la prison et les systèmes de droit criminel (ou l’idée d’une ‘justice criminelle’) représentant les problèmes sociaux par excellence pour les formes traditionnelles de la pensée abolitionniste. La communication des logiques abolitionnistes au sein des réseaux académiques se présente comme différents montages d’éléments normatifs et cognitifs, qu’il est possible de saisir et de re-décrire avec les catégories suivantes : la notion de ‘crime’ comme ‘invention diabolique’ ; la sinistre négligence [malign neglect] des besoins et des intérêts des victimes et des communautés ; l’hétéronomie ; l’impossible justification de la peine ; la poursuite irrationnelle d’échecs malfaisants ; le complexe industriel carcéral ; et la carcéralisation mondialisée.


Les demandes sur la nécessité d’abolir la prison ou d’abolir la possibilité de recourir à des formes institutionnalisées de sanctions afflictives en guise de rétribution ne sont pas un corollaire des requêtes à propos du besoin d’abandonner l’usage de la 
grammaire de la criminalisation, ce par quoi nous entendons un mode particulier de contrôle social constituant symboliquement le ‘crime’ comme objet social, excluant nécessairement, au moins temporairement, d’autres modalités de réduction signifiante de la complexité phénoménale. Il est en effet possible de construire l’incarcération et la pénalité au sein des systèmes de droit criminel comme des problèmes sociaux sans abandonner la forme de communication normative culturellement efficace que la criminalisation représente. Ainsi, la critique de l’incarcération et de la peine permet de construire un besoin de déprendre la constitution de l’objet social ‘crime’ d’un impératif d’incarcération ou de punition, plutôt qu’à une critique de la grammaire de la criminalisation en elle-même. Toutefois, la critique de la grammaire de la criminalisation, particulièrement la dé-ontologisation du crime par Hulsman (1986), a fédéré plusieurs discours abolitionnistes. Parmi les nombreux problèmes observés dans la constitution d’objets sociaux comme ‘crimes’ on trouve l’amalgame violent et sans fondements de pratiques ou d’événements ne comportant aucune similitude, notamment au regard de leurs impacts concrets sur la vie des personnes directement impliquées. C’est en ce sens que l’abolitionnisme peut suggérer que le crime est un mythe (de Haan, 1992), qu’il n’a pas d’ontologie, ou encore qu’il n’y a pas de ‘crimes’ mais seulement des actes, des omissions ou des conditions qui peuvent être criminalisés. Hulsman a fait valoir avec force que la notion de crime n’a aucune valeur descriptive, que l’organisation culturelle de la justice criminelle crée des ‘individus fictifs’ et une interaction ‘fictive’ entre eux, et qu’on ne peut opérer sur la base des définitions de la réalité produites par la justice criminelle (1997, 9, notre traduction). Face aux défauts de la notion de ‘crime’, les moyens pour abolir les systèmes de droit criminel incluent l’abolitionnisme académique, ce par quoi Hulsman entend l’élaboration d’une nouvelle façon de reconstruire les événements ; le développement d’un nouveau langage, indépendant de la grammaire de la criminalisation, et respectueux des dynamiques en cause dans la trajectoire des événements pour ceux qui sont directement impliqués, ainsi que pour leur environnement. De cette façon, l’abolitionnisme académique pourra également rendre visible la diversité des stratégies employées dans la négociation avec des événements criminalisables. Il est notoire que la stratégie de Hulsman pour l’abolitionnisme académique est de remplacer la notion de ‘crime’ par la notion de problème, et l’attention portée au comportement par celle portée à la situation. La notion de situation problématique révèle que de prendre pour point de départ une infraction comportementale est l’erreur fondamentale (Hulsman, 1981, 12), mettant en jeu une vision catascopique qui privilégie la perspective de l’État et la définition des problèmes en termes de régulations (droit criminel) et des exigences organisationnelles du système lui-même. Par contraste, la notion de situation problématique provient de l’adoption d’une vision anascopique, laquelle nous permet d’observer comment les conflits sont définis comme des événements qui dévient de façon négative de l’ordre dans lequel nous voyons et sentons que nos vies s’enracinent. Cette perspective augmenterait les possibilités d’atteindre en négociant une compréhension commune des situations problématiques. Les situations problématiques ne peuvent être réifiées, et Hulsman a proposé de distinguer les types de situations problématiques selon que la qualité problématique d’une situation est consensuelle ou source de débat parmi ceux qui sont directement impliqués, ou que cette qualité est à leurs yeux totalement absente et complètement imposée de l’extérieur. En regard de ce dernier élément, la perspective de Hulsman (1986) serait sans doute bonifiée si l’on faisait référence à ces conflits comme étant des ‘situations problématisées’. Un tel déplacement attirerait l’attention sur le fait que les phénomènes deviennent des problèmes sociaux lorsque des acteurs les définissent comme tels avec succès, et que toute forme de problématisation exclut nécessairement d’autres façons de penser à propos des événements et des réponses qu’ils appellent. Dans tous les cas, la perspective hulsmanienne nie avec force la possibilité de toute prétention criminologique à ériger un savoir scientifique des situations problématiques (voir le débat entre Hulsman, 1990, et Cusson, 1990a, 1990b). La critique de la notion de ‘crime’ fait partie intégrante de plusieurs discours abolitionnistes précisément parce que sa construction sociale est vue comme impliquant nécessairement l’idée que l’imposition de la souffrance est la condition sine qua non de la justice. Comme la théorie de la rationalité pénale moderne le rend particulièrement lisible, dans le schéma traditionnel de la théorie du droit criminel, discuter de l’attribution de la culpabilité à l’auteur d’un acte jugé illégal équivaut à discuter de la mise en force d’une peine. Pour Foucault, qui a clairement inspiré le concept de rationalité pénale moderne, notre notion contemporaine de ‘justice criminelle’ est largement redevable d’une série d’inventions diaboliques (1974 [2001], 1448) qui ont pris des formes institutionnelles concrètes dans le haut Moyen Âge (1001-1300). L’analyse que Foucault propose de ces inventions diaboliques saisit plusieurs dimensions de la critique abolitionniste, particulièrement en ce qui a trait à la construction juridique actuelle du sens de la notion de ‘crime’.

Premièrement, il y a une privation progressive des droits des individus à gérer eux-mêmes les conflits juridiquement codés comme ‘criminels’. Ils devront ainsi se soumettre à un pouvoir extérieur à eux, lequel s’impose comme pouvoir judiciaire et politique. Deuxièmement, il y a la création d’un personnage totalement nouveau, sans précédent dans le droit romain : le procureur. C’est avec cette invention diabolique que le pouvoir souverain va d’abord doubler et progressivement trahir la victime concrète. Troisièmement, la notion même d’infraction est inventée et en viendra à remplacer la vieille notion de tort qui, jusque-là, avait été incrustée dans la notion de ‘crime’ :

L’infraction n’est pas un tort commis par un individu contre un autre, c’est une offense ou lésion d’un individu envers l’ordre, envers l’État, envers la loi, envers la société, envers la souveraineté, le souverain. L’infraction est l’une des grandes inventions de la pensée médiévale (…) le pouvoir étatique confisque toute la procédure judiciaire, tout le mécanisme de liquidation interindividuel des litiges dans le haut Moyen Âge (Foucault, 1974).

Finalement, la dernière invention diabolique qu’observe Foucault est l’idée selon laquelle non seulement l’État est la partie blessée par l’infraction, mais c’est aussi envers l’État que son auteur est désormais débiteur. C’est ainsi qu’apparaît, avec le mécanisme des amendes, le grand mécanisme des confiscations (Foucault, 1974). Ces inventions diaboliques ont été re-décrites dans les termes d’une expropriation (Christie, 1977) ou d’un vol (Hulsman, 1984) des conflits par le droit criminel, permettant à l’abolitionnisme d’affirmer que la criminalisation et la pénalisation ne servent pas les intérêts et ne satisfont pas les besoins des personnes souffrant directement des événements criminalisés.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s