Grammatica della criminalizzazione.2

Mo Tuncay

Mo Tuncay

I principi della morale e della legislazione. Grammar of criminalisation 2 / “It is clear that both the critiques of the notion of ‘crime’ as infraction and the critiques of the malign neglect of the interests and needs of victims and communities contain a problematization of heteronomy or forces beyond those in conflict. (…) the arguments here are not built on factual aspects of the enforcement of a legal order, which are used to suggest that the continued use of punishment represents an irrational pursuit of documented harmful failures. Rather, the arguments are about the unjustifiable violence of any form of institutionalized retribution. 

For many academic forms of abolitionist thought, ‘crime’ is a reality enacted by criminal legal systems. The counter-critique that such constructivist approach might negate the concrete harms suffered by victims is answered by suggesting that it is the legal construction of these harms as ‘criminal’ ones that compromises, in the first place, their phenomenological understanding. The involvement of criminal legal systems is also described as hindering the development of strategies to act upon societal structures in such a way that people can cope and deal with problems, in a way which permits growth and learning and avoids alienation (Hulsman, 1986, 73). This would stem largely from the notion of ‘crime’ being a simplistic label that enforces an individualized conception of causation, disabling any structural analyses allowing for a broader, more satisfying, understanding of what led to the problematic situation (van Swaaningen, 2005; Hulsman, 1986, 1981). If some old modern forms of anarchism (e.g. Kropotkin, 1892 [2006]) and some socialist criminological discourses (e.g. Taylor, Walton, Young, 1973) argued that radical social changes could lead to the disappearance of most ‘crimes’, or even to their very abolition, the constructivist attack on the notion of ‘crime’ mounted within abolitionism is never associated to the eradication of events that are currently criminalizable. Whether abolitionists de-ontologize ‘crime’ or not, incarceration and/or punishment are seen as a malign neglect of the interests and needs of victims and communities. Compensation, healing, growth, mediation, restoration, transformation, cosmopolitanism, hospitality, solidarity, care, empathy, accountability, responsibility, empowerment are the key notions governing alternative (and oftentimes conflicting) conceptions of justice used to negate the necessity of responding to various harms either by locking people up, or through any form of retributive, afflictive sanctions. For instance, Saleh-Hanna (2000, 58) insists on the need for the community to empower itself with the right to deal with its problems, in its own terms. A corollary for abolitionism is that it should aim to de-professionalize the study of crime and the reactions to harm, notably through the adoption of a postureAgainst Criminology (Cohen, 1998), denouncing the academic profit (Saleh-Hanna, 2000:46) enabled by the political, legal and cultural investments in the notion of ‘crime’. Incarceration and punishment are denounced as tearing apart families and communities (e.g. Mauer, Chesney-Lind, 2002), and abolitionism is presented as a movement that works toward building a society that will function cohesively and, as a result, will have no use for penal sanctions (Saleh-Hanna, 2000, 45). As for the interests and needs of the concrete victims, abolitionism obviously refuses the consumerist logic of criminal legal systems that increasingly try to include victims in various decisions, notably those regarding the proper infliction of pain (see Ruggiero, 2010, 186-189). If Mathiesen (2000) proposes to replace an obsession with the correct adjustment of punishment to the ‘crime’ with a new obsession with the correct level of help or support for the victim, and if Bianchi (1994, 1986) proposes to replace criminal law with a new reparative law, reactivating and revisiting a conception of ‘crime’ as tort against concrete individuals, Ruggiero (2010, 189) submits that the task of abolitionism is to supersede the distinction that opposes a conception of justice centered on the ‘offender’ to another one centered on the victim. We find no traces of strong abolitionist oppositions to projects aiming at compensating for the past or restoring previous relational states provided that the dynamics of these relationships (e.g. distribution of power) are not viewed by those in conflict as having precipitated the dispute, so long as these projects remain totally participatory, and uncontaminated by criminal legal institutions or actors. Where previous relational states are viewed as being rife with inequality, the structures that enable them become the object of transformative efforts (Morris, 2000). Academic communications on abolitionism may thus point to shortcomings or limitations in compensatory and restorative models, and propose that the interests and needs of victims and communities are better served and met through the development of models of transformative justice. This lens converts the problematic situation into an opportunity often coded in therapeutic language (e.g. Morris, 1995), leading to inclusive and egalitarian strategies of transformation or ‘growth’ that are not limited to the victim. Importantly, this means refusing the contractarian theory supporting the idea that it is only after expiation that the ‘criminal’ can again be treated as a member of a given community. As such, abolitionist claims that criminalization and punishment lead to neglecting the interests and needs of communities do, when articulated to transformative models of justice, necessarily also refer to the interests and needs of the ‘wrongdoer’.

It is clear that both the critiques of the notion of ‘crime’ as infraction and the critiques of the malign neglect of the interests and needs of victims and communities contain a problematization of heteronomy or forces beyond those in conflict. This problematization might be constituted differently whether one focuses on norms of criminalization or on norms of retributive, afflictive sanctions, although abolitionism can also aim to destitute both forms of norms or to at least break up the necessity of their association. Despite major differences, early modern and contemporary collectivist anarchism both oppose criminal law and other forms of hierarchical authority on the grounds that it hinders autonomous ‘sociations’, which stand for the voluntary bonds that allow for the possibility of mutual aid: networks of self-organizing affinity groups providing solidarity (Walby, 2011, 294). If it can be argued that abolitionist thought in academic communications may oftentimes appear quite timorous when contrasted with anarchism, they are frequently symbiotic in the claim that the abstract scale used by criminal legal systems need to be replaced with a concrete one. This obviously implies that the politico-legal constitution of society as the decisively victimized party is refused and ultimately abolished, and many abolitionist logics put forward an ethics ofknowledge, proximity and dialogue (Ruggiero, 2010, 183). Abolitionism seeks a deep and localized understanding of problematic situations in lieu of heteronomous criminalization, which depends on law remaining ignorant of, or indifferent to, the complexities and particularities of the situations and actors embroiled in them (Ruggiero, 2010; Hulsman, 1995). The distance created by penal bureaucracies, the de-autonomization of collectivities, as well as the generalized ignorance about what exactly criminal legal systems are doing to ‘criminals’ are interpreted as facilitating the consolidation and naturalization of norms of afflictive sanctions. For instance, Chartrand’s contribution to the special issue attempts to show the extent to which violence against incarcerated women has become normalized, which reflects the normalization of violence women experience beyond prison walls. Abolitionism proposes that knowledge and nearness can generate moral ambiguities or make visible complexities that criminal law does not tolerate, notably those leading to question the idea that the infliction of pain is a prerequisite of justice or an adequate strategy to deal with the situation.

Penal abolitionism can be an end established by problematizing the responses provided to the question: why punish? Such a logic thus either accepts norms established at the scale of sovereign power or does not indulge in a critique of their legitimacy. This would enable the demonstration that, even if norms of criminalization were not problematic, it is impossible to morally justify punishment as enacted by criminal law. As such, the arguments here are not built on factual aspects of the enforcement of a legal order, which are used to suggest that the continued use of punishment represents an irrational pursuit of documented harmful failures. Rather, the arguments are about the unjustifiable violence of any form of institutionalized retribution. Summary and translation of an article from Nicolas Carrier et Justin Piché.

La Liberté ou La Mort - Jean-Baptiste Regnault

La Liberté ou La Mort – Jean Baptiste Regnault

Pour plusieurs formes universitaires de pensée abolitionniste, le ‘crime’ est une réalité décrétée [enacted] par les systèmes de droit criminel. À la contre-critique qu’une telle approche constructiviste peut nier les torts concrets dont souffrent les victimes, on répond en suggérant que c’est la construction juridique de ces torts comme étant ‘criminels’ qui compromet, de prime abord, leur compréhension phénoménologique. L’implication des systèmes de droit criminel est également décrite comme empêchant le développement de stratégies pour agir sur les structures sociétales de façon telle à permettre aux personnes de faire face et de gérer [cope and deal] les problèmes, et cela d’une façon qui permette l’apprentissage et la croissance tout en évitant l’aliénation (Hulsman, 1986, 73). Cela découlerait largement du fait que la notion de ‘crime’ est une étiquette simpliste qui met en force une conception individualisante de la causalité, incapacitant toute analyse structurale permettant une interprétation plus large et plus satisfaisante de ce qui a conduit à la situation problématique (van Swaaningen, 2005 ; Hulsman, 1986, 1981). Si certaines anciennes formes d’anarchisme moderne (Kropotkine, 1892 [2006]) et certains discours criminologiques socialistes (Taylor, Walton, Young, 1973) ont proposé que des changements sociaux radicaux mèneraient à la disparition de la plupart des ‘crimes’, ou même à leur abolition même, l’attaque constructiviste sur la notion de ‘crime’ que l’on trouve au sein de l’abolitionnisme n’est jamais associée à l’éradication des événements qui sont actuellement criminalisables. Que les abolitionnistes dé-ontologisent le ‘crime’ ou non, l’incarcération ou la peine sont vues comme une sinistre négligence des intérêts et des besoins des victimes et des communautés. Compensation, guérison, croissance, médiation, restauration, transformation, cosmopolitisme, hospitalité, solidarité, soin [care], empathie, responsabilité [accountability], devoir, émancipation [empowerment] : voilà les notions fondamentales animant des conceptions alternatives (et souvent conflictuelles) de la justice, lesquelles sont mobilisées pour nier la nécessité de répondre à différents torts soit en emprisonnant les personnes, soit en recourant à toute forme de sanction afflictive en guise de rétribution.Ainsi Saleh-Hanna insiste-t-elle sur le besoin pour les communautés de s’autoriser [empowerle droit de gérer ses problèmes, selon ses propres termes(2000, 28). Selon elle (2000, 46), un corollaire pour l’abolitionnisme est qu’il doit viser à dé-professionnaliser l’étude du crime et des réponses aux torts, notamment en adoptant une posture Against Criminology (Cohen, 1988), dénonçant le profit académique rendu possible par les investissements politiques, juridiques et culturels dans la notion de ‘crime’. L’incarcération et la peine sont dénoncées parce qu’elles déchirent familles et communautés (Mauer, Chesney-Lind, 2002), et l’abolitionnisme est présenté comme un mouvement œuvrant pour bâtir une société fonctionnant de façon cohésive, n’ayant donc aucun besoin de sanctions pénales (Saleh-Hanna, 2000, 45). D’autres insistent pour que les communautés reprennent possession des définitions de la sécurité (Meiners, 2011, 559) afin d’être en mesure de se protéger elles-mêmes en ayant recours à des moyens que l’on juge plus efficaces que la surveillance et le policing étatique et corporatiste, tels que les stratégies communales d’auto-défense (Law, 2011) et les cercles de soutien pour les ‘contrevenants’ (Golash, 2005). Pour Davis (2003, 16), la prison fonctionne idéologiquement comme un site abstrait dans lequel sont mis les indésirables, nous déchargeant de la responsabilité de penser aux vrais problèmes qui affectent les communautés au sein desquelles on puise les prisonniers de façon très disproportionnée. En ce qui concerne les intérêts et les besoins des victimes concrètes, l’abolitionnisme refuse évidemment la logique consumériste des systèmes de droit criminel, lesquels tentent de plus en plus d’inclure les victimes dans différentes décisions, notamment celles ayant trait au degré approprié d’imposition de la souffrance (Ruggiero, 2010, 186-189). Si Mathiesen (2000) propose de remplacer une obsession avec le correct ajustement de la peine au ‘crime’ par une nouvelle obsession avec le juste niveau d’aide ou de support à la victime, et si Bianchi (1994, 1986) propose de remplacer le droit criminel par un nouveau ‘droit réparateur’, réactivant et revisitant une conception du ‘crime’ comme tort contre des individus concrets, Ruggiero (2010, 189) propose que la tâche de l’abolitionnisme est de dépasser la distinction opposant une conception de la justice centrée sur le ‘contrevenant’ à une autre centrée sur la victime. Nous ne trouvons nulle trace de fortes oppositions abolitionnistes aux projets visant à compenser pour le passé ou à restaurer des états relationnels antérieurs, dans la mesure où la dynamique de ces relations (la distribution du pouvoir, par exemple) n’est pas jugée par les personnes impliquées comme étant la cause du conflit, et tant que ces projets demeurent totalement participatifs et non contaminés par des acteurs ou institutions du droit criminel. Lorsque l’on juge les états relationnels antérieurs remplis d’inégalités, les structures qui les rendent possibles deviennent alors l’objet des efforts transformatifs (Morris, 2000). Les communications universitaires sur l’abolitionnisme peuvent donc indiquer les défauts ou les limites des modèles de la compensation et de la restauration, et proposer que les intérêts et les besoins des victimes et des communautés sont mieux servis et satisfaits par le biais du développement de modèles de justice transformatrice. Cette perspective convertit les situations problématiques en une opportunité souvent codée dans un langage thérapeutique (Morris, 1995), militant pour des stratégies de transformation ou de ‘croissance’ inclusives et égalitaires qui ne se limitent pas à la victime. Il convient de souligner que cela signifie le refus de la théorie contractuelle supportant l’idée que ce n’est qu’après l’expiation que le ‘criminel’ peut à nouveau être traité comme membre d’une communauté donnée. De la sorte, lorsqu’elles sont articulées à des modèles de justice transformatrice, les affirmations abolitionnistes selon lesquelles la criminalisation et la peine négligent les intérêts et les besoins des communautés réfèrent aussi nécessairement aux intérêts et aux besoins du ‘malfaiteur’.

Visiblement, tant les critiques de la notion de ‘crime’ que celles de la sinistre négligence des intérêts et des besoins des victimes et des communautés renferment une critique de l’hétéronomie ou des forces au-delà des personnes en conflit. Cette problématisation peut être effectuée différemment selon que la focale est placée sur les normes de criminalisation ou sur les normes de sanctions afflictives, bien que l’abolitionnisme puisse également viser à destituer ces deux types de normes, ou au moins à briser la nécessité de leur association. En dépit de leurs différences majeures, tant les premières formes modernes de l’anarchisme que le versant collectiviste de ses formes contemporaines s’opposent au droit criminel et à d’autres formes d’autorité hiérarchique puisque cela entrave les ‘sociations’ autonomes, soit les liens volontaires qui rendent possible l’aide mutuelle : des réseaux de groupes d’affinités auto-organisés produisant de la solidarité (Walby, 2011, 294). Si on peut avancer que la pensée abolitionniste dans les communications universitaires paraît souvent fort timide lorsqu’on la confronte à l’anarchisme, abolitionnisme et anarchisme sont néanmoins en symbiose dans l’affirmation que l’échelle abstraite utilisée par les systèmes de droit criminel doit être remplacée par une échelle concrète. Cela signifie évidemment refuser et éventuellement abolir la constitution juridico-politique de la société comme partie décisivement victimisée, plusieurs logiques abolitionnistes proposant plutôt une éthique de connaissance, de proximité et de dialogue (Ruggiero, 2010, 183). Plutôt que la criminalisation hétéronome, laquelle dépend du fait que le droit reste ignorant ou indifférent aux complexités et particularités des situations et des acteurs qui y sont embourbés (Ruggiero, 2010 ; Hulsman, 1995), l’abolitionnisme recherche la compréhension profonde et localisée des situations problématiques. La distance créée par les bureaucraties pénales, la dé-autonomisation des collectivités ainsi que l’ignorance généralisée au sujet de ce que les systèmes de droit criminel font exactement aux ‘criminels’ ; tout cela est interprété comme facilitant la consolidation et la naturalisation des normes de sanctions afflictives. Par exemple, la contribution de Chartrand dans ce dossier montre comment la violence à l’égard des femmes incarcérées est toujours partie intégrante des politiques et des pratiques de la prison, reflet de la normalisation de la violence dont les femmes font l’expérience au-delà des murs. L’abolitionnisme avance que la connaissance et la proximité peuvent générer des ambiguïtés morales ou rendre visibles des complexités que le droit criminel ne tolère pas, notamment celles conduisant à questionner l’idée que l’imposition de la souffrance est un prérequis de la justice ou une stratégie adéquate pour gérer une situation problématique.

L’abolitionnisme pénal peut être une finalité basée sur la problématisation des réponses données à la question : pourquoi punir ? Ainsi, cette logique accepte les normes établies à l’échelle du pouvoir souverain, ou à tout le moins se passe-t-elle de produire une critique de leur légitimité. Cela permettrait de démontrer que même si les normes de criminalisation n’étaient pas problématiques, il demeure impossible de justifier moralement la peine telle que décrétée par le droit criminel. Les arguments proposés ici ne sont donc pas construits avec des aspects factuels de la mise en force d’un ordre légal, ceux-ci étant utilisés pour affirmer que le recours continu à la peine représente la poursuite irrationnelle d’échecs malfaisants bien documentés. Plutôt, les arguments concernent la violence injustifiable de toute forme de châtiment institutionnalisé.  Nicolas Carrier et Justin Piché.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s