Metodologia del Diritto Internazionale (Ing. e Fr.)

Methodology seeks to define the means of acquiring scientific knowledge. There is no generally accepted definition of the methodology of international law. In this article it will be taken to comprise both its wider meaning of the methods used in the acquisition of a scientific knowledge of the international legal system and its narrower and more specialized meaning, the methods used to determine the existence of norms or rules of international law. The correlation of these two notions is evident, for a legal system is defined as being an aggregate of interlinked legal rules which constitute the whole system, while a legal norm is recognized as such by reference to the legal system to which it belongs and whence it originates. These methods belong to the sphere of legal science. The latter is often described as a normative science, but this in fact is not the case. Law itself is normative because it prescribes what has to be, but legal science, like any other science, aim at the acquisition of knowledge. Its subject is the study of rules and, generally, of the legal phenomenon, but it is not a normative science.

 

The various doctrines of international law (International Law, Doctrine and Schools of Thought in the Twentieth Century) embody global conceptions from which the principles on which the determination of legal norms is based are generally derived. In this context, we are concerned only with methods of analysis of the international legal system. The first method is that of observation free of any preconceptions. It is related to the sociological approach which perceives law as a social fact. We can observe that within the framework of international society, whose basic structure is a plurality of sovereign States, there exists a system of legal rules termed and recognized as such. This conclusion is buttressed by the finding that there is a sort of collective opinio juris, a conviction that international law exists and that States could not do without it. There is no need to seek a theoretical foundation to justify this assertion, which results from a mere observation of reality and is expressed by the maxim ibi societas ibi jus. The empirical method also allows us to conclude that law – or more precisely, the idea of law – is a creation of the human mind, a rationalization based on the perception of social needs. It is at this stage that we reach the limits of the empirical method. The idea of law satisfies the need for organizing and regulating society. Thus logical reasoning, which is located on a higher plane than that of formal legal techniques, is also used as a method of analysis. Its results are verified by the empirical method, but it is the reasoning which supplies the ideas and provides the syntheses which permit a global view of a legal system. This reasoning leads one to seek the modes of formation of legal norms and to rationalize these modes. It also highlights the logical impossibility of a legal rule which lacks a subject, and hence develops the concept of subjects of legal rules (Subjects of International Law). Other such examples could be adduced, but those given above are sufficient to illustrate the method of logical reasoning applied to the idea of law. Thus, empirical observation and logical reasoning are the two methods which, when coordinated, allow us to analyse the international legal order and to explain its characteristics. The results of this analysis are not considered here, as we are concerned only with methodology which, to remain scientific, must eliminate preconceived dogmatic notions and non-verified hypotheses.

 

The methods to be defined are distinct from substantive law in that they seek to determine the various rules of the latter. For example, a judge has to use these methods to determine the rules which he will apply in a certain case; he must determine the existence of these rules and, hence, their content. This methodology is distinct from the theory of international law, whose subject is the international legal system as such, together with its foundations and structure. However, the separation is not complete. The methods used to determine the existence of rules in fact are sometimes closely bound up with the general conception of the fundamental aspects of the international legal system. Thus, for example, the normativist school considers that every norm of international law is derived by logical deduction from a preceding norm. The methods of determining the rules of international law must also be distinguished from the methods and techniques of application of each rule to a concrete case. The application of a rule of international law occurs after that rule has been identified and its existence proved. However, in this case as well the separation is not watertight. There are some points of contact. Thus, in a given situation the search for an applicable rule might give rise to the problem of analogy or that of the absence of relevant legal rules; these problems are on the borderline between the determination of legal rules and their application.

 

The methodology of international law, in the sense in which it is defined here, does not include the means of analysis used to explain the reasons or motives which are at the root of rules of law and determine their content. The appearance of a rule and the directions it gives are the result of the play of forces and conflicts of interests in international society, of the influence of ideologies and philosophies, and also of the needs of society. The analysis of these phenomena belongs to the sphere of the sociology of international law which, in turn, has its own methods. It is noteworthy, however, that when we seek to prove the existence of a concrete rule of international law, the different factors which we must take into account in order to establish this proof sometimes include the rational grounds for its existence, or – to put it in other terms – the motives which explain and vindicate its content. Christian Dominicé

 

Genève Palais des Nations methodology 3

La méthodologie cherche à définir les moyens d’acquérir des connaissances scientifiques. Il n’existe aucune définition généralement admise de ce qu’est la méthodologie du droit international. Dans cet article, seront pris en considération, la portée de la signification de ce droit couvrant les méthodes utilisées pour acquérir une connaissance scientifique du système juridique international, ainsi que, dans son sens plus étroit et plus spécialisé, les méthodes utilisées pour déterminer l’existence de normes ou de règles du droit international. La corrélation de ces deux notions est évidente, car un système juridique se définit comme un ensemble de règles prescrites interdépendantes qui en constituent l’ensemble de son système, alors qu’une norme juridique est reconnue comme telle par référence au système juridique auquel elle appartient et à son origine. Ces méthodes appartiennent au domaine des sciences juridiques. Ces dernières sont souvent décrites comme des sciences normatives, mais ce n’est en fait pas le cas. Le droit lui-même est normatif parce qu’il prescrit ce qui doit être, mais les sciences juridiques, comme toute autre science, visent l’acquisition de connaissances. Leur sujet est l’étude des règles et, en général, du phénomène juridique, mais ce n’est pas une science normative.

Les différentes doctrines du droit international (Droit international, Doctrine et Ecoles de pensée du XXe siècle) fondent les conceptions globales d’où proviennent les principes sur lesquels repose la détermination des normes juridiques . Dans ce contexte, nous ne nous intéressons qu’aux méthodes d’analyse du système juridique international.

La première méthode est celle de l’observation sans préjugés idéologiques. Elle est liée à l’approche sociologique qui perçoit le droit comme un fait social. Nous pouvons observer que dans le cadre de la société internationale, dont la structure de base est une pluralité d’États souverains, il existe un système de règles juridiques dénommées et reconnues comme telles. Cette affirmation est étayée par la reconnaissance de l’existence d’une sorte d’opinio juris collective, une conviction que le droit international existe et que les États ne pourraient pas s’en passer. Il n’est pas nécessaire de chercher un fondement théorique pour justifier cette affirmation qui résulte d’une simple observation de la réalité et qui s’exprime à travers la maxime ibi societas ibi jus. La méthode empirique nous permet également de conclure que le droit – ou plus précisément l’idée de droit – est une création de l’esprit humain, une rationalisation fondée sur la perception des besoins sociaux. C’est à ce stade que nous atteignons les limites de la méthode empirique. L’idée de loi répond au besoin d’organisation et de régulation de la société. Ainsi, le raisonnement logique, situé sur un plan supérieur à celui des techniques juridiques formelles, est également utilisé comme méthode d’analyse. Ses résultats sont vérifiés par la méthode empirique, mais c’est le raisonnement qui fournit les idées et les synthèses permettent une vision globale d’un système juridique.

Ce raisonnement conduit à rechercher les modes de formation des normes juridiques et à les rationaliser. Il souligne également l’impossibilité logique d’une règle juridique dépourvue de sujet et développe donc la notion de sujet des règles juridiques (Sujets du droit international). D’autres exemples de ce type pourraient être présentés, mais ceux donnés ci-dessus sont suffisants pour illustrer la méthode de raisonnement logique appliquée à la notion de droit. Ainsi, l’observation empirique et le raisonnement logique sont les deux méthodes qui, lorsqu’elles sont coordonnées, permettent d’analyser l’ordre juridique international et d’expliquer ses caractéristiques. Les résultats de cette analyse ne sont pas pris en compte ici, car nous ne nous intéressons qu’à une méthodologie qui, pour rester scientifique, doit éliminer les notions dogmatiques préconçues et les hypothèses non vérifiées.

Les méthodes à définir se distinguent du droit matériel en ce qu’elles cherchent à déterminer les différentes règles de ce dernier. Par exemple, un juge doit utiliser ces méthodes pour déterminer les règles qu’il appliquera dans un cas donné; il doit déterminer l’existence de ces règles et, par conséquent, leur contenu. Cette méthodologie est distincte de la théorie du droit international, qui a pour objet le système juridique international en tant que tel, ainsi que ses fondements et sa structure. Cependant, la séparation n’est pas entière. Les méthodes utilisées pour déterminer l’existence de règles sont en fait parfois étroitement liées à la conception générale des aspects fondamentaux du système juridique international. Ainsi, par exemple, l’école doctrinale des théories normativistes considère que chaque norme de droit international découle de la déduction logique d’une norme précédente.  Les méthodes permettant de déterminer les règles du droit international doivent également être distinguées des méthodes et techniques d’application de chaque règle dans un cas concret. L’application d’une règle de droit international intervient après que cette règle a été identifiée et son existence prouvée. Cependant, dans ce cas également, la séparation n’est pas étanche. Il y a quelques points de contact. Ainsi, dans une situation donnée, la recherche d’une règle applicable pourrait poser le problème de l’analogie ou de l’absence de règles juridiques pertinentes; ces problèmes se situent à la limite entre la détermination des règles juridiques et leur application.

La méthodologie du droit international, au sens où elle est définie ici, n’inclut pas les moyens d’analyse utilisés pour expliquer les raisons ou motifs qui sont à la base des règles de droit et en déterminent le contenu. La forme d’une règle et ses indications sont le résultat du jeu des forces et des conflits d’intérêts dans la société internationale, de l’influence des idéologies et des philosophies, ainsi que des besoins de la société. L’analyse de ces phénomènes relève de la sociologie du droit international qui, à son tour, a ses propres méthodes. Il convient toutefois de noter que, lorsque nous cherchons à prouver l’existence d’une règle de droit international concrète, les différents facteurs à prendre en compte pour établir cette preuve incluent parfois les fondements rationnels de son existence, ou en d’autres termes, les motifs qui expliquent et justifient son contenu. Christian Dominicé

Genève Palais des Nations methodology

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s