Etnologia, teoria del diritto e storia del diritto: la funzione sociale del diritto e del diritto consuetudinario. ‘Fr. & Ing.)

tikopia-5

Tikopia Island

Ethnology, legal theory and legal history: the social function of the law and customary law.  “The notion of customary law should primarily be defined according to its multiple ramifications and meanings. The word ‘custom’ and the word ‘customary law’ are lately often used with different or even opposed meanings. The customs, practices and usages of the trade under Civil Law, the customs in international law, the practices, habits of all kinds are highly diverse. Ultimately all this leads to the difficulty for the researcher to find his way into such a large body of diverse approaches and different definitions. […] Perhaps the greatness of historical jurisprudence lay in the fact that it provided its own seed of dissolution; for once it is admitted that law is historically conditioned, it is as impossible to limit the conception of law to a Volksgeist as to the commands of the sovereign; all forms of social control and all sources of law emerge as subjects for legitimate consideration and study.”

There are nowadays only few issues that are given such specific attention as the development of and evolution of judicial institutions, of customary law in its functioning in the legal system, in the sources of the law system. In this respect, diverse opinions, judgements, conceptions have been expressed both in ethnology and legal science. The characteristic trend seems to abandon stereotypes, to introduce ethnological informations in legal science and legal informations in ethnology. The notion of customary law should primarily be defined according to its multiple ramifications and meanings. The word ‘custom’ and the word ‘customary law’ are lately often used with different or even opposed meanings. The customs, practices and usages of the trade under Civil Law, the customs in international law, the practices, habits of all kinds are highly diverse. Ultimately all this leads to the difficulty for the researcher to find his way into such a large body of diverse approaches and different definitions. Another observation at stake is that the word ‘law’ presupposes the existence of a State within which it operates. However, customary law sphere of action must be confined to this state of transition from clan-based social structure to primitive State, this latter can not refer to the State as such. All this creates some confusion to which we would like to pay greater attention. Classical Roman law evolved through many centuries and had often recourse to pre-State customs partly redesigned during the legislative creation process. Those partially fitted in the first legal standards compendium without any substantial modifications.

In ancient Greece, for example, the laws of Drakon were based on customary law and, customs were acknowledge through many subsequent legal acts. Yet the scientific foundation on the notion of custom and the conditions for its action were much later specified in the area of research. It was set by, representatives of the Historical School of Law claiming the emergence of law of an universal legal conscience; by authors suggesting that the custom formed the basis of all laws and ancient juridical codes; by the basis of customary law founded on customs that was formed through scientific research; finally, by Russian civil law experts and historians. Virtually all assumed that customs, having played a dominant role in the regulation of social relations in ancient times, maintained their efficiency as the foundation of legal relationships and of the normative system of primitive societies. In order to give a definition to ‘custom’, some authors emphasized its properties: mandatory nature, religious significance, ethnic and conservative, confirmed by contemporary researchers. It is in this way that the Historical School of Law linked the emergence of custom to n ational life demands. According to Pucha’ and Savigny’s ideas, custom should play a leading role in creating new legal standards; the legislator’s role diminished to clarifying the inevitable contradictions of customary law. If it is obviously natural that custom and customary law could regulate social relationships, the role of the State is, however in such approach, is shattered and the role of the legislator reduced to a mere control of contradictions. In such an approach, the State is practically deprived of the possibility to move towards progress reducing its role to policing functions. The major Russian thinker E. N. Troubetskoï shows, regarding customary law’s role in regulating social relationships, how this approach has been partially refuted by Rudolf vonIhering : “the replacement of custom in written law is one of the major conquests of our civilisation … indeed the distinguishing features of custom are flexibility, capacity to adapt to real life conditions; and the distinguishing features of law are fixity, determination, accuracy and stability.”

The historical school of jurists was founded by Friedrich Karl von Savigny (1779–1861). Its central idea was that a nation’s customary law is its truly living law and that the task of jurisprudence is to uncover this law and describe in historical studies its social provenience. As in other schools of thought, acceptance of this approach did not necessarily mean agreement on its theoretical or practical consequences. To followers of Savigny the identification of law with custom and tradition and the Volksgeist, or genius peculiar to a nation or folk, generally meant a rejection of rationalism and natural law; a rejection of the notion of law as the command of the state or sovereign, and therefore a disparagement of legislation and codification; and a denial of the possibility of universally valid rights and duties and of the individual’s possession of nonderivable and inalienable rights. In positive terms, historical jurisprudence identified law with the consciousness, or spirit, of a specific people. Law is “found” by the jurist and not “made” by the state or its organs. Law is a national or folk and not a political phenomenon; it is a social and not an individual production; like language, it cannot be abstracted from a particular people and its genius; it is a historical necessity and not an expression of will or reason, and therefore it cannot be transplanted. In addition to Savigny, the historical school was probably influenced by Johann Gottfried Herder (1744–1803) and the romantic notions of folk culture, by the emphasis on tradition in the work of Edmund Burke (1729–1797), by the stress on historical continuity in the work of Gustav Hugo (1764–1844), and by the Hegelian conception of Spirit. In Germany, the main proponents of historical jurisprudence were G. F. Puchta, Karl Friedrich Eichhorn, Rudolph von Sohm, and Otto von Gierke.

In England Henry Maine (1822–1888) was closely identified with the historical school, although there is no evidence that he was directly influenced by the German thinkers. Modern historical jurisprudence in England was born with the publication in London of Maine’s Ancient Law in 1861, the year of Savigny’s death. Until then historical research in law had been neglected, but from that time on, the field was assiduously cultivated. In reaction against natural law and under the influence of Thomas Hobbes, the tendency in England had been to regard law as the command of the state, and the task of the jurist was conceived as a concern with the analysis of positive law without regard to historical or ethical considerations. Maine broke with these traditional attitudes. Probably influenced by Rudolf von Ihering (Der Geist des römischen Recht, 3 vols., Leipzig, 1852–1865), Maine was stimulated to apply the historical method to jurisprudence. Charles Darwin’s Origin of Species, published two years before Ancient Law, also probably influenced Maine. Maine rejected the natural law, rationalistic, and a priori approaches to the nature of law. In his Early History of Institutions (London, 1875) he saw a people’s law as compounded of opinions, beliefs, and superstitions produced by institutions and human nature as they affected one another. Indeed, English common law seemed better to exemplify Savigny’s views than did the law of Germany, which drew heavily on Roman law. But as an Englishman, Maine saw in law more than a people’s customs; he observed and took into account the creative and reforming work of Parliament, and so he was led to recognize legislation as an instrument of legal growth. And he found that equity and legal fictions played creative roles in the common law. In these respects he departed radically from Savigny’s monistic approach to law and its sources.

Maine’s comparative historical studies, which took into account diverse legal systems, kept him from a belief in the mystical uniqueness of a people and its genius and its law; he observed uniformities as well as differences in different legal orders, and so he was led to suggest that similar stages of social development may be correlated with similar stages of legal development in different nations. Maine differed from Savigny also in believing that custom might historically follow an act of judgment, so that the jurist could be seen to have had a creative role in making the law, even though he claimed only to have found it. Maine also noted the part played in early societies by the codification of customary law. In revealing the ideals operative in a society at a particular stage of its development and in relating them to social conditions, Maine stimulated the development of the use of the sociological method in jurisprudence. It thus became apparent that just as law cannot be divorced from history, so, too, it cannot be divorced from philosophy and sociology. Thus, if Savigny’s historical jurisprudence was mainly conservative in import, Maine’s work had a predominantly liberalizing effect. Then too, Maine’s work influenced the development of comparative legal studies. Other English scholars associated in varying degree with the historical school of jurisprudence are James Bryce (1838–1922), Frederic W. Maitland (1850–1906), Frederick Pollock (1845–1937), and Paul Vinogradoff (1854–1925).

tikopia1

Tikopia dancers

A l’heure actuelle il est peu de problèmes qui fassent l’objet dans la recherche d’une attention aussi forte que celui du développement et de l’évolution des institutions juridiques, celui du droit coutumier dans le fonctionnement du système juridique, de sa place dans le système des sources du droit. L’on a vu s’exprimer à cet égard une multitude d’opinions, de jugements, de conceptions tant en ethnologie qu’en science juridique. La tendance caractéristique est à l’abandon des stéréotypes, à l’introduction des données ethnologiques dans la science juridique et de données juridiques dans l’ethnologie. Mais, semble-t-il, il conviendrait au premier chef de définir la notion de droit coutumier avec la charge de sens qu’elle comporte. Le terme « coutume » et le terme « droit coutumier », sont ces derniers temps assez souvent utilisés dans des sens différents, parfois même dans des sens opposés. Les coutumes ou usages du commerce dans le droit civil, les coutumes dans le droit international, les habitudes de tout genre sont extrêmement diversifiées. Tout cela mène en fin de compte au fait qu’il est parfois assez difficile pour le chercheur de se reconnaître dans une masse aussi large d’approches et de définitions différentes. Une autre remarque concerne le fait que le terme « droit » suppose l’existence de l’Etat au sein duquel il agit. La sphère d’action du droit coutumier doit cependant, de par son idée même, se limiter à la période de transition allant de la structure clanique à la société du type de l’Etat primitif, période à laquelle il ne peut s’agir de l’Etat en tant que tel. Tout cela suscite une certaine confusion lors de l’élaboration de cette question, confusion sur laquelle nous voudrions nous arrêter plus en détail. Le droit romain classique dont l’évolution s’est déroulée sur plusieurs siècles, avait déjà assez souvent eu recours aux coutumes préétatiques. Celles-ci étaient pour partie réélaborées au cours du processus de création législative et rentraient partiellement dans les premiers recueils de normes juridiques sans modifications substantielles. On pouvait observer une situation analogue dans les autres sociétés. Dans la Grèce Antique par exemple, les lois de Drakon se fondaient sur les normes du droit coutumier. De nombreux actes législatifs postérieurs ont également tenu compte des coutumes. Mais la base scientifique de la notion de coutume et des conditions de son action devait être fixée beaucoup plus tard dans la recherche. Elle le fut par les recherches des représentants de l’école historique du droit qui déduisaient la naissance du droit de la conscience juridique populaire ; par les auteurs selon lesquels la coutume formait la base des lois et des codes antiques ; par la base du droit coutumier fondé sur des coutumes auxquelles avait été donnée par la suite une forme scientifique ; enfin par les recherches des civilistes et des historiens du droit russes. Pratiquement tous sont partis de la thèse selon laquelle les coutumes, qui avaient joué dans l’Antiquité un rôle dominant dans la régulation des relations sociales, continuaient leur action ultérieurement en apparaissant comme la base sur laquelle se construisaient les relations juridiques et le système normatif des sociétés primitives. Pour définir l’action de la coutume, certains auteurs soulignaient ses propriétés : caractère obligatoire, signification religieuse, caractère ethnique et conservateur, ce qui est confirmé par les chercheurs contemporains. C’est ainsi que l’école historique du droit liait la naissance de la coutume aux exigences de la vie nationale. Selon les conceptions de Puchta et de Savigny, c’est précisément la coutume qui devait jouer un rôle prédominant lors de la création de nouvelles normes juridiques ; le rôle du législateur se réduisait à écarter les contradictions inévitables que l’on rencontrait dans le droit coutumier. Cette position nous semble cependant contradictoire. S’il est naturel que la coutume et le droit coutumier fondé sur elle aient pu réguler les relations sociales qui s’établissaient dans la société préétatique, le rôle de l’Etat est cependant dans une telle approche pratiquement réduit à néant et le rôle du législateur, on l’a dit, se réduit à éliminer les contradictions. Une telle approche prive pratiquement l’Etat de la possibilité d’avancer sur la voie du progrès en réduisant son rôle à de pures fonctions de police. Le grand penseur russe E. N. Troubetskoï montre, à propos du rôle du droit coutumier dans la régulation des relations sociales, que cette approche a été réfutée de façon assez complète par Ihering qui a prouvé que « le remplacement de la coutume par la loi écrite est l’une des grandes conquêtes de la civilisation… il est vrai que les traits distinctifs de la coutume sont la flexibilité, la capacité de s’adapter facilement aux conditions de la vie réelle ; mais il est également vrai que les traits caractérisant la loi – la fixité, la détermination, l’exactitude et la stabilité. ».

En Russie, le droit coutumier a commencé à être étudié au XIXe siècle. C’est depuis cette période qu’est apparue une nouvelle orientation scientifique – l’ethnographie juridique – qui s’est assigné pour but d’étudier les coutumes juridiques des peuples établis dans l’Empire Russe. Ce phénomène était lié au premier chef à la politique coloniale de l’Etat car « le gouvernement tsariste fut assez vite convaincu du fait que la diffusion de son influence était impossible sans exercer de pressions sur la vie juridique coutumière des confins. La politique d’adaptation et d’utilisation des forces internes et des institutions de la population locale des confins russes dans l’intérêt de l’Empire était combinée avec l’élimination des barrières constituées par les coutumes juridiques. Tout cela a contraint les organes gouvernementaux à compter avec la force du droit coutumier ». Un autre facteur influent sur le renforcement de l’étude scientifique du rôle des coutumes et des phénomènes liés à elles fut le changement de la situation sociale et économique dans le pays et notamment le fait que la Russie fit l’objet, au milieu du XIXe siècle, d’une série de réformes progressistes dont la principale libéra du servage une grande partie de la population du pays. Ce fut là une prémisse d’une extrême importance à l’étude des coutumes juridiques du foyer paysan et des phénomènes qui leur étaient liés. Une autre circonstance joua un rôle qui ne doit pas être sous-estimé. Il s’agit du fait que, pendant la période de la réforme paysanne en Russie, le législateur se heurta au caractère vivace des coutumes du foyer paysan, lié lui-même au caractère conservateur des principes traditionnels selon lesquels la possession et la jouissance de la terre appartenaient à la communauté paysanne – l’obshchina. Les réformes réalisées au cours de la même période aux confins de la Russie ainsi que dans le milieu des peuples indigènes (Sibérie, Nord Caucase) rendirent nécessaire l’étude des normes coutumières des peuples autochtones qui commençaient à relever de la gestion administrative de l’Empire Russe. C’est à travers l’étude des normes régissant les relations civiles dans la paysannerie, normes qui ne coïncidaient pas avec la législation en vigueur, que la pensée d’histoire du droit « commença à s’intéresser à la correspondance juridique entre les normes de droit coutumier et les normes étatiques ».

Les coutumes juridiques et le droit coutumier fondé sur l’ensemble de ces coutumes jouèrent dans l’histoire de la Russie un rôle assez important. C’est ainsi qu’à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle l’on reconnaissait en Russie le système de sources du droit suivant : a) le droit coutumier b) les normes juridiques établies par le pouvoir suprême selon des formes établies. Leur correspondance était inégale. Pour reconnaître par exemple le même droit coutumier comme source, plusieurs conditions étaient exigées : 1) la conscience de sa nécessité – « la coutume vit dans la conscience du peuple en tant que loi » ; 2) le caractère répété de son application ; 3) le contenu du droit coutumier ne doit pas être contraire aux mœurs. Le domaine d’application de la coutume admis selon la législation russe était déterminé d’après un critère formel et un critère matériel. D’après le critère matériel : dans les affaires commerciales ; dans les affaires de successions, dans les affaires de tutelle et de curatelle en milieu paysan. D’après le critère formel : la compétence des tribunaux de district statuant sur les affaires de dommages causés et sur les litiges entre paysans ». C’est ainsi que Cherchenevitch décrivait l’action du droit coutumier en Russie. C’est lui également qui, dans un autre ouvrage, donne une définition des coutumes juridiques par lesquelles il entendait les règles de droit établies par le milieu social lui-même par le moyen d’un respect constant, uniforme de règles de comportement. Il est cependant l’un des nombreux chercheurs à  prêter attention à une contradiction évidente liée à la définition de la coutume juridique. Cette contradiction échappe malheureusement à l’attention de nombreux chercheurs à l’heure actuelle. Elle consiste en ce que la définition des coutumes juridiques est habituellement donnée de manière négative – en tant que droit qui n’a pas été établi par voie législative. Et si, dans la théorie actuelle du droit, la coutume juridique est traitée comme consacrée par l’Etat en tant que juridique, comment doit-on traiter ses effets ? En effet, il doit déjà s’agir dans ce cas non plus d’une coutume mais de la loi. Les références à la conscience juridique, critère psychologique, ne sont habituellement pas reconnues par la législation. Et s’il s’agit d’une règle de conduite conservant son effet dans une société déterminée, pourquoi le caractère de juridique lui est-il attribué ? Ilia ch. Axionov et Larissa Svetchnikova

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s