Sociobiologia, diritto, etica, storia della scienza … evoluzione delle passioni ideologiche e politiche. (Ing. & Fr.)

 

dna

Sociobiology, law, ethics, history of science … evolution of ideological and political passions. “The enormous progress made in biology and the neuro-sciences has brought ethical and philosophical questions back to the very heart of science. It has made researchers and the general public face their responsibilities and has shown that it was not possible for scientific activity to be dissociated from consideration of the nature of the evolutionary process of living matter and of the nature of consciousness itself. We are now able to modify the genetic inheritance of any species, including our own. With modern science, we have almost reached the point of no return. But we have become aware of this too, and must therefore acknowledge the need for the power of technology to be limited by ethics.” 

Debates occasioned by the advent of sociobiology in the French cultural field, provides a remarkable case study to the extent that this discipline was often associated with a resurgence of the 19th century social Darwinism. In 1975 in the United States, the publication of the professor of sciences and entomology at the Museum of comparative zoology – Harvard University, Edward O. Wilson’s work Sociobiology, the new synthesis, (Harvard, Belknap Press) was a great success for the media coverage. It was followed by intense debates partly attributable to some of his epigones, David Barash and Richard Dawkins. Socio-biological theories in France were fiercely discussed some years after the translation of another Wilson’s work On Human Nature. For the record, let us note that the latter, based on the findings of neo-Darwinism, the synthetic theory, the modern theory of evolution and population biology, proposed to base the general theory of all animal kingdom social behaviour on genetics and biology inclusively related to mankind. He also proposed to assess behaviours in the light of their usefulness and value as to the survival of a species or of a population group. Several years later, regardless of the heuristic value of socio-biological theories, a synthetic typology of the main critics being levelled at socio-biology may be drawn up. Critics were of institutional, epistemological and biological nature.

On the institutional level, we must undoubtedly interpret the history of sociobiology as one of these competitions between researchers willing to validate their ideas within the scientific community (Veuille : 1986, pp. 104-120 ; Stengers : 1987, pp. 198-219). Thus with a view to establishing a science consistent with his ethological perspective of selfishness, altruism and other genetic characteristics, Edward O. wilson proposed to federate numerous disciplines (population biology, environmental ethology, etc), and to biologize the foundations of social sciences by submitting them to various fields of sociobiology. For this purpose, E.O.Wilson and other socio-biologists an entryism and taking of power strategy within the scientific institution and in various scientific journals so that they overturned the traditional academic cleavages and the programs of various disciplines. Thus in Harvard, Chicago and Michigan universities, debates were relatively foreign to the nature or the validity of this new science. Sociobiology was also confronted to epistemological critics, was it science or pseudo-science? Some considered that socio-biology betrayed scientific Darwinism and associated it to an ideological epiphenomenon of a scientistic justification for a liberal capitalism. (Ruffié : 1982, tome 2, pp. 327-333 ; Jacquard : 1982 ; Tort : 1985 ; Herland in Stengers : 1987). A. Béjin highlighted socio-biological understandings and disclosed methodological constants to compare and to assimilate sociobiology 19th century social Darwinism (Béjin : 1985, pp. 121-137). The Canadian sociologist C. Saint Denis wished to use Stephen Jay Gould’s gradualism to counteracting sociobiology basing both a new evolution theory and … a ‘real sociobiology’ […] integrating the new evolution theory to an analysis of the biological evolution interactions and social behaviour: the analysis would be superior to the previous socio-biological tautology.

Lastly, sociobiology was at the heart of many intense debates in the United States and in France. Two main developing trends emerged in the American scientific community. First, the scientific collective ‘Science for the People’ accused sociobiology of legitimizing the social status quo and the liberal capitalism. Due to D. Barash’s and R. Dawkins’s hereditarian abuses in their work, other groups with Marxist leanings (‘Communist Labour Party’ and People’s Tribune) saw sociobiology as a fascist, racist, sexist propaganda (Sahlins : 1980 ; Lewontin : 1984, pp. 291-331 ; Veuille : 1986, pp. 107-109). In France, at the end of the 70’s, sociobiology introduction and evaluation were marked by the enthusiastic reception displayed by the ‘Nouvelle Droite’ (right wing political party) that furthermore developed a new strategy based on media infiltration. Debates were immediately controversial since scientists and philosophers from the left wing on the political chessboard rejected and anchored sociobiology in the extreme right wing. This was echoed by specialized press thus avoiding scientific debates and O. Wilson became, for the French public, the archetypal literary of the new right wing. In the end, the controversies introduced an era of suspicion against biologists accused of wanting to establish a new scientism or to prepare the ground for a Darwinian biocracy.

The extreme politicisation and exacerbated passions of contemporary debates, the wide variety of experts assessments related to the epistemological evaluation of sociobiology inevitably disrupted the analysis of 19th century social Darwinism. There is then a great risk to confuse and establish genealogies, relations or to search pioneers: small value methodological practices denounced for some time in history of science. The historian then is confronted to two obstacles, to analyse the phenomena of the past according to his (her) own analysis grids and their evaluation (to practice epistemological ‘police’) according to contemporary scientific paradigms. Thus for the purposes of the demonstration related to the search of pioneers of an antidemocratic sociobiology, Pierre Thuillier (1981) builds linkages between Ch. Darwin, H. Spencer, Francis Galton, Ch. Maurras, P. Bourget, Ch. Richet, A. Carrel et K. Lorenz. In a similar vein and to demonstrate that at the end of the 19th century, imbued with social Darwinism, France was the cradle of a very French fascism, Zeev Sternhell (1978) attached equal importance to authors of different historical status: G. Le Bon, H. Taine, E. Renan, E. Drumont, G. Vacher de Lapouge. Undoubtedly one can avoid this dilemma by adopting the methodological principle the plurality, otherness of the past dear to Karl Popper(1956, 1988) and to Georges Canguilhem (1981). These authors rail against fake genealogies and recursive stories considering that enlightening the annals of science and history with present time priorities is an unfounded ambition. In direct contrast to this attitude favouring a current or contemporary character to history, or in other words, to disqualify the past through making anachronistic value judgement, analysing the epistemological, institutional and social framework of science is a much more heuristic solution … an elegant way to disengage from ideological and political passions. Karl Popper assigned the historian to two tasks: ”Clarifying the causal links and describing how those links accidentally have been interwoven, these two tasks are necessary and complement one another; an event can sometimes be considered as typical from a causal point of view and sometimes as unique.” J.M. Bernardini, CNRS,“Le Darwinisme social, fascination et rejet d’une idéologie.” translated by myself.

dna

Les débats occasionnés par l’avènement de la sociobiologie dans le champ culturel français donnent matière à une étude de cas exemplaire dans la mesure où cette discipline fut souvent associée à une résurrection du darwinisme social du xixe siècle. En 1975, la parution aux États-Unis de l’ouvrage du professeur de sciences et d’entomologie au Muséum de zoologie comparative de l’université de Harvard, Edward O. Wilson (Sociobiology, the new synthesis, Harvard, Belknap Press) fut un immense succès médiatique. Il fut suivi d’intenses polémiques attribuables pour partie aux excès de certains de ses épigones tels David Barash et Richard Dawkins. Les thèses sociobiologiques furent discutées avec âpreté en France quelques années plus tard, à l’occasion de la traduction d’un autre ouvrage de Wilson (L’Humaine Nature, Essai de sociobiologie, Paris, Stock, 1979). Pour mémoire, rappelons que ce dernier à partir des conclusions du néodarwinisme, de la théorie synthétique de l’évolution et de la biologie des populations, se proposait de fonder la théorie générale de la base génétique et biologique du comportement social de tout le règne animal à l’homme inclusivement et d’apprécier les comportements à l’aune de leur utilité ou de leur valeur quant à la survie de l’espèce ou d’un groupe de population. À quelques années de distance et indépendamment de la valeur heuristique des thèses sociobiologistes, une typologie synthétique des principales critiques portées à l’encontre de la sociobiologie peut être dressée. Les critiques furent de nature institutionnelles, épistémologiques et idéologiques.

Au plan institutionnel, sans doute faudrait-il interpréter l’histoire de la sociobiologie comme une de ces compétitions entre chercheurs cherchant à valider leurs idées au sein de l’institution scientifique (Veuille : 1986, pp. 104-120 ; Stengers : 1987, pp. 198-219). De fait, en vue de fonder une science compatible avec sa vision éthologique de l’égoïsme, de l’altruisme et d’autres caractères génétiques, Edward O. Wilson se proposait de fédérer de nombreuses disciplines (biologie des populations, écoéthologie, etc.) et de biologiser les fondements des sciences sociales les satellisant en diverses branches de la sociobiologie. Pour ce faire Wilson et d’autres sociobiologistes développèrent une stratégie d’entrisme et de prise de pouvoir au sein de l’institution scientifique et dans diverses revues scientifiques de sorte qu’ils bousculèrent les clivages universitaires traditionnels et les programmes des différentes disciplines. Ainsi dans les universités de Harvard, de Chicago ou du Michigan, les débats furent en un premier temps relativement étrangers à la nature ou à la validité de cette nouvelle science.

La sociobiologie fut également confrontée à des critiques épistémologiques.Était-ce une science ou une pseudo-science ? Certains considérèrent que la sociobiologie trahissait le darwinisme scientifique et l’assimilèrent à un épiphénomène idéologique soit une justification scientiste du capitalisme libéral (Ruffié : 1982, tome 2, pp. 327-333 ; Jacquard : 1982 ; Tort : 1985 ; Herland in Stengers : 1987). Par une mise en relief des postulats sociobiologistes, André Béjin révélait les invariants méthodologiques permettant de comparer et d’assimiler la sociobiologie au darwinisme social du xixe siècle (Béjin : 1985, pp. 121-137). Le sociologue canadien Claude Saint-Denis souhaitait ainsi utiliser le saltationnisme de Stephen Jay Gould pour lutter contre la sociobiologie et fonder à la fois une nouvelle théorie de l’évolution et… une « biosociologie véritable […] intégrant la nouvelle théorie de l’évolution à une analyse des interactions de l’évolution biologique et du comportement social qui soit supérieure aux tautologies de la sociobiologie.»

Enfin, la sociobiologie fut au cœur d’intenses débats idéologiques tant aux États-Unis qu’en France. Dans le champ américain, deux principales tendances ont émergé. Elle fut d’abord accusée par un collectif comme « Science for the people » de légitimer le statu quo social ou le capitalisme libéral. D’autres groupes plus marxisants (« Parti communiste du travail » et « People’s tribune »), à cause des dérives héréditaristes de sociobiologistes tels David Barash et Richard Dawkins, virent dans la sociobiologie l’apologie de thèses fascistes, racistes et sexistes (Sahlins : 1980 ; Lewontin : 1984, pp. 291-331 ; Veuille : 1986, pp. 107-109). En France, l’évaluation de la sociobiologie fut marquée à la fin des années 1970 par la réception enthousiaste manifestée par la « nouvelle droite » laquelle développait par ailleurs une stratégie d’infiltration des médias. Les débats furent immédiatement polémiques puisque les scientifiques et philosophes marqués politiquement à gauche de l’échiquier politique rejetèrent et ancrèrent la sociobiologie à l’extrême-droite. En écho, la presse spécialisée fit ainsi l’économie de débats scientifiques et E. O. Wilson, de « libéral » américain, devint pour le public français l’archétype de la littérature de la nouvelle droite. Au final, ces polémiques intronisèrent l’ère du soupçon à l’égard des biologistes accusés de vouloir instaurer un nouveau scientisme voire de préparer le terrain à une politique biocratique.

L’extrême politisation et les passions exacerbées des débats contemporains, la grande diversité des appréciations des spécialistes quant à l’évaluation épistémologique de la sociobiologie perturbent fatalement l’analyse du darwinisme social du xixe siècle censé être de même nature… idéologique. Le risque est alors grand de pratiquer des amalgames et de fonder des généalogies, des parentés ou de rechercher des précurseurs, autant de pratiques méthodologiques de faible valeur heuristique et depuis longtemps dénoncées en histoire des sciences. Deux écueils guettent alors l’historien : analyser les phénomènes du passé selon ses propres grilles idéologiques et les évaluer (pratiquer la police épistémologique) selon les paradigmes scientifiques contemporains. Ainsi pour les besoins de sa démonstration relative à la recherche des précurseurs d’une sociobiologie antidémocratique, Pierre Thuillier (1981) tisse des liens entre Ch. Darwin, H. Spencer, Francis Galton, Ch. Maurras, P. Bourget, Ch. Richet, A. Carrel et K. Lorenz. Dans un registre analogue et afin de démontrer que la France de la fin du xixe siècle imprégnée de darwinisme social fut le berceau d’un fascisme bien français, Zeev Sternhell (1978) accorde une importance égale à des auteurs de statuts historiques non équivalents : G. Le Bon, H. Taine, E. Renan, E. Drumont, G. Vacher de Lapouge. Sans doute, peut-on échapper à ce dilemme en adoptant le principe méthodologique d’altérité du passé cher à Karl Popper (1956, 1988) et à Georges Canguilhem (1981(b). Ces auteurs s’insurgent contre les généalogies factices et les histoires récursives et considèrent comme une ambition mal fondée d’éclairer les annales de la science et de l’histoire par les priorités du présent. À l’opposé de cette attitude « présentiste » pour reprendre les termes de Claude Blanckaërt soit le fait de disqualifier le passé par des jugements de valeur anachroniques, il leur semble plus heuristique d’analyser le cadre épistémologique, institutionnel et social qui produit la science… une manière élégante de se désengager des passions idéologiques ou politiques ! Ainsi Karl Popper assigne deux tâches à l’historien : « […] Le débrouillement des fils de causalité et la description de la manière accidentelle dont ces fils sont entremêlés sont toutes deux nécessaires et se complètent l’une l’autre ; un événement peut être considéré tantôt comme typique, c’est à dire du point de vue de son explication causale, et tantôt comme unique. » J.M. Bernardini, CNRS. “Le Darwinisme social, fascination et rejet d’une idéologie.”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s