I confini del diritto nella realtà sociale (Ing. & Fr.)

women

The bounds of law 1 – ‘Law’ is not omnipotent within the social field and everything happens, according to societies and times, in the infinite variety of inclusion and exclusion relationships with other normative systems. Next, the issue of the so called ‘science of Law’ appears in the current epistemological range that must combine with other sciences: this shows that Law does not have a position overlooking all other disciplines, but has relations of cooperation, competition and hostility, according to the disciplines and the moments, creating questionable bounds. The only possible posture might be that of a certain epistemology like Michel Foucault when trying to think of the emergence of human sciences in Western history.

The bounds of law 1 – This issue probably is one of the oldest and most recurring in the universe of law. The correct answer might be that of a historian showing that the legal world is first and foremost a space linked to trial and thus to a well defined condition, prior to its being a generalized system of standards that mutually generate themselves merged together in order to become independent from other standards systems. It might as well be the answer of a sociologist acknowledging, preventing from being fooled by the apparent vocation of law to envelop the social field, showing then the limits imposed by the logic of the system at issue more than law itself. However this approach alone is not sufficient since the nature of right is regarded as a social system instead of a discipline. Law is also a set of knowledge and intellectual practices that claim the accountability of law as a system of rules. As such, it constitutes a different world with various actors working according to intellectual logical processes that must combine with those of a profession, jurist, teacher and even researcher. Overall, speaking of the bounds of law is the same as asking two extremely different questions: the first related to a standard system configuration within a society with other normative systems whose relationships must be considered. To this end, ‘Law’ is not omnipotent within the social field and everything happens, according to societies and times, in the infinite variety of inclusion and exclusion relationships with other normative systems. Next, the issue of the so called ‘science of Law’ appears in the current epistemological range that must combine with other sciences: this shows that Law does not have a position overlooking all other disciplines, but has relations of cooperation, competition and hostility, according to the disciplines and the moments, creating questionable bounds. The only possible posture might be that of a certain epistemology like Michel Foucault when trying to think of the emergence of human sciences in Western history.

I. The bounds of law in social reality. There is a compelling logic which reflects the almost physical impossibility for the judicial system to control all possible and expected situations. But this rather objective response creates an additional one, on the very different level of ethic, when the jurist notes with satisfaction that law does not have to cover everything for the preservation of freedom. However, in the direction mentioned earlier, there is an alternative for reporting on those notorious bounds through their un-objectify. Law cannot and must not deal with every situation: thus a naturalness of the bounds of law merely confined in a determined world. Not being able to deal with everything is self evident: not only because every day non-legalized issues appear with which law must eventually be concerned, but because in some fields another normalization standard is sufficient and does not require the intervention of law. New issues, as those linked to the evolution of scientific research raise the question of their entitlement in the legal system. In some cases it was known that the non-juridification is a better option than an entry in the legal space providing then more disadvantages than answers. This was indeed the case in the much debated definition of the embryo as a legal person. But, for example in France, French law does not have a legal and legislative definition for ‘religion’ and consequently for sects: this definition is not necessary nor useful for it is sufficient to define objective aspects of religion through ‘worship’ and those of sects through abuses legally sanctionable. There would therefore be objective limits to the presence of law. These limits are partly due to the occurrences themselves and partly to ethic that imposes behaviours supplementing the absence of law.

This line of thinking conform closely enough to the jurists dominant doxa that sees the world constructed as an objective universe with a logic bearing down on decision makers following the rules as jurists, legislators and judges. Moreover as is well known the resistance jurists opposed to new rules allowing to build differently reality: and thus equality between men and women long regarded as a prominent principle but in the limits imposed by ‘Nature’. Hence the inequality between men and women not perceived as shocking since they were very much part of the scheme of things. The same surprise occurred, with similar arguments, about the treatment for colonized first, then for foreigners who ‘by nature’ were not entitled to equal rights. Thus these bounds of Law appear as indisputable elements of a world view imposing its own breakdowns.

More specifically, the change entails thinking of societal problems as depending on the solutions: this paradoxical concept means that the problem only appears and becomes identifiable from the treatment applied, as perfect example the approach to homosexuality in Western societies. During a very long time homosexuality was seen through the prism of religious doxa, especially in the Judeo-Christian area according to the Ancient Testament. Henceforth it can only be approached from the notion of sin and can be answered with notions compatible with the nature of evil: thus sanctions from confinement to pyre, allowing to amend the sinner or to make him disappear with his sin in some cases. Of course church authorities have competence since it is an issue with regard to the faith and the rules of the Church. Admittedly, it should be also pointed out that it did not fully exclude civil courts that on behalf of rules of the society could sentence deviant behaviour. But the crucial issue for consideration is the religious aspect in which the phenomena falls under. The modern times solution will be very different with scientific progress, homosexuality will be assimilated to a disease: doctors will take over from priests and drugs and more or less violent treatments replace prayers. Time of pyre is over, from another age, time now is to medication and prevention: and we know how the bourgeois society produced processes and devices to treat issues linked to sex.

Finally, it could be argued that this medical concept has given way to a psychiatric definition, then to an anthropological theorising revealing the related sexual codes and practices to equally cultural opportunities. It is clear that the word belongs nowadays to anthropologists, sociologists and jurists. One can say then that the bounds movements show that they did not exist between entities conceived by their very nature, but that they arise according to the definition given to the issue to approach or treat. Accordingly, it is no longer a question of talking about the bounds of law in itself: those move on the whim of social and political constructions. One subject matter ignored by law at one moment, can for various reasons linked to the development of society become a legal matter and thus expand the area of application of law without anything else than the view transformation of the society to this matter. We perhaps started to talk the same way as jurists do when, thinking of their practice, they construct a discipline in need to think of its bounds. Translated by myself, author, Michel MIAILLE – Professeur émérite de Droit public et de Sciences politiques

women 1

LES FRONTIERES DU DROIT Michel MIAILLE Professeur émérite de Droit public et de Sciences politiques Université de Montpellier I I.

Cette question doit être parmi les plus anciennes et les plus récurrentes dans l’univers du Droit. Peut-être que la bonne réponse serait celle d’un historien qui montrerait que l’univers juridique est d’abord un espace lié au procès et donc à une situation très définie, bien avant d’être un système généralisé de normes qui s’engendrent mutuellement, de sorte à former un ensemble qui s’autonomise par rapport aux autres systèmes de normes; ce serait alors plutôt un sociologue qui conviendrait, permettant de ne pas être dupe de l’apparente vocation du droit à recouvrir tout le champ social, qui montrerait ainsi les limites imposées, moins par le droit lui même que par la logique du système en cause. Cette approche pourtant n’est pas suffisante puisque n’est envisagée que la nature du droit comme système social, et non pas comme discipline : le droit est aussi un ensemble de savoirs et de pratiques intellectuelles qui prétendent rendre compte du droit comme système de règles. En cela, il constitue un autre univers, avec d’autres acteurs et selon des logiques intellectuelles qui doivent se combiner avec celles d’une profession, juriste, enseignant et même chercheur. Au total, vouloir parler des limites du droit ou de ses frontières, c’est poser au moins deux questions qui ne se confondent pas : d’abord celle de la configuration d’un système de normes dans une société qui connaît par ailleurs d’autres systèmes normatifs et dont il faut alors penser les rapports. En ce sens, le “Droit” n’est pas omnipotent au sein des rapports sociaux et tout se joue, suivant les sociétés et les époques, dans l’infinie variété des rapports d’inclusion et d’exclusion avec les autres systèmes normatifs. Ensuite apparaît la question de la dite “science” du Droit qui, dans l’éventail épistémologique actuel doit se combiner avec d’autres sciences : ces situations montrent que le Droit n’a pas, et de loin, une position de surplomb sur toutes les autres disciplines, mais des relations de coopération, de concurrence voire d’hostilité, suivant les disciplines et les moments, en traçant des frontières toujours discutables. Peut-être, la seule posture possible est celle d’une certaine épistémologie à la manière de Michel FOUCAULT, tentant de penser la naissance des sciences de l’homme dans l’histoire occidentale.

Les Frontières du droit dans le réel social – Je voudrais, en premier, apporter les réponses que “spontanément” des juristes interrogés sur ce point donnent. Elles sont marquées par une logique apparemment imparable puisqu’elles peuvent faire état d’une impossibilité quasi “physique” pour le système juridique de contrôler toutes les situations possibles et à venir. Mais cette réponse objective en quelque sorte, se double d’une autre qui se situe sur un tout autre plan, celui de l’éthique, lorsque le juriste se réjouit de ce que le droit ne doit pas tout traiter, pour sauvegarder la liberté . Pourtant, dans le sens que j’indiquais plus haut, il y a une autre direction permettant de rendre compte de ces fameuses frontières en les “dé-objectivant”.

Le droit ne peut ni ne doit traiter toutes les situations : il y a donc une sorte de naturalité des frontières du droit qui se trouve “cantonnée” dans un univers déterminé. Qu’il ne puisse pas tout traiter tombe presque sous le sens : pas seulement parce que tous les jours apparaissent des questions qui jusque là n’avaient pas été juridicisées et dont le droit doit éventuellement se préoccuper, mais parce que dans certains domaines un autre type de normalisation suffit qui ne requiert pas l’intervention du droit. Les questions nouvelles, comme aujourd’hui les questions liées à l’évolution des conquêtes scientifiques, posent assez rapidement le problème de leur entrée dans le système de droit : on sait que dans certains cas, la non-juridicisation est préférable à une entrée dans cet espace qui pourrait apporter plus d’inconvénients que de réponses : ainsi en a-t-il été de la définition très discutée de l’embryon comme personne juridique. Mais, dans un tout autre domaine, le droit français n’a pas de définition juridique législative de la “religion” et par voie de conséquence des “sectes” : cette définition n’est ni nécessaire ni utile, car il suffit de définir les aspects objectifs de la religion à travers le “culte” et ceux des dites sectes à travers leurs dérives qui sont juridiquement sanctionnables. Il y aurait donc des limites objectives à la présence du droit. Ces limites seraient en partie dues aux phénomènes eux-mêmes (ainsi n’est pas juridicisée la vie quotidienne dans ses aspects de banales relations sociales où la courtoisie suffit : on ne pense pas réglementer la préséance des femmes dans les lieux publics, ou la place des convives à tables, sauf lorsque cela concerne un banquet public où les préséances font partie du jeu politique) et en partie à l’éthique qui impose des conduites suppléant cette absence du droit.

Cette manière de voir les choses est assez conforme à la doxa dominante des juristes selon lesquels le monde est construit comme un univers objectif, ayant une logique qui s’impose aux poseurs de règles que sont les juristes, législateurs comme juges. On sait d’ailleurs quelle résistance les juristes ont opposée à des règles nouvelles permettant de construire autrement la réalité : ainsi de l’égalité entre hommes et femmes, longtemps perçue comme un principe évident mais dans des limites imposées par la “Nature” : d’où les diverses inégalités qui n’étaient absolument pas perçues comme choquantes, car elles faisaient partie de “l’ordre des choses”. On a vu encore le même étonnement, avec des arguments semblables, lorsqu’il s’est agi du traitement des colonisés puis des étrangers, qui “par nature” ne pouvaient prétendre à l’égalité des droits. Ainsi, les dites “frontières” du Droit apparaissent comme des éléments indiscutables (ou très difficilement) d’une disposition du monde qui imposerait ses propres découpages.

Précisément, le changement consiste à penser les problèmes de la société comme dépendant des solutions qui leur sont appliquées : cette formule paradoxale veut signifier qu’il n’y a jamais de problème en soi, mais que celui-ci n’ apparaît et n’est identifiable qu’à partir du traitement qui lui est appliqué. Je voudrais en prendre un exemple significatif qui mériterait de plus amples développements. C’est celui du traitement de l’homosexualité dans les sociétés occidentales. Pendant très longtemps, l’homosexualité n’est vue qu’à travers le prisme de la doxa religieuse, spécialement dans l’aire judéo-chrétienne, à partir des interdits de l’Ancien Testament. Dès lors, elle ne peut être traitée qu’à partir de la notion de “péché” et ne reçoit comme “réponse” que celles qui sont compatibles avec la nature du mal : il y aura donc des peines qui vont de l’enfermement au bûcher, permettant d’amender s’il est possible le pécheur ou de le faire disparaître avec son péché dans les autres cas. Évidemment, les autorités ecclésiastiques auront compétence puisqu’il s’agit d’une affaire qui concerne la foi et les règles de l’église. Il faut certes ajouter que cela n’excluait pas complètement les juridictions civiles qui au nom des règles de la société pouvaient condamner un “déviant”. Mais ce qu’il importe de considérer, c’est l’aspect “religieux” de l’espace où s’inscrivait ce phénomène. Toute autre sera la solution des temps modernes où, progrès de la science aidant, l’homosexualité sera assimilée à une maladie : alors les médecins prennent le relais des prêtres et les médicaments, voire des traitements plus ou moins violents et remplacent les prières. Finis les bûchers, qui appartiennent à un autre âge, et entrée dans le monde de la médication, voire de la prévention : et l’on sait combien la société bourgeoise a produit de procédés et de dispositifs pour traiter les questions liées au sexe.

Enfin, on pourrait dire qu’aujourd’hui, cette conception médicale a cédé la place d’abord à une définition psychiatrique puis à une théorisation de type anthropologique, faisant apparaître les codes sexuels et les pratiques qui leur sont liées comme autant de possibilités culturelles : aujourd’hui d’ailleurs le droit à la différence dans certains cas ou, plus largement l’interdiction de toute discrimination a parachevé l’itinéraire de cette forme de sexualité, non sans provoquer des débats houleux, quand on pense à l’instauration du PACS. On voit bien ici que la parole appartient désormais aux anthropologues, aux sociologues et aux juristes. Que nous dit cette histoire, sinon que les déplacements de frontières montrent qu’elles n’existaient pas entre des entités prise dans leur nature même, mais qu’elles se créent en fonction de la définition que l’on donne du phénomène à traiter. Dans ces conditions, il n’est plus question de parler “en soi” des frontières du droit : celles-ci se déplacent au gré des constructions sociales et politiques. Tel objet quasiment ignoré du Droit à tel moment peut, pour diverses raisons liées au développement de la société, devenir un objet juridique et élargir ainsi l’aire d’application du Droit, sans qu’il y ait eu autre chose que la transformation du regard que la société portait sur cet objet. Peut-être, avons-nous au fond déjà commencé à parler de la manière dont les juristes réfléchissant à leur objet Droit construisent une discipline dont il faudrait aussi penser les frontières.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s