Mediazione linguistica, opera d’arte e dialogo interculturale. (estratto in Ing. & Fr.) Language mediation, work of art and intercultural dialogue.

The reception of a piece of art as an object of exchange and mediation requires several ‘go-between’ in a context of language and culture learning. In this article, we would like to highlight the teacher’s mediation as well as the learner’s one and examine the emergence of verbal and body language in academic multicultural courses of French as a foreign language, in which visual and choreographic works of art are introduced. We will show, through the thorough analysis of a few examples, to which extent the teacher, by stimulating multimodal experiences of mediation for the learner, fosters the construction of interactional and intercultural competences.

If aesthetic education is taught the same way as one can teach a foreign language, the question of the mediation of artwork arises fully in didactics of languages and cultures. In France, the frame of reference for arts and cultures education encourages the language teacher to bring the learner to artistic productions to understand, express themselves using the languages of the arts and the body. How can the artist connect with an artistic object produced in a culture that is not his own in a language he is learning? Language, when introducing artwork  in a plurilingual and pluricultural learning mechanism, is not only the medium of cognitive, emotional, perceptual processes, but the founding and organizing instrument of these very processes and especially the vector of intercultural dialogue.

Visual, esthetic and kinetic interaction is a construction and a connection allowing language exchanges around a work of art that could be regarded as based on two elements. Firstly, the teacher and his role of facilitator of the ongoing relation with art as well as the language tasks planner of comprehension involved in the implementation of this relationship.  Secondly, the learner himself transmitting his approach to the artwork to his classmates will compare it with other works of its own culture. The mediator is the one who makes clear what can be confused. In other words, he renders what could be likened to an intelligible foreign language. He performs an interpretation work. An interesting example in this regard: a student from New Zealand in a B2-level course chooses to present a photograph of Laurence Aberhart entitled Files, Wanganui Interiors series, a photograph she knew and which emerged from her memory when looking at Henri Cartier-Bresson’s photographs that the teacher had introduced into the language course. Follows this dialogue:

Prof: these are Maori judgments that have been expelled from their lands?

R: and I imagine all the documents that there are  at the trial but for me it symbolizes the loss sadness and forgetfulness / I find it very striking

Prof: and what is the link with Henri Cartier Bresson? Which photo of Henri Cartier Bresson has engered the fact  that you thought of this photograph?

R: it is because I remembered this photograph when I saw other presentations of my classmates so I chose this photo of Henri Cartier-Bresson which is taken / Bresso in Germany in 1945 which is also a symbol / it evoked the loss of home a great sadness indeed after a war so it’s very different / the atmosphere is very different but for me there are some links between the two

Prof: when you saw this picture you thought of photography in New Zealand and of  the way Maori had been expelled from their land.

A: I am passionate about documentary photography and journalism so when we talked about Henri Cartier-Bresson it reminded me of these photographs and then I looked with the photograph of HCB and I found that / even if is very different there are themes that are very similar if we talk about the history of each era.

Therefore, the language teacher plays a decisive role in the way in which he initiates experiences of mediation and circulation of knowledge related to the cultures and languages of the learner. In another extract, a Brazilian student replayed the movements she mapped while watching a ballet of disabled dancers. The teacher helps her to debrief what she has memorized.

Teacher. That’s it. And what does she do with crutches? What does she use it for? The teacher shows a bottle of water. It’s the crutch.

Laughter.

 

Mr. She was a little nervous. That’s why she used crutches very strongly to test her strength (movement of hands), her mother power with girls and Cinderella too. I think she was very supportive (leans on imaginary crutches) to really show the power (raises her arms)

 

Teacher. Yes then can you do it? Imagine it’s the crutch (shows the water bottle)

Mr. She was pushing like that (presses even harder on her imaginary crutches).

Teacher. Did she raise her crutch?

  1. Yes, it’s actually a way to enlarge your arm (extend your arm).

Teacher. Yes, we do not say “enlarge”. How does one say ?

Other learners: ‘to’ enlarge (N-of the-T: conjugated or infinitive form for the verb)

Mr. gestures to extend her arm to show her classmates.

… etc.

If the learners mobilize their corporal repertoire, implicitly conditioned by their cultures of origin, the language mediation of the choreographic work encourages them to reconsider with a new look what was rooted in them.

The mediation of the teacher, in so far as it catalyzes that of the learner, can not be overshadowed and occupies an essential place in didactics of languages and cultures, even if the objective of any pedagogical device of mediation must remain the implementation of the learner’s autonomy. The mediator role is thus screening  and representating in order to give sense to the experience, but his aim is to work for his own disappearance. Nathalie Borgé

minutes-atelier-brancusi-paris-2

MEDIATION CULTURELLE DANS LE DOMAINE DE L’ART

 

Si l’éducation esthétique s’enseigne comme on peut enseigner une langue étrangère, la question de la médiation de l’œuvre d’art se pose pleinement en didactique des langues et des cultures. En France, le référentiel parcours d’éducation artistique et culturelle incite l’enseignant de langue à amener l’apprenant face à des productions artistiques à  « comprendre, s’exprimer en utilisant les langages des arts et du corps ». Comment est-ce que ce dernier peut tisser des liens avec un objet artistique produit dans une culture qui n’est pas la sienne dans une langue qu’il est en train d’apprendre ? Le langage, dans un dispositif d’apprentissage plurilingue et pluriculturel où l’œuvre d’art est introduite, n’est pas seulement le médium de processus cognitifs, émotionnels, perceptifs, mais « l’instrument fondateur et organisateur de ces processus mêmes » (Bronckart, 2004 : 11) et surtout le vecteur d’un dialogue interculturel.

La médiation esthétique est un acte de construction et de lien permettant des échanges langagiers autour d’une œuvre d’art et reposerait sur deux éléments, premièrement, sur l’enseignant dans son rôle de facilitateur de la relation esthétique et de planificateur des tâches langagières de réception associées à la mise en œuvre de cette relation, deuxièmement, sur l’apprenant lui-même, qui serait médiateur dans sa façon d’aborder l’œuvre auprès de ses camarades et dans sa manière de la confronter à d’autres œuvres de sa culture.  Le médiateur est celui qui rend clair ce qui peut être confus. En d’autres termes, il rend ce qui pourrait s’apparenter à une langue étrangère intelligible. Il effectue un travail d’interprétation.

On peut évoquer à cet égard un exemple : une étudiante néo-zélandaise dans un cours visant le niveau B2 choisit de présenter une photographie de Laurence Aberhart intitulée Files, Wanganui série Interiors, photographie qu’elle connaissait et qui a émergé de sa mémoire, au contact des photographies d’Henri Cartier-Bresson que l’enseignante avait introduites dans le cours de langue. S’ensuit ce dialogue

Prof : ce sont des jugements de Maoris qui ont été expulsés de leurs terres ↑

R : et j’imagine tous les documents qu’il y ait au procès mais et pour moi cela symbolise la perte la tristesse et l’oubli/ je trouve cela très frappant

Prof : et quel est le lien avec Henri Cartier Bresson ? quelle est la photo d’Henri Cartier Bresson qui a éveillé pour vous le fait que vous avez pensé à cette photographie ?

R : c’est plutôt parce que je me suis rappelé de cette photographie quand j’ai vu d’autres présentations de mes camarades alors j’ai choisi cette photo d’Henri Cartier-Bresson qui est prise/ Bresso en Allemagne en 1945 qui est aussi un symbole/ ça a évoqué la perte de chez soi une grande tristesse effectivement après une guerre donc c’est très différent/ l’ambiance est très différente mais pour moi y a certains liens entre les deux voilà

Prof : quand vous avez vu cette photo vous avez pensé à la photographie en Nouvelle-Zélande à la façon dont les Maoris avaient été expulsés de leur terre.

R : moi je suis passionnée par la photographie documentaire et journalistique donc quand on a parlé d’Henri Cartier-Bresson ça m’a rappelé ces photographies et puis j’ai regardé avec la photographie de HCB et je trouvais que/ même si c’est très différent y a des thèmes qui sont très similaires si on parle de l’histoire de chaque époque.

 

L’enseignant de langue joue donc un rôle déterminant dans la manière dont il déclenche des expériences de médiation et de circulation de savoirs liées aux cultures et aux langues de l’apprenant. Dans un autre extrait, une étudiante brésilienne rejoue les mouvements qu’elle a cartographiés en regardant l’extrait d’un ballet de danseurs handicapés. L’enseignante l’aide à verbaliser ce qu’elle a mémorisé.

Prof. Vous, c’est ça. Et elle fait quoi avec les béquilles ? A quoi est-ce que cela lui sert ? La prof montre une bouteille d’eau. C’est la béquille.

Rires.

  1. Elle était un peu nerveuse. C’est pour ça qu’elle utilisait les béquilles très fortement pour prouver sa force (mouvement des mains), sa puissance de mère auprès des filles et Cendrillon aussi. Je pense qu’elle appuyait très fort (s’appuie sur des béquilles imaginaires) pour vraiment montrer la puissance (lève les bras)

Prof. Oui alors faites-le. Imaginez que c’est la béquille (montre la bouteille d’eau)

  1. Elle appuyait comme ça (appuie encore plus fortement sur ses béquilles imaginaires).

Prof. Est-ce qu’elle a soulevé sa béquille ?

  1. Oui en fait c’est une façon d’agrandissez le bras (étend le bras).

Prof. Oui on dit pas « agrandissez ». Comment est-ce qu’on dit ?

Les autres apprenants : agrandir

  1. fait le geste d’allonger le bras pour montrer à ses camarades.

Prof : on dit allonger le bras. Étendre.

…etc

Si les apprenants mobilisent leur répertoire corporel, conditionné implicitement par leurs cultures d’origine, la médiation langagière de l’œuvre chorégraphique les incite à réexaminer avec un regard nouveau ce qui était ancré en eux.

La médiation de l’enseignant, dans la mesure où elle catalyse celle de l’apprenant, ne peut être occultée et occupe en didactique des langues et des cultures une place essentielle, même si l’objectif de tout dispositif pédagogique de médiation doit demeurer la mise en œuvre de l’autonomie de l’apprenant. « Le médiateur a un rôle de filtrage et de mise en représentation pour donner du sens à l’expérience », mais sa visée consiste à « œuvrer à sa propre disparition ». Nathalie Borgé

Anar Huseynzade

Anar Huseynzade

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s