Sociologia, carcere e l’ordine sociale1 (ing. e fr.).

claude-levi-strausss

Sociology, prison and social order1 – “…A. Chauvenet has recently revisited the articulation between micro- and macro- aspects, with an extremely stimulating analysis of social relations in prison, showing confinement for what it is: a defensive warring system which, instead of manning the borders and warding off an enemy from outside, is built into the socio-political and spatial fabric and is aimed at the enemy from within, shut up behind walls and unable to leave as long as the justice system has not decided otherwise.”

There is no lack of knowledge and discourse about prison nowadays: there are weighty parliamentary reports, original documentary films, expressive autobiographical narratives, first-hand accounts by sensible professionals, all sorts of newspaper articles, militant circulation of information and so on. These documents often reflect an authentic investigational effort and they present a vast panorama of descriptions and interpretations. Do of course some areas pertaining to life (and death) in confinement definitely remain in the dark. However, the usual, almost monotonous claims, both that sociological research is justified by the need to put an end to the “miscomprehension” of the institution and that such “miscomprehension” is the main factor in its “historical inertia” are inadequate today. At the least, we have a problem here that merits deeper scrutiny. Our conception of the complexity of the problem is based on the conviction that at a time when the dominion of confinement is unprecedented, at a time when discourse of a managerial type aimed at developing the efficiency of the criminal justice system prevails over any other type of discourse, at a time, too, when the space for imagining other possibilities is shrinking within the intellectual sphere, it is essential that sociologists studying prison intensify not only their sociological imagination but also their critical vigilance with respect to their own assumptions and habits and to the principles of social justice on which their critical posture is predicated. Criticism must therefore be subjected to criticism, not to annihilate it but rather, to seize its nature and assess its potential impact. This reflexive self-scrutiny entails some obvious risks: it may unsettle conceptual routines, making conceptualization, and by the same token research work, more laborious. Doing without this self-scrutiny entails another, converse risk, one which is much more prejudicial: that of producing analyses that have a strange resemblance with the systems, practices and perceptions which the researcher seeks, paradoxically, to criticize, or at least are easily accommodated by them. We will begin by ferreting out those self-proclaimed “critical” ordinary and scientific statements which embrace the unspoken assumptions, goals and myths of the institution, thus tending toward the silent and therefore efficient reinforcement of the system behind it. This first step will throw a new light on the dilemma of prisons, in which thinkers are torn between the “urgency of reforms” and the “rejection of the institution”. This dilemma structures various sociological discourses on prison. Next we will discuss an alternative to this dilemma, consisting of articulating qualitative field research within prisons with a more comprehensive analysis of contemporary forms of government and the exertion of political power. The thrust of this off-center, transversal approach is to broach research on prison as a particular application of a general sociology program, in an attempt to open a new avenue, distinctly different from and complementary to the more classical sociology of prisons. Michel Foucault excellently demonstrated the structure of criticism of the modern correctional institution. It is composed of six observations which, taken together, unremittingly denounce “the failure” of prison to perform the functions officially assigned to it at different periods. This criticism may be formulated as follows: “prisons do not bring down the rate of crime”, “confinement causes recidivism”, “prison necessarily produces offenders”, “prison encourages the structuring of a criminal milieu”, “the situation open to prison-leavers is conducive to recidivism”, “prison produces offenders indirectly by impoverishing the prisoner’s family”. These critiques are still quite consonant with concrete, qualitative findings as to the present-day correctional scene, with its stigma, uncertainty, powerlessness, broken families, corporal punishment, disaffiliation, unequal prison conditions, physical and symbolic violence, etc. To these observations, as recurrent as they are relevant, our own analysis of correctional itineraries and of the concrete functioning of detention has added two serious charges: the pathogenic meaninglessness of vacuous time in prison and still more comprehensively, the patent disconnection between “real” prison experience and punishment as it is construed in judicial discourse. We should not rush into any interpretation and criticism based on these sociological observations. The history of corrections has indeed shown that it is precisely the search for emergency “solutions” to the most crucial “problems” and to the most “intolerable” situations which has enabled the institution to adjust to contemporary sensitivities. Depending on the latter, different aspects of punishment are considered “degrading”, “inhuman” or “unacceptable” or again, “tolerable” or even “necessary”. This adjustment turns out to be essential to the long-term (re)production of the functional homology of the institution, and consequently to the (re)production of its “failure”.

We will use the term corrections-centered for compartmentalized, walled-up criticism, which goes hand in hand with a lack of in-depth thinking about the organic relationship between prisons and the rest of the repressive apparatus and even more comprehensively, about all of the ties connecting prison with social relations in general. Sociologists whose analysis is merely grounded in and aimed at “rehabilitation” – and who confine themselves to the enumeration of everything that prevents its successful achievement – run the risk of implicitly embracing the correctionalist project, thus producing spineless criticism, strangely compatible with the disciplinary powers which would have been pointed up by a more complete deconstruction. Consequently, with those foundations and that search for concrete solutions, corrections-centered criticism is closer than it seems at first glance to managerial, technocratic discourse on the institution. We must be wary of attempts at correctional reform aimed at “improving the prisoner’s lot” when they are not integrated in a comprehensive theory of confinement. Researchers who are not in search of that kind of theory remain trapped in the “fly bottle, to use Watzlawick’s expression, of an apparently obvious “reality” (with statements such as “we must give prisoners control of their own fate by setting up appropriate schemes for making them face up to their responsibilities”) whose only objectivity resides in the fact that it is not challenged, but blindly accepted as genuine. In precisely this sense, these “obvious facts” are primarily ideological realities. Inside that fly bottle the conceptual framework is devoid of contradictions, whereas viewed from outside as suggested above, this framework turns out to be a trap. In other words, those people who believe they are being critical and rethinking the system are deluding themselves and may well reinforce (by omission or compromise) the “lines of force of the world”, of which they are a vector.

As some major postmodern thinkers would suggest, the impasses of prison may be sought in its very essence: a modern project guided by organizing Reason.The rational search for a well-ordered world which legitimates itself through a meta-narrative of emancipation, as “a future to bring into being”, “an Idea to put into practice”, necessarily generates its own kinds of violence, fears and risks – which represent the “productive refuse of the order-producing factory” – for which prison is supposed to be an answer. Thus, part of the problem is contained in the very search (modern and state-propelled) for its solution. This creates a vicious circle: the process of criminalization of various acts may be limitless and generate potentially limitless penal repression directed at all acts judged undesirable. The touchstone of analysis here is the assumptions and self-reproducing frustrations of the Leviathan. At present, one part of the sociology of prisons continues describing the basic contradiction between “security” missions and “rehabilitation”, as well as the domination of the imperative of security over any other logic. A. Chauvenet, in particular, has recently revisited the articulation between micro- and macro- aspects, with an extremely stimulating analysis of social relations in prison, showing confinement for what it is: a defensive warring system which, instead of manning the borders and warding off an enemy from outside, is built into the socio-political and spatial fabric and is aimed at the enemy from within, shut up behind walls and unable to leave as long as the justice system has not decided otherwise. Summary and translation of an article by Gilles Chantraine

lady justice

Les savoirs et les discours sur la prison, aujourd’hui, ne manquent pas : rapports parlementaires volumineux, documentaires originaux, récits autobiographiques expressifs, témoignages de professionnels avisés, articles de journaux diversifiés, militantisme d’information, etc. Ces documents témoignent souvent d’un véritable travail d’investigation et offrent un ensemble de descriptions et d’interprétations considérables. Dès lors, s’il subsiste de véritables zones d’opacité sur la vie (et la mort) en détention, les affirmations habituelles, presque monotones, selon lesquelles la recherche sociologique se justifie par la nécessité d’enrayer le processus de « méconnaissance » de l’institution, et que cette « méconnaissance » constituerait le facteur principal de son « inertie historique », sont aujourd’hui insuffisantes ; du moins, il y a là un problème qui mérite d’être creusé plus profondément.  Notre perception de la complexité du problème est basée sur la conviction selon laquelle, à l’heure du renforcement sans précédent de l’emprise carcérale, à l’heure également de la domination des discours gestionnaires visant à développer l’efficience du système pénal sur les autres types de discours, à l’heure, enfin, d’un recul notable de l’espace imaginaire des possibles dans la pensée intellectuelle, il nous semble essentiel que les sociologues de la prison redoublent non seulement d’imagination sociologique, mais également de vigilance critique vis-à-vis de leurs propres présupposés, de leurs propres habitudes et des principes de justice sociale à partir desquels ils adoptent leur posture critique. Il faut donc soumettre la critique à la critique, non pas pour l’annihiler mais au contraire pour saisir sa nature et évaluer sa portée potentielle. Cette auscultation réflexive comporte des risques évidents : celui de désarçonner le chercheur dans ses routines conceptuelles et celui de rendre plus laborieux, en conséquence, son travail de recherche. En faire l’économie, en retour, comporte lui aussi un risque, selon nous bien plus dommageable : celui de produire des analyses qui ressembleraient étrangement, ou du moins qui s’accorderaient sans mal, aux systèmes, pratiques et perceptions que le chercheur espère, paradoxalement, critiquer. Il s’agit donc, dans un premier temps, de discerner, au cœur des savoirs ordinaires et scientifiques, les énoncés autoproclamés « critiques » qui, en épousant les non-dits, les finalités et les mythes de l’institution, tendent à renforcer (efficacement car silencieusement) le dispositif qui la sous-tend ; ce premier point donnera une nouvelle couleur au dilemme des prisons, entre urgence des réformes et refus de l’institution, dilemme qui structure différents discours sociologiques sur la prison. Nous évoquerons ensuite une piste alternative à ce dilemme qui consiste à articuler la recherche qualitative de terrain en prison à l’analyse plus globale des formes contemporaines de gouvernement et d’exercice du pouvoir politique. Ce caractère décentré et transversal propose donc d’appréhender la recherche de prison comme une application singulière d’un programme de sociologie générale, et tente par là d’ouvrir une nouvelle voie, distincte et complémentaire d’une sociologie de la prison plus classique.

M. Foucault a bien mis en valeur la structure de la critique de la prison pénale moderne, composée de six constatations qui, ensemble, dénoncent inlassablement, à travers les époques, « l’échec » de la prison quant à remplir les fonctions qui lui sont officiellement assignées. Ces critiques s’énoncent ainsi : « les prisons ne diminuent pas le taux de la criminalité », « la détention provoque la récidive », « la prison ne peut manquer de fabriquer des délinquants », « la prison favorise l’organisation d’un milieu de délinquants », « les conditions qui sont faites aux détenus libérés les prédisposent à la récidive », « la prison fabrique indirectement des délinquants en faisant tomber dans la misère la famille du détenu». Ces critiques résonnent encore largement avec les observations concrètes et qualitatives du monde carcéral contemporain : stigmate(s), incertitude, impuissance, ruptures familiales, peine corporelle, désaffiliation, inégalité des conditions de détention, violences physique et symbolique… A ces quelques constats, aussi récurrents qu’actuels, notre propre analyse des trajectoires carcérales et du fonctionnement concret de la détention, a ajouté encore deux lourds constats : non-sens pathogène d’un temps carcéral vide, et, plus globalement encore, déconnexion patente entre les expériences carcérales « réelles » et la peine telle qu’elle est conçue dans le discours judiciaire. De ces constats sociologiques, l’interprétation et la critique ne doivent pas être trop rapides. En effet, l’histoire pénitentiaire a montré que la recherche de « solutions » urgentes aux « problèmes » les plus cruciaux et aux situations les plus « intolérables » a précisément permis l’adaptation de l’institution à l’état des sensibilités collectives ­ en fonction desquelles est évalué ce qui, dans le châtiment, est « dégradant », « inhumain », « indigne » ou au contraire « supportable » voire « nécessaire » ­, adaptation qui s’avère indispensable à la (re)production de l’homologie fonctionnelle de l’institution à travers les époques, et, en conséquence, à la (re)production de son « échec ».

Nous appellerons la critique carcéralo-centrée celle qui, cloisonnée entre quatre murs, va de pair avec l’absence de réflexion approfondie sur le rapport organique que la prison entretient avec le reste de l’appareil répressif, et, plus globalement encore, avec l’ensemble des liens qui lient la prison à l’ensemble des rapports sociaux. En se contentant de placer « la mission la réinsertion » comme socle et comme finalité de l’analyse ­ le travail se limitant à énumérer tout ce qui empêche sa réussite et sa réalisation ­, le chercheur risque d’épouser implicitement le projet correctionnaliste et produit alors une critique molle, étrangement compatible aux pouvoirs disciplinaires qu’une déconstruction plus aboutie aurait dû objectiver. En conséquence, sur ce socle et à travers cette recherche de solutions concrètes, la critique carcéralo-centrée rejoint, de plus près qu’il n’y paraît au premier abord, les discours gestionnaires et technocratiques sur l’institution. Il faut ainsi se méfier de la recherche de réformes carcérales visant à « l’amélioration du sort des détenus » lorsqu’elles ne s’insèrent pas dans une théorie globale de l’enfermement carcéral. En l’absence de la recherche d’une telle théorie, le chercheur reste enfermé, pour reprendre le mot de Watzlawick, dans la bouteille à mouche d’une « réalité » apparemment évidente (avec des énoncés du type « il faut rendre les détenus maîtres de leur propre destin par la mise en place de dispositifs de responsabilisation appropriés ») dont l’objectivité tient pourtant au seul fait que l’on ne la remet pas en question et qu’on l’a aveuglément acceptée comme vraie ; en ce sens précis, ces « évidences » sont d’abord des réalités idéologiques. A l’intérieur de cette bouteille à mouche, le cadre conceptuel ne renferme aucune contradiction alors que, considéré de l’extérieur, comme on vient de le suggérer, ce cadre se révèle constituer un piège ; en d’autres termes, celui qui croyait être critique et pensait penser le système, s’abuse, et risque de redoubler (par l’omission ou la compromission), les « effets de force du monde » qui s’expriment à travers lui.

Sous l’influence de penseurs postmodernes majeurs, les impasses de la prison peuvent être recherchées dans son essence même : un projet moderne guidé par la Raison ordonnatrice. La recherche rationnelle d’un monde ordonné qui s’auto-légitime à travers un métarécit d’émancipation, comme « un futur à faire advenir », « une Idée à réaliser », engendre nécessairement ses violences, ses peurs et ses risques ­ qui sont donc ici les « déchets productifs de l’usine de l’ordre » ­ auxquels la prison est précisément censée répondre. Une part du problème est ainsi contenu dans la recherche (moderne et étatique) même de sa solution, ébauchant par là un cercle vicieux : le processus d’incrimination de divers actes peut être illimité et engendre à son tour une répression pénale potentiellement illimitée dirigée vers l’ensemble des actes jugés indésirables. Ici, ce sont les présupposés et les frustrations autoreproductrices du Léviathan qui forment la pierre de touche de l’analyse. Aujourd’hui, un pan de la sociologie de la prison décrit la contradiction originelle entre les missions de « sécurité » et celles de « réinsertion », ainsi que la prédominance de l’impératif sécuritaire sur les autres logiques d’action. A. Chauvenet, notamment, a récemment renouvelé l’articulation micro/macro et a produit une analyse des plus stimulantes des relations sociales en prison en appréhendant la prison pour ce qu’elle est : un système guerrier défensif qui, au lieu d’être construit aux frontières et destiné à se défendre d’un ennemi de l’extérieur, est enclavé dans le tissu sociopolitique aussi bien que spatial et vise l’ennemi de l’intérieur, enfermé entre des murs dont il ne doit pas sortir tant que la justice n’en a pas décidé autrement.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s