La posta in gioco dei diritti delle donne migranti nell’Unione europea. Schiavitù, prostituzione e traffico di donne. (Ing. & Fr.)

The Challenges of Framing Women Migrants’ Rights in the European Union

In all countries of the European Union domestic work performed by migrant women, often in an irregular legal status, is increasing. Many workers face poor living and exploitative working conditions. Over the last decades, migrant domestic workers and advocacy organizations have developed multi-level strategies to improve those living and working conditions. In the contribution different and sometimes contradicting strategies of how a European network of migrant domestic workers and other actors mobilize will be identified and analyzed. It will be argued that the resonance the network achieved in the European Union was ambivalent and encompassed unintended consequences : On the one hand it allowed structural access to EU policy makers but on the other hand it narrowed down the political opportunities due to a fusion of migration policies and security policies.

RESPECT is the abbreviation for “Rights, Equality, Solidarity, Power, Europe, Co-operation, Today”. The network comprises self-organized migrant domestic workers’ organizations, support organizations, trade unionists and academics from nine European countries as members. Among the members are the Filipino organization KASAPI from Greece, the Dominican women’s organization VOMADE from Spain, the Philippine women’s network BABAYLAN, DONNE NEL MUNDO from Italy, the Italian trade union FILCAMS-CGIL, the German RESPECT network with several attached organizations and others. The network campaigns for the rights of migrant women — and some men — working in private households in EU countries. The European-wide RESPECT-network was founded in 1998 by the Filipino-British NGO Kalayaan and SOLIDAR, a Brussels based NGO which has close trade unions links on European Union level. With its constitution as a European network the organizations reacted to the need and the opportunities to raise the issue of the exploitation and legal status of migrant domestic workers at the EU level.

Undocumented migrant women face various barriers to organize themselves. The lack of a legal status makes them often hesitant to speak up publicly and demonstrate because of the fear of deportation. Private households in which women work are scattered in different city areas, most domestic workers have long working hours, more than one job or are live-ins. This makes it difficult to exchange experiences, come together and find time for joint social and political activities. The Commission for Filipino Migrant Workers, whose European branch is a member of the RESPECT-network, names very ambitious criteria for “empowered migrant workers”: “They are able to develop and determine the strategies that will change and transform their living and working conditions. […] They are organised as a sector. They know their rights and are able to campaign for them. They are able to link their own agenda to the realities of other migrants […]. They have developed the skills to document their own situation” (CFMW, 2000: 2). Starting from the situation of undocumented migrant domestic workers, one can assume that it takes a lot of efforts to start organizing and mobilizing processes. Following the definition of the CFMW, the organizing process affects the individual level as well as the meso and macro level of organizing in groups and campaigning. I will mainly focus on political mobilizations by and for undocumented migrant domestic workers on the meso and macro level. The RESPECT-network of migrant domestic workers follows a broad strategy. Individual empowerment is seen as the basic requirement for any further political and social engagement. “It’s no use in a way to change laws […] when you have basically women who don’t make use of it, when the self esteem is completely down” (Interview with RESPECT/SOLIDAR, 28.11.2000). They try to build up social ties among the women and then transform the social networks into political ones and politicize every-day experiences, e.g. with the help of methods like forum theatre in the tradition of the theatre of the oppressed (RESPECT, 2001a; b). As most domestic workers have their day off on Sundays, members of migrant groups try to reach the women at places like parks or churches with services in foreign languages.

Migrant domestic workers as “modern day slaves” and “victims”

Some organizations regard exploitation in domestic service as a kind of trafficking in women or as modern day slavery (e.g. the report “Domestic Slavery” of the Council of Europe (2001. Trafficking has been defined for a long time as a combination of coercion, deception, exploitation and prostitution. Women’s organizations recognized that sexual exploitation was not an issue in all cases of trafficking, and pointed to other forms of coercion and violence. After years of intense lobbying, the United Nations in 2000 passed a substantially widened definition of trafficking that included the abusive and exploitative situations in domestic work and mail-order-brides marriages. The new definition of trafficking provided the basis for placing the exploitation of migrant domestic workers on the agenda of the European Union. The discussion about trafficking at the global level coincided with the development of policies against trafficking in the European Union in the mid-1990s. Three main factors gave rise to the emergence of trafficking as a subject of discussion and the adoption of joint EU-policies on combating it: the existence of a feminist advocacy-network, a norm reactivation against trafficking and the opening of the political opportunity structure (Locher, 2002). First, the collaboration of women policy makers and feminist bureaucrats (“femocrats”), feminist scholars and women’s movements protagonists in the EU can be called an “advocacy network” (Keck and Sikkink, 1998. During the 1990s these actors put a lot of effort into placing the issue of trafficking on the political agenda. They bundled their specific abilities and knowledges: the “femocrats” and politicians had the relevant procedural knowledge within the EU-institutions, the gender experts and scientists brought in their technocratic and expert knowledge and last but not least the NGOs and women’s movements activists had local experiences and could present testimonies of trafficked women which underlined the legitimacy and urgency of the issue (Locher, 2002: 54, 74).                                                                                                              Secondly, the norm against trafficking in women has historic precursors. Since 1902 the international community has ratified international agreements against the trafficking of girls and women (Locher, 2002: 72ff; Rupp, 1997). Thus the norm was reactivated by the campaigns of the international women’s movement on a global scale in the 1990s. The World Human Rights Conference in 1993 and the World Conference on Women in Beijing in 1995 have been important platforms for norm reactivation.                                                                                                                                                                                                                                                        The third factor that contributed to the successful agenda setting of trafficking has been changes in the general political opportunity structure and windows of opportunity. The transitions in Middle, Southeast and Eastern Europe and Central Asia brought about an increase in the phenomenon of trafficking. The 1996 Dutroux scandal in Belgium  increased political pressure to combat the sexual exploitation and violence against girls and women. Further, institutional changes in the EU promoted the policy against trafficking. The Treaty of Maastricht in 1993 included the “third column” of justice and home affairs into the European Community policies giving the EU some backing to start initiatives. The Treaty of Amsterdam in 1997 named the fight against trafficking explicitly amongst its provisions and the competences of the European Parliament were extended. The EU summit in Tampere in 1999 strengthened the position of the European Commission regarding migration and asylum issues. These institutional changes resulted in a broader legitimacy at the European level to deal with justice and home affairs issues which formerly were solely in the competences of the national member states.

The framing of migrant women’s rights and issues is closely connected to the one of workers’ rights. For example, a report of the European Parliament (EP, 2000) starts with discussing the consequences particular demographic developments have for women, EU citizens as well as legal residents and undocumented migrants. The report of the European Parliament took the rising need for domestic services and care for children and the elderly, and changing family structures as a starting point to think of new forms of care work and domestic services. The concern it highlights as most important was that the work so far is undeclared work and part of the informal economy. Thus the framing of the report was clear from the beginning on : that there was a growing problem within ageing societies and women’s work. As a positive side-effect, from the perspective of the RESPECT-network, the work related approach of the report kept out the whole discussion about trafficking but allowed discussion about minimum labor standards and the social organization of reproductive labor. The tasks domestic workers have to carry out are compared in the report with the ILO Convention C177 on Home Work (ILO, 1996) and the ILO International Standard Classifications of Occupations (ILO, 1990). Both provide narrow definitions, but are an expression of the intention to regard domestic work as proper work. Since a considerable part of private domestic service is done by (undocumented) migrant women, their problems are reflected in the report as well. The example of the report of the European Parliament which has been adopted with a large majority of votes from nearly all political parties, illustrates how different — in relation to the report of the Council of Europe (2001) — the perspectives on domestic work can be, even from institutions which reflect to a certain degree more mainstream positions than non-governmental organizations do.

To refer to labor rights opens up another important aspect for successful mobilizing, access to trade unions as new potential allies. The relation between trade unions and undocumented migrants is not always easy (see e.g. Penninx and Roosblad, 2000). To sum up, the labor related framing allows issues of migration policies like the admission policies of the EU to be addressed. This could not have been achieved with the frame of trafficking. Labor related framing also means that trade unions could be a new potential ally in order to widen the political opportunity structure. In the light of the current debate in social movement theory, the limits of active framing by movements are very clear. The most consistent and legitimate frame cannot gain enough resonance if the power relations shape the dominant discourses in another way. Reflecting the political power relations, the RESPECT-network disassociated from a currently very resonant frame. Thus, the case provides evidence that social movements not always prioritize resonance but decide applying less resonant but more strategically appropriate frames. The reasons are twofold for giving priority to one frame over the other : long-term considerations and political principles on one hand, but also the intervention of migrant women.

Genève CEDAW 6

Les enjeux des droits des femmes migrantes dans l’Union Européenne.

On observe dans tous les pays de l’Union Européenne un accroissement du travail des femmes migrantes effectué de plus en plus dans des conditions illégales. Les travailleuses migrantes sont nombreuses à faire face à des conditions de vie précaires et à l’exploitation dans leur travail. C’est pourquoi, tout au long des dernières décennies, les femmes migrantes employées dans un travail domestique et les associations de défense ont développé des stratégies pour améliorer les conditions de vie et de travail. Cet article identifie et analyse différentes stratégies de mobilisation, parfois contradictoires, développées par un réseau européen de travailleuses domestiques migrantes et par d’autres acteurs. On s’interrogera sur les résonances de ce réseau au sein de l’Union européenne : ont-elles été ambivalentes ? Ont-elles donné lieu à des conséquences inattendues ? Il semblerait que d’une part, elles aient permis d’alerter les instances européennes mais que d’autre part, elles aient réduit les possibilités d’entrée en raison d’une fusion des politiques migratoires et sécuritaires.                                        RESPECT est l’abréviation en anglais de “Droits, égalité, solidarité, pouvoir, Europe, coopération, aujourd’hui”. Le réseau regroupe des organisations de travailleuses domestiques migrantes auto-organisées, des organisations de soutien, des organisations syndicalistes et universitaires de neuf pays européens. Parmi les membres figurent l’organisation philippine KASAPI de Grèce, l’organisation des femmes dominicaines VOMADE d’Espagne, le réseau de femmes philippines BABAYLAN, DONNE NEL MUNDO d’Italie, le syndicat italien FILCAMS-CGIL, le réseau allemand de RESPECT et plusieurs autres organisations affiliées. Le réseau fait campagne pour les droits des femmes migrantes – et de certains hommes – travaillant chez des particuliers dans les pays de l’UE. Le réseau européen RESPECT a été fondé en 1998 par l’ONG philippino-britannique Kalayaan et SOLIDAR, une ONG basée à Bruxelles étroitement liée à d’autres syndicats féministes de l’Union européenne. Constituant un vaste réseau européen, les organisations ont réagi face à la nécessité de soulever le problème de l’exploitation et à la possibilité de faire évoluer le statut juridique des travailleurs domestiques migrants au sein de l’UE.

Les femmes migrantes sont confrontées  à une politique, une législation et des pratiques administratives qui imposent des conditions très restrictives à l’entrée et à l’installation en UE des personnes étrangères non ressortissantes de l’Union euro­péenne, les soumettent à l’arbitraire, et contraignent un grand nombre d’entre elles à survivre dans une situation de non droit et de grande précarité, celle de « sans-papiers ». Cette absence de statut juridique les empêche de s’exprimer librement publiquement et de manifester par crainte d’expulsion. Les particuliers chez qui les femmes travaillent sont répartis dans différentes zones urbaines. La plupart des employées de maison doivent effectuer de longues heures de travail et plusieurs emplois pour survivre. Il est donc difficile d’échanger des expériences, de se réunir et de trouver du temps pour des activités sociales et politiques communes. La revendication d’autonomie administrative et juridique est affirmée par les premiers groupes de femmes issus de l’immigration qui s’organisent au début des années quatre-vingt et se mobilisent dans un nouveau contexte politique . La Commission des travailleurs migrants philippins, dont la branche européenne est membre du réseau RESPECT, a pour ambition d’habiliter les travailleuses migrantes à garder leur autonomie, et en effet : «elles sont en mesure de développer et de définir des stratégies qui changeront et transformeront leurs conditions de vie et de travail . […] elles sont organisés en secteurs. Elles connaissent leurs droits et sont en mesure de faire campagne et de les revendiquer. Elles sont capables de concevoir leurs propres intérêts liés à la réalité de ceux d’autres migrantes […]. Elles ont développé les compétences nécessaires pour se documenter sur leur propre situation». Etre travailleuses domestiques migrantes sans papiers exige beaucoup d’efforts pour initier les processus d’accès à l’autonomie. Selon la définition du CFMW, ce processus d’organisation accompagne et modifie les personnes à un niveau individuel ainsi qu’au niveau de l’organisation de la campagne en groupes. Je me concentrerai principalement sur les mobilisations politiques par et pour les travailleuses domestiques migrantes sans papiers au niveau de l’organisation de la campagne en groupes. Le réseau RESPECT de travailleuses domestiques migrantes adopte une stratégie globale. L’autonomisation individuelle est considérée comme la condition de base de tout engagement politique et social ultérieur. “Cela ne sert à rien de changer les lois […] quand vous avez des femmes qui ne les utilisent pas, quand l’estime de soi est complètement déconstruite” (Entretien avec RESPECT / SOLIDAR, 28.11.2000). Les membres des associations tentent de créer des liens sociaux entre les femmes, puis transforment les réseaux sociaux en réseaux politiques et rendent publiques leurs actions militantes issues des expériences quotidiennes, par exemple,  à l’aide de méthodes telles que le théâtre forum dans la tradition du théâtre des opprimés (RESPECT, 2001a; b). La plupart des employées de maison étant en congé le dimanche, les membres de groupes de migrants tentent de joindre les femmes dans des parcs ou des églises avec des services en langues étrangères.

Les travailleuses domestiques migrantes deviennent «esclaves des temps modernes» et «victimes» de trafic des femmes.

Pour certaines organisations associatives, l’exploitation dans le secteur  des services domestiques est synonyme de traite des femmes ou d’esclavage moderne (par exemple, le rapport «Conseil de l’Europe sur l’esclavage domestique» (2001)).  La traite des humains a longtemps été définie comme un ensemble de faits qui se concrétisent dans la contrainte, la tromperie, l’exploitation et la prostitution. Les organisations de femmes ont reconnu que l’exploitation sexuelle n’était pas un problème dans tous les cas de traite des femmes et ont évoqué d’autres formes de coercition et de violence. Après des années de lobbying intense, les Nations Unies ont adopté en 2000 une définition considérablement élargie et unifiée de la traite des femmes qui inclut les situations d’abus et d’exploitation dans le travail domestique et l’achat d’épouses par correspondance. La nouvelle définition de la traite des humains fournit un fondement légitime inscrivant à l’ordre du jour des consultations de l’Union européenne l’exploitation des travailleuses domestiques migrantes. La discussion sur la traite des femmes au niveau mondial a coïncidé avec l’élaboration de politiques de lutte dans l’Union européenne au milieu des années 90. L’émergence de la traite des femmes en tant que consultation et l’adoption de politiques européennes communes de lutte contre ce phénomène dont trois facteurs principaux en sont à l’origine: l’existence d’un réseau de défense des droits féministes, une réactivation de la norme contre le trafic et l’ouverture d’une structure des opportunités politiques. Premièrement, la collaboration des femmes décideurs politiques et des bureaucrates féministes («femocrates»), des universitaires féministes et des protagonistes des mouvements de femmes au sein de l’UE peut être qualifiée de réseau de défense des droits. Au cours des années 90, ces acteurs ont déployé de nombreux efforts pour inscrire la question de la traite des femmes à l’ordre du jour politique. Elles rassemblaient compétences et connaissances spécifiques: les «fémocrates» et les politiciens possédaient les connaissances procédurales pertinentes au sein des institutions européennes, les experts et scientifiques en matière de genre apportaient leurs connaissances technocratiques et expertes et, enfin, les ONG et les militantes des mouvements de femmes et leurs compétences locales faisaient connaître des expériences et des témoignages de femmes victimes de la traite qui soulignaient la légitimité et l’urgence du problème.                                                          Deuxièmement, la norme dans le domaine de la lutte contre la traite des femmes a des précurseurs mémorables. Depuis 1902, la communauté internationale a ratifié les accords internationaux contre le trafic de filles et de femmes. Ainsi, les campagnes du mouvement international des femmes à l’échelle mondiale dans les années 90 ont relancé la lutte. La Conférence mondiale sur les droits de l’homme en 1993 et ​​la Conférence mondiale sur les femmes à Beijing en 1995 ont été des plateformes importantes pour la réactivation des normes de lutte.                                                   Le troisième facteur qui a contribué au succès du programme de lutte contre la traite a été la modification de la structure et des fenêtres d’opportunité politiques générales. Les transitions en Europe centrale, en Europe du Sud-Est et en Asie centrale ont entraîné une recrudescence du phénomène de la traite. En 1996, le scandale Dutroux en Belgique a renforcé la pression politique en faveur de la lutte contre l’exploitation sexuelle et la violence à l’égard de la protection des filles et des femmes. En outre, des changements institutionnels dans l’UE ont favorisé la politique de lutte contre la traite. Le traité de Maastricht de 1993 incluait le troisième pilier de l’Union européenne: justice et affaires des politiques de la Communauté européenne, donnant ainsi à l’UE un certain soutien pour lancer des initiatives. Le traité d’Amsterdam de 1997 a explicitement inscrit la lutte contre la traite parmi ses dispositions et les compétences du Parlement européen ont été étendues. Le sommet de l’UE à Tampere en 1999 a renforcé la position de la Commission européenne en matière de migration et d’asile. Ces changements institutionnels ont eu pour effet de renforcer la légitimité au niveau européen pour traiter de questions de justice et d’affaires intérieures qui relevaient autrefois uniquement des compétences des États membres nationaux.

Les enjeux des droits des femmes migrantes dans l’Union Européenne sont étroitement liés à ceux des droits des travailleuses. Un rapport du Parlement européen (PE, 2000) commence par examiner les conséquences des évolutions démographiques sur les femmes, les citoyens de l’UE ainsi que les résidents légaux et les sans-papiers. Le rapport du Parlement européen prenait comme point de départ la demande croissante en services domestiques et soins aux enfants et aux personnes âgées, ainsi que l’évolution des structures familiales, pour réfléchir à de nouvelles formes de travail dans le secteur des soins et services. La préoccupation fondamentale était celle concernant le travail non déclaré faisant partie de l’économie informelle. Ainsi, dès le début, le texte du rapport était clair: il existait un problème croissant concernant les sociétés vieillissantes et le travail des femmes. En tant qu’effet secondaire positif, du point de vue du réseau RESPECT, l’approche du rapport relative au travail a occulté toute la discussion sur la traite mais a permis une discussion sur les normes sociales minimales du travail et l’organisation sociale du travail reproductif. Le rapport compare les tâches accomplies par les travailleuses domestiques avec la convention n ° C 177 de l’OIT sur le travail à domicile (OIT, 1996) et la classification internationale normalisée des professions de l’OIT (OIT, 1990). Les deux fournissent des définitions restreintes, mais expriment l’intention de considérer le travail domestique comme un travail en tant que tel. Etant donné qu’une part considérable du service domestique privé est assurée par des femmes migrantes (sans papiers), leurs problèmes se retrouvent dans le rapport. L’exemple du rapport du Parlement européen qui a été adopté avec une large majorité des voix de presque tous les partis politiques montre à quel point – par rapport au rapport du Conseil de l’Europe – les perspectives sur le travail domestique peuvent être différentes , même de la part d’institutions qui reflètent dans une certaine mesure des positions plus générales que les organisations non gouvernementales.

Faire référence aux droits du travail ouvre un autre volet important pour une mobilisation réussie: l’accès aux actions syndicales, les syndicats devenant de nouveaux alliés potentiels. La relation entre les syndicats et les migrants sans papiers n’est pas toujours facile (voir par exemple Penninx et Roosblad, 2000). En résumé, la structure liée au travail permet de traiter des questions de politique migratoire telles que les politiques d’admission de l’UE. Cela n’aurait pas pu être réalisé dans le cadre de la traite d’humains. Les enjeux liés au travail signifient également que les syndicats pourraient être un nouvel allié potentiel afin d’élargir la structure des opportunités politiques. À la lumière du débat actuel de la théorie du mouvement social de ce sujet, les limites du cadrage actif par les mouvements syndicaux et associatifs sont très claires. Le cadre le plus cohérent et le plus légitime n’aura pas assez de résonance si les relations de pouvoir façonnent les discours dominants d’une autre manière. Reflétant les relations de pouvoir politique, le réseau RESPECT s’est dissocié d’un cadre actuellement très percutant. Ceci a révélé que les mouvements sociaux ne privilégient pas toujours le retentissement mais décident d’appliquer des cadres qui ont moins d’éclat sur la scène publique mais plus appropriés sur le plan stratégique. Les raisons pour lesquelles on donne la priorité à un cadre par rapport à l’autre sont doubles: considérations à long terme et principes politiques d’une part, mais aussi intervention des femmes migrantes elles-mêmes.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s