Giustiziabilità dei diritti sociali (Ing. & Fr.)

sdf

Justiciability of social rights. Can a human rights based approach provide a relevant response to the eradication of poverty and hunger? Can the marginalisation of the poor be fought through the use of law? (…) ‘there are’ two forms of justiciability of social rights, one objective, incorporated in a set of various standards which only allows the judge to examine the conformity of legal documents with the rule of law in order to penalise inconsistent lower standards; the other subjective, which allows to obtain from the judge the individual fulfilling of a right, in kind or in compensation. (…) Justiciability, thus defined, refers to a procedure whereas the enforceability refers to the ownership of a right, the quality of a thing more likely to be claimed than that only a few litigations can guarantee.” Translated by myself

Is poverty eradication enforceable in law? Can a human rights based approach provide a relevant response to the eradication of hunger? Can the marginalisation of the poor be fought through the use of law? Academic works are carried out to state that the combat to eradicate poverty is a matter of Law and Rights. The right to food, the right to work, the right to a minimum income, the right to social security, the right to housing … Nowadays, the concept of social rights is successfully evidenced in Anglo-Saxon literature, for a number of years, with an exclusive focus on the legal system of social rights. In France, social policy is traditionally conceived in terms of social achievements of workers, strengthening of the welfare state and “labourers legislation”, more as a political matter than a legal question. And this trend perpetuates: even though authors of reports dealing with social rights (right to work, right to security and right to social welfare) explain their field as a specific branch of law designed to protect the rights of the weakest and to guarantee social justice as an implementation of the principle of Community solidarity, the French doctrinal conception vaguely relates to the scope of human rights in general and to social rights in particular. From this polysemy emerges a difficulty to grasp a uniform notion of social rights. Rights rooted in professional sphere (respective rights and obligations of employees and their employers) versus rights to social benefits resulting from social legislation (social assistance and contributory schemes), general fundamental rights proclaimed in constitutional and international texts (Universal Declaration of Human Rights 1948, International Covenant on Economic, Social and Cultural rights ICESC-, European Social Charter ESC-) versus rights precisely defined acquired under often technical legislative and regulatory frameworks (inclusion income support, solidarity pension, back to work assistance, etc), individual rights (housing right, right to social security) versus community rights (union action and right to strike, protection of the family), rights-liberties (worker rights) versus droits-créances (rights to benefits); the content of social rights is heterogeneous, making it difficult to give a holistic approach.

Two rather radical theories have been elected. First of all, an extensive opening up to comparative law is giving a particular attention to emerging countries legal systems. The starting hypothesis was in fact that countries of the South could constitute important references according to the specific features of their legal system: innovative constitutional democracies, nations such as India, Brazil, South-Africa and Argentina have long faced the social reality of poverty and inequalities. The legal treatment of poverty is embedded in the social uses of law. As a consequence, it seems that the methods of judicial reasoning established at national and regional level, in Africa by the African Commission on Human and Peoples’ Rights or in South America by the Inter-American Court of Human Rights, provide education and skills that the French law has yet to acquire. This framework research brings together a package of social rights, right to housing, rights of the workers, right to safety and health protection, right to education and the right to suitable living conditions. These rights are characterized by three specific criteria both from a formal order (sources and texts of proclamatory nature), material (application of law) and teleological (formulated purposes of the rights). Social rights, according to the acceptance chosen here, are guaranteed by constitutional texts and international treaties in the social field (rights of workers, access to public services and right to health), in order to reduce economic and social inequalities with a view to social justice: as “rights of victims facing the legitimacy of the legal order”, social rights are intended to be instruments for social transformation through improvements regarding economic liberalism and objectives of solidarity. The study of social rights legal framework amounts to analyse the recourse of legal remedy to ensure their efficacy, including the justiciability. This new term has Anglo-Saxon origins and designates the specific quality of being reviewed by the judges. Justiciability of rights implies a potential submission to an examination and control by the jurisdiction.

The question of the justiciability of social rights, unaddressed for too long, has been newly relaunched in French academic debates driven by Guy Braibant (vice-president of the Convention that had the task of drawing up the European Charter of Fundamental Rights). The leading adviser underlined the diversity of European points of view concerning the legal structure of social rights and noted that for some national representative “social rights as generally being droits-créances (as the right to work) are not justiciable in the traditional sense of the term”. Thus the author identifies two forms of justiciability, one objective, incorporated in a set of various standards which only allows the judge to examine the conformity of legal documents with the rule of law in order to penalise inconsistent lower standards; the other subjective, which allows to obtain from the judge the individual fulfilling of a right, in kind or in compensation. Normative justiciability allows exploring the legal content of a right or that of a principle to confront general measures aiming to reduce the level of appropriate protection. This non-regression clause is typically apparent in French law through administrative disputes concerning the misuse of power and the constitutional litigation provided for in article 61 of the Constitution. However, normative justiciability is not only limited to a protective scope. More broadly, it constitutes a means of guidance and, if need be, a reorientation means of public policies in order to ensure the compliance with rights constitutionally and conventionally guaranteed. However, subjective justiciability implies the existence of a subjective right of which an individual can achieve the compliance according to its enforceability. The subjective exercise can be illustrated by the European legal disputes on human rights, or by French domestic law litigation, when judges intervene to ensure or re-establish the enjoyment of a right or, failing that, to redress the consequence of injury. Justiciability, thus defined, refers to a procedure whereas the enforceability refers to the ownership of a right, the quality of a thing more likely to be claimed that only a few litigations can guarantee. Diane Roman

manif 1

Combattre la pauvreté par le droit? La justiciabilité des droits sociaux. Éradiquer la faim par les droits de l’Homme? Lutter grâce au droit contre la marginalisation des pauvres? Les travaux se succèdent pour affirmer que la lutte contre la misère est une question de Droit et de Droits. Droit à l’alimentation, droit à un revenu minimum, droit à la sécurité sociale, droit au logement, droit au travail… La notion de droits sociaux connaît aujourd’hui un grand succès, qu’atteste l’abondante littérature anglo-saxonne consacrée, depuis quelques années, au régime juridique des droits sociaux et à la possibilité de garantir en justice leur effectivité. Pensé davantage en termes de conquêtes sociales des travailleurs, de renforcement de l’État Providence ou de « législation ouvrière », le social est en France, par tradition, plus une question politique que juridique. La tendance se perpétue : alors même que les auteurs spécialistes de droit social (droit du travail et droit de la sécurité et de l’aide sociales) présentent leur discipline comme une branche du droit destinée à protéger les droits des plus faibles et à garantir la justice sociale comme une mise en œuvre du principe de solidarité, le discours doctrinal français s’inscrit assez peu dans le registre des droits de l’Homme en général et des droits sociaux en particulier. De cette polysémie naît une difficulté à saisir une notion homogène des droits sociaux. Droits issus de la relation professionnelle (droits des salariés par rapport à leurs employeurs) contre droits à des prestations sociales désignant les bénéfices résultant de la législation sociale (aide sociale et droits contributifs), droits fondamentaux très généraux proclamés par les textes constitutionnels et internationaux (Déclaration universelle de 1948, Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels – PIDESC-, Charte sociale européenne –CSE-) contre droits précisément définis ouverts par des dispositifs législatifs et réglementaires souvent techniques (revenu de solidarité active, droit à pension de retraite, allocation d’aide au retour à l’emploi, etc.), droits individuels (droit au logement, droit à la sécurité sociale) contre droits collectifs (action syndicale et droit de grève, protection de la famille), droits libertés (droits des travailleurs) contre droits créances (droits à des prestations), le contenu des droits sociaux est hétérogène et rend difficile une approche globale.

Deux choix théoriques porteurs d’une certaine radicalité ont été faits. Tout d’abord, celui d’une large ouverture au droit comparé et d’une attention spéciale portée aux systèmes juridiques des pays émergents. L’hypothèse de départ était en effet que les pays du Sud pouvaient constituer des références importantes, en raison des particularités de leur système juridique : démocraties constitutionnelles innovantes, des nations telles que l’Inde, l’Afrique du Sud, l’Argentine ou le Brésil sont confrontées de longue date à la réalité sociale de la misère et des inégalités. Le traitement juridique de la pauvreté est ancré dans les usages sociaux du droit. Il semblait dès lors que les modes de raisonnement juridictionnels construits à l’échelle nationale ou régionale, en Afrique par la Commission Africaine des droits de l’Homme et des peuples ou en Amérique du Sud par la Cour interaméricaine, offrent autant d’enseignements dont le droit français a à apprendre. Celui ensuite d’une définition large des droits étudiés. Les droits sociaux, dans le cadre de cette recherche, regroupent un ensemble de droits, tels que le droit au logement, les droits des travailleurs, le droit à la protection de la santé, le droit à la scolarisation ou encore le droit à des moyens convenables d’existence. Ces droits se caractérisent par la réunion de trois critères à la fois d’ordre formel (sources et textes proclamatoires), matériel (champ d’application) et téléologique (objet et finalités de leurs proclamation). Les droits sociaux, dans l’acception qui en est retenue ici, sont des droits garantis par les textes constitutionnels et internationaux dans le champ social (droits des travailleurs, droit à des prestations, droit aux services publics), afin de réduire les inégalités d’ordre économique et dans une perspective de justice sociale : « droits des victimes de l’ordre existant », les droits sociaux se veulent instruments de transformation sociale, par les correctifs qu’ils apportent au libéralisme économique et par l’objectif de fraternité qui les guide. Étudier le régime juridique des droits sociaux, revient à analyser les voies de droit permettant de garantir leur effectivité, voies parmi lesquelles figure leur justiciabilité. Ce terme, d’un usage encore incertain, a une origine anglo-saxonne. Il désigne la qualité de ce qui est propre à être examiné par des juges. La justiciabilité des droits renvoie ainsi à une soumission potentielle à l’examen et au contrôle d’une juridiction.

La question de la justiciabilité des droits sociaux, longtemps ignorée, a été récemment relancée dans les débats doctrinaux français sous l’influence de Guy Braibant, vice-président de la Convention chargée de la rédaction de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. L’éminent conseiller, soulignant la diversité des points de vues européens sur la question du régime juridique des droits sociaux, relevait que, pour certains représentants nationaux « les droits sociaux qui sont généralement des droits-créances, comme le droit au travail, ne sont pas justiciables au sens traditionnel du terme ». Et l’auteur de distinguer deux formes de justiciabilité, l’une objective, inscrite dans un contentieux de normes et ne permettant au juge que d’examiner la conformité d’une règle de droit à des énoncés juridiques prééminents afin de sanctionner les normes inférieures contraires ou incompatibles ; l’autre subjective, permettant d’obtenir du juge la satisfaction individuelle d’un droit, soit en nature, soit par compensation. La justiciabilité normative, permet a minima d’invoquer en justice un droit ou un « principe » pour s’opposer à des mesures générales visant à diminuer le niveau de la protection en cause. Cette « clause de non régression » est typiquement illustrée, en droit français, par le contentieux administratif de l’excès de pouvoir ou le contentieux constitutionnel prévu à l’article 61 de la Constitution. Toutefois, la justiciabilité objective n’a pas qu’une simple portée conservatoire. Plus largement, elle constitue un moyen d’encadrement et, le cas échéant, de réorientation des politiques publiques menées, afin d’en garantir la conformité aux droits constitutionnellement et conventionnellement garantis. La justiciabilité subjective suppose, en revanche, l’existence d’un droit subjectif dont un individu puisse obtenir le respect en justice en raison de son exigibilité. Le contentieux subjectif peut s’illustrer par le contentieux européen des droits de l’homme ou le plein contentieux en droit interne français, où les juges interviennent pour garantir ou rétablir la jouissance d’un droit, à défaut pour réparer les conséquences de l’atteinte. Ainsi définie, alors que la justiciabilité renvoie à une procédure, l’exigibilité renvoie à la propriété d’un droit, la qualité d’une chose susceptible d’être réclamée que seuls certains contentieux peuvent garantir. Diane Roman

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s