Sociologia, carcere e l’ordine sociale2

a

Sociology, prison and social order2-“… when thinkers aim at “unsettling the present” rather than grounding their critical approach in a search for universal Progress, they break with the abolitionist stance and with its miserabilist tendency to reduce reality to squalor, to view people as victims, and to “compress” reality under the seal of suffering. (…) It is the strength, the solidity and the simultaneity of the various dimensions of this transversal detour and conversely, its ability to test the basic tenets of criminal justice that will enable us to assess the “utility” of the qualitative sociology of prisons.”

It is the order underlying the institution, forming the focal point of critical analysis, guided in this case by the postulate that the way a political system treats its deviants tells a great deal about the system itself. This transversal character can be taken further at present. As we know, Discipline and Punish from M. Foucault is not a book on prisons as much as on discipline, power relations and social engineering set up to produce mentally sovereign, normatively self-disciplined subjects. The strength of the analysis also resided in the fact that it was off-center and transversal, using prison for what the French call a mise en abîme, an endless series of reflections as in parallel mirrors, through which to explore the subterranean mechanisms of modern societies. By offering tools which integrate thinking about prisons in the dynamics of research on governmentality, an alternative avenue for research appears, one which may take this research ethos further. This approach may be complementary with “classical” sociology of prisons, but it also confronts some of its postulates. It is heuristic mainly in that it sets aside the founding illusion of a “norm-free” institution (or one with norms of its own), to consider the social relations developed in prison as comparable in nature to those developed outside, but considerably amplified. The perspective proposed is located outside the corrections-centered fly bottle and does not suggest any program for improving prison governance. To the contrary, it tries to “destabilize the present”, to objectify and deconstruct the apparatus underlying a specific type of governance. Thus, the new diversity, pluralism and growing openness that have characterized custody over the last few decades (with respect to work, socio-cultural activities, prohibitions and sanctions, rights and so on) would no longer be commented, rather irrelevantly, as a process of “normalization” of the conditions of confinement, but rather, would be central to an analysis of the increasing complexity of contemporary modes of exercise of political power, at the heart of a triangle formed by sovereignty-discipline-government. Analysis of sovereignty emphasizes power as the “negative” ability to inflict sanctions, sometimes spectacularly, throughout a given space or territory; discipline stresses monitoring techniques, individuation and normalization; last, through government, power tends to be viewed as a function of the “incite, elicit, combine” type, a way of “conducting conduct” producing some reality and truth before it coerces. Emphasis is no longer placed, then, on the strictly security-oriented and coercive dimensions, but rather, on the “apparatus” within which they are shaped, and the variety of techniques of government with which they are intertwined. Let us take two examples—certainly too succinct—of our research in process, conducted in France and Quebec.

The first study, in France turned up a perverse situation in which inmates are asked to “act responsibly”—“stop their nonsense”, “find a job”, etc.—and at the same time are stigmatized and dispossessed of their usual modes of action. In this sense—and this is a crucial point—the situation represents an extreme form of a new kind of domination, accurately identified by general sociology, which crosses the entire social scene. It is those people whose resources make them least able to shoulder responsibility for themselves and manage their own existence who are most strongly urged to do so. Far from attenuating the pervasiveness of social constraints, contemporary injunctions calling for individuation and responsible behaviour produce new forms of subjection. Prison—the end-of-the-road of exclusion-producing circuits—represents the ultimate, most refined form of this process. The socially imposed requirement that one act as an individual turns into a heavy burden for individuals when they do not possess the necessary requisites for doing so and when that norm is not internalized but rather, is imposed on them from outside.

Secondly, in Quebec, our present investigation of the role of leadership (official and unofficial) in the administration of Quebec’s penitentiaries has uncovered a complex situation. The inmates’ committees, pressured to take initiatives, are free to create activities, which are taken away if any disturbance occurs inside the prison. They themselves thus create the “candy” in the “goody system” (the système bonbon as it is called familiarly in Quebec), in the individualized system of personal and collective privileges on which order in confinement is predicated. To put it in Nikolas Rose’s terms, inmates are thus governed through their freedom, and this freedom serves to reinforce and complexify traditional sanctions and more strictly disciplinary prerogatives, revealing a complex governing technique.

More generally speaking, analysis of the governing of prisons, taken as a history of the present form of “personal restraint” must therefore be articulated with a history of “freedom” itself, or more accurately, with the forms of subjection elaborated in its name. Foucault described a corrections-oriented prison at a time when Enlightenment-type freedom went hand in hand with normalcy, whence the expansion and development of the major social disciplines to which he applied his critical analysis. At present, following a period in which freedom had a strong connotation of social solidarity, it seems to be connected more with injunctions to individuation, autonomy and self-accomplishment through work, psychological introspection and the joys of consumerism. Ongoing interplay between the ordinary (governmental techniques existing both inside and outside of prison walls) and the extraordinary should enable us to renew and complexify criticism. The idea, then, is not to overlook the specific features of the correctional world (the reign of security-mindedness, promiscuous confinement, different modes of resistance, reduction of the “options” open to actors, etc.), but nonetheless to objectify those shared, complementary and/or distinctive forms of subjection found in inclusive and exclusionary circuits, including prisons.

In conclusion, when thinkers aim at “unsettling the present” rather than grounding their critical approach in a search for universal Progress, they break with the abolitionist stance and with its miserabilist tendency to reduce reality to squalor, to view people as victims, and to “compress” reality under the seal of suffering. They do so by deconstructing governmental techniques, the knowledge that structures them and the ways in which actors resist those forces exerting power on them, through them and using them supportively. Their analysis is an attempt to comprehend the diversity and heterogeneity of prison experiences and the complexity of modes of exercise of power in custodial institutions, with their historical dimension, their contingency and their localism. At the same time, it is important to put an end to the moral indifference displayed by society for its prisoners, not on the basis of some universal humanism this time, but more modestly and more practically by objectifying the ways in which prison participates actively in new forms of domination which both exceed confinement and tend toward it. Prison adjusts easily to those forms precisely because it reinforces them. By demonstrating the existence of similar types of subjection outside prison walls, this transversal approach does away with the stigmatization, the reduction of people to the status of criminal and the alterity produced by criminalization. It is the strength, the solidity and the simultaneity of the various dimensions of this transversal detour and conversely, its ability to test the basic tenets of criminal justice that will enable us to assess the “utility” of the qualitative sociology of prisons. Summary and translation of an article by Gilles Chantraine

a1

Michel Foucault

C’est l’ordre qui sous-tend l’institution carcérale qui forme le point de mire de l’analyse critique, guidée alors par le postulat selon lequel un système politique peut se lire dans la manière dont il traite ses déviants. Ce caractère transversal peut être aujourd’hui prolongé. Surveiller et punir de M. Foucaulton le sait, n’est pas tant un livre sur les prisons que sur la discipline, le pouvoir et l’ingénierie sociale mise en place pour la production d’un sujet mentalement souverain et normativement auto-discipliné. La force de l’analyse tenait ainsi à son décentrage et sa transversalité : la prison est une mise en abyme pour explorer les mécanismes souterrains des sociétés modernes. En proposant d’outiller la réflexion sur les prisons en l’inscrivant dans la dynamique des recherches sur la gouvernementalité, une voie alternative de recherche se dessine et peut prolonger cet ethos de recherche. Cette approche peut être complémentaire à une sociologie « classique » de la prison, mais elle met également à l’épreuve certains de ses postulats. Son caractère heuristique tient notamment au fait qu’elle met à distance l’illusion fondatrice d’une institution « hors norme » (ou avec ses propres normes) pour appréhender les rapports sociaux qui se nouent en prison comme relevant d’une nature comparable à ceux de l’extérieur, mais d’une teneur largement amplifiée. La perspective proposée se situe à l’extérieur de la bouteille à mouche carcéralo-centrée et n’offre pas de programme pour une meilleure gouvernance de la prison. Elle cherche au contraire à « déstabiliser le présent », à objectiver et déconstruire le dispositif qui sous-tend un type de gouvernance spécifique. Ainsi, la nouvelle diversité, le pluralisme et le processus d’ouverture qui caractérisent la détention depuis quelques décennies (dans les domaines du travail, des activités socioculturelles, des interdits et des sanctions, des droits, etc.), ne seraient plus commentés sans grande pertinence comme un processus de « normalisation » des conditions de détention, mais seraient inscrites au cœur d’une analyse de la complexification des modes d’exercice contemporains du pouvoir politique, au cœur d’un triangle souveraineté-discipline-gouvernement. L’analyse de la souveraineté met l’accent sur le pouvoir comme capacité « négative » d’infliger, parfois spectaculairement, des sanctions sur un espace ou un territoire donné ; celle de la discipline met l’accent sur les techniques de surveillance, d’individuation et de normalisation ; enfin, dans celle du gouvernement, le pouvoir est plutôt saisi comme une fonction de type « inciter, susciter, combiner », une « conduite des conduites » qui produit du réel et de la vérité avant de réprimer. L’accent n’est donc plus mis sur les dimensions strictement sécuritaires et répressives, mais plutôt sur le « dispositif » dans lequel elles prennent forme et la diversité des techniques de gouvernement avec lesquels elles viennent s’entrelacer. Prenons, de manière trop succincte sans doute, deux exemples émergeant de nos recherches menées en France et au Québec.

En France d’abord, nos recherches ont mis au jour une situation perverse, dans laquelle la « responsabilisation » à laquelle sont sujets les détenus ­ « arrêter les bêtises », « trouver un travail », etc. ­ est conjointe à leur stigmatisation et leur dépossession de leur modes habituels d’action. En ce sens, c’est là un point essentiel, cette situation constitue une forme extrême d’une nouvelle forme de domination, bien pointée par la sociologie générale, qui traverse l’ensemble du champ social : ceux qui disposent le moins des moyens pour se responsabiliser et prendre en main leur existence sont également ceux qui sont le plus soumis à cette injonction. Loin d’atténuer la prégnance des contraintes sociales, les injonctions contemporaines à l’individuation et à la responsabilisation provoquent de nouvelles formes d’assujettissement. La prison, en bout de course des circuits d’exclusion, constitue une forme aboutie et épurée de ce processus, dans lequel l’exigence socialement imposée de se comporter comme un individu devient une lourde charge lorsque les individus ne possèdent pas les conditions pour agir ainsi et lorsque cette norme n’est pas voulue par eux, mais leur est imposée de l’extérieur.

Au Québec, ensuite, nos recherches actuelles sur le rôle du leadership (officiel et officieux) dans le gouvernement des pénitenciers au Québec ont fait apparaître une situation complexe. Sujets aux suggestions de prises d’initiative, les comités de détenus créent librement des activités qui leur seront retirées en cas de trouble à l’ordre interne. Ils créent ainsi eux-mêmes les « bonbons » du « système bonbon » ­ tel qu’on l’appelle dans le jargon -­ système individualisé de privilèges personnels et collectifs sur lequel se fonde l’ordre en détention. Les détenus sont ainsi, pour parler comme Nikolas Rose, gouvernés à travers leur liberté, cette liberté venant renforcer et complexifier les sanctions traditionnelles et les pouvoirs plus strictement disciplinaires, faisant apparaître une technique de gouvernement complexe.

Plus globalement, l’analyse du gouvernement des prisons, saisie comme une histoire du présent de la « privation de liberté », doit donc être articulée à une histoire de la « liberté » elle-même, ou, plus précisément, des formes d’assujettissement qui se forment en son nom. Foucault a décrit une prison correctionnaliste, à une époque où la liberté des Lumières allait de pair avec la normalité, d’où l’essor et le développement des grandes disciplines sociales qui ont fait l’objet de la critique du philosophe. Aujourd’hui, après une période durant laquelle la liberté a été fortement connotée aux conceptions de la solidarité sociale, elle apparaît davantage articulée aux injonctions à l’individuation, à l’autonomie, à la réalisation de soi dans le travail, à l’introspection psychologique et au bonheur consumériste. Un jeu permanent entre l’ordinaire (formes partagées intra et extra muros des techniques de gouvernement) et l’extraordinaire doit permettre de renouveler et de complexifier la critique. Il ne s’agit donc pas d’ignorer les spécificités propres à l’univers carcéral (prégnance du sécuritaire, confinement dans la promiscuité, déplacement des modes de résistances, réduction des « choix » possibles de l’acteur, etc.), mais néanmoins d’objectiver les formes d’assujettissement communes, complémentaires et/ou distinctes aux circuits d’inclusion et aux circuits d’exclusion, dont la prison.

Pour conclure, soulignons qu’en ne basant pas la critique sur la recherche d’un Progrès universel, mais plutôt à travers une « déstabilisation du présent » par le biais d’une déconstruction des techniques de gouvernement, des savoirs qui les structurent, et des formes de résistances des acteurs aux pouvoirs qui s’exercent sur lui, à travers lui, en prenant appui sur lui, le chercheur rompt avec les tendances victimaires et misérabilistes de l’attitude abolitionniste, qui tend à « compresser » le réel sous le sceau de la souffrance. Au contraire, l’analyse cherche à saisir la diversité et l’hétérogénéité des expériences carcérales et la complexité des modes d’exercice du pouvoir en détention, dans leur historicité, leur contingence et leur localisme. De même, il s’agit toujours d’enrayer l’indifférence morale que la société porte sur ses détenus, mais cet enrayement ne se constitue plus sur la base d’un humanisme universel, mais, plus modestement et plus pratiquement, par l’objectivation de la participation active de la prison à des formes nouvelles de dominations qui la dépassent tout en tendant vers elle, auxquelles la prison s’adapte aisément parce qu’elle les renforce. Par cette transversalité, c’est la stigmatisation, la réduction au statut de délinquant et l’altérité produites par la criminalisation qui sont mises à mal, grâce à la mise au jour d’assujettissements similaires, par-delà les murs. C’est donc à la force, la solidité et la simultanéité des diverses dimensions de ce détour transversal, et, en retour, à sa capacité à mettre à l’épreuve les principes de la justice criminelle que l’on pourra juger de « l’utilité » d’une sociologie qualitative en prison.

Gilles Chantraine.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s