I confini del diritto nel pensiero giuridico (Ing. & Fr.)

sain-louis

We do not want here to rewrite a fairy tale of the science of Law that would have enjoyed, from the beginning, a definition and an independence we can still read in textbooks: those let the neophyte believe that Law as part of human knowledge is a logical and structured whole like the normative scope of which it claims to give full account.]…] First, this issue is not specific to this science but is the burden of all disciplines that revisit the relevance of their consistency and bounds. It is the evidence of the vitality of a knowledge to be able to reorganise according to the challenges facts brought to thinking.]…] Borders moving, as everybody knows, is not only the imagination of those drawing maps, but are achieved on battle fields and Peace Congress! “

The bounds of Law in legal thought. – We do not want here to rewrite a fairy tale of the science of Law that would have enjoyed, from the beginning, a definition and an independence we can still read in textbooks: those let the neophyte believe that Law as part of human knowledge is a logical and structured whole like the normative scope of which it claims to give full account. Obviously, such suitability is generally verifiable and can convince that legal science, like others, is empowered with a well defined object and its own method. However, this modern epistemology does not give full account of the real history of the discipline and of the crossings and exclusions of its framework. This quick return to a complex history could allow us to better understand the nowadays challenges concerning the bounds of legal Law.

The bounds of legal thought depends on the epistemological situation of the researcher. Yet there have been profound changes for centuries and it is inappropriate to let one believe that the beginning and the development of a field unfolds in a homogeneous universe with smooth transitions. Quite the contrary, knowledge specificity generally becomes a feature of all investigated fields. Using dialectical reason allows to integrate in legal thought, and in adopted solutions, principles and results of a philosophical ‘nature’ so that it is impossible without philosophy to understand legal thought. Henceforth, holders of science of Law cannot regard, as now, philosophy as a foreign or unnecessary ‘field’ but to the contrary as the heart of knowledge. We know now how lively were debates relating to independence of philosophy with theology during the Middle Ages: it should also be remembered how, for a long time, Law could not be conceived independently of theology. Reading the Summa of St. Thomas Aquinas, it’s surprising to consider that demonstrative logic relies on both Aristotelian rationality and the Christian power of thought as interpreted by the Church’s tradition. It is therefore slowly that legal knowledge escaped this grip during conflicts in which arise technical arguments as, for example, the authority of Roman Law as ultimate model of legal logic and new ways of thinking as Cartesianism and later the Illuministic philosophy. Fundamentally, in the beginning of the 19th century with the Napoleonic codification an imposed solution emerges from the School of Exegesis that says that science of Law is merely the statement of legal texts in force, and henceforth, the bounds of rules define those of the thought. Yet we know that this hypothesis of an exegesis sustainably did not operate and various other fields had to be considered for the legal thought. During this century of the 1848-1870 revolutions many achievable important transformations of legal though developed both through democratic ethos and economy and social thought contributions. Admittedly, law schools reacted by refusing the possible aggiornamento through declining new knowledge as ‘political science’ in their institutions both during the years 1840 and later in 1873. We know the consequences: a new knowledge development outside law schools continued to emphasize, until the beginning of the 20th century, the double support of Roman and civil law as foundations of legal knowledge. Even the 1954 reforms did not succeed to overturn the bounds of legal knowledge and dean Carbonnier very consensual enterprise remains, for that time, very marginal! That is how a quick history of teaching of law shows the difficulties to legitimise the indisputable bounds of science of Law: in reality, a configuration from history imposed the idea of the role law has to play concerning knowledge in the society. If sciences as sociology, anthropology and history continue to have a secondary attention in legal study and research, it is more due to the place of the jurist in society as the bearer of law than to the intellectual fact.

This reminder could provide insights into the current debates on the bounds of science of Law. First, this issue is not specific to this science but is the burden of all disciplines that revisit the relevance of their consistency and bounds. It is the evidence of the vitality of a knowledge to be able to reorganise it according to the challenges facts brought to thinking. Epistemological configurations suitable to a given time are like hypotheses of the researchers designed to be called into question and give way to other configurations. Obviously the 20th and especially the 21st century witness such challenges: we see how disciplines appear in the various scientific fields absorbing or exceeding traditional borders. How could legal knowledge bypass this vast movement of reorganisation of sciences? It is not a question of being naive and believe that faith would lead to change. P. Bourdieu showed that academics are not pure minds and that their belonging to this or that institution was not neutral. While it is true that as Kant already demonstrated jurists and medical practitioners belong to mundane schools, it is understandable that a change of paradigm can be operated without questioning the place and role of jurist in the society. It is only through a reconsideration of the jurist social and political role that a change of conception could be made possible. Then the time when sociology and other social sciences were considered as adjacent will be past: it is not to impose a new domination on an old configuration. It is to think of another way to approach the problems and thus to solve them. The role of law in society obviously changes: knowledge related to law cannot remain in the old configuration. The bounds of Law must not be approached as a narrowing (the ancient fear of jurists that see other sciences as a threat) nor as an extension (the old dominant power of the legal thought still relies on pressing demands) but as a novation of the relations between these knowledges. These transformations are in the sphere of thinking as of reality: this means that they are related to current social and political system under way. Borders moving, as everybody knows, is not only the imagination of those drawing maps, but are achieved on battle fields and Peace Congres! Michel MIAILLE – Professeur émérite de Droit public et de Sciences politiques – Translated by myself.

Les Frontières du droit dans la pensée juridique. Il ne faudrait pas ici refaire une histoire enchantée de la science du Droit, qui, depuis les origines, aurait connu une définition et une indépendance à l’image de ce que l’on peut encore lire dans des manuels : ceux-ci laissent croire au néophyte que le Droit, comme partie du savoir humain, est un ensemble logique et construit à l’image du champ normatif dont il prétend rendre compte. Évidemment, d’une manière générale, cette adéquation est vérifiable et peut convaincre que la science juridique est comme toutes les autres, autonomisée par un objet bien défini et une méthode propre. Pourtant, cette épistémologie moderne ne rend pas compte de l’histoire réelle de la discipline et des croisements comme des exclusions dont elle est tissée. Ce retour au moins rapide à cette histoire complexe permettrait peut-être de mieux comprendre les défis d’aujourd’hui sur les limites de la science juridique.

Les frontières de la connaissance juridique dépendent, comme on l’a vu plus haut, de la situation épistémologique dans laquelle se trouve le chercheur. Or, celle-ci a changé profondément depuis des siècles et il est abusif de laisser croire que la naissance comme le développement d’une branche du savoir se déroulent dans un univers homogène et lisse. Bien au contraire, les particularismes du savoir en général s’impriment dans tous les champs investigués. L’usage de la raison dialectique permet d’intégrer dans la pensée juridique, et même dans les solutions retenues, des principes et des résultats qui sont proprement de “nature” philosophique, de sorte qu’il est impossible de comprendre sans la philosophie la pensée juridique. Dès lors, les porteurs de la science du Droit ne sauraient considérer, comme aujourd’hui, la philosophie comme une “matière” étrangère, voire superflue, mais bien au contraire comme le cœur de la connaissance. On sait comment au cours du Moyen Age, les débats furent vifs concernant l’indépendance de la philosophie au regard de la théologie : mais il faudrait aussi rappeler comment pendant longtemps, le droit ne pouvait se penser indépendamment de la théologie. Quand on lit la Somme théologique de Thomas d’AQUIN, on est surpris de considérer la logique de la démonstration qui s’appuie à la fois sur la rationalité aristotélicienne et sur la force de la pensée chrétienne telle qu’interprétée par la tradition de l’Église. C’est donc lentement que le savoir juridique se dégage de cette emprise au cours de conflits où apparaissent des arguments techniques, par exemple l’autorité du droit romain comme modèle indépassable de la logique juridique et l’influence de courants de pensée nouveaux comme le sera le cartésianisme ou les philosophies des Lumières plus tard. Au fond , c’est avec le début du XIXème siècle et la codification napoléonienne que semble s’imposer une solution avec l’École de l’exégèse qui prétend que la science du droit n’est jamais que l’énoncé des textes en vigueur et que dès lors, les frontières des règles définissent celles de la pensée. On sait pourtant que cette hypothèse d’une exégèse pure n’a jamais durablement fonctionné et qu’il a fallu élargir la pensée juridique à d’autres champs. Tout ce siècle, des révolutions de 1848 à 1870, a été marqué par des possibles transformations importantes de la pensée du droit à la fois par la philosophie démocratique mais aussi par les apports de l’économie et de la pensée sociale. Certes, les Facultés de droit ont réagi et refusé l’aggiornamento qui était possible, notamment en laissant à la porte de leurs institutions de nouveaux savoirs comme les “sciences politiques”, aussi bien dans les années 1840 que plus tard en 1873. On en sait la conséquence : le développement d’un savoir nouveau à l’extérieur des Facultés qui continuent à privilégier jusqu’au début du XX° siècle le double support du droit romain et du droit civil comme fondements du savoir juridique. Même les réformes de 1954 n’arrivèrent pas à bousculer véritablement les frontières du savoir juridique et l’entreprise, pourtant très consensuelle, du Doyen CARBONNIER reste à cette époque marginale ! C’est dire comment une histoire rapide de l’enseignement du droit montre les difficultés à légitimer des frontières indiscutables à la science du Droit : en réalité, s’impose une configuration née de l’histoire sur le rôle que doit jouer le droit comme savoir dans la société. Si les sciences comme la sociologie ou l’anthropologie, sans parler de l’histoire, continuent d’avoir une place quasi secondaire dans les cursus et même les recherches juridiques, c’est plus le fait de la définition que l’on donne de la place du juriste dans la société comme porteur de la loi que du fait intellectuel même.

Peut -être ce rappel permet-il de comprendre les débats aujourd’hui sur les limites de la science du Droit. D’abord, cette question n’est pas propre à cette science mais est le lot commun de toutes les disciplines qui constamment s’interrogent sur leur consistance et sur leurs frontières. C’est la preuve même de la vitalité d’un savoir que d’être capable de se réorganiser en fonction des défis que les faits apportent à la pensée. Les configurations épistémologiques qui convenaient à un temps déterminé sont comme les hypothèses des chercheurs destinées à être remise en cause et à céder la place à d’autres configurations. Il est clair que le XXème siècle et a fortiori le XXIème sont porteurs de tels défis : on voit comment de nouvelles disciplines naissent dans les champs scientifiques, absorbant ou dépassant les anciens découpages. Comment le savoir juridique pourrait-il continuer d’échapper à ce vaste mouvement de réorganisation du savoir ? Évidemment, il ne s’agit pas d’être naïfs et de croire qu’il suffirait de vouloir pour que les choses changent. P. BOURDIEU a bien montré que les universitaires n’étaient pas de purs esprits et que leur appartenance à telle ou telle institution n’avait rien de neutre. S’il est vrai comme l’avait déjà démontré KANT que les juristes et les médecins appartiennent à l’ordre de Facultés mondaines, alors il est compréhensible qu’un changement de paradigme ne peut se faire sans que soit reposée la question de la place et du rôle des juristes dans la société. Ce n’est qu’avec une reconsidération de cette place sociale et politique des juristes qu’un changement d’épistémè pourrait être possible. Alors, le temps où l’on pouvait considérer la sociologie et d’autres sciences sociales comme seulement adjacentes paraîtra révolu : ce n’est pas pour imposer une nouvelle domination sur une ancienne configuration. C’est pour penser une autre manière de poser les problèmes et donc de les résoudre. La place du Droit dans la société change de toute évidence : la place du savoir relatif au Droit ne saurait rester dans la configuration d’avant. Les limites du Droit sont à penser non pas comme un rétrécissement (c’est la vieille peur des juristes qui voient dans les autres sciences une menace et un envahissement) ou a fortiori comme une extension (le retour à la toute puissance de la pensée du droit s’appuyant d’ailleurs sur une demande quelquefois pressante), mais comme une novation des rapports entre ces savoirs. Ces transformations sont certainement de l’ordre de la pensée, mais aussi de l’ordre du réel: cela signifie qu’elles ont à voir avec un changement de régime des rapports sociaux et politiques qui sont actuellement à l’œuvre. Le déplacement des frontières, chacun le sait, n’est pas que dans l’imagination de ceux qui font des cartes, mais s’accomplit d’abord sur des champs de bataille et dans les congrès de paix !

decapitation-4

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s